Compte-rendu: Richard Harris et Charlotte Vorms (ed.), What’s in a Name ? Talking about Urban Peripheries, University of Toronto Press, Toronto, 2017, 358 p.

Richard Harris et Charlotte Vorms (ed.), What’s in a Name ? Talking about Urban Peripheries, University of Toronto Press, Toronto, 2017, 358 p.

 

Compte-rendu réalisé par Peter Clark.

Depuis plusieurs années, l’étude de la périphérie urbaine, dans toute sa complexité, a pris de l’importance dans la littérature française sur la ville avec les travaux de Denis Menjot, Henri Galinié, Denise Pumain et beaucoup d’autres. What’s in a Name ? Talking about Urban Peripheries est le travail d’une équipe de 18 participants (dont plusieurs spécialistes renommés) qui discutent d’une grande gamme de villes à travers le monde – en Asie, aux Amériques, en Australie et en Europe. Une telle démarche mondiale est bienvenue. Malgré cela, le livre reste un peu décevant. Il se concentre largement sur le temps contemporain et il ignore l’importance des marges de la ville (et les débats) en Europe et en Asie depuis le Moyen Âge et avant. La réalité des espaces périphériques, la grande variété (les terrains agricoles, les friches, les gated communities, les banlieues, les exurbs…), leur fonctions et leur habitants ne figurent qu’en passant dans la plupart des chapitres ; presque rien aussi sur les relations politiques, économiques, démographiques entre les périphéries et le centre de la ville.

À l’inverse, l’accent est mis sur les termes qui décrivent les espaces péri-urbains, les changements de terminologie à travers le temps et les variations de leur usage. Le recueil est inspiré par le grand projet de L’Aventure des Mots de la Ville (1) (Paris, 2010). Christian Topalov a écrit un chapitre (2) dans l’ouvrage qui explique le processus par lequel un nom local évolue vers un terme générique, comment un mot est stigmatisé (ou valorisé) et aboutit à la fabrication historique d’un palimpseste de mots urbains. Dans l’introduction, Richard Harris, historien des banlieues (suburbs) canadiennes et Charlotte Vorms, historienne des villes espagnoles, suggèrent que l’étude des mots nous aide à comprendre le processus d’urbanisation pour les espaces périphériques. Ils pointent la grande diversité des noms, et l’éventail d’institutions et d’acteurs qui déterminent les mots, positivement ou négativement : experts, urbanistes, autorités nationales et locales, politiciens, médias, promoteurs immobiliers, chercheurs (sociologues, géographes…) et habitants de la périphérie. Les chapitres suivants démontrent très bien la variété extraordinaire et la spécificité locale des termes et également leur évolution dans le temps. Pourtant la plupart des études analysent seulement les acteurs top-down ou élitistes, c’est-à-dire tout le monde, sauf les gens qui habitent ces espaces et qui ont l’expérience des difficultés de la vie dans ces périphéries.

Heureusement, dans trois chapitres nous rencontrons les habitants sur place, sur le terrain. Anne Lambert examine la commune de Cleyzieu-Lamarieu, près de Lyon. Elle trouve trois catégories d’habitants : les couples, cadres et employés, qui sont arrivés de Lyon, les habitants plus anciens, ouvriers dans les industries locales et les immigrants depuis les banlieues de Lyon. Chaque groupe a une vision spécifique, plus ou moins favorable, de l’endroit et tous ignorent le terme technocratique « périurbain » utilisé par les fonctionnaires. Ioanna Florea explore Ferentari, un quartier pauvre et chaud de Bucarest, avec beaucoup d’immigrants de l’intérieur et chômeurs. La vue de l’extérieur est très négative, le quartier décrit comme un ghetto, mais les habitants utilisent une variété de noms pour cela, dont « ghettou » mais aussi des mots plus favorables comme les noms de la localité. Amy Shanks, Victoria Coates et Richard Harris considèrent les « suburbs » de Hamilton, au Canada, et étudient les attitudes de leurs habitants à travers une soixante d’entretiens. Ils notent une compréhension confuse du mot « suburb », si bien qu’un certain nombre de « suburbains » n’ont pas conscience d’habiter dans un « suburb ». Dans les trois cas les termes officiels, très employés par les historiens de la planification, ne sont pas reconnus par les habitants.

En conclusion, quelques points généraux. La terminologie pour les périphéries urbaines depuis le XIXe siècle reflète principalement des différences de classe (peut-être également de genre – pas exploré ici), de nationalité et de localité, et notamment de résidence. On note l’influence du colonialisme dans la diffusion mondiale de termes, avec l’exportation par l’Europe des mots suburb, slum, garden suburb, buitenwijken, faubourg, mais également l’effet de globalisation avec ceux de new towns, gated communities, exurbs… Partout ces choses sont adaptées au terrain et, au fond, les termes nationaux ou locaux prédominent. C’est un livre probablement plus intéressant pour l’étudiant en planification que l’historien de l’urbain.

 

(1) Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin, L’Aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Robert Laffont, 2010

 

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search