Compte-rendu: Ambre Vilain, Imago urbis. Les sceaux de villes au Moyen Âge, CTHS/INHA (coll. « L’art et l’essai »), Paris, 2018, 357 p. (Judicaël Petrowiste)

Ambre Vilain, Imago urbis. Les sceaux de villes au Moyen Âge, CTHS/INHA (coll. « L’art et l’essai »), Paris, 2018, 357 p.

Compte-rendu rédigé par Judicaël Petrowiste.

Tirant sa matière d’une thèse de doctorat soutenue en 2011, l’ouvrage d’Ambre Vilain se fonde sur une conviction, rappelée avec force dans son introduction : en dépit de leur petite taille, les sceaux médiévaux ne sont en rien des œuvres mineures. Ils méritent donc que les historiens de l’art leur portent un intérêt accru. Pour le démontrer, l’auteure a choisi de s’intéresser aux sceaux de villes produits, entre le milieu du XIIe et le milieu du XVIe siècle, au sein des anciens pays qui s’étendaient sur le nord de la France, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg actuels. On sait que cette région, une des plus densément urbanisées de l’Europe médiévale, fut un des hauts lieux de ce « mouvement communal » qui conduisit à l’émergence de gouvernements municipaux autonomes, chargés de la gestion au quotidien de la communauté des habitants. L’accomplissement de cette tâche impliquant un recours croissant à l’écrit, ces gouvernements veillèrent assez tôt à se doter de sceaux permettant d’établir le caractère officiel et l’authenticité des actes émis au nom de la collectivité (l’universitas). Se posait dès lors la question des images qui, par le truchement de l’empreinte de cire, seraient chargées d’identifier la ville et ses habitants. À cet égard, l’enquête part d’un constat liminaire, dont on pourrait regretter qu’il soit plus affirmé que véritablement démontré : la préférence des autorités communales pour les motifs architecturaux. C’est ce constat qui a guidé le rassemblement du corpus de 175 sceaux sur lequel se fondent les analyses de l’auteure.

En six chapitres, celles-ci rendent compte des enjeux multiples qui présidèrent aux choix effectués lors de la mise en image de la ville. Pour assurer son rôle, « donner corps à la fiction juridique que forme la communauté des habitants » (p. 16), le sceau urbain est en effet soumis à une double contrainte : l’image qu’il véhicule doit à la fois renvoyer à la ville, en tant qu’archétype immédiatement identifiable, mais aussi exprimer l’identité particulière de l’universitas d’une ville, celle qui l’utilise pour authentifier ses actes. Pour résoudre ce dilemme, les autorités locales ont d’abord uniquement compté sur l’association entre une représentation générique, figurée sur la face du sceau, et la légende courant sur son pourtour, qui permettait l’identification de la communauté sigillante. Le premier chapitre de l’ouvrage souligne de ce point de vue la puissance de certains motifs architecturaux, tels que l’enceinte, la tour et la porte, pour susciter l’idée de ville dans la tradition judéo-chrétienne. Aussi n’est-il pas surprenant que ces éléments soient d’emblée repris sur les avers des sceaux communaux, souvent sous une forme abstraite, et toujours sur le mode métonymique. Les analyses stylistiques développées par Ambre Vilain dans ses deuxième et troisième chapitres montrent que cette formule iconographique fondamentale, si elle ne fut jamais totalement abandonnée, connut à partir du XIIIe siècle une complexification progressive dont un des principaux objectifs était de rendre plus efficace l’identification de la ville d’émission du sceau. Les représentations figurées révèlent une « tendance générale allant d’un schématisme à valeur symbolique à un goût de plus en plus prononcé pour un rendu vraisemblable du réel » (p. 91) : un soin particulier est porté à la reproduction « naturaliste » de certains bâtiments emblématiques de la ville (le beffroi, la halle, la cathédrale, une porte de l’enceinte) ; des éléments naturels (mont, rivière) font leur apparition ; les modes de représentation prennent parfois la forme, aux XIVe-XVe siècles, de véritables « vues » urbaines, prouesses de graveurs qui font la part belle à certains monuments dotés d’une forte charge symbolique au sein de l’identité locale.

Il revient en effet aux sceaux communaux de dire quelque chose de la ville et de son universitas. L’image qu’ils diffusent se doit par conséquent d’être signifiante, y compris dans ses plus petits détails. Derrière le souci constant de se rattacher à un modèle idéal et survalorisé, celui de la Jérusalem céleste que met notamment en évidence le quatrième chapitre de l’ouvrage, les préoccupations concrètes ne sont jamais éloignées. Chaque élément figuré n’est ainsi qu’une composante d’un « discours symbolique » dont l’auteure insiste sur la dimension fortement polysémique. La figuration d’une porte close rappelle aussi, par exemple, la capacité de la communauté à protéger la ville et à contrôler la circulation des hommes et des biens. Cette complexité du message transmis par l’image sigillaire confère dès lors une importance toute particulière aux modifications qui peuvent lui être apportées. Plusieurs études de cas, développées dans le cinquième chapitre, montrent que la fabrication d’une nouvelle matrice sigillaire peut être le révélateur de mutations locales dont certains détails sont chargés de rendre compte. L’ajout d’un écu seigneurial signale le passage de la ville sous une nouvelle tutelle ; la représentation « naturaliste » du beffroi de Douai ou des halles d’Ypres après leur réfection ou leur agrandissement actualise la force de l’autonomie municipale et la puissance de son oligarchie. De par l’objet même du sceau, la clé principale de son message n’est-elle pas, de fait, éminemment politique ? C’est ce que laisse entendre le dernier chapitre de l’enquête, qui montre à quel point l’image dont il est doté entend manifester un rapport d’autorité, qui rend compte de la place de l’Église dans la vie locale, du lien de l’universitas à son seigneur, mais aussi de l’étendue des prérogatives et libertés communales. Non sans que la polysémie propre au langage sigillaire permette d’exprimer toutes les nuances de ce rapport. La cathédrale présente sur le sceau de Bayonne, de style anglais, est par exemple moins le symbole de la puissance épiscopale qu’une protestation de fidélité à l’égard du roi-duc Plantagenêt (p. 278-282) ; le choix des échevins de Huy de passer d’un sceau en navette à un sceau rond vient témoigner de l’autonomisation de la communauté vis-vis de l’évêque de Liège (p. 288-289).

Bien que son champ géographique (les pays flamands lato sensu) et thématique (les sceaux communaux à motifs architecturaux) s’avère plus réduit que ce que laisse entendre son titre, l’ouvrage d’Ambre Vilain réussit donc son pari : montrer la complexité du langage sigillaire, ainsi que l’intérêt de ces objets pour les historiens et les historiens de l’art. Le propos, qui s’appuie sur des reproductions photographiques nombreuses (près de 90, dont une quinzaine en couleur) et d’une excellente qualité, témoigne de la grande érudition de l’auteure en matière d’iconographie médiévale. Au risque, il est vrai, de l’excès : la densité du propos, parfois redondant, l’abondance des exemples, la méticulosité des comparaisons et des analyses perdent parfois le lecteur non averti, d’autant que la hiérarchie des sous-parties de l’ouvrage n’est pas toujours très claire. Le livre n’en fournit pas moins une contribution de premier ordre aux études sigillographiques, et apporte un témoignage supplémentaire de l’intérêt renouvelé que suscite ce champ disciplinaire depuis quelques années. Ce dont il y a tout lieu de se féliciter.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.