Compte-rendu: Dominique-Marie Cabaret, La topographie de la Jérusalem antique. Essais sur l’urbanisme  fossile, défenses et portes. IIe s. av. – IIe s. ap. J.-C., Cahiers de la Revue Biblique, Series archaeologica 2, n° 98, Leuven-Paris-Bristol, Peeters, 2020, 376 pages.

Compte-rendu réalisé par Caroline arnould-Béhar

 

L’ouvrage est le texte remanié et complété de la thèse soutenue le 9 février 2019 à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne sous la  direction du professeur François Villeneuve. On saluera l’extrême rapidité de la publication qui était très attendue tant les travaux sur l’histoire urbaine de la Jérusalem antique sont peu nombreux. La traduction en anglais de l’introduction et de la conclusion permettra au lectorat non francophone de prendre connaissance des recherches de l’auteur. Deux chapitres sont venus s’ajouter au texte de la thèse, les chapitres 6 et 7, consacrés respectivement au Troisième mur de Jérusalem et au camp de la Xe légion. Ces insertions impliquent de nombreux renvois mais la clarté du propos permet que le lecteur le suive sans difficultés.

L’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem (ÉBAF) à laquelle appartient l’auteur est engagée de longue date dans l’archéologie de la ville, et les travaux de D.-M. Cabaret s’inscrivent dans la lignée de ceux menés depuis le début du XXe siècle par la communauté des Dominicains de Jérusalem. L’ouvrage trouvera sa place aux côtés de contributions restés incontournables, en particulier le Jérusalem, recherches de topographie et d’histoire de F.-M. Abel et L.-H. Vincent (Paris, Gabalda, 1912-1926). Ingénieur de formation et titulaire d’un doctorat d’études théologiques, D.-M. Cabaret possède un champ de compétences très étendu et utilise pour sa recherche, en plus des outils et des données de l’histoire et de l’archéologie, ceux de la géographie, de la géologie, de l’astronomie de même que les ressources de l’algèbre. C’est là que réside le principal intérêt de l’étude, qui en conjuguant toutes ces sources, propose une approche résolument nouvelle dans l’étude de Jérusalem.

Le point de départ des recherches de l’auteur est double. Stimulé par les travaux réalisés par J. Sauvaget sur la Damas antique, il a vu l’intérêt d’appliquer à Jérusalem la recherche de l’arpentage antique. Dans le même temps, la lecture de l’article d’Y. Blomme (Revue Biblique 66, 1979) remettant en question la datation et la fonction de l’arc de l’Ecce Homo le convainquit qu’une nouvelle démonstration de l’ancienneté de cet édifice était nécessaire. En dépit des multiples difficultés qui se présentent à tous ceux qui étudient l’histoire urbaine de Jérusalem, et en premier lieu l’absence récurrente de stratigraphies, l’auteur ne craint pas de s’attaquer à des questions très débattues telles que celle du tracé du Deuxième et du Troisième murs ou des sanctuaires de la cité d’Aelia Capitolina, avec l’ambition de donner une image d’ensemble cohérente de la Jérusalem des époques hasmonéenne et romaine.

Le premier chapitre s’attache à préciser le tracé du Deuxième mur, amenant dans les deux chapitres suivants à l’étude des quartiers situés à l’intérieur de la muraille et à l’est de celle-ci. Le chapitre 3 est ainsi consacré au quartier du Bezetha (ou Bethesda) dont l’auteur examine le réseau viaire et où il propose de situer le théâtre construit par Hérode le Grand. Une quinzaine de pages sont consacrées à ce théâtre dans lequel il voit « un modèle réduit de celui de Pompée » à Rome (p. 91).

Le bref chapitre 4, s’intéressant au quartier dans lequel se situe l’arc de l’Ecce Homo constitue une introduction au suivant. Celui-ci, le chapitre 5, long d’une soixantaine de pages, est tout entier consacré à cet arc dans lequel l’auteur voit une porte du Deuxième mur construite par Hérode et qui est une pièce maîtresse de la restitution du quartier nord-est de la ville. Les chapitres 8 et 9 sont dévolus à Aelia Capitolina, la colonie fondée par Hadrien en place de l’ancienne capitale juive. Si le chapitre 8 reprend et prolonge des discussions entamées dans les chapitres précédents, le dernier est principalement centré sur les sanctuaires principaux de la colonie, celui du forum et celui qui aurait pris place sur le mont du Temple. Là encore, l’auteur convoquant une importante bibliographie et interrogeant les sources anciennes propose des restitutions précises, en dépit de vestiges peu importants. Cette partie de l’ouvrage consacrée à la Jérusalem d’après 70 fait écho aux nombreuses recherches menées sur le terrain au cours des deux dernières décennies. Le lecteur pourra, en parallèle, consulter la récente monographie de Shlomit Weksler-Bdolah1 qui n’a pu être intégrée à la bibliographie et présente l’ensemble des témoignages archéologiques de la période romaine tardive. La conclusion vient utilement replacer les résultats de la recherche dans une présentation chronologique.

