Appel à contributions. Dossier Comptabilités de la construction – revue Aedificare

La revue internationale d’histoire de la construction Ædificare lance un appel à contributions pour un dossier sur le thème des « Comptabilités de la construction » coordonné par Michela Barbot (CNRS – IDHES – ENS Paris-Saclay) et Virginie Mathé (UPEC – Centre de recherche en histoire européenne comparée).

Aedificare – revue internationale d’histoire de la construction

Appel à contribution

Dossier « Comptabilités de la construction »

(coord. Michela Barbot et Virginie Mathé)

Les comptes des chantiers constituent des sources fécondes pour l’histoire de la construction. Ils ont donné lieu à des recherches sur les prix, sur les artisans et les commanditaires, sur les matériaux et leur approvisionnement, sur l’organisation du monde du bâtiment. Mis en regard des édifices ou de leurs vestiges, ils en enrichissent la compréhension ; ils en sont même parfois la seule trace. Se situant à la croisée de l’histoire de la construction et de l’histoire de la comptablité, le présent dossier, qui sera publié dans la revue Aedificare fin 2020, propose d’envisager la comptabilité des chantiers non comme une source, mais comme un objet d’étude en elle-même.

La réunion des articles, relevant de l’étude de cas ou de la publication commentée de sources, vise à souligner la diversité des comptabilités de la construction pour mieux les définir et à identifier les éventuelles spécificités des écritures et des pratiques comptables dans ce domaine d’activités par rapport à d’autres types de comptabilités. Les articles pourront concerner toutes les périodes historiques, de l’antiquité au monde actuel, et toutes les aires géographiques. Le moment de la construction proprement dite peut être au cœur de l’étude, mais aussi ceux de l’entretien, de la rénovation et de la reconstruction des bâtiments, des jardins ou des espaces urbains.

Trois pistes, non limitatives et qui gagneront à être envisagées de manière conjointe, pourront être suivies par les auteurs :

1. Autour des auteurs des comptes :

Tous les acteurs de la construction peuvent être amenés à tenir leurs comptes, à composer des devis, des livres-journaux, des registres ou des reçus. Même si une grande partie de la documentation émane des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’œuvre, les écritures artisanales sont loin d’être inexistantes. Certains dossiers d’archives se révèlent ainsi très hétérogènes, mêlant des documents, qui se complètent et se font écho, issus des commanditaires, des architectes et des gens de métier. La comptabilité de la construction relève aussi bien de la sphère privée – qu’elle soit celle de l’entreprise ou de la maisonnée – que du domaine public dans lequel interviennent le pouvoir politique, les autorités religieuses et militaires, les instances administratives. Au-delà des personnes et des institutions qui sont à l’origine des comptes de construction, ce sont les rédacteurs de ces textes qui sont à examiner : sont-ils des spécialistes avant tout de la comptabilité et de l’administration ou plutôt de la construction ? Quelle intelligence du chantier et quelle maîtrise des savoir-faire comptables possèdent-ils ?

S’il s’agit de constater la variété des auteurs de ces documents regroupés sous l’expression de « comptabilités de la construction », il convient aussi de s’interroger sur les interactions entre ces différentes pratiques comptables. Par exemple, dans quelle mesure les comptabilités des maîtres d’ouvrage s’appuient-elles sur les papiers produits par les artisans ? Et quel poids les exigences bureaucratiques ont-elles sur l’écriture comptable au quotidien ?

2. À propos des objectifs :

Poser la question des auteurs des comptes de construction amène à évoquer les objectifs de la production de tels documents. Les outils comptables permettent de suivre les recettes et les dépenses du chantier, mais on peut se demander s’ils sont réellement efficaces pour les maîtriser : que se passe-t-il par exemple quand le budget est dépassé ? Ils servent aussi à dresser des bilans, produits à intervalles réguliers ou présentés à la fin du chantier. Cette dernière pratique, qui vise à connaître le prix total d’un édifice, est-elle d’ailleurs habituelle ? Qu’en est-il notamment pour les chantiers qui se poursuivent pendant plusieurs générations ?

S’interroger sur les objectifs visés par les rédacteurs des comptes, c’est aussi se demander à qui ils sont destinés : sont-ils réservés à chacune des catégories intervenant sur le chantier, sont-ils utilisés dans les échanges entre les différents acteurs de la construction ou sont-ils rendus publics ? Dans ce dernier cas, les enjeux politiques immédiats peuvent rejoindre la volonté de garder la trace d’un chantier particulièrement significatif pour la communauté. On peut ainsi se demander pourquoi la documentation comptable a été conservée au point de parvenir jusqu’à nous.

3. À propos du contenu et de la forme :

Les comptes de construction ont été dressés sur des planchettes de bois, des tablettes de cire, des feuilles de parchemin et de papier ; ils ont parfois été gravés sur la pierre, réunis en liasse, reportés sur des cahiers et, beaucoup plus récemment, sont passés sous format numérique. L’examen des aspects matériels de la production et de la réception de ces documents invite à ne pas séparer support et contenu.

Pour ce qui est de ce dernier, la lecture de comptes relatifs à des chantiers même contemporains les uns des autres enseigne que l’on ne compte pas partout et toujours les mêmes choses, ni selon les mêmes manières. Le financement du chantier fait ainsi beaucoup moins l’objet d’une comptabilité que les dépenses. Pour celles-ci, si la somme sortie de la caisse est toujours indiquée, la tâche effectuée ou le matériau fourni ne sont pas nécessairement notés ; voire, le nom exact de l’artisan peut être remplacé par des expressions génériques, comme « les manœuvriers ». Les rédacteurs n’entrent pas dans les mêmes degrés de détails, parfois se limitant à quelques mots et un chiffre si bien que l’on comprend difficilement de quelle opération sur le chantier il s’agit, parfois explicitant considérablement les actes effectués. Cela conduit à considérer la place respective du texte et du chiffre dans la comptabilité ainsi que leur mise en forme (listes, tableaux, …). On pourra aussi s’interroger sur le rôle des éventuelles représentations graphiques qui accompagnent les comptes.

Les articles pourront être rédigés dans l’une des langues suivantes : français, italien, anglais, espagnol, allemand et portugais. À titre d’indication, leur longueur pourra être comprise entre 30.000 et 50.000 signes.

Les propositions d’article comporteront un titre et un résumé d’environ 2.500 signes, ainsi que les coordonnées de l’auteur (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale). Elles devront être adressées avant le 15 décembre 2019 à mbarbot@ens-paris-saclay.fr .

Les propositions seront examinées et choisies par les coordinatrices du dossier. Quant aux articles eux-mêmes, chacun sera expertisé par deux rapporteurs désignés par le comité de rédaction de la revue Aedificare.

Calendrier :

– 15/12/2019 : envoi des propositions par les auteurs

– 06/01/2020 : notification d’acceptation de la proposition

– 3/5/2020 : envoi des articles par les auteurs

– 28/6/2020 : transmission des expertises aux auteurs

– 30/7/2020 : retour des articles définitifs

– fin 2020 : publication du dossier.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.