Compte-rendu: Caroline Rozenholc, Tel-Aviv. Le quartier de Florentine, un ailleurs dans la ville, Creaphis, coll. Lieux Habités, 2018, 240 p. (Julien Blanc)

Caroline Rozenholc, Tel-Aviv. Le quartier de Florentine, un ailleurs dans la ville, Creaphis, coll. Lieux Habités, 2018, 240 p.

 

Compte-rendu réalisé par Julien Blanc

 

Cet ouvrage est issu de la thèse de Caroline Rozenholc,  Lire le lieu pour dire la ville. Florentine : une mise en perspective d’un quartier de Tel-Aviv dans la mondialisation, soutenue en 2010 sous la direction d’Emmanuel Ma Mung et William Berthomére. L’ajout réussi des dessins de l’architecte-urbaniste Patrick Céleste ne se limite à de simples illustrations mais apporte de réels outils de perspectives et d’analyses. Le fond de l’ouvrage est davantage pluridisciplinaire qu’il y parait, l’auteure aborde des aspects historiques, urbanistiques, socio-spatiales et politiques à différentes échelles afin de répondre à une ambitieuse « exploration à la surface de la ville et dans l’épaisseur de ses lieux, pour tenter de démêler les effets locaux de la mondialisation, et ce dans une réalité israélo-palestinienne éminemment complexe » (p. 22).

L’introduction présente d’abord les principales caractéristiques de Tel-Aviv, capitale économique d’Israël et métropole moyenne de 450 000 habitants (2e métropole derrière Jérusalem), fondée en 1909 sous domination ottomane dans les faubourgs de Jaffa. Tel-Aviv est une ville dynamique, ouverte sur le monde, symbole de la mondialisation et de la course architecturale, à la fois méditerranéenne et orientale, « champignon américain » (p.17), verticale et dense, et « anti-Jérusalem archétypale » (p.7), jouissant d’une relative indépendance politique et religieuse par rapport au reste du pays. L’auteur rappelle deux dynamiques spécifiques à Tel-Aviv à savoir « la transformation progressive de son statut et de l’image de la ville en Israël » et « sa reconnaissance internationale comme patrimoine mondial de l’Humanité » (p. 7), et retrace à grands traits son inscription dans le mouvement Bauhaus comme ville européenne et moderne qui lui vaut le surnom de « Ville blanche », mais relativise ce récit patrimonial en montrant à juste titre que Tel-Aviv n’est pas une « bulle d’insouciance et de prospérité » (p. 16) à l’écart du conflit israélo-palestinien. Après cette bonne synthèse contextuelle, l’auteure explique que l’ouvrage propose une relecture de l’histoire de Tel-Aviv et de ses dernières évolutions à travers un lieu périphérique, pour renouveler la compréhension de l’ensemble. Ce livre s’intéresse donc au quartier de Florentine, à la fois objet et terrain de recherches, aux frontières de Jaffa et de Tel-Aviv, entre ville arabe et ville juive, quartier marginal et populaire, plutôt en relégation et en décalage par rapport au reste de la ville, espace hétérogène et mondialisé par les vagues successives d’immigration. Le quartier composé d’une superposition de constructions résidentielles, petites industries, commerces bon marché et de gros, de bâtis dégradés et marqué par la pauvreté de la population, tranche radicalement avec le reste de la ville. Paradoxalement, Florentine est connu par l’ensemble de la population israélienne notamment en raison d’une série télévisée particulièrement populaire « Florentine »1 diffusée avec succès de 1997 à 2000. L’auteur perçoit, avec empathie, le quartier de Florentine comme un espace de coexistence, de tolérance et de proximité et comme le prisme des « processus de recomposition spatiale de la ville, et des reformulations des catégories sociales du pays » (p. 23).