Certains résultats obtenus marquent une avancée incontestable dans la connaissance de la Jérusalem antique, comme l’attribution aux Hasmonéens du quartier ceint par le Deuxième mur et, dans son ensemble, la mise en évidence des arpentages des différentes périodes se révèle très intéressante et riche de perspectives. Cependant, faute de pouvoir être appuyées sur des données archéologiques, une partie des restitutions proposées restent à l’état d’hypothèses. L’auteur évoque d’ailleurs en fin de conclusion les « vérifications nécessaires ». Certaines restitutions ne sont pas sans difficultés. L’idée d’une place « élégante », qui révèle la magnificence de la cité d’Aelia Capitolina (p. 268), repose en grande partie sur l’idée d’un édifice se dressant sur le rocher de la Flagellation (un « sanctuaire » même, p. 313 et 315) dont ne subsiste pas la moindre trace ni matérielle ni dans les sources écrites. De même, la localisation du théâtre d’Hérode dans le quartier du Bezetha ou les tours dont aurait été doté l’arc de l’Ecce Homo ne s’appuient sur aucune donnée probante.

Les propositions, certaines audacieuses, permettent de résoudre plusieurs questions mais elles en soulèvent d’autres. Pour s’en tenir au secteur nord de la ville, le quartier de Bezetha (Bethesda) que l’on pensait généralement situé extra muros à la période d’Aelia Capitolina se trouve dans cette étude intégré à la ville avec son sanctuaire de Sérapis-Asclepios, ce qui n’est pas la norme pour les sanctuaires de divinités guérisseuses. L’attribution de l’arc de l’Ecce Homo à Hérode, outre qu’elle n’est à notre sens pas démontrée par l’analyse architecturale, suppose la présence d’un pont enjambant le bassin du Strouthion, ce qui est difficile à accepter (p. 110-114).

L’auteur paraît avoir parfois négligé ou écarté des observations pourtant bien fondées dans les études consultées, comme celle qui identifie le bassin sud de la piscine de Bethesda avec un miqveh (p. 101) ou d’autres qui concernent l’arc de Ecce Homo, comme la datation des piédestaux à dés qui ne seraient pas antérieurs à la fin du IIe ou au IIIe siècle et ne pourraient de ce fait avoir appartenu à l’arc (p. 147-152). La restitution d’un ordre de colonnes portées par de hauts piédestaux devant la façade orientale de cet arc reste à notre sens problématique pour la période donnée. Par ailleurs, ce sont bien deux assises et non une seule qui ont été conservées in situ sous la porte de Damas (p. 25 et p. 36). 

La bibliographie qui compte trente pages aurait gagné à être allégée de titres qui n’ont que peu à voir avec le sujet. Quelques études auraient mérité d’y trouver leur place comme l’ouvrage de E.W. Cohn  (New Ideas about Jerusalem’s Topography, Jérusalem, 1987) ou l’article dans lequel nous avions abordé la « patte d’oie » de la Porte de Damas (« La porte de Damas (porte romaine) à Jérusalem : quelques questions d’urbanisme », Revue Biblique 1999/1, p. 101-111). Il aurait été préférable que les contributions à des ouvrages collectifs soient référencées de manière systématique.

Quelques coquilles peuvent être relevées, dont l’une s’est même nichée dans la première phrase de la 4e de couverture, sous la forme d’un article manquant, et d’autres apparaissent dans les titres des chapitres 8 et 9. Certains noms d’auteurs sont mal orthographiés comme celui de C. Saulnier (« Saulner ») ou de S. Bonato-Baccari (« Bonato-Barccardi ») dans la bibliographie ou celui de Y. Billig (« Billing ») p. 81. En plus de l’index onomastique, un index général aurait été le bienvenu, étant donné la densité du texte et l’interpénétration des différents chapitres. On soulignera la qualité et la grande utilité des nombreux plans réalisés pour l’ouvrage, que la mise en couleur rend très lisibles.

Même si l’on ne suit pas l’auteur dans toutes ses interprétations et hypothèses, on ne peut que reconnaître la valeur et le grand intérêt de cette recherche, pionnière en plusieurs aspects. La somme d’informations et de réflexions livrées dans cet ouvrage ne pourra que stimuler nombre de recherches futures.

1 Aelia Capitolina – Jerusalem in the Roman period: in light of archaeological research, Mnemosyne Supplements 432, Leiden/Boston, Brill, 2019.

 

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search