Compte-rendu: Claudine Moulin, Michel Pauly (édité par), Die Rechnungsbücher der Stadt Luxemburg (1388-1491), Luxemburg, Cludem (Schriftenreihe des Stadtarchives Luxemburg, 1-10), 2007-2018, 10 vol. (Pierre Monnet)

Claudine Moulin, Michel Pauly (édité par), Die Rechnungsbücher der Stadt Luxemburg (1388-1491), Luxemburg, Cludem (Schriftenreihe des Stadtarchives Luxemburg, 1-10), 2007-2018, 10 vol.

Compte-rendu réalisé par Pierre Monnet.

Pendant longtemps les comptabilités, royales, princières, domaniales ou urbaines, ont été prises par les historiens au ras du sol, comme un simple réservoir de chiffres souvent transformés anachroniquement en budgets, crédits, dettes, coûts de la vie, inflation comprise… suivant un vocabulaire et des modes de lecture, on l’aura aussitôt compris, radicalement étrangers à l’esprit et à la logique qui avaient en leur temps présidé à leur production.

Par un renversement salutaire de paradigmes, qui affectait parallèlement l’ensemble des productions textuelles, visuelles et matérielles du Moyen Age, les historiens ont appris depuis à poser à ces « comptes » des questions plus complexes et fondamentales : pourquoi cette source est là, sous cette forme, ainsi transmise et quels furent les usages sociaux qu’en firent les contemporains et leurs successeurs ? Cette interrogation prit, dans le cas des sources comptables, un caractère d’autant plus urgent et fécond que l’on pouvait se demander pourquoi, au fond, un scribe, un argentier, un régisseur ou un conseil de ville pouvait s’acharner à conserver des décennies durant et souvent sous une forme massive et continue des comptes qui avaient perdu, en surface, leur intérêt à partir du moment où l’opération était vérifiée, payée et détachée visiblement de son objet initial.

L’édition imposante des livres de comptes de la ville de Luxembourg ici proposée obéit exactement à ces nouveaux impératifs et répond parfaitement aux préoccupations neuves, et combien plus fructueuses, à l’instant mentionnées. Leur publication se signale d’abord par un caractère massif, imposant et continu : dix volumes couvrant plus d’un siècle d’enregistrements (1388-1500 au total). Chaque volume reproduit année par année dans l’ordre chronologique les comptabilités éditées selon les normes les plus récentes et rigoureuses (y compris dans le respect heureux des majuscules et de la ponctuation), et s’ouvre par une introduction méthodologique et contextuelle à double main (une philologue, Claudine Moulin, un historien, Michel Pauly). Chaque tome comporte à la fin un registre des lieux (mais malheureusement pas des personnes) et une bibliographie que la durée du projet, plus d’une décennie, permet fort heureusement d’actualiser chaque fois. Plusieurs clichés des sources originales sont également fournis au fil des volumes. Le premier volume (2007, 146 p.) publie les comptes couvrant les années 1388 à 1399 et s’ouvre par une introduction générale de Michel Pauly qui présente la source, sa conservation et son intérêt au regard de l’histoire de la ville et de son fonctionnement administratif. Elle est suivie par une mise au point de Claudine Moulin qui, en philologue, qualifie le type de germano-luxembourgeois employé et montre en quoi ces comptes forment également un formidable réservoir linguistique et onomastique pour saisir la vie quotidienne d’une cité aux XIVe et XVe siècles. Le 2e volume (2008, 172 p.) consigne les comptes des années 1400-1430 et se présente sans introduction, à la différence du 3e volume (2009, 200 p.) qui installe les comptes des années 1444-1453 sous le nouveau toit de la conquête de la ville par le duc de Bourgogne Philippe le Bon conduisant à des changements de pratique administrative et scripturaire, à la création d’un nouveau type sigillaire, à l’augmentation des dépenses militaires et somptuaires de la ville. Le 4e volume (2010, 192 p., années 1453-1460) partage l’introduction précédemment résumée puisque la ville continue de faire partie des territoires rassemblés par le duché de Bourgogne. Avec le 5e volume (2010, 196 p., années 1460-1466) s’ouvre une « nouvelle ère administrative » dans l’histoire de la ville, ainsi que le formule Michel Pauly dans une introduction séparée : le 24 janvier 1461, en effet, Philippe le Bon restitue à la ville ses libertés et privilèges. Ce changement n’est pas une mince affaire puisque la trésorerie de la ville peut récupérer l’ensemble du produit des accises sur le vin qu’elle avait dû auparavant entièrement verser au duc, et avec cela, les autres impôts indirects sur les grains, le ban et la balance. De même, les bourgeois purent de nouveau désigner les juges échevins et le conseil rouvrir des chantiers de construction mis en sommeil. Une étude des filigranes vient compléter l’introduction de ce cinquième volume et permettre d’entrevoir les sources d’approvisionnement en papier du conseil. Le 6e volume (2012, 172 p., années 1467-1473) bénéficie d’une introduction par Claudine Moulin qui justifie un certain nombre de principes d’édition au plus proche des prescriptions modernes soucieuses de respecter la facture du texte : respect des majuscules, des séparations des mots par la source, des fautes de copie et d’enregistrement, des variantes graphiques, de la ponctuation donnée par le texte ; une déclaration programmatique qui vaut également pour tous les volumes de la série, raison pour laquelle le 7e tome (2013, 164 p., années 1475-1475) ne comporte pas d’introduction séparée. Le 8e volume (2014, 192 p., années 1478-1480) poursuit la réflexion introductive sur une lancée philologique et linguistique en donnant la parole à Robert Clees, spécialiste de la grammaire du nouvel haut-allemand précoce, pour éclairer la manière dont les comptes des années 1470 traduisent une étape importante dans la flexion des substantifs. Le 9e volume (2016, 214 p., années 1480-1483) ne comporte pas d’introduction spécialisée. Quant au dixième et dernier volume paru (2018, 184 p., années 1483-1491), il est précédé d’un texte introductif confié à Nikolaus Ruge qui détaille et met en contexte deux entrées des comptes de 1471/72 et 1490/91 faisant état de dépenses effectuées pour la tenue de jeux sacrés à Luxembourg : le jeu de Marie et Joseph en 1471 et un jeu de Anna et Joachim inséré dans une Passion jouée en 1491.

