Compte-rendu: Clark Peter, Menjot Denis (ed.), Subaltern City ?, Turnhout, Brepols, 2019

Clark Peter, Menjot Denis (ed.), Subaltern City ? Alternative and Peripheral Urban Spaces in the Pre-modern Period (13th to 18th centuries)/ La ville subalterne ? Espaces urbains « subalternes » et périphériques à l’époque pré-industrielle, Turnhout, Brepols, 2019, coll. « Studies in European Urban History, 46 »

Compte-rendu réalisé par Pierre-Henri Guittonneau

Peter Clark et Denis Menjot, spécialistes des villes européennes médiévales et modernes, répondent, avec cet ouvrage, à l’appel lancé par les géographes Nezar Alsayyad et Ananya Roy pour vérifier la pertinence du modèle du subaltern urbanism pour la ville pré-moderne. Ce modèle a renouvelé le regard porté sur les périphéries des mégapoles des pays en développement, leur organisation socio-économique et les relations conflictuelles de leurs habitants avec les pouvoirs urbains. Loin des clichés, ces périphéries subalternes – zones grises, d’exception ou de relégation – se révèlent alors comme des zones dynamiques. Il importe donc de réviser l’opposition traditionnelle entre le centre et ses périphéries, de redéfinir les notions de marge et de marginalité, et d’explorer les relations des espaces pluriels et fragmentés qui composent la ville.

Ces questionnements ne sont pas inconnus en Europe, comme l’écrivent Peter Clark et Denis Menjot dans leur introduction. À rebours d’une tradition historiographique qui a longtemps imposé l’image d’une ville compacte, unie et cohérente derrière ses remparts, de nombreux chercheurs, depuis les années 1970, ont fait apparaître le caractère polycentrique et fragmenté des villes médiévales et modernes, ainsi que les jeux de pouvoir des acteurs municipaux, seigneuriaux, ecclésiastiques et, plus largement, des différents groupes sociaux dans les espaces intramuros et extramuros.

Dans ce paysage historiographique, les auteurs veulent proposer une vision plus large du problème en confrontant, sur la longue durée et avec une démarche comparative, le modèle de la ville subalterne aux sources et aux méthodes de la recherche consacrée aujourd’hui aux périphéries urbaines du Moyen Âge et de l’Époque moderne. Pour ce faire, ils ont réuni douze chercheurs francophones et anglophones à l’occasion d’une session du 13e congrès de l’E.A.U.H. (Helsinki, 2016). Ces spécialistes des sociétés et des espaces urbains ont poursuivi leurs réflexions dans cet ouvrage qui couvre une période allant du milieu du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Ils livrent ainsi un livre de 274 pages, composé de onze chapitres, avec le renfort de pas moins de cinquante cartes, tableaux et illustrations, et d’une dizaine de pages d’index – noms, lieux et matières.

Ils y répondent aux questions posées par les deux éditeurs dans leur introduction. Dans quelle mesure la ville pré-moderne est une communauté compacte ? Jusqu’à quel point est-elle fragmentée ? Comment, malgré les relations conflictuelles des divers acteurs spatiaux, la ville réussit-elle à faire communauté ? Quels parallèles peut-on établir entre les mondes urbains européens et non-européens dont le polycentrisme est bien connu ?

Se succèdent des articles sur l’organisation polynucléaire de Bruxelles entre le XIe et le XVe siècle (Paulo Charruadas et Bram Vannieuwenhuyze), sur les faubourgs de Metz, Reims et Strasbourg entre le XIIIe et le XVe siècle (Catherine Xandry), sur une réflexion autour des périphéries à Paris au XIVe siècle (Boris Bove), sur les faubourgs d’Amiens du XIe au XVIe siècle (Mathieu Béghin) et de Londres au XVe siècle (Charlotte Berry), sur les fondouks chrétiens des villes musulmanes méditerranéennes au Moyen Âge (Dominique Valérian), sur la paroisse suburbaine de Saint-Jean de Latran de Rome au XVIIe siècle (Eleonora Canepari), sur les quartiers et les faubourgs de Lyon du XVIe au XVIIIe siècle (Olivier Zeller), sur un projet d’embellissement de Marseille en 1666 (Julien Puget), sur les espaces non aedificandi de Lille et de Bruxelles au temps des Lumières (Catherine Denys) et sur les usages du Haarlemmerhout – le bois de Haarlem – au même siècle (Carolien Boender).

Classés chronologiquement, ces chapitres ont le double mérite d’interroger vraiment le modèle de la ville subalterne et d’engager souvent un dialogue entre eux dans leurs conclusions ou leurs notes de bas de page. Le volume propose ainsi une discussion qui s’avère stimulante et dont les lignes de force se perçoivent bien.

