Compte rendu: Cécile Becchia, Les bourgeois et le prince – Dijonnais et Lillois auprès du pouvoir bourguignon (1419-1477), Paris, Classiques Garnier, 2019, 548 p. (Thomas Schneider)

Cécile Becchia, Les bourgeois et le prince – Dijonnais et Lillois auprès du pouvoir bourguignon (1419-1477), Paris, Classiques Garnier, 2019, 548 p.

Compte-rendu rédigé par Thomas Schneider.

Version remaniée d’une thèse de doctorat, l’ouvrage de Cécile Becchia analyse les liens entre les sociétés politiques de Dijon et de Lille et le pouvoir princier, de l’avènement de Philippe le Bon à la mort de Charles le Téméraire, qui scelle le démembrement de l’ensemble bourguignon en deux espaces politiques distincts. Pour autant, elle ne s’interdit pas de recourir à des éclairages diachroniques en amont et en aval pour sa démonstration.

L’étude s’inscrit dans le courant historiographique voué à réévaluer la place des villes et des acteurs urbains dans les relations entre pouvoirs princiers et municipaux, courant dont les travaux récents mettent en évidence non plus un antagonisme supposé a priori entre les villes et le pouvoir centralisateur mais une étroite collaboration entre les parties. L’auteure observe ici l’influence de la présence affirmée du pouvoir princier en ville, où le duc s’appuie de plus en plus sur les finances et les compétences de ses sujets. Elle examine comment les élites dirigeantes des deux villes s’adaptent à ce pouvoir, le prennent en compte, en saisissent les opportunités et l’intègrent dans leurs stratégies pour servir leurs intérêts propres.

Pour ce faire, elle donne la parole aux acteurs principaux que sont les bourgeois, qui disposent des moyens financiers, techniques et des réseaux adaptés, et qui maîtrisent le pouvoir municipal. De manière originale, deux villes, Dijon et Lille, se trouvent embrassées sous son regard dans une perspective comparatiste inédite « non plus sous l’angle du particularisme mais de la particularité » (p. 30). Ces villes de l’espace bourguignon ont des fonctions similaires, sont de taille et d’économie moyenne, toutes deux dociles au pouvoir princier, ce qui démarque Lille d’un territoire néerlandophone agité face au duc ; elles sont toutes deux capitales politiques et sièges des principales administrations ducales, telle la Chambre des comptes, mais s’inscrivent chacune dans un espace géopolitique singulier : le duché de Bourgogne et la Flandre wallonne, objets de deux historiographies au regard traditionnellement divergent, que l’auteure maîtrise au point de faire porter sur l’exemple dijonnais – autre originalité de son approche – les problématiques septentrionales les plus novatrices dans l’étude de la construction du pouvoir princier : le dialogue entre villes et princes, l’impact de la présence curiale et des administrations ducales, les réseaux humains qui se tissent autour d’elles, afin d’apporter de premières réponses, spécifiques à l’espace bourguignon méridional.

Cécile Becchia passe au crible une masse documentaire considérable, qui dépasse largement les attendus d’une thèse actuelle, de nature, de dimension et de finalité différentes pour chaque ville, où la culture documentaire est spécifique. Elle mène une enquête prosopographique minutieuse pour brosser le portrait de ces élites urbaines, tout en variant la focale et en mettant en évidence des parcours individuels, des stratégies familiales, des facteurs de mobilités.

Après une présentation liminaire des espaces et de leur documentation, la première partie, « Les bourgeois et la ville », est consacrée au milieu municipal. L’auteure y dessine la forme institutionnelle de chaque municipalité, la distribution du pouvoir, les qualités, les activités et les compétences des dirigeants en une riche étude sociale utile aux spécialistes de l’histoire urbaine de cette période. Dans ces deux villes, peu d’hommes de métiers siègent à l’Hôtel de ville, les marchands et les changeurs, dont la poly-activité est bien connue ailleurs, se taillent la part du lion. À Dijon, la présence des marchands à l’échevinat diminue dans la seconde moitié du siècle, tant du fait de la réorientation des activités familiales que de l’ouverture au pouvoir d’hommes nouveaux, des praticiens, pour beaucoup installés récemment en ville. À Lille, où les statuts municipaux interdisent les cumuls, les gens du droit sont minoritaires dans les assemblées municipales, tenues par des familles anciennes dont le marqueur social le plus éminent est le nom, évocateur de patrimoines familiaux matériels et symboliques, solidement ancrés en ville depuis le XIIIe siècle. Ces lignées sont étroitement alliées entre elles et privilégient le pouvoir urbain, source de leur position dominante, familialement, socialement et économiquement. Dans les deux villes, se note un trait de mobilité du paysage social et politique : accèdent au pouvoir des hommes nouveaux, de profils très divers, mettant à profit leurs liens avec des familles déjà en place, mais aussi leurs compétences dans les pratiques du droit et de l’écrit, qui leur ont déjà donné accès à l’entourage du pouvoir princier.

