Compte-rendu: Albert Reixach Sala, Finances públiques i mobilitat social a la Catalunya de la Baixa Edat Mitjana. Girona, 1340-1440, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Institució Milà i Fontanals (Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 77), 2018, 389 p. (Stéphane Péquignot)

Albert Reixach Sala, Finances públiques i mobilitat social a la Catalunya de la Baixa Edat Mitjana. Girona, 1340-1440, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Institució Milà i Fontanals (Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 77), 2018, 389 p.

Compte-rendu réalisé par Stéphane Péquignot.

Il se produit en Catalogne au milieu du XIVe siècle une forme de révolution fiscale et financière. L’augmentation des demandes de subsides émanant d’une monarchie engagée sur de nombreux fronts conduit à remettre aux villes du Principat le prélèvement et la gestion de sommes considérables. Les municipalités (municipis) développent à cet effet des institutions spécialisées et procèdent à des émissions de rentes constituées pour réunir l’argent exigé par le roi. Si la logique générale et le déroulement de ce processus sont désormais bien connus grâce aux travaux de Manuel Sánchez Martínez et de ses élèves, les effets sociaux qui en résultent demeurent largement à explorer. Le livre d’Albert Reixach a précisément l’ambition d’œuvrer dans cette direction. La révolution financière et fiscale ouvre-t-elle une voie pour l’enrichissement ? Facilite-t-elle la mobilité sociale ? Gérone offre un observatoire remarquable pour mener une telle enquête. La ville se caractérise tout à la fois par son dynamisme à l’échelle de la Catalogne et de la Couronne d’Aragon, par une réelle hétérogénéité sociale et par la richesse de ses archives notariées, qui abritent en très grand nombre des testaments, des inventaires, des contrats de diverses natures (mariage, achat, établissement, etc.) et d’autres pièces utiles encore (voir l’impressionnant tableau aux p. 311-316).

L’introduction situe d’emblée la recherche au croisement des études sur l’histoire des finances municipales, de la mobilité sociale et de la dette. Elle est aussi l’occasion de préciser une méthode. Pour mesurer les modalités d’implication dans les affaires engendrées par le nouveau système fiscal et financier, pour détecter les traces de mobilité sociale, Albert Reixach fait le choix de la longue durée, de 1340 à 1440 ; il multiplie les échelles d’analyse – des groupes familiaux aux individus en passant par les associations temporaires dans des contrats – ; il diversifie les indicateurs, recoupant de façon critique les « étiquettes socio-professionnelles », le patrimoine, la possession de biens meubles ou d’instruments de crédit au moment du décès, les impôts, la participation politique et les alliances des personnes concernées.

L’argumentation est sur ces bases bien assises ensuite développée en quatre temps. L’examen des institutions et du fonctionnement de l’organisme urbain permet tout d’abord de préciser les transformations opérées à partir du milieu du XIVe siècle. À l’instar des autres villes catalanes, le système financier géronais repose désormais sur les impôts indirects, la dette publique et des impôts directs extraordinaires. Un rôle essentiel revient alors à des officiers urbains spécialisés – clavaires des jurats et des impositions, auditeurs pour la fiscalisation des comptes –, et de nouvelles possibilités d’investissement s’ouvrent pour les particuliers comme pour les institutions.

Une deuxième partie, la plus développée du volume, envisage l’ensemble des bénéficiaires des affaires fiscales du municipi. L’étude se fonde ici sur une prosopographie fouillée des acteurs de quatre domaines : le marché du prêt, l’affermage des impôts municipaux, l’offre de services financiers et de biens aux institutions de Gérone. Parmi les censalers – ceux qui acquièrent ou possèdent des censals ou rentes constituées émises par la ville –, les membres du patriciat figurent en bonne place et dans une proportion relativement stable, le clergé apparaît plus tardivement qu’ailleurs en Catalogne, et la diversification croissante des individus impliqués s’accompagne d’une accentuation des inégalités au profit de familles qui concentrent une part notable des rentes achetées à la ville. Appât du gain, désir de responsabilité dans le destin de la cité, besoin d’un instrument fiable pour des transactions de crédit ou pour transmettre un héritage : les motivations du recours aux censals sont multiples. La souplesse de l’instrument contribue à son succès. Les plus aisés s’en saisissent pour jouer sur plusieurs tableaux, par exemple en investissant dans des rentes constituées et dans des prêts à court terme.

