Histoire Urbaine n° 59. La revue fête ses 20 ans !

Le numéro 59 d’Histoire urbaine est arrivé !

 

Pour les 20 ans de la revue, Histoire urbaine propose un numéro double.

Il revient sur les Rencontres internationales d’histoire urbaine pour les 20 ans de la SFHU tenues au Collège de France en 2018 et sur le congrès de la SFHU en 2019 à Créteil Archives urbaines. Vous y trouverez aussi deux varia.

 

 

Au sommaire :

 

Denis Menjot, « Histoire urbaine, héritages, usages et perspectives »

 

Dossier Archives Urbaines

 

Florence Bourillon, Laurent Coudroy de Lille, « Archives urbaines. Introduction »

Archives à l’oeuvre

Antoine Chabot, « Le dépôt du Metrôon comme symbole du gouvernement démocratique à Athènes »

Michela Barbot, Robert Carvais, « L’expertise parisienne des greffiers des bâtiments aux XVIIe et XVIIIe siècles »

Laurent Cuvelier, « L’affiche d’avant l’affiche, une archive urbaine »

Clémence Lescuyer, « Les projets-types des logements économiques et familiaux du MRU »

Archives en creux

Aurore Denmat-Léon, « La guerre franco-bretonne et la memoria de la ville de Nantes »

Maïté Recasens, « Les consuls toulousains face aux événements de mai 1562 »

Fleur Beauvieux, « Archives urbaines à Marseille pendant la peste de 1720-1722 »

Stéphane Frioux, « Documenter la transition environnementale dans la région lyonnaise »

 

Etudes

Zhao LV, « Intégration des immigrants à Avignon aux XIVe et XVe siècles »

Alvaro Solano Fernandez Sordo, « Contacts and Reception of Foreigners in the Port Towns of Asturias in the Middle Ages »

 

S’ABONNER A LA REVUE

 


 

RÉSUMÉS

 

Antoine Chabot, « Le dépôt du Metrôon comme symbole du gouvernement démocratique à Athènes »

Au tournant du ve et du ive siècle av. J.C., Athènes se dote d’un dépôt centralisant les documents produits par l’administration de la cité. Installées dans le sanctuaire de la Mère des dieux, le Metrôon, ces archives participent à l’aménagement de l’Agora. Elles contribuent à faire de cette place le cœur de la cité démocratique. Certaines approches, focalisées sur les pratiques documentaires des Athéniens, ont pu minimiser l’importance de cette fondation. C’est faire trop peu de cas de la portée symbolique d’un dépôt d’archives. En replaçant ce dépôt dans son contexte historique mais aussi urbain, on reviendra sur les valeurs démocratiques que représente cet édifice, en particulier après les coups d’État tyranniques des Quatre-Cents puis des Trente tyrans.

« At the Heart of Public Space. The Athenian Archive at Metroon as Symbol of Democratic Government »

At the turn of the 5th and 4th centuries BCE, Athens established a central repository for documents produced by the city administration. Installed in the sanctuary of the Mother of the Gods, the Metroon, this archive played a role in the development of the Agora. It helped make this square the heart of the democratic city. Certain scholarly approaches have focused on the documentary practices of the Athenians, thereby possibly minimising the importance of this foundation and paying too little attention to the symbolic significance of an archive repository. By viewing this repository in its historical and also urban context, we will take a fresh look at the democratic values represented by this building, especially after the tyrannical coups d’état of the Four Hundred and then the Thirty Tyrants.

 

Michela Barbot, Robert Carvais, « L’expertise parisienne des greffiers des bâtiments aux XVIIe et XVIIIe siècles »

Dans le cadre d’un projet de recherche collectif qui porte sur les « pratiques des savoirs entre jugement et innovation », nous analysons les procès-verbaux d’expertise rédigés entre 1690 et 1790 par les greffiers des bâtiments de Paris. Cette série, conservée sous la cote Z1J des Archives nationales, a pu, du fait de son classement, susciter de nombreuses confusions. Elle contient néanmoins des informations riches et précieuses sur le patrimoine immobilier parisien, sur son état de conservation, sur sa valeur économique, et plus largement sur les modes d’habiter à Paris dans la période concernée. Sur le plan topographique, l’analyse des lieux expertisés et leur localisation précise permet d’écrire l’histoire des limites matérielles séparant d’une part la capitale de sa banlieue ainsi que d’autre part, sa banlieue de la province. Les expertises apparaissent ainsi une source essentielle pour appréhender les transformations de la ville.

