Compte-rendu: Leyla Dakhli et Vincent Lemire (dir.), Étudier en liberté les mondes méditerranéens. Mélanges offerts à Robert Ilbert, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016 (Valérie Pouzol).

Ouvrage : Leyla Dakhli et Vincent Lemire (dir.), Étudier en liberté les mondes méditerranéens. Mélanges offerts à Robert Ilbert, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016

Compte-rendu rédigé par Valérie Pouzol.

« Une bruyante conversation » (p.7)… c’est ainsi que Leyla Dakhli et Vincent Lemire, décrivent dans l’introduction de leur ouvrage, la somme de soixante contributions, réunies par eux, en hommage aux travaux et à la personnalité de l’historien Robert Ilbert, dont ils ont été, par ailleurs, les étudiants. Ces Mélanges ne sont pas une publication conventionnelle structurée autour de thématiques précises mais un ouvrage qui s’est ouvert volontairement, dès le début de sa conception, à « toutes les langues, à tous les commerces et à toutes les influences ».

Ce livre volumineux (590 pages) est avant tout un hommage polyphonique à la curiosité insatiable d’un historien novateur qui a fait le choix de travailler dans une interdisciplinarité résolue, « en liberté » et toujours si possible en se déplaçant afin de mieux analyser ses objets d’étude. Robert Ilbert, dont l’impressionnant parcours bio-bibliographique est présenté par Gisèle Seimandi (p. 39-53), a en effet choisi de ne pas s’enfermer dans des objets de recherches figés afin de laisser la porte ouverte aux questionnements, en cherchant notamment des axes et des concepts dans les autres disciplines. Dans son sillage, pour ne pas dire dans son école, et grâce à ces encouragements, des étudiant-e-s, des collègues, des ami-e-s, ont choisi, elles et eux-aussi, d’étudier les mondes méditerranéens en liberté (article de Gilles Kepel p.175-178). Robert Ilbert est présenté comme un enseignant-chercheur qui n’a jamais été « un distributeur d’objets » mais au contraire « un joyeux pourvoyeur de questions et de remises en question » (p.7). Dix verbes structurant une méthode et scandant des étapes de ce que peut être une trajectoire de recherche se sont imposés : initier, traverser, habiter, jouer, collecter, déplacer, incarner, risquer, classer, relier. On retrouve dans ce livre des textes souvent très personnels qui laissent à deviner les liens entre passé et présent. Robert Ilbert est un historien qui s’intéresse à la construction du passé mais également à celle du présent (p.35-36).

Afin d’incarner cette trajectoire hors du commun, Vincent Lemire et Leyla Dakhli ont longuement interrogé Robert Ilbert sur son parcours et les temps forts de son existence. Dans un bel entretien d’une vingtaine de pages (p. 9-37), on apprend ainsi comment l’histoire familiale, les études, les voyages et les rencontres ont façonné sa personnalité et surtout ses exigences intellectuelles. Robert Ilbert n’est pas seulement un enseignant mais également un chercheur très impliqué dans la vie de la cité et dans la fondation d’institutions de recherches (AFEMAM Association française pour l’Étude du Monde arabe et musulman, IFPO Institut français du Proche-Orient, MMSH Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence). Plusieurs contributions font allusion à cette trajectoire de maître d’œuvre sachant prendre des risques : François Siino présente les origines de la création de la MMSH (p. 397-405) et Pierre Livet l’audacieuse IMéRA (Institut d’Études avancées. Exploratoire méditerranéen de l’interdisciplinarité) à vocation interdisciplinaire.

