Compte-rendu: Vincent Gonzalez, Le campus universitaire de Mont-Saint-Aignan. Urbanisme, architecture et art, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019, 210 p. (Loïc Vadelorge)

Vincent Gonzalez, Le campus universitaire de Mont-Saint-Aignan. Urbanisme, architecture et art, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019, 210 p.

 

Compte-rendu réalisé par Loïc Vadelorge

 

Depuis une dizaine d’années, les études sur l’architecture des campus des Trente Glorieuses se sont multipliées en France. Initié par Gérard Monnier, ce mouvement de redécouverte de la qualité et de la complexité des architectures de la première massification universitaire vient fort à propos compléter l’histoire des grands ensembles avec laquelle les campus partagent de nombreux points communs. La monographie publiée par l’urbaniste Vincent Gonzalez sur le campus de Mont-Saint-Aignan, né à la charnière des années 1950-1960 participe de ce mouvement et mérite d’être signalée pour son efficacité et le modèle qu’elle propose en matière de diagnostic historique des implantations universitaires.

Lors du cinquantième anniversaire de l’Université de Rouen, les historiens Olivier Feiertag et Yannick Marec1 avaient fait le choix d’une grille d’analyse politique et sociale de l’implantation universitaire. La question de l’urbanisme et de l’architecture avait été réduites à la portion congrue, ce qui était d’autant plus regrettable que le campus historique de l’université de Rouen s’insérait dans un vaste programme de zones d’habitations2, à l’échelle de la commune de Mont-Saint-Aignan et au-delà de l’agglomération rouennaise dans son ensemble. L’étude de Vincent Gonzalez vient combler ce manque, en reconstituant l’histoire architecturale, totalement inconnue de ce campus, depuis les premiers projets des années 1950 jusqu’aux rénovations du XXIe siècle.

Issu d’un diagnostic commandé par l’Université de Rouen, l’ouvrage se présente avec un plan à tiroirs (Urbanisme/Architecture/1% artistique) dont la vocation première est de saisir la planification universitaire (schéma directeur de 1956, révisé en 1963 et en 1967) et les grands morceaux d’architecture (École supérieure de Chimie, Faculté des Sciences, Lettres et Sciences humaines, Droit et Sciences économiques, bibliothèques, gymnases, résidences universitaires, restaurants universitaires). Les dossiers documentaires successifs sont complétés par des encadrés sur les principaux architectes (Coulon, Herr, Noël, Faugeron) et plus encore par la publication de 116 documents remarquables, plans, avant-projets, photographies de chantiers, inédits et soigneusement commentés.

Ce livre n’est pas simplement d’une indéniable utilité pour l’Université de Rouen et l’agglomération, qui doit aujourd’hui repenser la localisation de ses équipements d’enseignement supérieur. Il apporte aussi la preuve qu’une histoire des campus est possible, pour peu qu’on respecte un certain nombre de principes méthodologiques.

Le premier de ces principes est de considérer que la production d’un campus résulte d’une maîtrise d’ouvrage plurielle, qui conduit nécessairement à un éparpillement des sources publiques (ici le conseil général, les communes de Rouen et de Mont-Saint-Aignan, le rectorat, la société d’aménagement de l’agglomération rouennaise donc la Caisse des Dépôts et Consignations) et privées (archives des agences d’architecture). Il ne peut y avoir de diagnostic architectural solide sans une démarche archivistique approfondie.

Le second principe est la nécessité de sortir de l’idée communément admise que l’urbanisme universitaire est une affaire d’État. En reconstituant la maîtrise foncière départementale (transfert de l’École normale d’instituteur), le rôle des offices publics d’HLM (résidences étudiantes) et le rôle des acteurs locaux (directeur des écoles municipales de droit et sciences, maire-universitaire de Mont-Saint-Aignan dans les années 1980), Vincent Gonzalez suggère qu’en dépit de leur caractère enclavé, les campus tiennent par de multiples fils à l’histoire urbaine. L’impact de la crise de Mai 68 sur le campus est ici éclairé d’une autre manière. Le plan d’extension envisagé en 1967 est débouté par le ministère de l’Équipement pour des raisons de gabarit de circulation qui en réalité dissimulent la volonté des pouvoirs locaux et nationaux de ne pas transformer le campus en bastion de contestation. La rive gauche de Rouen (site du Madrillet), pourtant contrôlée par la gauche socialiste et communiste, sort grande gagnante de la crise de Mai puisqu’elle est choisie pour accueillir l’extension nécessaire de l’Université.

Le troisième principe est de considérer les bâtiments universitaires dans leur globalité, constructive et décorative. L’accent mis sur les décors des murs ou des amphithéâtres et de leurs auteurs (Guidette Carbonnel, Alexandre Obradovitch) rappelle que les universités nées dans les années 1960 ignorent encore trop et donc négligent leur patrimoine artistique. Les extensions du plan campus des années 1990 comme les rénovations thermiques contemporaines conduisent à effacer des œuvres qui font partie intégrante des projets d’origine (revêtements muraux, choix des briques ou des bois, mobilier) et qui mériteraient a minima une expertise avant destruction. En dépit de quelques cas emblématiques comme Dijon, les universités françaises nées dans la seconde moitié du XXe siècle, ne sont pas encore entrées dans une démarche patrimoniale. Ce livre démontre clairement qu’elle est non seulement possible mais souhaitable.

1 BIDOIS, Anne, FEIERTAG, Olivier, MAREC, Yannick (dir.), L’université de Rouen 1966-2016. Tome 1 Histoire d’une université nouvelle, Tome 2 Lieux de mémoire et témoignages, Rouen, PURH, 2016

2 FEIERTAG, Olivier et VADELORGE, Loïc, Mont-Saint-Aignan 1819-2019. Comment devient-on une ville ?, Rouen, Editions des Falaises, 2019

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.