Soutenance de thèse: Héloïse Kiriakou, « Brazzaville : laboratoire de la révolution congolaise (1963-1968)

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat en histoire intitulée : « Brazzaville : laboratoire de la révolution congolaise (1963-1968) ». Elle se tiendra le mardi 5 novembre 2019 à 14h dans la salle Duroselle à la Sorbonne à l’adresse suivante :

                                            1 rue Victor Cousin 75005 Paris

                                             Galerie Jean-Baptiste Dumas

Devant le jury constitué de :

Odile Goerg : Professeure, Université Paris 7 Paris-Diderot (rapportrice)

Klaas Van Walraven : Senior Researcher, Université de Leyden (rapporteur)

Pierre Boilley : Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur)

Françoise Blum : Ingénieure de recherche, HDR, CNRS

Rémy Bazenguissa-Ganga : Directeur d’études, EHESS

Laurent Fourchard : Directeur de recherche, Science po Paris

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes toutes et tous chaleureusement conviés. Afin de faciliter son organisation, je vous prie de bien vouloir me confirmer votre présence par retour de mail.

(kiriakouheloise [at] gmail.com)

Au plaisir de vous voir,

Cordialement,

Héloïse Kiriakou

Résumé :

En 1963, c’est-à-dire seulement 3 ans après son indépendance, le Congo-Brazzaville connaît un mouvement populaire d’une ampleur inédite qui contraint le président de l’époque, Fulbert Youlou, à démissionner. Si les leaders des principales organisations syndicales jouent un rôle décisif dans la chute du régime, ils comptent, avant tout, sur l’expérience de l’ancien président de l’Assemblée, Alphonse Massamba-Débat, pour gérer la transition politique. Mais c’est sans compter sur l’activisme des Brazzavillois : forts de leur victoire en août 1963, ils continuent à occuper l’espace politique laissé vacant depuis l’insurrection. Au niveau local, les organisations de jeunesse, notamment, établissent des comités dans chaque quartier pour assurer la liaison entre les autorités et la population, et l’affirmation de ces acteurs de la société civile bouleverse l’échiquier politique et les équilibres qui prévalaient depuis la colonisation. Profitant d’un rapport de force favorable, ils obligent les autorités au pouvoir à négocier avec eux l’orientation de la transition et, un an seulement après l’insurrection, leur imposent la mise en place d’un parti unique et l’adoption du « socialisme scientifique » comme doctrine officielle. Pour comprendre l’influence des organisations de jeunesse sur la vie politique congolaise entre 1963 et 1968, cette étude se propose de faire une histoire « par le bas » de la révolution et d’analyser les expérimentations politiques et sociales, mises en œuvre au sein de la société civile dans les quartiers de Brazzaville, qui ont eu une incidence sur le processus révolutionnaire et de décolonisation au Congo.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.