Compte-rendu: Marie-Hélène Bacqué, Emmanuel Bellanger, Henri Rey (sous la direction de), Banlieues populaires. Territoires, sociétés, politiques, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, coll. Bibliothèque des territoires, 2018, 381 pages

Compte-rendu réalisé par Anne Granier

 

Les banlieues, particulièrement populaires, continuent d’occuper une place à part dans le paysage scientifique mais aussi journalistique et politique français. Des formules maintes fois répétées, de la « crise des banlieues » aux « émeutes/révoltes urbaines », tendent à dire les difficultés auxquelles ces territoires de relégation font face. Grâce à une trentaine de contributions organisées en quatre parties qui s’achèvent toutes par un témoignage, les auteurs, historiens, géographes, sociologues, économistes, urbanistes, mais aussi militants, habitants et travailleurs, de Banlieues populaires s’attèlent, avec une certaine diversité de méthodes (de l’analyse factorielle à l’enquête ethnographique) et de tons, à l’étude d’un des territoires les plus emblématiques et les plus riches en clichés : la Seine-Saint-Denis, département auquel fut dédié le séminaire « Banlieues populaires » qui se tint au Cevipof de 2010 à 2015 et dont est largement tiré l’ouvrage.

Bien que l’on trouve des contributions qui réfléchissent à l’échelle du département, la plupart s’attachent à l’étude d’une ou deux villes, voire quartiers, emblématiques et souvent voisins de la capitale. De même, si quelques articles replacent le département dans le contexte de la « ville industrielle », la plupart se concentrent sur les mutations à l’œuvre à partir des années 1960 (fin d’un âge d’or industriel, recul de l’ancrage ouvrier, immigration) et, surtout, à partir des années 1980-1990 (fin de l’hégémonie communiste et, partant, du communisme municipal, publicité plus grande de l’Islam, premières révoltes des banlieues, conséquences de la métropolisation). Si les difficultés exceptionnelles auxquelles le département est confronté ne sont pas niées, les auteurs rappelant fréquemment les différents records du département (taux de chômage, taux de pauvreté, part de logements sociaux, part de la dépense sociale dans le budget des communes, etc.), ils s’attachent à les replacer dans ce contexte de métamorphoses.

La première partie traite du politique en banlieue populaire, trois articles se concentrant sur le communisme, deux sur la pratique et les résultats du vote et deux enfin, dont un témoignage, sur l’engagement politique des « issus » de l’immigration. Les auteurs reviennent sur le recul du PCF et le vide que cette « institution » (Roger Martelli) laisse en Seine-Saint-Denis, sans qu’il soit nécessairement comblé : l’abstention électorale, la non-inscription ou la mal-inscription des électeurs témoignent de ce désintérêt apparent pour la politique même si quelques figures, de droite souvent, arrivent encore à mobiliser contre elles (Antoine Jardin, David Gouard). L’intégration à la vie politique locale mais surtout nationale des porte-parole des cités ou de l’immigration ne s’est pas réellement faite, en raison d’une méfiance et d’accusations réciproques (Hadj Belgacem) ou de « formes de discrimination historique inhérentes à l’espace politique français » (Ahmed Boubeker).

Ouverte par un rappel bienvenu et limpide d’histoire de l’immigration et de la banlieue parisienne (Marie-Claude Blanc-Chaléard), la deuxième partie s’attache davantage aux transformations sociales qui animent la Seine-Saint-Denis.

Les premiers articles présentent une continuité forte avec le début de l’ouvrage : ils reviennent sur la perte de fierté des habitants de la Seine-Saint-Denis, à lier au recul du communisme municipal qui participait au sentiment de respectabilité de l’identité ouvrière (Gérard Mauger dans un éclairant article à la croisée de Richard Hoggart1 et d’Olivier Schwartz2), à la culpabilisation des chômeurs, à la responsabilisation des individus à propos de la place qu’ils occupent dans un espace urbain comme dans une société de plus en plus atomisée. Aussi l’appartenance au « 9-3 » (la naissance, l’adresse) apparaît bien souvent comme un stigmate, une identité plus souvent subie que revendiquée, même si existent des façons de retourner le stigmate, précisément quand la localisation devient un choix (Stéphanie Vermeersch).

