Compte-rendu: Émilie d’Orgeix, Au pied du mur. Bâtir le vide autour des murailles (XVIe-XVIIIe siècle), 2019

Émilie d’Orgeix, Au pied du mur. Bâtir le vide autour des murailles (XVIe-XVIIIe siècle), Bruxelles, Mardaga, collection Architectures, 2019, Préface d’Antoine Picon.

Compte-rendu réalisé par Catherine Denys

Au pied du mur est d’abord un très beau livre, à la mise en page soignée et originale, rédigé dans un style raffiné, où affleurent de savoureuses expressions du français classique, reprises avec bonheur pour servir un propos convaincant. La ville fortifiée abordée par ses « dehors », en ville « rez-pied-rez-terre » devient ainsi, au fil de la lecture, la ville « en robe de chambre », réinterprétée par les ingénieurs du roi, experts en grands « remuements » de terre. Émilie d’Orgeix conduit son lecteur tout au long de la zone non aedificandi des villes avec aisance et sûreté, dans une démonstration rigoureuse et élégante. Le traitement des figures à lui seul mérite de retenir l’attention, à la fois par la qualité des reproductions, le choix d’images inédites, leur fonction précise dans l’économie générale de chaque chapitre, et par les petits textes qui les accompagnent, qui fonctionnent comme autant de notices autonomes.

Au pied du mur n’est cependant pas seulement un bel objet agréable à l’œil, c’est aussi un livre qui marque un moment historiographique. Émilie d’Orgeix réintègre en effet la ville militaire d’Ancien Régime au cœur de l’histoire urbaine de l’époque moderne, en réconciliant l’histoire urbaine avec l’histoire de la fortification – ce qui concerne quand même, au bas mot, une centaine de villes françaises jusque-là écartées du grand renouveau de l’histoire urbaine française inauguré par Jean-Claude Perrot et Bernard Lepetit.

En abordant la ville forte par l’espace non aedificandi imposé par l’étalement de la fortification bastionnée horizontale, Emilie d’Orgeix rompt à la fois avec le récit canonique des ingénieurs bâtisseurs en série de bastions, demi-lunes, tenailles et autres savants ouvrages avancés, comme avec l’image d’une cité réduite à l’impuissance et condamnée à l’immobilité dans son corset de murailles. Travailler le vide pour mieux comprendre le plein, le dehors pour envisager le dedans selon d’autres logiques que celle de la séparation, s’avère particulièrement fécond à l’échelle du royaume, en allant jusqu’à permettre aussi de repenser les relations complexes et nuancées entre le pouvoir royal et les villes.

Au long des pages, l’auteure pratique un décentrement du regard qui refuse les évidences et les facilités des reprises pour proposer des hypothèses originales et stimulantes. Ainsi la première partie sur l’invention de la nouvelle ville fortifiée fait l’économie radicale d’une synthèse attendue sur l’histoire du tracé italien, pour nous immerger d’emblée dans la recherche de la naissance du « tour de ville » puis dans l’affirmation de la place forte royale. Au temps des artistes-ingénieurs italiens du XVIe siècle, qui remplissent les tours de ville de scènes de batailles rapprochées ou inventent des connexions labyrinthiques entre dedans et dehors, succède le moment des ingénieurs du premier XVIIe siècle qui arpentent le terrain, dessinent les profils, imaginent et mettent en œuvre enfin les longs glacis qui joignent et séparent désormais la ville et la campagne. L’extension de la zone de servitude militaire contemporaine de l’arrêt des conquêtes louisquatorziennes, à la fin du XVIIe siècle, marque désormais la ville forte par une vaste ceinture de terrain que le pouvoir militaire royal aménage selon ses besoins, créant ses propres outils taxinomiques et opératoires.