Les mondes méditerranéens semblent dans un premier temps fixer une limite spatiale rassurante à cette « bruyante conversation ». Pourtant dans de nombreux articles, ce paradigme méditerranéen est constamment interrogé et déconstruit comme l’ont d’ailleurs fait, les recherches de l’historien. Les cartes relatives aux lieux cités dans l’ouvrage, annexées en toute fin du livre (p. 563-567) sont révélatrices des différentes focales utilisées pour appréhender ces mondes méditerranéens : la première est à l’échelle du monde, dans une projection cartographique qui donne à voir les interconnections, les circulations, pendant que la seconde est celle de la Méditerranée dont l’influence s’étend bien au delà des pays riverains. Ces Mélanges proclament haut et fort que l’histoire se construit à différentes échelles, qu’elle peut être globale et connectée et que les mouvements, les échanges et les circulations sont des données centrales dans la compréhension des sociétés humaines.

Plusieurs contributions s’intéressent par conséquent aux articulations, aux contournements, à la circulation des personnes et des idées, aux migrations. Le chapitre intitulé « Traverser » regroupe ainsi plusieurs textes stimulants qui évoquent ces mises en mouvement souvent fondatrices de l’histoire des peuples et des individus. Plusieurs textes reviennent sur cette inscription de la Méditerranée dans un espace monde depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Les textes de Caroline Douki sur les voyages transatlantiques des émigrants italiens au début du XXe siècle et celui d’Anna Madoeuf sur l’expérience personnelle de voyager dans l’Orient-Express reviennent sur ces questions. Les migrations de Grecs vers l ‘Afrique, dans les années 1920, sont également également évoqués par Méropi Anastassiadou (p. 425-432). Les hauts-lieux de la circulation de l’articulation spatiale sont présents (canaux, détroits) et rappellent l’intérêt qu’a nourri Robert Ilbert pour ces espaces frontières. Le voyage peut également être une épreuve qui met en mouvement et qui façonne l’identité (article de Véronique Bontemps et Falastin Naili sur la traversée du Pont Allenby par les Palestiniens p.133-141).

Robert Ilbert, après avoir travaillé sur la ville du Caire jusqu’en 1987, a finalement réalisé sa thèse d’État sur la ville d’Alexandrie (Robert Ilbert, Alexandrie 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, Le Caire, éditions de l’IFAO, 1996. Version remaniée de sa thèse d’État). Ses travaux qui s’intéressent à la question des pouvoirs urbains, à la structuration des communautés et au façonnement du paysage de la ville ont singulièrement renouvelé les recherches en histoire urbaine sur le Moyen-Orient, longtemps marquées par des représentations orientalistes et culturalistes. On retrouve dans de nombreuses contributions des thèmes qui lui sont chers : le cosmopolitisme, la citadinité, notions qui sont interrogées pour d’autres villes et d’autres périodes (Brigitte Martin sur la ville de Naples au XVIIIe siècle p.188-199). Plusieurs contributions de ces Mélanges s’inscrivent dans ce renouvellement historiographique de l’histoire urbaine de la région en revenant sur la ville d’Alexandrie mais également sur les villes du Caire, de Beyrouth de Tripoli. Ainsi l’article de Mercedes Volait sur la mémoire artistique du Caire autour de lieux où le partage et les connexions entre Orient et Occident ont été importants (p 179-188). L’expérience Alexandrie y occupe bien sûr une place centrale mais elle est pensée en lien avec d’autres espaces et d’autres périodisations (article de Patrice Bret sur l’Alexandrie avant Ilbert p.449-459). L’histoire de la ville y est pensée en lien avec celle de l’Egypte, du continent africain, de l’Asie et des mondes atlantiques.

Ce recueil de textes est un hommage à la mise en mouvement. C’est au chercheur de manifester sa capacité à se déplacer, à se retrouver momentanément désorienté. Il est souvent question dans les différents textes de la méthode de Robert Ilbert, qui, bousculant ses étudiant-e-s les conduits vers des sujets auxquels ils/elles ne songeaient pas (article de Vincent Lemire). Les soixante voix de cet ouvrage parlent de transmission, de maïeutique et de l’expérience de la recherche. Nul doute que de jeunes apprenti-e-s chercheur-e-s qui hésitent encore dans leurs méthodes de travail, dans le choix de leur sujet, gagneront en liberté en parcourant certaines pages de ce livre.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.