Compte-rendu: Pascal Bastien, Simon Macdonald, Paris et ses peuples au XVIIIe siècle, Paris, Édition de la Sorbonne, 2020, 304 p.

Pascal Bastien, Simon Macdonald, Paris et ses peuples au XVIIIe siècle, Paris, Édition de la Sorbonne, 2020, 304 p.

 

Compte-rendu réalisé par Thomas Pasquier

 

Cet ouvrage est le fruit de deux journées de travail tenues à l’Institut d’Études Avancées de Paris, les 18 et 19 mai 2017. Celles-ci étaient placées sous l’hospice des travaux de Daniel Roche, historien de l’histoire sociale et culturelle du XVIIIe siècle en France. Sans être un volume de mélanges offerts, ce livre rend spécifiquement hommage à son Peuple de Paris1, paru en 1981, en ce qu’il s’en inspire, s’en nourrit, tout en venant le prolonger et le compléter. Dirigé par Pascal Bastien et Simon Macdonald, il réunit dix-huit articles de spécialistes de l’histoire sociale, politique et culturelle de la capitale française au siècle des Lumières. Ces dix-huit contributions sont réparties en trois sections : « Trajectoires : individus, communautés, métiers » ; « Vie matérielle, espace urbain, ville productrice » ; et enfin « Représentations, débats et polémiques ».

L’approche thématique choisie s’inspire, de facto, du squelette construit par Daniel Roche dans Le peuple de Paris, tout en le révisant, avec pour ambition d’embrasser un cadre le plus large possible, afin de restituer des expériences et dynamiques urbaines aussi diverses que le sont les acteurs sociaux. Comme l’annonce le titre, les différents angles d’approches des contributions mettent en exergue l’inexistence « d’un » peuple parisien : jeune nourrice venue de province, veuve bourgeoise influente, policier respecté ou en mal d’autorité, riche conventionnel demeurant près des Tuileries, artisan précaire logé dans une sombre et froide mansarde, marchand boutiquier fièrement installé près du Louvre, jeune orphelin de Chartres devenu libraire … C’est avec une grande fidélité que sont reconstituées ici la pluralité et l’hétérogénéité des habitants de la capitale. Aussi, on appréciera l’absence de séparation entre le siècle des Lumières et la période révolutionnaire, permettant d’observer, sur un long XVIIIe siècle, les transitions culturelles, sociales, et politiques tout en laissant une large place à l’observation des expériences et habitudes des Parisiens.

La première partie – intitulée « Trajectoires : individus, communautés, métiers » –  se penche justement sur ces Parisiens en tant que tels et questionne l’idée de communauté urbaine. L’objectif semble être ici de saisir le destin des habitants via trois entrées principales : le travail, le genre et l’espace public. Dans un premier article, Sabine Juratic déconstruit le mythe de la cohésion communautaire du monde du livre en mettant en lumière les différentes lignes de fractures existant en son sein. Le genre est également une porte d’entrée prolixe pour questionner la cohésion dudit « peuple parisien ». Laurence Croq révèle l’importance de l’autochtonie dans le capital social au travers d’une étude des trajectoires des femmes issues de la bourgeoisie mercière : celles-ci disposent d’un crédit et d’une influence supérieure aux hommes non-natifs. Clyde Plumauzille révèle les liens entretenus entre les familles parisiennes et les mères des campagnes autour d’un « trafic » de nourrices orchestrée par l’État. La qualité et la nature de la communauté urbaine se jauge aussi dans les moments de tensions et de désordres. Vincent Milliot montre ainsi que la police, tout au long du XVIIIe siècle, a pour projet de se faire accepter, sans jamais vraiment y parvenir. Vincent Denis observe, pour sa part, les comportements des commissaires pendant les émeutes de février 1793, exposant avec une grande clarté leur rôle ambivalent, parfois pacificateur, parfois répressif. Enfin, Colin Jones met en lumière le fossé existant entre les conditions matérielles de vie entre les Parisiens et des députés révolutionnaires : ces derniers résident tous dans des quartiers riches et cotés, loin des quartiers et faubourgs ouvriers agités. La « communauté » parisienne se révèle ainsi complexe, mouvante, traversée par de multiples lignes de fractures et de tensions.

