Compte-rendu: Panos Mantziaras, Paola Viganò (dir.), Projeter des horizons d’attente Urbanisme de l’espoir

Panos Mantziaras, Paola Viganò (dir.), Projeter des horizons d’attente Urbanisme de l’espoir, Genève, MétisPresses, vuesDensembleEssais, 2018, 232 p. (Sylvain Schoonbaert)

 

Compte-rendu réalisé par Sylvain Schoonbaert

 

Panos Mantziaras, architecte ingénieur, directeur de la fondation Braillard et codirecteur de cette publication, rappelle en introduction le propos – plein d’espoirs ! – de cet ouvrage issu d’une sélection de dix contributions à la 3e journée d’études Bernardo Secchi en 2017.

L’urbanisme (« en tant que –isme »), est une discipline récente qui se démarque de ses consœurs académiques en tant qu’elle est porteuse d’idéologie et d’expérimentations in vivo. À tel point que sa naissance coïncide presque avec – sinon sa disparition –, du moins sa profonde critique et remise en question. Le « projet moderne » profondément empreint des préceptes kantiens du progrès, s’opposerait ainsi au « projet de la transition écologique » dans lequel l’urbanisme n’a guère d’autre choix que de proposer de régler ces oppositions fondamentales.

Les six contributions de la première partie de l’ouvrage qui se veulent théoriques et historiques, s’ouvrent justement sur celle de Dominique Bourg qui interroge l’urbanisme de l’Anthropocène. L’Humanité, devenue une force géologique, ne mesure guère encore les conséquences négatives de ses actes à long terme. Comment alors anticiper, avant qu’il ne soit irréversiblement franchi, un seuil en matière d’urbanisme ? L’auteur ne semble pas avoir conscience que « renaturer nos villes pour les rendre plus vivables » n’est guère qu’un pis-aller à la lutte contre le réchauffement climatique. La décroissance démographique et économique prévisible, plaide toutefois en faveur d’un urbanisme d’anticipation qui nous aidera à surmonter des passages très éprouvants.

Brent Patterson analyse, face à cette énorme inquiétude, de David Harvey à Zygmunt Bauman et Manuel Castells, en passant par Henri Lefebvre et Bernardo Secchi, mais surtout Ernst Bloch, comment ces philosophes ont transcendé la notion d’utopie benjamienne vers celle d’espoir. Christian Arnsperger et Matthew Skjonsberg abondent ce propos : l’urbanisation moderne de Los Angeles vue sous le prisme de la planification suisse laisse espérer un urbanisme isotrope horizontal et équilibré entre les futures agglomérations, de même que la contribution d’Aliki-Myrto Perysinaki plaide en faveur de la lutte contre quatre « risques », identifiés en réalité comme quatre espoirs de ré-enchanter tous les acteurs de la production architecturale vers une ville durable et transcalaire.

Mais ne sommes-nous pas déjà passé du global au local, et du théorique au pratique ? L’espoir commence à se mourir à ce stade de la lecture où l’on peut se demander si les stratégies d’évitement ne sont pas déjà définitivement derrière nous au profit des pansements bien connus de réduction et de compensation.

L’économiste italien Gioacchino Garofoli rappelle, avec une série d’études de cas et en écho à la contribution précédente, l’importance de reconsidérer la participation collective et citoyenne, à toutes les étapes de décision si l’on souhaite atteindre les objectifs du développement durable. L’un d’entre eux consiste certainement, avec Antoine Vialle et Eric Verrecchia, à trier parmi les apports de l’ethnopédologie et de l’anthropopédologie pour apprécier les impacts, positifs et négatifs, de l’action humaine sur les sols. Le cas de la Suisse montre ici que la limite entre le progrès et l’écologie est bien plus ténue qu’il n’y paraît au premier abord.

La seconde partie de l’ouvrage se compose de quatre études de cas. Jean Attali nous conte ainsi le récit de la commande collective de prospective urbaine qui lui a été passée à Pau en 2017. L’atlas produit alors préconisait que cette ville médiane française sorte de la référence aux métropoles pour se projeter plutôt à l’interface entre ces dernières et les petites agglomérations rurales. Le rejet des résultats de cette commande par son maître d’ouvrage en dit long sur la difficulté à changer de références.

À Bruxelles, Séréna Vanbutsele interroge le devenir de friches urbaines envahies plus ou moins spontanément par les habitants et la végétation. Les réflexions en cours sur la coulée verte du Ring sud, le Kauwberg et le Val du Bois des Béguines illustrent combien la reconnaissance de ces sites comme zones semi-naturelles est encore troublée par leur capacité à être des réserves foncières d’urbanisation.
Le récit de Géry Leloutre s’attache pour sa part à démontrer combien la description du territoire peut encore être source de projet dans une ville sans espoir comme Kinshasa. La description vue comme une pratique opérationnelle révèle sa capacité à documenter, vertébrer le raisonnement et orienter l’action avec des pistes de projets d’urbanisme pour la capitale de la République congolaise.

Sébastien Marot revient dans sa remarquable contribution sur la genèse de son projet de créer un carré d’essais consacrés à la théorie du sub-urbanisme. L’Art de la mémoire, le territoire et l’architecture (1999), aurait plutôt pu devenir le premier d’un diptyque dont le second volet aurait été consacré à l’art d’espérer. Force est de constater que ni l’un ni l’autre ne sont aujourd’hui dignes de considération : tandis que les banques de mémoire ne sont qu’apparemment pléthoriques, les réserves d’espérance font banqueroute. L’auteur développe alors sa réflexion sur les auteurs spécialistes des questions agraires, de l’aménagement de l’espace rural et du partage des terres. Les leçons des agrariens semblent ici bien plus opérantes que celles des urbanistes.

Paola Viganò, professeur à l’Université IUAV de Venise et à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, conclut cet ouvrage qu’elle a codirigé. Elle revient à propos sur la difficulté à construire un récit urbanistique collectif du futur autour de la notion de projet, laquelle nécessite de reconsidérer ses présupposés. Mais la division rhétorique de cet ouvrage en deux parties, l’une théorique, l’autre pratique, n’est guère convaincante ni opérante car les dix contributions, par ailleurs inégales, tissent des liens omniprésents entre elles. Or, le lecteur ne fait que les entrevoir à mesure qu’il les découvre, et comme la synthèse n’est pas faite par les codirecteurs de la publication, il n’entre pas plus avant dans la richesse des réflexions collectives présentées ici.

Il n’empêche, on l’aura compris, que cet ouvrage constitue une référence pour ceux qui s’attachent à apprécier justement les passages « des idées aux pratiques » (voir notre contribution à ce sujet avec Philippe Chassaigne, L’urbanisme, des idées aux pratiques, XIXe-XXIe siècle, PUR, 2008) dans un monde en attente de nouveaux paradigmes urbanistiques.

 

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search