Compte-rendu: Andrea Mariana Navarro, Ciudades de Andalucía. Paisajes e imágenes. Siglos XIII-XVII, Madrid, Comité español de ciencias históricas-Dykinson, 2017 (402 p., 59 illustrations) (Ariel Guiance)

Andrea Mariana Navarro, Ciudades de Andalucía. Paisajes e imágenes. Siglos XIII-XVII, Madrid, Comité español de ciencias históricas-Dykinson, 2017 (402 p., 59 illustrations)

Compte-rendu rédigé par Ariel Guiance.

L’histoire des villes dans le monde médiéval est, comme nous le savons bien, un important champ d’analyse depuis plusieurs années. Renouvelé ces derniers temps par les approches dites fonctionnelles – qui voient la ville comme le centre d’un réseau de relations avec l’espace environnant -, l’historiographie urbaine a insisté sur la manière dont chaque région se constitue autour de ce centre dans un cadre de liens hiérarchisés. De même, selon ces approches, la ville élabore une culture dominante qui s’étend à sa zone d’influence. Tout cela dessinerait une carte de l’Europe urbaine de la période que certains ont décrite comme formant un « schéma de ruche », avec des alvéoles articulées qui ont la ville comme centre organisateur. Le problème se pose (comme le livre le met bien en évidence) quand on voit que beaucoup de ces villes (surtout celles du sud hispanique) ne sont pas seulement le point nodal d’un espace environnant mais plutôt la porte d’entrée de relations régionales, nationales et même internationales. En d’autres termes, la ville devient le lieu de contact entre la région et le reste du monde, formant un réseau d’échanges, d’influences, de cultures… Ces villes sont des entités malléables, capables de s’adapter à la conjoncture et aux nouvelles réalités historiques sans pour cela rejeter totalement leur héritage.

Toutes ces questions (et bien d’autres) sont celles qu’Andrea Navarro aborde dans son travail, démontrant ainsi sa connaissance actualisée du sujet grâce à une ample bibliographie. Son livre nous offre une vision économique, sociale et culturelle de la ville andalouse et de son évolution du XIIIe au XVIIe siècle. En premier lieu, il met en évidence, dans toutes ses dimensions, l’aspect physique de la ville qui est l’objet de la première partie du texte, intitulée « l’espace extérieur des villes ». Celle-ci analyse de façon approfondie la manière dont la ville était liée à la campagne environnante par un lien qui, dans ce cas, a été grandement favorisé par les monarques castillans désireux d’ancrer le processus de repeuplement qui suivit la récupération des terres jusqu’alors aux mains des musulmans.

Dans un deuxième temps, l’auteure examine comment la ville a été pensée, autrement dit, pas tant la réalité historique que la mémoire urbaine qui a été façonnée autour de chaque ville. Ainsi, elle analyse très attentivement la façon dont les écrivains de la fin du Moyen Âge ont dépeint chacune des villes de la région, les transformant en des espaces qui n’étaient guère moins que paradisiaques. Pour ce faire, ils ont emprunté des modèles de l’Antiquité classique qui montraient que toute l’Andalousie, depuis des temps reculés, était une terre réputée pour ses grandes richesses et ses merveilles naturelles ; cette situation paradisiaque aurait influencé le caractère de ses habitants, toujours présentés comme possédant les plus grandes vertus. Par ailleurs, cette glorification a été utilisée par les villes de la région pour affirmer leur prééminence sur l’ensemble de l’Espagne, créant ainsi une véritable « géographie du pouvoir » qui, dans ce livre, est étudiée en détail. En même temps, les villes de la région se servirent de cette histoire mythifiée pour affronter leurs ennemis intérieurs, les membres de la noblesse locale qui cherchaient à s’emparer de leurs territoires et empiétaient sur leurs droits. Ce cadre idyllique joua également un rôle dans le tableau d’une réalité économique prospère, fondée sur l’agriculture et l’arboriculture, qui ne fut par remise en cause malgré le déclenchement des crises économiques successives qui secouèrent la vie des Espagnols à partir du XVIIe siècle. Andrea Navarro identifie les auteurs qui ont façonné cette image positive du développement économique de l’Andalousie, ainsi que ceux qui, comme Antonio Ponz ou José Martínez de Mazas, l’ont remise en question en essayant d’introduire les nouvelles idées de la physiocratie.