La ville pré-moderne est un « espace de la différence ». Ni les espaces périphériques ni l’intramuros ne semblent former de bloc uni et cohérent. Pour Boris Bove, la ville n’est pas à lire tant comme un objet spatial homogène que comme une organisation sociale. À l’aide des critères de la densité et de la diversité professionnelle, il en apporte la démonstration de façon frappante en mettant en valeur, en deçà des murs de Paris, des espaces marginaux distincts de zones urbanisées et même de faubourgs. Pareille situation se rencontre à Lyon. Dans la ville, plus on s’éloigne du Rhône, moins les quartiers sont habités et équipés, tandis que, entre ses faubourgs, les différences se lisent dans les statuts juridiques et la démographie. Ces villes en puzzle (Paulo Charruadas et Bram Vannieuwenhuyze) sont aussi des villes où la transition entre l’urbain et le rural se perçoit mal. Catherine Xandry souligne en effet l’hétérogénéité fonctionnelle de faubourgs, plus ou moins urbanisés selon les cas, révélée à elle par le recours aux critères d’urbanité, de centralité et de ruralité. À Rome, la mobilité des habitants et des migrants brouille la limite matérialisée par la muraille d’Aurélien. Les caractéristiques sociales et démographiques de la paroisse de Saint-Jean de Latran, si proches de celles de l’intramuros, produisent le même effet. Une mobilité comparable se rencontre à Londres. À partir de testaments, Charlotte Berry étudie les structures socio-économiques de trois quartiers suburbains de la ville capitale, marqués par des contrastes sociaux et par une occupation diversifiée des espaces.

Une invitation supplémentaire à réévaluer la notion de périphérie urbaine vient de l’analyse, plusieurs fois menée, des liens d’interdépendance entre l’extramuros et l’intramuros.

Enclaves visibles aux abords des villes musulmanes, les fondouks chrétiens sont surtout des pôles structurants des périphéries, par le jeu des activités de leurs marchands, contrôlées par les autorités locales. À Amiens, les faubourgs concourent totalement à l’encadrement religieux, à la prospérité économique et à la défense urbaine. Quant à lui, le Haarlemmerhout, quoique situé hors de la ville, est au cœur des pratiques et de la mémoire spatiale des citadins. Voire, il est un élément majeur de l’identité urbaine.

La mise en valeur de ces liens étroits ne doit atténuer ni la volonté des gouvernements urbains d’imposer leurs règles aux périphéries ni la persistance de zones grises. Cependant, les analyses, à l’image de celle de Catherine Xandry qui remarque à Metz de telles zones tolérées et gérées par les magistrats, laissent souvent voir des éléments disparates coexistant, sans forcément de rapports de dépendance, avec plus ou moins d’accords et de tensions. À Bruxelles, au XVe siècle, les noyaux autour desquels la ville s’est formée dès le XIe siècle conservent leur spécificité malgré l’unification juridique et fiscale menée par le gouvernement urbain. À Marseille, les faubouriens concernés par le projet d’embellissement refusent d’en supporter seuls le coût puisque l’opération doit bénéficier à toute la communauté. Le projet subit, du reste, des modifications tenant compte de formes préexistantes. À Lille et à Bruxelles, si les espaces non aedificandi aux abords des remparts sont le lieu d’activités licites, ils sont surtout, dans l’imaginaire urbain et dans la pratique, des espaces de relégation pour les mendiants, les criminels et les prostituées indésirables dans l’intramuros. Or le contrôle efficient de ces zones est presque impossible du fait des difficultés à coordonner les forces de police urbaine, seigneuriale et militaire. Dans le Haarlemmerhout, des zones subalternes subsistent, avec des activités illicites qui, malgré les inquiétudes qu’elles suscitent, sont des sources de revenus non négligeables au XVIIIe siècle, ce pour quoi les autorités urbaine et seigneuriale s’entendent à les maintenir.

Au terme de la lecture, l’absence de conclusion ne surprend pas : le moment n’est pas venu de l’écrire. Le livre se veut en effet une invitation, lancée aux historiens européens par Peter Clark et Denis Menjot, de s’emparer du modèle de la ville subalterne afin de poursuivre l’enquête, notamment sur la survivance des espaces subalternes médiévaux dans les villes moderne et contemporaine. Par leurs objets, les démarches méthodologiques qu’ils ont mises en œuvre et leur contribution à la redéfinition de la notion de périphérie urbaine, les auteurs ont creusé des pistes que d’autres ne manqueront pas de suivre. Ce livre ne restera sans doute pas en marge des recherches à venir en histoire urbaine.

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

More Posts - Website


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search