Compte-rendu: Serge Dewel, Addis-Abeba (Éthiopie) : Construction d’une nouvelle capitale pour une ancienne nation souveraine, Éditions de l’Harmattan, Paris, 2018, 695p. (Margo Stemmelin).

Serge Dewel, Addis-Abeba (Éthiopie) : Construction d’une nouvelle capitale pour une ancienne nation souveraine, Éditions de l’Harmattan, Paris, 2018, 695p.

compte-rendu rédigé par Margo Stemmelin

Dans cet ouvrage publié en deux volumes (tome 1, 1886-1936, et tome 2, 1936-2016) et issu d’une thèse de doctorat en histoire à l’INALCO en 2017, Serge Dewel retrace l’histoire d’Addis-Abeba, depuis sa fondation en 1886 par l’empereur Menelik II jusqu’à nos jours. Corollaire de l’affirmation d’une souveraineté nationale légitime, la nouvelle capitale éthiopienne joua un rôle prépondérant dans la préservation de l’indépendance du pays face aux puissances coloniales européennes, et participa à la stabilisation du territoire éthiopien au moment où les prétendants au titre de « roi des rois » se disputaient le trône impérial. Ce travail, à la croisée de l’histoire urbaine, de l’histoire culturelle et de l’histoire politique de l’Éthiopie, répond à une double ambition : d’une part, combler le vide historiographique concernant Addis-Abeba que l’auteur attribue largement à la difficulté d’accès et de traitement des sources d’une telle histoire ; de l’autre, tester le modèle des régimes des capitalités sur un territoire extra-européen1. Cette ambition, comme ses réflexions sur la nécessité d’une périodisation propre à l’Éthiopie, ou sur l’adéquation des traductions généralement admises en français des termes et concepts éthiopiens2, reflètent l’influence des perspectives développées par les études transnationales sur l’auteur. Les sources utilisées dans l’enquête vont toutefois quelque peu à l’encontre de ce projet : les archives diplomatiques et les récits de voyageurs mobilisés proviennent principalement d’Europe. Par ailleurs, plus de 250 clichés sont reproduits dans les volumes : si le travail iconographique est riche et permet à l’auteur de reconstituer l’aspect d’Addis-Abeba à l’époque, on regrette que la photographie comme source et pratique ne soit pas l’objet d’une réflexion plus poussée.

Le plan chronologique se découpe en trois grandes parties, elles-mêmes divisées en trois chapitres, le tout encadré par des « prolégomènes » et un épilogue. Les prolégomènes sont bienvenus pour les non-spécialistes, bien qu’ils excèdent un peu le sujet. S. Dewel y retrace la « légende dorée » de l’Éthiopie, véritable mythe national empreint de récits bibliques, qui fonde du même coup une « royauté sacrée » et une cité, Aksum, siège légitime du pouvoir éthiopien avant que ce dernier ne devienne itinérant (XIe-XIXe siècles). C’est cette rupture, la fixation du pouvoir à Addis-Abeba, et la mise en scène de ce pouvoir dans et par la ville qu’étudie S. Dewel.

L’enquête s’ouvre sur la période 1886-1916 et s’intéresse à la construction, en parallèle, d’Addis-Abeba et du pouvoir de Menelik II. S. Dewel revient ainsi au chap. 2 sur les contextes internationaux (appétits coloniaux européens, commerce des armes) et nationaux (régions inféodées au pouvoir impérial) qui poussèrent Menelik II à fixer sa capitale. L’affirmation d’Addis-Abeba comme siège du pouvoir résultait plus d’une réponse à des conjonctures politiques et économiques que d’une politique consciente et volontariste : S. Dewel qualifie d’ailleurs la capitale de « camp impérial », soulignant son faible peuplement, sa sédentarisation incertaine, et son tissu urbain discontinu (chap. 3). La victoire d’Adwa en 1896 allait toutefois, selon l’auteur, entériner durablement le développement urbain de la capitale. L’aristocratie alors ralliée à Menelik II s’installait autour du nouveau palais impérial, stimulant du même coup l’activité économique de la ville, tandis qu’un nouveau centre spirituel se formait (chap. 4). C’est à partir de ce triptyque – quartier politique autour du gebbi, économique autour du marché d’Arada, et religieux autour de la basilique Gännatä Sage Giyorgis – qu’allait se développer la ville, et que s’organise l’enquête de S. Dewel.