L’ensemble des comptes, on l’a vu est en moyen-haut allemand mâtiné de dialecte luxembourgeois, qui évolue peu à peu vers un nouvel haut-allemand précoce du XVe siècle, transformation qui fait à juste titre l’objet de très précieux développements. Les choix éditoriaux sont chaque fois expliqués et s’orientent selon le respect d’un principe documentaire et heuristique propre à mieux faire comprendre la valeur de ces comptes en termes d’organisation administrative d’une ville pourvue pour la première fois d’un droit urbain en 1244, mais aussi leur vertu pour tous les aspects touchant la vie politique, religieuse, sociale et culturelle d’une communauté urbaine de quelque 7 000 habitants enregistrés dans les années 1430, qu’il s’agisse également des choix des consuls, de la gestion de l’espace environnant, du périmètre des relations extérieures de la cité. Une grande attention est portée, livre après livre, aux mots qui disent les recettes, les dépenses, les consommations, les produits, les lieux, les techniques, les métiers, les monnaies, les douanes, les approvisionnements, les constructions, bref toute la richesse sémantique, matérielle, économique et symbolique révélée par les chiffres et leur maniement.
Au-delà d’une somme inépuisable et précieuse d’informations sur la vie d’une ville, prise quasi dans sa totalité fonctionnelle et sur le vif, c’est aussi tout l’appareil scripturaire et documentaire qui se trouve éclairé et démonté : enregistrement, contrôle, additions, corrections, ratures, organisation matérielle de la page…

Mais ce n’est pas tout, la lecture de cette édition admirable de précision et de richesse ouvre la voie à quatre autres saisies de la société urbaine que ces comptes reflètent en même temps qu’ils l’organisent. On y voit en effet apparaître d’abord un vocabulaire fin de la structure et de la hiérarchie sociale, administrative et professionnelle : métiers, fonctions, intitulés de notabilité, jusqu’à un réservoir anthroponymique qui resterait à exploiter. On y voit également surgir le fil et l’épaisseur du temps puisque le volume des entrées comptables varie chaque année en fonction des événements, climatiques, militaires, politiques, sociaux, notamment pendant les années 1440-1460 en pleine aventure bourguignonne qui, dans tout l’Empire et en France, provoque un surcroît d’opérations, de dépenses, de guerres, d’alliances et de paperasse dont la comptabilité de Luxembourg est un parfait reflet (en l’occurrence conquête de la ville en 1444 et restitution de ses libertés en 1461). On y voit aussi se déployer toute l’activité d’écriture du gouvernement urbain : lettres, décisions, avis, privilèges, messagers, alliances, contrats dans une dynamique où l’écrit engendre et remodèle l’écrit. Enfin, et cette dimension n’est pas moins importante, on comprend au fil des entrées combien s’accumule et se compose ici un matériau brut apte à nourrir toute la production de mémoire et de chronistique de la ville : mémoire des chiffres, certes, mais aussi mémoire des faits, des objets et finalement des manières de gouverner.

On l’aura compris, il s’agit là d’une publication majestueuse, monumentale, d’une fécondité encore riche de travaux et d’interprétations ultérieurs sur une ville, et donc un duché, situé au croisement d’influences multiples, française, bourguignonne, flamande, allemande, impériale… bref un lieu européen par excellence.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.