Compte-rendu: Hélène Ménard et Rosa Plana-Mallart (sous la direction de), Espaces urbains et périurbains dans le monde méditerranéen antique, Montpellier, PULM, 2015 (Hélène Brun-Kyriakidis)

Hélène Ménard et Rosa Plana-Mallart (sous la direction de), Espaces urbains et périurbains dans le monde méditerranéen antique, Montpellier, PULM, 2015

 

Compte-rendu réalisé par : Hélène Brun-Kyriakidis

 

Le volume coordonné par Hélène Ménard et Rosa Plana-Mallart est le produit de deux journées d’étude consacrées à la thématique du périurbain organisées à Montpellier et à Lattes en 2011 et 2012. Il rassemble quatorze contributions distribuées en quatre sections : la première, intitulée « Espaces urbains et périurbains : définitions et état de la question » rassemble trois articles ; la deuxième s’attache à la « protohistoire récente », la troisième, la plus fournie, aux « cultes et nécropoles » ; la quatrième enfin s’attache « à l’animal dans l’urbain et le péri-urbain ». L’organisation générale du volume dit sa richesse et sa diversité car à travers cette question du rapport entre les espaces urbains et périurbains sont envisagées des thématiques variées, dans des situations historiques diverses. Sans reprendre dans le détail les communications présentées, quelques-unes seront évoquées qui ont plus particulièrement retenu notre attention.

Dans la première section, l’article co-écrit par les deux coordinatrices du volume (« Le périurbain comme objet d’étude : état de la question ») retrace l’histoire des recherches récentes sur la thématique. Elles situent ainsi leur propre projet au sein de ces études. L’objet retenu, « le périurbain », demeure toutefois assez difficile à appréhender, comme elles le reconnaissent. La situation documentaire apparaît en outre assez contrastée selon que l’on s’attache au monde grec et indigène ou au monde romain et à l’espace méditerranéen occidental. La notion de périurbain ne se laisse pas aisément circonscrire matériellement. Une définition fonctionnelle ou administrative ne convient guère mieux et les études de cas font plutôt ressortir le contraste entre des situations particulières et des généralités. Cette même problématique de la définition du périurbain est ensuite abordée dans l’article de Bastien Lemaire (« Le périurbain : évolution des approches et pistes de recherche à partir de quelques exemples de Méditerranée occidentale ») qui reconnaît l’impossibilité d’assigner des limites claires à cet espace dans le cadre de la cité antique. Néanmoins, on voit se dessiner, à travers ces deux contributions, des questions liées à la représentation du périurbain et aux appréciations ou jugements que l’on porte sur ces espaces dans le monde antique, d’autres aux singularités de son organisation matérielle et à ses modes de construction, d’autres enfin à la spécificité de ses fonctions ou de son usage, voire à celle de sa réglementation.

De fait, plusieurs de ces questions sont abordées plus particulièrement dans les articles qui suivent. Ainsi, l’étude que Julien du Bouchet propose du « Vocabulaire du périurbain en grec ancien » donne une idée de la manière dont les Grecs, à différentes époques et dans des contextes géographiques contrastés, se représentaient la notion de proastion, que nous traduisons généralement par « faubourg » ou « espace périurbain ». Les acceptions et les emplois du terme permettent de considérer non seulement les représentations, mais également quelques-unes des fonctions possiblement assignées à ces espaces et, partant, d’en caractériser parfois la morphologie. Il analyse également les évolutions du sens de ce terme, notamment à l’époque impériale ou, sans doute sous l’influence des manières latines de désigner les domaines suburbains (suburbanum), il en vient à désigner des propriétés situées hors de la ville, précisément dans cet espace du proastion, devant la ville mais avant la campagne.

Les mêmes questions se retrouvent encore distribuées dans les trois sections suivantes qui abordent plutôt les usages du périurbain et la morphologie de ces espaces, c’est-à-dire la manière dont techniquement ils sont produits. L’approche de Despina Chatzivasiliou (« Construction et interprétations de dispositifs cultuels dans l’espace urbain et périurbain de l’Attique archaïque. Le cas d’Éleusis et de l’Éleusinion en ville ») qui s’inscrit notamment dans la lignée de travaux de François de Polignac, cherche à manifester les liens qui se tissent entre une ville – en l’occurrence Athènes – et sa périphérie, lorsque se structure son territoire, et le rôle que jouent dans cette structuration les sanctuaires traditionnels. Le cas d’étude qu’elle retient, celui d’Éleusis, indique également comment le pouvoir politique a œuvré pour renforcer ou tisser ces liens étroits entre Athènes et Éleusis après l’intégration de ce sanctuaire à l’espace civique athénien dans le courant du VIe siècle.