L’affermage des impôts municipaux sur la circulation et la vente des marchandises constitue un autre domaine d’investissement essentiel. Des membres de plus de 450 familles y prennent part durant la période, sous des formes collectives diverses, de quelques individus à plus d’une dizaine de parçoners qui s’accordent sur un même contrat, en étant tantôt liés par des liens familiaux, tantôt par du lobbying ou par des « liens faibles » plus difficiles à saisir. Le spectre social concerné est large, avec une nette prédominance géronaise et des différences notables entre les impôts affermés. Celui pesant sur le vin, d’un montant plus élevé, mobilise habituellement des individus plus aisés que ceux prenant à leur charge d’autres prélèvements ; les contrats concernant la viande ou le poisson impliquent plus que d’autres des spécialistes, carnicers ou peixaters. De même que pour les rentes constituées, les individus et les groupes choisissent ces investissements sans exclusivité.

L’histoire des fournisseurs de services et de biens à la cité présente une évolution distincte. Après un apogée dans les années 1330-1380, les banquiers privés, détenteurs de « tables de change » (taules de canvi), perdent une part essentielle de leur travail, désormais effectué par des officiers spécialisés de la ville. Les investissements dans l’approvisionnement demeurent plus modestes que pour les rentes et les fermes d’impôts.

Les Géronais s’impliquent et s’invitent aussi dans des investissements au-delà des murailles de leur cité, soit pour acquérir des titres de dette émis par d’autres villes catalanes, soit pour participer à l’affermage des impôts indirects de la Députation de la Généralité de Catalogne (chapitre IV). Même si la diversité sociale des investisseurs est en ces derniers cas plus restreinte, nul ne parvient à accaparer l’ensemble de ces nouvelles ressources.

Au terme de la démonstration (chapitre V), la thèse classique du caractère préjudiciable de l’endettement pour les finances publiques et les sociétés de la fin du Moyen Âge, déjà par ailleurs largement critiquée, ressort un peu plus affaiblie encore. Certes, des familles géronaises de rang social élevé – les Sampsó, les Bóixols par exemple – jouent alors un rôle essentiel dans le maintien d’un système dont elles tirent profit sur plusieurs générations. Néanmoins, les bénéficiaires de la nouvelle organisation fiscale et financière sont particulièrement nombreux, et leurs statuts irréductiblement divers. La possession de rentes urbaines et la participation à l’affermage sont des pratiques très répandues dans la société. La flexibilité formelle de ces instruments et des collectifs qui s’y engagent est remarquable. Pour autant, souligne Albert Reixach avec prudence, il faut éviter de prêter à ces pistes ouvertes par la nouvelle fiscalité une importance excessive : c’est un facteur de mobilité sociale parmi d’autres.

Cet ouvrage nuancé est complété par une préface éclairante de Pere Verdés et de Pere Ortí, par l’édition de documents bien choisis, et par d’excellents tableaux (listes des prêteurs à court terme, des clavaires des impositions, etc.). Il s’agit donc d’une contribution de premier ordre à la connaissance de l’histoire de Gérone et aux réflexions menées actuellement, pour la Catalogne, la Couronne d’Aragon et au-delà, sur la portée sociale des mécanismes de la fiscalité et de l’endettement municipaux. Le travail d’Albert Reixach se distingue à ce titre par sa rigueur méthodologique, son extrême prudence et sa clarté. Les lecteurs pressés pourront se reporter avec profit aux conclusions intermédiaires, qui synthétisent de façon sûre et commode des développements présentant parfois – logiquement – une certaine technicité. Pour celles et ceux qui disposent de plus de temps, la lecture continue de l’ouvrage permettra de découvrir, dans une trame solidement articulée, une histoire incarnée par de multiples exemples d’actions et de trajectoires individuelles, familiales et collectives. Les vastes dépouillements réalisés conduisent à de nombreux éclairages minutieux sur des pratiques insoupçonnées des acteurs du crédit, de l’affermage et de la fiscalité urbaine. Ils mènent aussi à des pistes de recherches futures et originales. On précisera pour finir que ce livre est le premier d’un diptyque issu de la thèse de l’auteur (Municipi, finances i elits locals en una ciutat catalana baixemedieval : Girona [1345-1445]), soutenue à Gérone en 2015. L’autre partie, consacrée aux institutions et aux hommes du gouvernement de la ville, devrait paraître prochainement.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.