La troisième partie, liée à la précédente par l’expression du « stigmate », porte essentiellement sur les images et représentations qui affectent les banlieues populaires de Seine-Saint-Denis et leurs habitants, que ces images émanent des habitants eux-mêmes ou qu’elles soient projetées par des acteurs initialement extérieurs. Quatre articles sont ainsi consacrés à des services publics présents en Seine-Saint-Denis (le secteur éducatif, la police, les bibliothèques) qui font intervenir des fonctionnaires qui ne sont, majoritairement, pas originaires de Seine-Saint-Denis. Quatre autres sont consacrés au fait religieux. À propos de l’Islam, presque cantonné à l’espace privé jusque dans les années 1970-1980 avant d’occuper, de nos jours, une place de plus en plus évidente et importante dans l’espace urbain (Etienne Pingaud, Catherine Wihtol de Wenden), les auteurs insistent sur deux logiques : d’une part, la caractère « beaucoup plus aléatoire » que ce qu’imaginent maints commentateurs du rapport à la religion et une tendance de la majorité à rester en-dehors des principales polémiques ; d’autre part l’introduction, par le biais des intégristes, très minoritaires, d’une logique binaire (halal/haram) qui questionne l’ensemble des musulmans. De son côté, le culte chrétien se fait moins visible, en raison de la très grande mobilité et adaptabilité des lieux de culte dans le cas protestant (Frédéric Dejean) et en raison d’une forme de retrait dans le cas catholique (témoignage du père Gérard Marle). C’est probablement dans cette partie que l’on perçoit le mieux les contradictions qui traversent les banlieues populaires. Ainsi, Fabien Truong puis Sacha Agathe Voisin soulignent l’importance symbolique de l’école et des études pour de jeunes lycéens très attachés à l’idéal méritocratique républicain mais qui sont sans cesse confrontés à leur origine séquano-dionysienne, jusque dans les dispositifs d’égalité des chances, précieux mais ambigus.

La quatrième et dernière partie s’attache plus particulièrement au processus de métropolisation qui induit des transformations rapides mais éclatées, à de multiples échelles, et qui ne sont pas toujours souhaitées par les habitants tant ils se sentent parfois exclus du projet du Grand-Paris et, plus largement, de certaines dynamiques de la mondialisation. À cet égard, un chiffre est particulièrement éclairant : 87% des revenus du quartier la Plaine-Saint-Denis sont versés à des personnes qui n’habitent pas la Seine-Saint-Denis (Simon Ronai). Les paradoxes sont nombreux et peuvent parfois faire écho à des préoccupations rencontrées par les édiles communistes dans les années 50 : comment changer l’image du département, comment venir à bout de la pauvreté endémique du département, sans pour autant faire partir les habitants – le département se distinguant par un très fort taux de renouvellement de la population ? Plus cyniquement peut-être, du côté de certains élus, comment changer la population sans officiellement gentrifier (Antoine Fleury, Sylvie Fol) ?

En dépit de redondances, probablement inévitables dans un ouvrage collectif, Banlieues populaires saisit la Seine-Saint-Denis dans de multiples dimensions tout en soulignant à maintes reprises son caractère exceptionnel. L’ouvrage, parfois engagé, vise à redonner aux sciences humaines et sociales leur place dans la Cité et à les faire participer au débat politique français, d’où peut-être l’absence de comparaisons internationales qui enrichirait mais éparpillerait le propos. Il s’abstrait des clichés les plus répandus en resserrant la réflexion sur la question, presque partout sous-jacente et parfois explicite, du manque d’engagement voire du désengagement de l’Etat et des collectivités publiques, qui font peser sur leurs agents des missions de plus en plus nombreuses à moyens constants (Fabien Jobard, Charlotte Perrot-Dessaux) mais tendent également à se décharger de certaines de leurs missions sur de nouvelles entités ou sur des associations, voire à exclure certaines populations, comme les Rom, des services publics (témoignage de Carine Fouteau).

1 Dans The Uses of Literacy (1957 pour l’édition anglaise, traduit en 1970 sous le titre La Culture du pauvre), Richard Hoggart analyse, notamment à partir de sa propre vie, « l’espace clos » des classes populaires anglaises, montrant le fossé qui les sépare des « autres », fossé à la fois subi et revendiqué, ce qui permet la construction d’une culture originale.

2 Dans Le Monde privé des ouvriers, ouvrage paru en 1998, Olivier Schwartz étudie le monde en cours d’ouverture d’une cité HLM du Nord de la France, au cœur du bassin minier alors en pleine déshérence. Il insiste particulièrement sur les facteurs de désagrégation de la classe ouvrière (chômage, dévalorisation des valeurs viriles, accès à la propriété) qui deviennent de plus en plus nombreux – dans la préface de l’édition Quadrige de 2009, Olivier Schwartz ajoute ainsi un souci plus grand de la réussite scolaire et une certaine dépolitisation en raison du recul du PCF.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search