Outre le recours au passé ou aux descriptions d’un certain essor économique, ces villes andalouses disposaient d’autres éléments pour affirmer leur caractère exceptionnel. Ainsi, l’ouvrage met en évidence le rôle joué par les rivières, les murailles, les châteaux et les forteresses, les portes, les routes et les rues. Tous ces éléments étaient bien plus que des composantes géographiques ou matérielles : ils étaient des symboles évidents de la puissance urbaine andalouse. Une porte fermée ou ouverte à l’arrivée de la cour royale était un signe que la ville acceptait ou rejetait le pouvoir monarchique ; un rempart imposant et en bon état de conservation était un signe de puissance et un étalage de pouvoir devant le visiteur ; une rivière était une voie d’entrée pour les hommes et les marchandises en même temps qu’un moyen de défense face à une attaque.

Andrea Navarro analyse toutes ces questions (et bien d’autres) dans la première partie de son ouvrage en recourant aux sources les plus diverses : récits de voyage, chroniques urbaines, registres de délibérations, livres de comptes, documents iconographiques. L’une des grandes richesses de son livre réside aussi dans le fait que l’auteure a fait appel à une grand éventail documentaire qui lui a permis de croiser les données et de confronter des hypothèses.

La deuxième partie du livre, intitulée « L’espace urbain intra-muros », contient diverses descriptions de l’urbanisme andalou à différents niveaux, « la vision topique de la louange urbaine (représentée par les historiens et les chroniqueurs) et la vision concrète dans une optique de véracité (représentée par les voyageurs et les autorités municipales) ». En ce sens, Andrea Navarro confronte avec pertinence les représentations construites par les uns et les autres. Si, précédemment, elle s’arrêtait à l’image générale de la ville, elle focalise maintenant son attention sur l’intérieur ce celle-ci. Ainsi, apparaissent les rues, les places, les bâtiments publics, les édifices principaux, les maisons. Tout cela amène l’auteure à montrer comment l’ancien schéma d’urbanisme, héritier de la tradition musulmane, a été modifié pour faire place à la ville de la Modernité. Dans ce contexte, Séville se distingue et devient la ville la plus cosmopolite et la plus riche de l’époque grâce à sa situation de porte d’entrée pour le trafic commercial avec l’Amérique. C’est l’époque des grandes villes planifiées et rationnelles, qui reflétaient en même temps le modèle de société que l’on attendait d’elles. Et tout comme on avait fait appel au passé littéraire pour exalter la grandeur et l’antiquité de ces villes, on fit de même avec les vestiges archéologiques et architecturaux. Les descriptions de l’époque nous renseignent sur la façon dont ont été conservés les temples, les aqueducs, les forums et toutes sortes de vestiges grecs et romains, symboles évidents de la continuité de la ville à travers les siècles. Ce passé – et l’auteure met cela parfaitement en évidence dans le livre – ne correspondait toutefois pas toujours à un héritage de l’Antiquité classique. La ville de Cordoue, par exemple, fit appel à son histoire glorieuse de l’époque musulmane, du temps où elle était un nouvelle Bagdad en Occident et où sa richesse matérielle et culturelle rayonnait bien au-delà des frontières de l’Islam.

La modernisation et l’embellissement de la ville se traduisent dans la réfection des rues, la construction de places et de fontaines, la mise en service de systèmes d’adduction et de distribution d’eau, la construction de palais communaux. Mais ces travaux n’étaient pas seulement le résultat de l’action des autorités municipales. Au niveau individuel également, les habitants se chargèrent de construire et d’aménager leurs propriétés, qui devinrent plus ou moins luxueuses en fonction du niveau social de l’occupant. C’est ainsi qu’est née ce que Andrea Navarro appelle, à juste titre, une «socio-topographie urbaine » qui était le reflet de la société vivant dans chacune de ces villes andalouses. Une telle socio-topographie était plus évidente dans les grandes villes – comme celle de Séville, susmentionnée -, où se mêlaient les secteurs économiques les plus divers, tous représentés dans les estampes de l’Époque moderne et que, une fois de plus, le travail s’est chargé d’analyser minutieusement et en détail.

La troisième partie du livre, « Culture religieuse et identité urbaine », se concentre sur un sujet qu’Andrea Navarro étudie depuis des années, celui de la religiosité populaire andalouse. Faisant appel une fois de plus à des chroniques urbaines et à des récits de voyage, le livre décrit la vie dans les couvents, les monastères, les abbayes et les simples ermitages. De cette façon, tout comme auparavant elle s’est livrée à une socio-topographie urbaine, elle se livre maintenant à une « topographie religieuse » de la ville et de ses personnages éminents. Il s’agit d’une géographie du sacré, dans laquelle se mêlent des saints de l’Antiquité (dont plusieurs martyrs de l’époque romaine), d’autres de l’époque musulmane (exécutés par les musulmans), des évêques consacrés et jusqu’à des personnages canonisés par la volonté populaire. Dans cette partie, le livre souligne tout particulièrement de quelle manière les institutions ecclésiastiques eurent ce qu’Andrea Navarro appelle « un pouvoir unificateur », indiquant « que les mêmes valeurs et les mêmes sensibilités de la société chrétienne unissaient un vaste espace, celui des villes et de leurs environs ». Ainsi, tout comme les villes avaient auparavant cherché à imposer leur contrôle sur le territoire environnant par des moyens politiques ou économiques, elles le feront aussi avec des armes religieuses, pour que, à l’intérieur et à l’extérieur des murs, tous les habitants des environs partagent la même dévotion aux mêmes saints et participent aux mêmes cérémonies sacrées. Comme on peut le constater aisément, c’est un instrument de contrôle social très puissant, beaucoup plus efficace qu’une contrainte militaire ou une subordination financière.