Isidoro Tantillo (« Sanctuaires périphériques de Déméter dans la Sicile archaïque ») adopte une perspective analogue : il s’intéresse à la structuration des cités grecques et aux rôles des sanctuaires dans le processus de définition politique et dans l’appropriation des territoires à l’époque archaïque dans le cadre colonial, à travers l’exemple des sanctuaires de Déméter en Sicile. Ces derniers sont en effet préférentiellement situés en périphérie des agglomérations. En s’appuyant sur une riche documentation archéologique, Isidoro Tantillo s’attache à préciser les raisons de cette implantation particulière en insistant particulièrement sur la singularité des situations considérées. Il rappelle également les classifications et les typologies proposées pour distinguer entre sanctuaires suburbains et sanctuaires extra-urbains, selon la distance qui les sépare du centre de l’agglomération. Il propose plutôt de qualifier les sanctuaires de Déméter de « périphériques » en insistant, plutôt que sur la distance, sur la localisation hors les murs qui lui paraît plus significative. La position intermédiaire des sanctuaires de Déméter lui paraît jouer un rôle dans la définition d’une citoyenneté féminine intermédiaire elle-aussi, comme François de Polignac l’a suggéré. Ces sanctuaires peuvent enfin contribuer à la cohésion civique, notamment avec les populations indigènes qui étaient susceptibles de les fréquenter. La raison de l’implantation des sanctuaires est parfois à trouver dans la présence antérieure d’un sanctuaire indigène, par exemple à Sant’Anna à Géla. L’examen des traces laissées par les pratiques cultuelles dans les différents sanctuaires lui permet ensuite de préciser les caractères de la déesse en Sicile, mais l’éloigne quelque peu de la problématique strictement liée à la localisation de ces établissements.

La contribution d’Audrey Renaud sur la Nîmes antique s’attache à l’examen des restes fauniques provenant des différents chantiers de fouilles (sauvetages ou programmées) de la Nemausus antique. Elle dresse ainsi le bilan de l’ensemble des enquêtes archéozoologiques et sur ce que l’on peut attendre de ces approches, tant pour déterminer la présence et la localisation des espèces animales (zones urbaine, périurbaine, rurale), que pour en analyser les modes de production ou d’exploitation (élevage, alimentation carnée, transformations artisanales diverses). À ce titre, le cas de la Nîmes antique a valeur d’exemplum : la diversité et l’abondance des sites fouillés ainsi que la qualité de la collecte documentaire permettent d’y déployer toute la gamme des études d’archéozoologie et d’en tirer toutes les réflexions historiques attendues. L’analyse permet également d’en retracer les évolutions et les changements, notamment liés à la présence du rempart urbain qui, à partir du Ier siècle de notre ère, apparaît comme un « filtre » qui empêche les animaux de grande taille de pénétrer directement dans la ville, y compris pour les besoins alimentaires des habitants, et tend à spécialiser les faubourgs comme zones d’abattage et de traitement des carcasses (équarrissage et découpes). L’article fait donc bien ressortir toute la « complexité des réseaux régissant l’économie animale de Némausus » (organisation spatiale essentiellement sous le terme de « réseaux »), ainsi que leur évolution au cours du temps.

Christophe Chandezon (« Gérer la présence des animaux domestiques dans la ville grecque et ses abords ») passe d’abord en revue les attestations de la présence des animaux dans la ville grecque antique (textes, vestiges, etc.) et dresse la liste des activités humaines qui requièrent la présence des animaux ou la suscitent, armée, chantier, fêtes religieuses par exemple. Il évoque également des activités urbaines directement liées à la production ou à l’exploitation des animaux (élevage commerce, spectacles d’animaux), avant d’en venir strictement aux questions de réglementation et de gestion. Il aborde donc toutes les modalités de la présence de l’animal en ville et la manière dont les animaux, d’espèces variées, participent à la société des hommes.

La troisième communication de ce chapitre est dévolue à l’étude des animaux à Pompéi (« L’animal domestique dans l’espace urbain : place et fonction de la faune dans l’habitat pompéien »). Noémie Gautier s’attache à identifier la place de l’animal au sein de la domus pompéienne en étudiant les espaces qui lui sont réservés. Cette étude permet ainsi de préciser la relation de l’homme avec l’animal et de comprendre également certaines valeurs des Romains.

Ce volume présente donc des communications intéressantes et diverses, dont le lien avec la thématique du périurbain est parfois quelque peu distendu du fait des spécialités de recherches des participants qui ne sont pas tous directement concernés par la question. Néanmoins, le volume ouvre la voie à de nombreuses réflexions, particulièrement parce qu’il rassemble des chercheurs issus de domaines divers dont les spécialités se complètent ou entrent en dialogue à travers un thème commun.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search