« Analysing the City and Delimiting its Territories through Archives. The Expert Reports of Parisian Building Clerks »

As part of a collective research project which deals with knowledge practices between judgment and innovation’, we analyse the expert reports drawn up between 1690 and 1790 by the clerks of the buildings (greffiers des bâtiments) of Paris. The classification of these sources in the National Archives (catalogued under the Z1J series) may have created some confusion. However, they contain an abundance of invaluable information about Paris property, the condition of buildings, their economic value, and more broadly, about the ways of living in the city during the period in question. Geographically, the location of sites surveyed by these experts makes it possible to write the history of the limits separating the capital from the banlieue and also the banlieue from the provinces. These expert reports are thus an essential source for understanding the city’s transformations.

 

Laurent Cuvelier, « L’affiche d’avant l’affiche, une archive urbaine »

Éléments des décors urbains à l’époque moderne, les affiches du xviiie siècle, qu’elles soient officielles ou privées, permettent d’étudier la constitution a posteriori d’archives urbaines. En effet, ces éphémères qui n’ont pas été systématiquement conservés au xviiie siècle, ne sont constitués en fonds et collections qu’à partir du second xixe siècle. Cet article revient sur la construction de ce statut d’archive urbaine : comment ces affiches sont-elles passées de la paperasse des notaires au statut de source à part entière pour l’étude des villes de l’époque moderne. Il souligne l’importance des collectionneurs et des amateurs de vieux papiers dans ce processus. De plus, si ces imprimés ont longtemps été utilisés pour illustrer des décors urbains ou recréer des « ambiances graphiques » associées à certains événements, ils constituent également des objets à part pour l’historien des villes. Ils permettent en effet de préciser la géographie des lieux de diffusions d’informations et sont liés aux mutations sur le temps long des paysages urbains.

« Posters before there where Posters. Biographies of an Urban Archive »

As elements of urban decoration in the Early Modern period, 18th century posters whether official or private are a useful source for studying how urban archives are built up a posteriori. Indeed, these ephemera, which were not systematically preserved in the 18th century, were only gathered in collections from the second half of the 19th century. This paper looks back at the construction of their status as an urban archive: how did these posters go from being the paperwork of notaries to acquiring the status as a source in their own right for the study of cities in the Early Modern era? It highlights the importance of collectors and amateurs of old papers in this process. Moreover, while these prints have long been used to illustrate urban settings or to recreate graphic moods’ associated with certain events, they are also objects in their own right for the urban historian. Indeed, they make it possible to specify the geography of the places where information was disseminated and are linked to changes in urban landscapes over time.

 

Clémence Lescuyer, « Les projets-types des logements économiques et familiaux du MRU »

La politique d’aide à la construction menée à partir de 1953 avec le plan Courant par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme a laissé aux Archives nationales des fonds très riches pour la connaissance de la construction des années 1950 et 1960. La volonté de construire rapidement et à coûts limités tout en assurant une exigence de qualité se reflète en effet dans la mise en place de plans types, puis de projets types homologués et largement diffusés par le ministère, que les constructeurs peuvent utiliser pour bénéficier de subventions de l’État. Précieux pour la connaissance des techniques et des matériaux de construction, ces dossiers reflètent la construction d’un million de logements sortis de terre en quelques années à travers la France entière et leur exploitation n’est pas terminée.

« Model Projects of Low-Cost and Family Housing, Approved by the Ministry of Reconstruction and Urban Development. The Formation, Use and Limits of Urban Archives »

The building stimulus policy implemented from 1953 under the Plan Courant’, spearheaded by the Ministry of Reconstruction and Urban Development, provided a very rich collection of information on construction in the 1950s and 1960s. These materials are currently held in the National Archives. The government’s determination to build quickly and at a limited cost while ensuring a high standard of quality was reflected in the introduction of standard blueprints, then model projects that were approved and widely distributed by the Ministry. Builders could then use these plans and projects to benefit from government subsidies. An invaluable source of knowledge about building techniques and materials, these archives cover the construction of one million housing units that were built across France in just a few years, and this source has not yet been completely examined by historians.

 

Aurore Denmat-Léon, « La guerre franco-bretonne et la memoria de la ville de Nantes »

Entre la fin de la guerre en 1491 et le rattachement effectif du duché de Bretagne au royaume de France en 1532, dans un contexte de négociation et de définition des rapports avec le roi, le désir de reconnaissance et de liberté des élites communales définit le projet documentaire de la ville de Nantes. La ville élabore un véritable arsenal documentaire, dans lequel transparaissent les notions de mémoire et d’archive qui sont autant de faire-valoir pour la liberté municipale. Nous nous attacherons plus particulièrement aux comptes de la ville qui rappellent à plusieurs reprises non seulement la volonté de justifier d’une exactitude comptable mais encore d’être les documents-maîtres d’une memoria de la ville, notamment grâce à des renvois directs à d’autres archives urbaines.

