Compte-rendu: Jean-Luc Pinol, Convois. La Déportation des Juifs de France, Paris, Éditions du Détour, 2019

Jean-Luc Pinol, Convois. La Déportation des Juifs de France, Paris, Éditions du Détour, 2019.

Compte-rendu réalisé par Danièle Voldman.

Cet ouvrage est né de la rencontre entre une conviction et une révélation. La conviction est celle de Jean-Luc Pinol. Ayant dirigé en 1996 l’Atlas historique des villes de France (Hachette), il plaide depuis longtemps pour l’utilisation systématique de la cartographie dans les travaux historiques. De son côté, Serge Klarsfeld, comme il l’écrit dans la préface, a eu lors de sa rencontre avec Jean-Luc Pinol, « une sorte de révélation » ; il n’avait pas imaginé combien la cartographie était « extrêmement précieuse pour l’enseignement de la Shoah, pour les recherches également ».

Bien que l’historiographie de la déportation des Juifs de France soit abondante et largement diffusée, et tout en s’appuyant sur tous ces travaux — des pionniers aux plus récents, des plus généraux aux plus monographiques —, l’auteur affirme que l’enjeu de son travail « est de rendre compte de la complexité des processus mis en œuvre lors de la déportation des Juifs de France à partir d’une approche cartographique du fichier de Serge Klarsfeld » (p. 207). Pour lui, suivre les convois dans leurs dimensions spatiales ne peut que faciliter l’intelligence de cette persécution. Soit.

Les cartographes et les géographes, suivis par beaucoup d’enseignants, déplorent depuis quelques années l’appauvrissement de la lecture cartographique, remplacée par l’utilisation des applications numériques, du type Google Map, ou des GPS. Le nez sur leur téléphone, les usagers sont désorientés par les cartes papier d’antan. L’auteur rejoint donc les défenseurs des cartes. Alors que, dit-il, la carte « parfois perçue comme un outil froid, technique, abstrait, créant de la distance, peut nourrir des approches sensibles et établir des ponts avec des démarches non historiennes » (p. 207). C’est, du reste, à quoi s’emploient actuellement des équipes à l’Institut géographique national (IGN) et à l’EHESS qui travaillent de concert à élaborer des protocoles de cartes « sensibles » ou « perceptives », comme par exemple pour Paris la carte des bruits de la ville.

Quoi qu’il en soit, en s’appuyant sur le Mémorial de la déportation des Juifs de France et les fichiers établis par Serge Klarsfeld, Jean-Luc Pinol a cartographié tout ce qui pouvait l’être : les convois eux-mêmes — les quelques quatre-vingt trains de déportés partis de France vers les camps nazis durant l’Occupation, comprenant les effectifs, le lieu d’arrestation, le nombre d’enfants, le nombre d’adresses précises connues. Ces cartes sont censées révéler « les logiques géographiques qui sont à l’œuvre derrière chaque convoi ». À côté de ces cartes, on trouvera dans l’ouvrage, entre autres exemples, la carte des Juifs décédés dans les camps d’internement et dans les lieux de transit, sans néanmoins mention de date qui empêche de voir les variations temporelles, celle des lieux de naissance des assignés à résidence de Lacaune (Tarn), celle des îlots parisiens touchés par la déportation, les limites administratives de la France de Vichy, la carte des exactions et des massacres en 1944, des Juifs déportés dans les Ardennes et dans les quelques 3 000 communes où ont eu lieu des arrestations, celles de la déportation des natifs de Lodz, des Justes…

Au final, un ample et impressionnant travail, facilité par la mise au point et l’utilisation de logiciels performants pour l’établissement des cartes. De ce point de vue, l’ouvrage dont la mise en ligne est prévue à brève échéance, remplira certainement le but escompté. Ainsi l’auteur, tout en admettant que « les cartes ne sont pas des représentations parfaites de la réalité » maintient que ce «  sont des outils d’analyse grâce auxquels on peut proposer une interprétation cohérente et [qu’elles] remplissent parfaitement leur rôle » (p. 307).

Bien évidemment, l’auteur ne prétend pas totalement renouveler l’histoire de la déportation. On ne peut que le suivre quand il conclut son premier chapitre en relevant que « ces premières constatations sur les cartes de la déportation soulignent son ampleur, sa diversité, et les implications directes des décisions militaires, administratives et politiques sur le destin de ses victimes » (p. 34). Le suivre aussi quand il rappelle que « le temps de la persécution doit être observé de manière fine pour comprendre les logiques qui découlent de la mise en œuvre de la déportation des Juifs de France » (idem p. 34) ou encore que « l’année 1942, avec 43 convois et 42 000 déportés est incontestablement l’année où la déportation, depuis la France, a été la plus importante. Les lieux de naissance des déportés (Paris et Varsovie) ont pesé sur la composition des convois » (p. 49).

On le suivra moins pour d’autres exemples, traités notamment dans le chapitre 6, intitulé « Les territoires de la persécution ». Certes la cartographie illustre de façon saisissante le fait que 50% des déportés ont été arrêtés dans la région parisienne ; elle illustre, mais ne fait-elle pas que confirmer des faits connus où entrent en considération les itinéraires des migrants, le marché du travail dans la capitale, les solidarités migratoires et bien d’autres considérations et paramètres ? Prenons le cas des îlots insalubres de Paris dans lesquels plus de 15% des déportés parisiens ont été arrêtés. Comment expliquer qu’au « sein des arrondissements les plus éprouvés par la persécution, les zones les plus touchées correspondent aux espaces que l’administration municipale avait officiellement définis comme des îlots insalubres » (p. 157) ? Évoquer le mal logement est-il suffisant ? Une carte peut-elle, sans un accompagnement textuel (ce que tentent de mettre au point les équipes de l’IGN et de l’EHESS) expliquer cet « effet d’aubaine » décrit récemment entre la persécution des Juifs et la politique urbaine de Vichy ?

On l’aura compris, Convois n’emporte pas totalement la conviction. Cependant, il sera intéressant de voir — à l’usage qui en sera fait dans les classes d’un point de vue pédagogique, autant qu’auprès des spécialistes ou d’un public plus large —, si ces réserves ne seront pas levées, si le but poursuivi n’a pas été atteint, et si en définitive cette défense et illustration de la cartographie n’a pas été salutaire.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search