Compte-rendu : Brones Sophie, Beyrouth dans ses ruines (2020)

Brones Sophie, Beyrouth dans ses ruines, Marseille, Aix-en-Provence, MMSH-Parenthèses, collection « Parcours méditerranéen », 2020, 234 p.

Compte-rendu réalisé par Marie-Laure Archambault-Küch

Maîtresse de conférence spécialisée à l’ENSA (École nationale supérieure d’architecture de Versailles), Sophie Brones livre une lecture anthropologique du rapport des Beyrouthins au patrimoine et à la mémoire. L’ouvrage, paru en mai 2020, est la version remaniée d’une thèse soutenue en 2010. Beyrouth dans ses ruines s’inscrit dans une actualité beyrouthine brûlante, marquée par l’explosion du 4 août, mais aussi par la vague de manifestations entamée en octobre 2019 contre le gouvernement libanais. Cette actualité n’est pas le propos par l’autrice, qui a mené ses entretiens entre 2005 et 2010. Pour autant, l’ouvrage est précieux pour situer ces enjeux. L’urbanisme de Beyrouth, sa reconstruction depuis la fin de la guerre et le rapport de ses habitants au passé ont fait l’objet de travaux nombreux, tant de la part d’historiens que de géographes et d’anthropologues. La démarche mise en œuvre ici consiste à interroger l’originalité de la patrimonialisation au Liban, notamment l’édification d’un patrimoine par d’autres formes que la conservation matérielle.

Partant d’une réflexion sur les ruines comme « points névralgiques de la transformation urbaine » utiles pour observer les tensions entre différents acteurs (p. 6-7), l’autrice souhaite examiner le processus de patrimonialisation dans sa dimension discriminante. Sa méthode repose sur deux approches. L’une consiste à mener des entretiens avec d’anciens propriétaires ou locataires beyrouthins. L’autre passe par l’étude des pratiques de « professionnels » de l’urbain, afin de mettre en avant les contradictions entre les « valeurs esthétique, d’ancienneté et d’usage » du bâti (p. 7).

Dans une première partie, l’auteure observe la production du patrimoine à l’œuvre à Beyrouth, en particulier dans le centre. Ici, le processus de patrimonialisation est montré comme étroitement imbriqué aux recompositions des espaces urbains. Dans un premier chapitre, Sophie Brones retrace l’évolution de la notion de patrimoine en l’appliquant au centre-ville. Les limites du centre-ville ne sont pas cartographiées, mais sa forte centralité politique, économique et culturelle avant, et même durant la guerre civile (1975-1990), est mise en avant (p. 37). La rupture intervient avec la reconstruction, mise en œuvre par Solidere, société foncière privée chargée de la revalorisation du centre-ville. La patrimonialisation mise en œuvre par Solidere favorise les vestiges archéologiques, au détriment du bâti des XIXe et XXe siècles, ce qui a pour effet de « neutraliser un passé récent et conflictuel » (p. 50), effaçant les traces de la guerre, mais aussi les fragments d’une citadinité qui aurait pourtant pu nourrir une mémoire collective. Sophie Brones éclaire ici les enjeux des « politiques des ruines », étudiées par les historiens du patrimoine1. Il convient de s’interroger sur la permanence de cette problématique de la sélection patrimoniale en situation de reconstruction, auxquels les Beyrouthins, après l’explosion du 4 août, sont fatalement confrontés.

Dans un deuxième chapitre, la patrimonialisation dans les quartiers proches du centre est examinée. Elle y est le fait d’acteurs tels que l’Apsad (Association pour la Protection des Sites et des Anciennes Demeures). Des visions divergentes du patrimoine s’affrontent : il s’agit de sélectionner les édifices dignes d’être restaurés. La « maison à hall central », ou maison aux trois arcs, témoignage de l’essor des élites urbaines dans la seconde moitié du XIXe siècle2, émerge comme symbole patrimonial majeur (p. 81). Dans le troisième chapitre, l’auteure montre, à travers l’exemple de l’immeuble de la famille Barakat, qui doit devenir sous le nom de Beit Beirut un musée de la mémoire de la ville, comment une ruine peut paradoxalement devenir un lieu de partage d’une mémoire conflictuelle.