Ces formes de religiosité ont également donné lieu à des manifestations allant de l’ostentation hiérarchique (tombes, funérailles, processions, mariages) à certaines formes de sécurité sociale. Le texte dépeint la réalité des pauvres, des orphelins, des jeunes filles à marier, des veuves et d’un large éventail de personnes nécessiteuses, qui faisaient l’objet d’une attention, tant de la part des autorités locales – en grande partie parce qu’elles voulaient éviter les problèmes intérieurs que ces groupes pouvaient causer -, que des classes supérieures qui ont fait de cette attention un moyen de racheter leurs péchés et de s’assurer une place dans l’au-delà. De cette façon, la charité, comme le souligne à juste titre Andrea Navarro, doit être considérée à la fois comme un acte pieux et comme un symbole de statut social. Il en va de même pour les institutions hospitalières dédiées aux soins des pauvres, qui vont se transformer au XVIe siècle, cessant d’être de simples refuges pour les personnes dans le besoin pour prendre un caractère plus social et thérapeutique (dans une évolution que le livre souligne parfaitement). On peut se demander toutefois si cette évolution n’a pas été également influencée par la recherche de modèles du passé, comme l’auteur l’a signalé pour d’autres sujets, en revenant au modèle classique de l’hôpital, longtemps répandu dans le monde byzantin et en Méditerranée occidentale musulmane.

En dernier lieu, et logiquement, le livre s’attarde sur le sujet des reliques des saints, objets de transferts, de vols et d’appropriations (pas toujours légales). L’étude de ces vestiges sacrés occupe plusieurs paragraphes de l’ouvrage, démontrant ainsi le rôle que ces reliques représentaient dans la construction de l’identité citoyenne. Elles furent également essentielles pour renforcer les liens communautaires et créer un réseau hiérarchique de villes, chacune cherchant à affirmer sa prééminence sur les autres en fonction de l’ancienneté, du prestige, de la quantité et de l’importance des vestiges qu’elle conservait par rapport aux autres. A ce propos, on peut en dire autant de la dévotion à la Vierge Marie, importante en Andalousie jusqu’à aujourd’hui. D’ailleurs dans ce domaine, Andrea Navarro adhère à la thèse d’un historien anglo-saxon, William Christian, pour qui la quantité de témoignages mariaux dans une région était une façon de compenser la perte de reliques de saints, supposées avoir été transférées dans le nord de la péninsule avant l’arrivée des musulmans (un sujet très controversé de nos jours).

Une autre remarque additionnelle mérite d’être faite sur le cadre temporel choisi pour cette étude. Le livre couvre la période allant du Moyen Âge à la fin du XVIIe siècle, ce qui démontre d’abord la solide connaissance de l’auteure de l’histoire espagnole sur cette longue période, mais, en même temps, la nécessité de ne pas imposer de limites conventionnelles sur certaines questions, comme celles qui concernent la ville et plus particulièrement l’évolution des paysages et des représentations de la ville.

Le travail d’Andrea Navarro commence par une série de questions sur la ville médiévale, questions qui, à notre avis, trouvent toutes une réponse satisfaisante tout au long du livre. Celui-ci révèle une ville polysémique, active, qui articule les espaces et les personnes, et constitue un authentique système social, comme le pensait Yves Barel. Objet d’une analyse multidisciplinaire menée avec intelligence et un sens critique aiguisé, cet ouvrage est le travail d’une historienne chevronnée qui, par ailleurs, exprime toujours son goût pour l’histoire de l’Espagne, domaine dans lequel elle évolue avec aisance et sur lequel elle possède de vastes connaissances. Il s’agit d’un travail solide, très bien documenté, bien rédigé et parfaitement illustré qui, de plus, ouvre d’importantes pistes pour des recherches futures ; c’est aussi un autre mérite de cet ouvrage qu’il convient de souligner.

Traduit par Denis Menjot

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.