La seconde partie de l’ouvrage donne à voir les partages pratiques de cet espace où se rencontrent représentants militaires du roi et habitants de la cité. Les aménagements militaires ne se limitent d’ailleurs pas à l’extérieur de la ville, mais se pensent toujours en connexion étroite entre les dehors et le dedans. À côté d’interventions urbanistiques d’ampleur, lorsque la création d’une citadelle extra muros se lie à l’aménagement d’un nouveau quartier de la ville, maints aménagements moins spectaculaires attestent de l’attention portée par les militaires aux places, esplanades, rues et quais, portes et passages. Les espaces urbains vides ou contigus aux remparts appellent une cohabitation entre civils et soldats, donc des partages qui se règlent avec beaucoup de nuances locales et temporelles. L’élargissement de la zone de servitude lié à la rationalisation de la conduite des sièges initiée par Vauban entraine à la fin du XVIIe siècle une tension difficilement supportable en temps de paix, alors que l’entretien de périmètres fortifiés parfois démesurés au regard des superficies urbaines intra muros pèse lourdement sur les populations. Entre ouvrages avancés délabrés et empiètements des jardins, prairies utilisées par des blanchisseries ou dépôt de décombres, le pouvoir royal négocie au cas par cas, décidant le déclassement des villes moins exposées, faisant appliquer sévèrement les règles en cas de « soupçon bien fondé de siège », mais acceptant encore les plantations de légumes et les constructions indispensables, telles les auberges pour abriter les voyageurs tardifs. La régulation de ces tension entre la mainmise royale sur la ville forte et la prise en compte des besoins et droits fonciers des habitants vient ainsi s’ajouter au dossier désormais bien rempli de l’historiographie de l’absolutisme négocié.

Dans une troisième partie, Emilie d’Orgeix revient au cœur de la zone non aedificandi, comme lieu par excellence de l’élaboration d’une expertise technique et d’un savoir scientifique propres aux ingénieurs militaires. La manutention des volumes considérables de terre qui accompagnent la fortification bastionnée, le creusement des fossés et l’élévation des talus, l’érection même de défenses en terre, le tout selon des profils géométriques censés résister aux attaques du temps, appellent l’élaboration et la transmission de techniques dans lesquelles les ingénieurs excellent. Il s’agit encore de définir un domaine d’expertise moins disputé que celui de l’architecture, même s’il peine à entrer dans les cercles savants reconnus par l’Académie. Les savoirs acquis dans les chantiers de la zone deviennent néanmoins la marque du savoir-faire des ingénieurs et inspirent les pratiques pédagogiques des écoles spécialisées créées au XVIIIe siècle.

Enfin, en quatrième partie, l’analyse des représentations des villes renoue avec les esquisses de la première partie et le versant politique de la seconde. La série des croquis des villes conquises par les peintres de Louis XIV inaugure un âge nouveau des symboliques du pouvoir urbain. L’artiste ne s’attache plus à la représentation rapprochée et exacte du profil urbain, avec ses clochers et beffrois, marqueurs verticaux des pouvoirs rivaux, mais éloigne la ville dans un lointain indéfini pour centrer l’action sur les étendues des dehors où se déploie la puissance militaire royale. En symétrie, les remarquables croquis réalisés par Martin le Jeune à la suite de la campagne victorieuse de Louis XV en Flandre en 1745 s’attardent étrangement sur la désagrégation des défenses des villes belges, noyées dans une végétation amollissant les formes des ouvrages fortifiés. Démultipliée par les almanachs célébrant les victoires royales, la zone non aedificandi s’est imposée au détriment des villes, en quelques décennies au tournant du XVIIe siècle, comme le lieu majeur de l’exploit royal guerrier.

Au total, cet ouvrage stimulant invite à poursuivre et approfondir le dialogue ouvert entre l’histoire des espaces urbains, l’histoire politique et militaire, l’histoire des sciences et techniques, et l’histoire de l’art et de l’architecture. En rendant toute sa place à la ville forte dans l’historiographie de la ville moderne, l’étude permet aussi de tisser des liens entre des thématiques et des époques dont les frontières arbitraires résistent de moins en moins à l’analyse. En développant les potentialités heuristiques de l’espace non aedificandi entre ville et campagne et en s’attachant à leurs continuités et co-dépendances, Au pied du mur rejoint les publications récentes sur les faubourgs et les interpénétrations entre mondes urbains et ruraux dont la Ville subalterne1 vient de donner un exemple. Enfin, en évoquant les déclassements des villes fortes du XVIIe siècle, ou les partages des savoirs urbains du XVIIIe siècle, Emilie d’Orgeix appelle à repenser les continuités et ruptures entre la ville de l’époque moderne et celle des temps industriels. Le livre dépasse donc largement le cercle des spécialistes de l’architecture militaire et donnera matière à réflexion à tous ceux qui s’intéressent aux évolutions urbaines sur le long terme.

1 Peter Clark et Denis Menjot (ed.), Subaltern City? Alternative and peripheral urban spaces in the pre-modern period (13th-18th Centuries), La ville subalterne ? Espaces urbains « subalternes » et périphériques à l’époque pré-industrielle (XIIIe-XVIIIe siècles), Turnhout, Brepols, Studies in European Urban History 46, 2019.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search