Appel à articles pour la Revue française de socio économie : La « nature » face à la « propriété »

La Revue française de socio-économie lance un appel à articles ouvert à toutes les sciences sociales ouvert jusqu’au 15 janvier 2021.

 

Privée, publique, commune, inappropriable ? La « nature » face à la « propriété »

 

La crise écologique ébranle ce qui est au fondement même de nos sociétés, leurs valeurs et leurs institutions, c’est-à-dire la façon dont les humains ont conçu et organisé leur rapport à l’environnement naturel. Si ces modalités ont pris des formes variées à travers l’histoire [Descola 2005], le naturalisme occidental – qui réalise un grand partage binaire entre humains et non-humains, esprit et corps, culture et nature – a contribué à une exploitation sans précédent des milieux naturels. Les conséquences d’un tel schème de représentation et de domination, fondé sur l’asymétrie des relations entre les êtres vivants, humains et non humains, débordent aujourd’hui nos propres capacités d’analyse et de réaction, comme le démontrent de multiples travaux, à l’instar de ceux sur les « seuils planétaires » [Steffen et al. 2015]. Une des modalités de cette expansion sans limite du projet de maîtrise anthropique sur la nature se manifeste notamment dans les formes d’appropriation des terres et du vivant.

Or, depuis les années 1990, la conception libérale de la propriété souveraine exclusive est largement remise en cause, ouvrant la voie à d’autres modes de conceptualisation des rapports d’appartenance et de possession [Vanuxem 2018]. Perçue et agie tantôt comme un outil de protection environnementale, tantôt comme l’instrument privilégié de l’exploitation et de la marchandisation de la nature, la propriété est devenue une notion controversée, aux contours flous, qui n’a plus rien de la catégorie juridique stable et universelle à laquelle elle était volontiers apparentée depuis le xixe siècle. En tant que telle, elle a donné lieu à des réflexions fécondes, souvent normatives, en droit, en philosophie du droit et en économie. En outre, l’alternative opposant propriété publique et propriété privée – et qui visait bien souvent à souligner les avantages de la seconde, par exemple lors de la mise en place de marchés de droits à polluer – a fait place à une troisième option, l’appropriation commune ou collective, redécouverte et promue par des cadres théoriques et des mouvements sociaux qui la conçoivent comme une façon plus acceptable de s’approprier la nature ou, plutôt, de la rendre inappropriable. Au sein même de cette dynamique, certains philosophes et sociologues considèrent en effet que « le commun », renvoyant à une praxis, ne peut être conçu « que comme inappropriable, en aucun cas comme l’objet d’un droit de propriété » [Dardot, Laval 2014, 233].

Si la propriété privée souveraine est contestée, dans le même temps, les pratiques d’appropriation exclusive et de dégradation des milieux naturels ne cessent de se multiplier et de se transformer. Ces pratiques comme les résistances qu’elles rencontrent se manifestent concrètement à travers des agencements matériels, des activités, des usages, des techniques, des conflits, des rapports de pouvoir, des registres de lutte et des « économies morales » qui composent des régimes d’appropriation hybrides, qu’il reste à caractériser empiriquement, dans leur contexte socio-historique. À cet égard, les travaux en histoire environnementale [Fressoz et al. 2014 ; Quenet 2014] s’emploient depuis les années 1970 à documenter les reconfigurations pluriséculaires des liens entre propriété et environnement [Graber, Locher 2018]. C’est à l’actualité de cette question que ce dossier entend contribuer dans une perspective interdisciplinaire, croisant études environnementales, sociologie des territoires, anthropologie de la nature et socio-économie.

Il s’agit de rassembler des articles analysant comment, de nos jours, se recomposent les frontières et rapports entre propriétés collectives, publiques et privées. Dans quelle mesure les concessions domaniales, parcs nationaux et autres dispositifs étatiques sont-ils des outils d’exploitation ou de conservation des ressources naturelles ? Comment les associations de protection environnementale entendent-elles protéger la nature sauvage par le recours à l’acquisition foncière ? Autrement dit, en quoi la propriété privée peut-elle servir l’intérêt public par des formes de contre-appropriations collectives [Morizot, 2019] ? Quelles formes politiques et juridiques permettent d’expérimenter en pratique « le commun », notamment dans les luttes s’opposant aux grands projets d’aménagement ? À quelles conditions l’acte de s’approprier un territoire peut-il préserver une pluralité d’usages et en réguler la conflictualité ? Quel statut pour les zones de protection de la « part sauvage du monde » évoquées par Maris [2018] ?

Conformément à l’esprit de la revue, nous invitons l’ensemble des chercheuses et chercheurs en sciences sociales s’intéressant à ce questionnement à proposer une contribution à ce dossier.

 

Date limite d’envoi des textes : 15 janvier 2021

Les articles, d’une longueur maximale de 60 000 signes (espaces et notes de bas de page compris), doivent parvenir par voie électronique à : rf-socioeconomie@univ-lille1.fr. Ils doivent impérativement être présentés selon les normes éditoriales de la revue (cf. rubrique Soumettre un article).

Publication prévue : voir le calendrier prévisionnel sur notre site

Bibliographie

Dardot P., Laval C. (2014), Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte.

Descola P. (2005), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard

Fressoz J. et al. (2014), Introduction à l’histoire environnementale, Paris, La Découverte.

Graber F., Locher F. (dir.) (2018), Posséder la nature. Environnement et propriété dans l’histoire, Paris, Éd. Amsterdam.

Maris V. (2018), La part sauvage du monde. Penser la nature dans l’Anthropocène, Paris, Seuil.

Morizot B. (2019), « Raviver les braises du vivant. En défense des foyers de libre évolution », hal-02183915 (URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02183915).

Quénet G. (2014), Qu’est-ce que l’histoire environnementale ?, Seyssel, Champ Vallon.

Steffen W. et al. (2015), « Planetary boundaries: Guiding human development on a changing planet », Science, 347 (6223) : 1-10.

Vanuxem S. (2018), La propriété de la terre, Marseille, Wildproject.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search