La deuxième partie, « Les bourgeois et le prince », est consacrée à l’étude des formes de l’investissement bourgeois auprès du pouvoir ducal et de la manière dont il s’articule avec les cursus municipaux. Grâce à l’état exceptionnel des archives des hôtels bourguignons, Cécile Becchia réussit à quantifier précisément les dirigeants municipaux actifs dans l’appareil administratif de l’État princier et met en évidence l’intégration des élites bourgeoises des deux villes dans sa structuration, même si cela reste le plus souvent limité au niveau local. Dans les deux villes, les Chambres des comptes apparaissent comme un espace privilégié d’interaction entre l’entourage du prince et l’élite bourgeoise, mais à Dijon, les bourgeois sont très impliqués dans les structures administratives de la principauté, peu à Lille, où les familles dirigeantes sont en concurrence directe avec celles des villes environnantes. Concernant la Cour, Cécile Becchia fait apparaître deux voies différentes d’intégration : nombreux sont les Dijonnais, hommes et femmes, dans les hôtels princiers, à tous les services et à bien des niveaux. Ceux-là sont impliqués au pouvoir municipal, à leur simple niveau personnel, mais durable au regard de la vie publique. À Lille, on trouve peu de bourgeois dans les hôtels, encore moins de membres du Magistrat, mais la présence de la noblesse curiale permet la création de relations avec l’élite urbaine, à des niveaux souvent modestes, mais aussi sur un plan bien supérieur à celui de Dijon, par des alliances entre familles bourgeoises et aristocratiques. Quant aux hommes liés au pouvoir princier, souvent des fonctionnaires, l’auteure en trouve une proportion non négligeable, investis dans le gouvernement municipal, à Dijon notamment. Mais leur profil n’est pas homogène et ils ne constituent pas un groupe. Par ailleurs, ce ne sont pas des créatures placées là par le prince pour mieux contrôler les municipalités. L’investissement de la plupart est à porter à leur seul crédit, ou, probablement, à Dijon, à l’initiative de la municipalité qui voit son intérêt à intégrer des hommes d’envergure politique ducale.

La troisième partie, « Les bourgeois, la ville et le pouvoir princier », analyse l’impact des liens tissés sur les parcours familiaux, les structures sociales et les pratiques politiques des municipalités. Adoptant l’approche inverse de la prosopographie, Cécile Becchia dresse les monographies des plus notables familles parmi les centaines qui composent l’élite de Dijon et de Lille, pour faire émerger leurs dynamiques, la manière dont elles réussissent à articuler exercice du pouvoir municipal et princier au profit de leur ascension sociale et politique, où la ville reste une place privilégiée de domination. L’auteure discerne deux modalités essentiellement, qui ne sont pas exclusives l’une de l’autre : le crédit au prince et, en particulier à Dijon, les études universitaires. La mobilité géographique, enfin, est une troisième voie. L’auteure met alors en évidence la transformation, à la fin du siècle, des sociétés bourgeoises et des milieux dirigeants vers leur profil moderne, par une redistribution de l’honorabilité, une mutation de la noblesse, l’amorce de l’intégration des familles municipales à un réseau politique territorial plus vaste. Toutefois, la référence à la bourgeoisie reste prioritaire sur toute la période, car les charges exercées au service du prince ne constituent pas encore une catégorie concurrentielle et supérieure à cet état. Finalement, l’auteure montre que le lien entre pouvoir municipal et princier n’est pas dual, il s’incarne dans la diversité des hommes qui les exercent. Si à Dijon, les bourgeois ont d’intéressantes opportunités d’implication auprès du prince, les magistrats de Lille, faute de telles possibilités, mettent notamment à profit leurs échanges avec les figures majeures de l’aristocratie impliquée dans la défense des États bourguignons, et s’attirent le patronage des plus puissants. Dans la dernière décennie du siècle, l’essence même du pouvoir est bouleversée par l’accession aux charges de maires et de rewarts, de dignitaires sans liens avec le Magistrat, bien qu’issus de familles employées au service des ducs puis de leurs successeurs.

Si, dans cet essai réussi d’histoire urbaine comparée, Cécile Becchia établit que ces deux exemples n’auraient de valeur de modèles qu’à Dijon, d’un profil similaire aux principaux centres du duché et du comté, elle incite à un approfondissement des modalités d’intégration de ces territoires à l’ensemble bourguignon, bien que la poursuite d’études comparatives soit compliquée, du point de vue septentrional, par la variété des configurations. Elle aura, en tout cas, brillamment ouvert la voie.

Outre son intérêt majeur pour l’histoire de la Bourgogne, par sa rigueur, sa maîtrise d’une abondante documentation, ses nombreux exemples – un regret : l’absence de tableaux généalogiques qui auraient permis de suivre plus facilement le fil des personnages et de leurs réseaux – cet ouvrage est une importante contribution à l’étude des sociétés urbaines et du pouvoir princier. Il est assorti de solides annexes (liste des dirigeants de Dijon et de Lille et charges occupées chaque année ; notices prosopographiques) consultables en ligne sur le site du Centre Roland Mousnier (http://www.centrerolandmousnier.fr/en-ligne/).

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.