Compte rendu: Hervé Gaillard et Hélène Mousset (coordonné par), Atlas historique de Périgueux, Bordeaux, éd. Ausonius, 2018, 3 vol. (Léa Hermenault)

Hervé Gaillard et Hélène Mousset (coordonné par), Atlas historique de Périgueux, Bordeaux, éd. Ausonius, 2018, 3 vol.

Compte-rendu rédigé par Léa Hermenault.

La collection de l’Atlas historique des villes de France, initiée par Philippe Wolf et Charles Higounet en 1973, et pris en charge à partir de 1982 par Jean-Bernard Marquette, compte à ce jour 53 volumes. Chacun restitue la formation d’un espace urbain des origines au XIXe siècle, par le biais de différents plans historiques commentés. L’établissement d’une maquette modèle ainsi que l’adoption d’un langage de sémiologie graphique commun permet d’homogénéiser les publications et donc de faciliter les études comparatives entre les villes. Après leur arrivée à la co-direction de la collection en 2011, Ézéchiel Jean-Courret et Sandrine Lavaud lancent le programme de recherche Région Nouvelle-Aquitaine intitulé « Les villes-têtes de l’Aquitaine : approches historique, cartographique et comparative », dont l’objectif est de dépasser l’horizon monographique des publications de l’Atlas historique afin de favoriser encore davantage les études comparatives entre les villes. Le point de départ de cette nouvelle démarche a consisté en l’actualisation des synthèses disponibles pour plusieurs villes de cette région « laboratoire ». C’est dans ce cadre qu’Hervé Gaillard et Hélène Mousset ont coordonné un nouveau fascicule de la collection des Atlas historiques des villes de France consacré à Périgueux, paru en 2018 aux éditions Ausonius.

L’atlas est composé de trois volumes. Le premier, comprenant 440 pages, est coordonné par Hervé Gaillard et Hélène Mousset et est intitulé « Notice générale ». Il retrace l’évolution de l’espace urbain en neuf chapitres chronologiques depuis la protohistoire jusqu’à nos jours. Chaque chapitre se termine – sauf le dernier – par une carte présentant les éléments de topographie urbaine abordés dans le texte. A ces synthèses chronologiques s’ajoutent une introduction présentant la genèse et les objectifs scientifiques du projet, un chapitre de présentation des documents cadastraux ayant servi de sources pour les analyses morphologiques menées par Ézéchiel Jean-Courret et de fond de carte pour l’ensemble du travail cartographique conduit dans le cadre de cet ouvrage, enfin un chapitre présentant l’environnement de la ville de Périgueux. Également coordonné par Hervé Gaillard et Hélène Mousset, le deuxième volume, comprenant 588 pages, est intitulé « Sites et monuments ». Il présente 162 notices descriptives de monuments classées par ordre chronologique d’apparition. Enfin, le troisième volume de cet atlas est constitué par un plan historique de très grand format (98 x 130 cm) qui présente sur le plan cadastral de référence, daté de la fin des années 1820, l’ensemble des éléments de topographie historique spatialisables. Son établissement a été coordonné par Ézéchiel Jean-Courret. L’ensemble de la publication est abondamment (205 figures dans le volume 1 et 339 figures dans le volume 2) et intelligemment illustrée (l’utilité et la qualité des cartes de synthèse situées à chacun fin de chapitre sont indéniables).

Ce nouveau fascicule de la collection Atlas historique des villes de France n’est pas le premier qui est consacré à Périgueux : Arlette Higounet-Nadal, auteure d’une thèse sur la démographie de cette ville entre les XIVe et XVe siècle, avait déjà publié une première synthèse des connaissances en 1984. Il était cependant temps que cette synthèse, d’une très grande qualité mais brève, soit approfondie et précisée. Pour ce faire, Hervé Gaillard et Hélène Musset ont fait appel à des auteurs provenant d’horizons disciplinaires divers (historiens, archéologues, historiens de l’art, géologues et architectes) qui ont su mobiliser des types de documents jusqu’alors peu confrontés les uns aux autres (documents archéologiques et planimétriques notamment) afin de comprendre un peu plus de la complexité de la trajectoire de la ville de Périgueux sur le long terme. La diversité des types de sources utilisées se reflète d’ailleurs dans la grande diversité de l’iconographie proposée.

Le découpage chronologique des chapitres du volume 1 (« Notice générale ») est classique, mais justifié par les évolutions perceptibles dans la matérialité urbaine (fondation de la ville antique, constructions d’enceintes, période de grands chantiers, démantèlement des institutions catholiques après la prise de la ville par les protestants, extension urbaine, etc.) et non pas uniquement par des ruptures d’ordre politique comme c’est souvent le cas. Parmi les renouvellements historiographiques que proposent les analyses qui se déploient dans chacun de ces chapitres, on notera par exemple l’examen subtil du développement d’un site proto-urbain multipolaire de part et d’autre de l’Isle entre le second âge du Fer et le Ier siècle après notre ère qui empêche de distinguer nettement la ville du début du Haut-Empire des installations antérieures, ou encore l’analyse des complémentarités qui s’établissent entre la vieille Cité et le Puy, un bourg qui se constitue non loin de l’Isle autour de la sépulture de Saint-Front à partir du Xe siècle, et qui la concurrencera à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle. Car ce qui frappe à la lecture de cet atlas, c’est la labilité des centralités de la ville au cours du temps : depuis les promontoires de la Curade et d’Ecorneboeuf jusqu’au pont de Tournepiche, les centralités ont glissé dans un sens puis dans un autre le long d’un axe long d’environ 2 km, sans jamais qu’un site ne soit complètement abandonné. Ces divers mouvements ont laissé des traces dans le parcellaire. L’analyse de ce dernier, menée par Ézéchiel Jean-Courret, est un autre exemple des grands apports de cette riche synthèse de topographie urbaine : grâce à une étude fine des caractéristiques des parcelles présentées sur le cadastre de la fin des années 1820, le chercheur propose des restitutions de tracés d’enclos et d’enceintes, et repère des « unités de plan » dans la ville. Si les premières sont toujours convaincantes, l’identification des secondes l’est parfois moins. L’ensemble des observations du chercheur ont cependant le grand intérêt de constituer de prometteuses hypothèses de travail, et de montrer à quel point Périgueux est un cas d’étude passionnant pour qui voudrait s’intéresser à la permanence des formes dans le temps.

Bien que complètes, denses et très bien illustrées, les notices du volume « Sites et Monuments » forment un volume dont le programme général est moins innovant que ne le sont beaucoup des textes du volume 1. On regrette en effet que les notices se concentrent très largement sur les sites monumentaux et élitaires, mettant de côté le bâti plus ordinaire (sur lequel les informations ne manquent peut-être pourtant pas tant que cela si l’on en croit l’étude intéressante du bâti en pierre proposée par Agnès Marin dans le volume 1).

On attend impatiemment que les données ayant servi à constituer les cartes de synthèse soient rendues accessibles aux lecteur-trice-s en format numérique, afin que puissent se concrétiser les comparaisons entre les villes, très bridées par le choix du format papier dès qu’il s’agit de faire par exemple des calculs d’analyse spatiale.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.