La seconde partie du volume – « Vie matérielle, espace urbain, ville productrice » – observe davantage les conditions matérielles d’existence, de l’échelle individuelle à l’échelle urbaine, avec comme trame de fond permanente l’idée que la cité fabrique ses habitants tout autant que ces derniers la façonnent. Loin de tourner le dos aux Parisiens, l’ambition est ici de se plonger dans l’espace urbain comme cadre de vie. Ce cadre de vie, c’est avant tout le foyer. Dans un article sur les usages du feu – soit le chauffage et l’éclairage principalement –, David Garrioch révèle que, s’il est universellement partagé, il est très inégalement distribué. L’étude des usages du feu devient ainsi un miroir des fractures économiques et sociales parisiennes2. On sort ensuite de l’habitat pour prendre de la hauteur en observant l’occupation de l’espace urbain. Nicolas Lyon-Caen et Jan Synowiescki illustrent successivement la perpétuelle négociation dont est l’objet l’espace urbain, tant pour son accès et que pour sa gestion  : le premier en soulignant la disqualification progressive des marchands comme administrateurs des espaces commerciaux ; le second en montrant l’évolution de l’accès aux lieux centraux de la sociabilité parisienne que sont les jardins, passant d’une exclusion des gens de peu à une ouverture plus générale à partir de la Révolution. Paris regorge aussi d’enclaves, loin de l’agitation des faubourgs. Youri Carbonnier propose ainsi une courte mais dense monographie du cloître Notre-Dame qui, d’ilot d’aisance, s’ouvre progressivement au cours du siècle à des personnes étrangères à la cathédrale, allant même jusqu’à accueillir des femmes célibataires. C’est donc bien une ville en mouvement et en perpétuelle évolution que nous offrent à voir ces contributions, nous rappelant sans cesse que « l’espace social se manifeste […] sous la forme d’oppositions spatiales, l’espace habité fonctionnant comme une sorte de symbolisation spontanée de l’espace social » 3.

Enfin, la troisième et dernière partie – « Représentations, débats et polémiques » –  amène à des analyses et des réflexions sur les représentations et les discours qui reflètent, tout en la produisant, l’identité parisienne. Daniel Roche nous invitait à prendre au sérieux les savoirs antiquaires : ainsi l’article de Stéphane Van Damme met en évidence les luttes politiques et symboliques qui se jouent autour de l’épistémologie des savoirs urbains entre les pouvoirs cléricaux et la magistrature urbaine. Les chroniqueurs tels que le libraire Hardy ou le fameux Louis-Sébastien Mercier sont également mobilisés, non comme une voie d’accès directe à la réalité parisienne mais comme « un terrain d’observation pour mettre au jour le système de perceptions, fait d’idées reçues et de stéréotypes »4. En effet, les discours et représentations ne sont pas l’apanage des élites savantes. En ce sens, Laurent Cuvelier explore les affiches typographiques qui se multiplient au XVIIIe siècle pour mettre en valeur l’aspect interactionnel de la production culturelle qui évolue au gré des critiques des publics qui arpentent les trottoirs5. Le droit pénal tout comme l’interventionnisme économique des révolutionnaires, permettent également d’éclairer les mentalités parisiennes du siècle des Lumières.

En quelques 300 pages, Paris et ses peuples au XVIIIe siècle offre ainsi une très prolixe et utile réactualisation de l’histoire parisienne ouverte par Daniel Roche, sans jamais tomber dans une lecture monochrome. Les multiples entrées, la variété des archives et les différentes échelles mobilisées amènent le lecteur à penser l’influence de l’espace sur les existences, et inversement, les perpétuelles modulations, négociations et conflictualités. La suggestivité de toutes ces contributions rappelle également que le chantier historiographique autour de la capitale au XVIIIe, loin d’être achevé, à de beaux jours devant lui.

1D. Roche, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1981.

2L’étude du feu et du chauffage avait été ouverte par Daniel Roche dans Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, XVIIe-XIXe siècles, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1997, p. 121-149.

3Pierre Bourdieu, La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 249-262.

4G. Lafrance, « Le tireur de cartes du nouveau Paris », dans Pascal Bastien, Simon Macdonald, Paris…, op. cit., p. 250-261.

5Si l’écrit est plus facilement accessible aux historiens, l’oralité est bien la pièce maitresse de l’espace public au XVIIIe, comme l’a montré notamment Arlette Farge dans Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, 1992.

 

 

 

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search