La seconde partie (1916-1936) est consacrée au premier règne de l’empereur Täfäri. L’auteur y démontre que cette période fut celle d’un véritable « tournant organisateur »3 du développement d’Addis-Abeba, grâce à la politique du futur Hailé-Sellasé Ier. S. Dewel la qualifie de « moderne » : cette notion, prise dans le contexte éthiopien, fait l’objet d’une réflexion timide, et surtout bien trop tardive par rapport à l’usage fréquent qui en est fait depuis le début de l’ouvrage. L’enquête de S. Dewel met toutefois en lumière le rôle des intellectuels éthiopiens à la cour impériale, contre la vision traditionnelle qui attribue la « modernisation » du pays à Menelik II seul, ou celle des études européennes qui grossissent le rôle des conseillers européens de Täfäri. De même, S. Dewel recontextualise les conséquences de la tournée européenne de ce dernier en 1924, et souligne la démarche de l’empereur, qui sut emprunter aux institutions et au répertoire culturel européen, les outils lui permettant de satisfaire ses ambitions de politique extérieure, tout en conservant les représentations vernaculaires qui devaient consolider l’unité éthiopienne (chap. 5). Cette cohabitation des répertoires est ensuite étudiée par l’analyse de l’architecture des bâtiments publics et monuments qui fleurissent dans les années 1920-1930 (chap. 6), et à travers les cérémonies des couronnements impériaux. Ces dernières étaient doublement bénéfiques au pouvoir. D’une part, elles étaient l’occasion de véritables mises en scène de la puissance de l’empereur ; de l’autre, elles agissaient comme des prétextes à de nouvelles constructions publiques lourdes de références à l’histoire éthiopienne, entérinant le pouvoir de l’empereur et achevant de légitimer Addis-Abeba comme capitale politique et spirituelle de la ville (chap. 7).

L’occupation italienne de l’Éthiopie (1936-1941) est traitée dans la dernière partie (1936-2016) comme une parenthèse dans l’histoire éthiopienne. À travers l’urbain, S. Dewel souligne les continuités plutôt que les ruptures. Malgré l’action italienne, et l’élection d’Addis-Abeba comme capitale de l’A.O.I, la ville conserva sa structure interne. L’auteur revient également sur l’héritage architectural italien en Éthiopie : la plupart des formes architecturales attribuées à l’occupation italienne étaient en fait déjà présentes avant 1936. Selon lui, le véritable legs italien en Éthiopie résiderait plus dans la pratique de la planification urbaine que dans le style architectural (chap. 8). Le retour d’Hailé-Sellasé au pouvoir fut d’ailleurs marqué par une succession de plans urbains destinés à restaurer sa gloire (chap. 9). Cette mise en scène constante du pouvoir impérial est interprétée par S. Dewel comme le signe d’un régime à bout de souffle, en décalage avec les mauvaises conditions de vie de la population (chap. 10).

Serge Dewel retrace ainsi la façon dont le pouvoir impérial fit de la ville son instrument politique privilégié, et transforma le camp militaire fortuit d’Addis-Abeba en une capitale nationale et cosmopolite au cours du long XIXe siècle. Au-delà des nombreuses coquilles qui ponctuent le texte, c’est sur cette longueur de l’étude qu’on prononce des regrets. L’aspect plus descriptif qu’analytique du texte fait souvent perdre de vue les thèses de l’auteur, alors qu’elles pourraient gagner en argumentation ; les renvois et les répétitions rendent en outre difficile la compréhension et empêchent la démonstration d’avancer. La maîtrise du terrain éthiopien est toutefois incontestable, et on ne peut que louer les perspectives transnationales de S. Dewel qui participent à l’ouverture des questionnements sur les régimes de capitalité dans les mondes extra-européens.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.