Dans une seconde partie, Sophie Brones adopte une « approche « situationnelle » » (p. 11) pour étudier les conditions d’émergence du patrimoine. Avec différentes études de cas, elle cherche à caractériser les liens qui unissent les Beyrouthins aux « bâtiments, traces et objets du passé » (p. 111). Á ce propos, elle conduit une réflexion sur l’événement, avançant l’idée que l’instabilité chronique à Beyrouth générerait un « jeu continu de correspondances avec le passé » (p. 118). L’assassinat de Rafic Hariri, et les mobilisations qui ont suivi, la conduisent à analyser la production de nouveaux symboles (p. 136) inscrits dans l’espace urbain, tels que la place des Martyrs. Il est d’ailleurs saisissant de constater que ces nouveaux symboles ont été réinvestis à l’automne 2019, lorsque les manifestants ont occupé cette même place, renouvelant son statut de symbole de la révolte et de l’unité nationale. Avec cette appropriation, le centre-ville pourrait être réinventé en tant qu’espace public, et donc comme espace de rencontre des différentes classes et communautés3. Cette production de symboles amène l’auteure à étudier l’expropriation en tant que situation d’effacement d’un cadre de sociabilités. Elle distingue deux conceptions du patrimoine (p. 144) : l’une, défendue par Solidere, renvoyant exclusivement à des traces matérielles et l’autre, formulée par les anciens habitants, liée à la mémoire, ici rattachée à un cadre spatial et aux sociabilités qui en découlent.

Dans un cinquième chapitre, l’auteure applique cette double lecture à différentes « traces matérielles », ensembles architecturaux emblématiques (« Le City Center », p.146-153 et « La tour Murr », p.160) ou édifices religieux (« La chapelle Mar Mansour », p.153-155) et culturels (« Le Grand théâtre », p.156-159). Ces différents bâtiments, représentatifs de la permanence des ruines à Beyrouth, illustrent les ruptures urbanistiques, mais témoignent aussi d’une fabrication alternative du patrimoine, portée par des artistes soucieux d’intégrer toutes les mémoires de la guerre (p. 164). Cette réinvention semble s’être diffusée aux manifestants, qui à l’automne 2019 ont investi de façon massive le City Center, renforçant son statut symbolique. Enfin, avec des entretiens menés auprès d’anciens habitants du quartier de Khandaq al-Ghamiq, Sophie Brones observe la complexité des liens de la mémoire avec le cadre spatial des souvenirs, entre « désaffection et valorisation des traces matérielles de l’histoire » (p. 212-213).

Ainsi, le champ patrimonial couvert est indéniablement large. Si l’auteure ne propose pas de réponse définitive à la question d’une originalité intrinsèque de la patrimonialisation au Liban, son analyse croisée de ses espaces, de ses fonctions et de ses acteurs montre l’enchevêtrement des enjeux du patrimoine. Si l’on peut regretter l’absence d’une cartographie éclairant les limites du centre-ville et des quartiers péricentraux étudiés, l’analyse de Sophie Brones montre de façon lumineuse comment les enjeux de mémoire s’ancrent dans des lieux tour à tour négligés et célébrés.

1 Goetschel Pascale et alii, « Historiens et patrimoine au 20e siècle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. N° 137, no 1, Presses de Sciences Po, 2018, p. 220.

2 Davie Michael (dir.), La maison beyrouthine aux trois arcs. Une architecture bourgeoise du Levant, Beyrouth et Tours, Académie Libanaise des Beaux-Arts, 2003.

3 Cynthia Ghorra-Gobin, « Beyrouth ou les conditions d’émergence de l’espace public » in Michael Davie (dir.), Beyrouth : regards croisés, Tours, Centres d’études et de recherches sur l’urbanisation du monde arabe, p.105.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search