La première partie du livre, « Florentine, un quartier pour penser la ville », composé de deux chapitres, est centrée sur une géohistoire du quartier Florentine, frontière entre Tel-Aviv et Jaffa, épicentre et interface, et témoigne de l’histoire urbaine et nationale. Tel-Aviv naît de la volonté d’une soixantaine de familles juives de créer un nouveau quartier juif autonome dans le prolongement de la vieille ville de Jaffa mais contrairement aux nombreux autres quartiers juifs de Jaffa, il est envisagé dans un urbanisme moderne européen pour se démarquer, et bénéficie du soutien financier des institutions sionistes. On apprend ainsi que le quartier de Florentine relève de la fusion de trois quartiers, aux raisons et contextes propres, en un seul : Merkaz Mishari (Florentine nord) à vocation commerciale et politique destiné à se déconnecter la ville de Jaffa et à redéfinir ses frontières, Shrunat Florentine (Florentine sud), pensé par des entrepreneurs de Salonique notamment Shlomo et David Florentine, qui achètent de nombreux terrains à des propriétaires arabes et les divisent en lot pour les revendre à leurs coreligionnaires, et Shrunat Volovelsky (Florentine ouest), zone mixte et industrielle, composée à la fois d’ateliers et de logements. Cet entre-deux, « front et frontière » (p. 59) se traduit par ailleurs par une intégration tardive à la ville de Tel-Aviv qui ne se résout pas après la disparition de frontière entre Jaffa et Tel-Aviv. Relayé en périphérie, le quartier est enclavé et peu aménagé. Malgré des efforts répétés des habitants eux-mêmes, il continue à se dégrader et à se vider de sa population la moins pauvre. Il faut attendre au moins les années 1990 pour voir un réinvestissement significatif de la municipalité et de projets privés qui ont par ailleurs des effets de gentrification qui ne correspondent pas à son identité propre. Pour Caroline Rozenholc, le quartier de Florentine est un laboratoire d’études sur le sens du lieu et de l’identification au lieu.

La deuxième partie : « Florentine : le lieu comme intersections », s’attache en trois chapitres « à analyser les modalités d’inscription du quartier dans les dynamiques métropolitaines contemporaines » (p. 96). L’auteure cherche à étudier les adaptations liées à la mondialisation à l’échelle du quartier et à celles de la ville, du pays et de la région. Florentine est considéré ici à la fois comme une clé de lecture et un poste d’observation des effets induits par la mondialisation : positionnement décisionnel de Tel-Aviv en Israël, recompositions identitaires et sociales, immigrations, citoyenneté… Le quartier de Florentine est ainsi envisagé comme un espace central d’expressions publiques dynamiques et spécifiques, réinvesti en partie par une jeunesse à la recherche d’alternatives ainsi que par un processus de gentrification. Caroline Rozenholc démontre ainsi que le quartier « offre, par toutes sortes d’ajustements spatiaux, sociaux et relationnels, un espace transitionnel » (p. 128).

Enfin dans la troisième partie : « Mondialisation d’un quartier authentique », l’auteure propose, en deux chapitres, de discuter du sens du quartier de Florentine à partir des notions d’atmosphère et d’ambiance à travers « l’expérience du lieu dont Florentine est l’objet et des termes utilisés pour lui donner forme et contenu : authenticité et nostalgie mais aussi exotisme » (p. 176). En s’appuyant sur de nombreux entretiens et donc sur l’expérience des habitants eux-mêmes, l’auteure montre que l’ambiance « résulte de plusieurs mises en tension » (p. 177) (diversités des usages de l’espace et de la population, transformations, discontinuités, rapport à la mondialisation, etc) et que le quartier constitue un ailleurs dans la ville, plus méditerranéen, plus cosmopolite et ouvert : « Un espace de possibilités qui regroupe des individus différents dans une urbanité singulière et partagée. » (p. 179)

Pour conclure, on ne peut que recommander l’ouvrage de Caroline Rozenholc qui nous offre un voyage original dans le quartier de Florentine, la ville de Tel-Aviv et plus largement au sein de la société israélienne. L’objectif de départ est atteint brillamment. Si l’ensemble peut paraître un peu déséquilibré, l’étude est fine et appuyée sur une connaissance remarquable du quartier et un travail d’enquête poussé, l’écriture, juste et agréable, sera appréciée de tous. La qualité de l’ouvrage et les nombreux dessins de Patrick Céleste ne rendent que plus plaisante sa lecture.

1 Florentine, 1997 – 2000, réalisée par Eytan Fox.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.