AAC: numéro DOC de la collection Villes en Parallèle / « Matériaux pour la ville de demain »

Appel à contribution pour un numéro DOC de la collection Villes en Parallèle intitulé « Matériaux pour la ville de demain »

L’étendue et la durée de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus, la crise économique, qui se profile, la confusion des idées, des espoirs ou des craintes, pour la reconstruction de nouveaux équilibres sociaux, notamment urbains, incitent l’équipe du Séminaire Analyse et politique de la ville à participer au mouvement d’innovation, de proposition, et d’interrogation.

Un premier axe de réflexion se dessine autour des formes matérielles de la ville de demain : ville plus condensée pour des raisons environnementales ou exode urbain généralisé pour des motivations sécuritaires ? nouveaux modes de mobilités ? généralisation du télétravail ? du téléenseignement ? relocalisation des activités de production ? de services ? La transition écologique s’en trouvera-t-elle accélérée ou transformée ? De façon moins prospective, l’analyse des liens entre urbanisation, diffusion et gravité de l’épidémie reste à faire : grands courants de circulation de l’économie mondialisée ? effets de la densité démographique ? rôle déterminant des données socio-économiques ? Il faudrait dépasser les cospatialités constatées pour faire des hypothèses sur des causalités avérées A titre d’exemple, la surmortalité en Seine-Saint-Denis, département réputé jeune, interpelle : en l’absence d’études épidémiologiques comparatives connues avec Paris, à quoi l’attribuer : conditions de logement et de cohabitation intergénérationnelle ? précarité des conditions de mobilité et de travail ? comorbidités ?

Au-delà des matérialités spatiales, deux axes majeurs sont apparus susceptibles de mobiliser les contributions. Le premier reprend la problématique de la démocratie urbaine, qui avait été choisie en 2019-2020 comme objet du Séminaire Analyse et politique de la ville (programme joint). Les grèves de l’hiver, le confinement du printemps, ont fait ajourner les sessions prévues. Mais la crise sanitaire a soudain donné au questionnement historique et territorial un tour dramatique. Qui a la légitimité et l’efficacité de dire et de faire ? Les chercheurs, parce qu’ils sont censés savoir ? Le pouvoir central et ses représentants ? Les autorités locales et lesquelles ? La responsabilité des citoyens ? Les relations, qui se sont révélées parfois difficiles entre les Agences régionales de santé, les préfets et les maires, ne témoignent-elles pas qu’il s’agit autant d’un problème d’échelon que de nature du pouvoir, technique, administratif, ou politique ? Et la comparaison récurrente avec l’Allemagne repose le problème de la réforme inachevée de la déconcentration de l’Etat et de la carte administrative, ou de la signification des services publics de santé et d’éducation.

Enfin, en amont de ces thématiques, se projette le problème conceptuel des rapports entre savoir et pouvoir, entre analyse et décision, que l’actualité a largement illustré, et où la note jointe de Philippe Boudon apporte un éclairage singulier. L’introduction de termes médiateurs, comme « conception » ou « échelle » permet-elle de dépasser le face à face brutal entre « auteurs » (chercheurs) et « acteurs » (élus) de la ville ? Mais ont-ils le même degré de risque et de responsabilité pour le géographe, qui propose un aménagement du territoire, l’architecte, qui construit, et le politique, sinon l’Etat, promu en « stratège » ? De plus, l’histoire, et l’évolutivité des processus, n’introduisent-elles pas une dimension diachronique, qu’il n’est pas toujours facile d’apprécier dans ces relations réflexives ? Et quel rapport établir avec la « médiance » d’un Augustin Berque dans sa tentative de réunification entre espace et nature ?

Ces suggestions ne sont pas exclusives de toute autre direction qui pourrait apparaître pertinente aux auteurs.

Les contributions seront réunies dans un numéro spécial de la série DOC de la collection Villes en Parallèle, disponible sur le site Persée http://www.persee.fr/collection/vilpa, (48 numéros parus, 6 numéros DOC), très consulté (pour le seul mois de janvier 2020, près de 16 000 consultations, plus de 600 téléchargements).

Elles peuvent être de taille variable (à titre indicatif, de 3 à une dizaine de pages de 3 000 signes environ, espaces compris, au format word), et être éventuellement reprises de publications antérieures libres de droit.

Une déclaration d’intention de quelques lignes, avec un titre provisoire, est attendue avant le 30 juin 2020.

La rédaction complète devra parvenir au plus tard le 15 septembre 2020.

Elles sont à adresser à Guy Burgel

(burgel.guy@gmail.com),

 

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.