« Building Urban Archives in Nantes in the Late Middle Ages: the French-Breton War, a Starting Point for Storing the City’s Memoria in Registers and Trunks? »

Between the end of the French-Breton War in 1491 and the actual annexation of the Duchy of Brittany by the Kingdom of France in 1532, as the relations with the king were being defined and negotiated, the Nantes elite’s desire for recognition and freedom shaped the documentary project of that city. Nantes developed a veritable documentary arsenal, in which the notions of memory and archives were weapons for the city’s freedom. We will focus specifically on the city’s accounts, which repeatedly show not only a desire to prove accurate bookkeeping, but also to be the master documents of a memoria of the city, notably through direct references to other urban archives.

 

Maïté Recasens, « Les consuls toulousains face aux événements de mai 1562 »

Durant les Guerres de Religion, l’écriture des chroniques annuelles ou de certaines délibérations permettent aux édiles d’imposer une histoire et une mémoire. En contrepoint, la destruction de certains documents empêche l’expression de voix dissonantes. Dans le cadre de numéro sur la construction des archives urbaines, nous proposons de comprendre comment la gestion des écrits administratifs consulaires participe à l’élaboration d’un discours mémoriel en prenant comme principal exemple Toulouse au début des Guerres de Religion. En 1562, alors que la ville sort d’un conflit de six jours entre protestants et catholiques, nous montrerons comment les archives deviennent actrices du conflit, jusqu’à en devenir une extension : manipulées, détruites, remodelées, elles sont les preuves d’une histoire violente et héroïque. En somme, entre histoire et mémoire, de quoi les archives municipales sont-elles la trace ?

« Archiving Memory? The Toulouse Consuls Faced With the Events of May 1562 »

During the Wars of Religion, the writing of annual chronicles or certain deliberations allowed the consuls to impose a history and a memory. Conversely, the destruction of certain documents silenced dissonant voices. As part of this issue on the building of urban archives, we examine how the management of consular administrative documents contributed to the shaping of a memorial discourse. Our main example is Toulouse at the beginning of the Wars of Religion. In 1562, as the city was emerging from a six-day conflict between Protestants and Catholics, we will show how archives became participants in the conflict, to the point of becoming an extension of it. Manipulated, destroyed and reshaped, these archives are evidence of a violent and heroic story. In short, between history and memory, what are municipal archives the trace of?

 

Fleur Beauvieux, « Archives urbaines à Marseille pendant la peste de 1720-1722 »

Suite au déferlement de la peste à Marseille en 1720, la ville se voit dotée d’un réseau hospitalier afin de prodiguer les secours nécessaires aux malades et de limiter le risque de contagion. Si ces structures précaires n’ont laissé que peu de traces dans les archives, il est cependant possible de reconstituer leur répartition dans l’espace urbain et les principales logiques de leur fonctionnement. En combinant l’analyse des relations de peste écrites par les témoins de la catastrophe à des archives éparses, tant manuscrites que physiques, il apparait un réseau d’hôpitaux de peste et de maisons de convalescence desservant les différents quartiers de la cité, et calqué sur le modèle du lazaret. La logique de l’isolement des contagieux transparait, tant dans la forme architecturale des bâtiments que dans leur aménagement interne.

« Building, Conserving and Rebuilding Urban Archives in Times of Disaster : the Emergency Network of Hospitals in Marseille during the Plague Outbreak of 1720-1722 »

Following the plague outbreak in Marseille in 1720, the city set up a network of hospitals to provide the necessary assistance to the sick and to limit the risk of contagion. Although these precarious structures have left few traces in the archives, we can nevertheless reconstruct where they were distributed across the city and the main principles of their operation. By combining an analysis of eyewitness plague accounts and scattered archives (both written and physical), we discover a network of plague hospitals and convalescent homes serving the different districts of the city, and modelled on the lazaretto. The logic of isolation of the contagious appears, both in the architectural form of the buildings and in their internal layout.

 

Stéphane Frioux, « Documenter la transition environnementale dans la région lyonnaise »

Cet article s’appuie sur une expérience de prospection archivistique et de dépouillement des sources ainsi trouvées, dans le cadre d’une recherche collective, le programme ANR TRANSENVIR. L’objectif initial était d’améliorer la compréhension de la place occupée par les villes françaises dans la montée, l’institutionnalisation et la mise en œuvre territoriale de politiques environnementales, au cours d’une moyenne durée que l’on a choisi de qualifier de « transition environnementale ». Face à la collecte de matériaux très variés, et aux limites inhérentes aux moyens humains de l’équipe, il a fallu opérer des choix thématiques et considérer les moyens méthodologiques les plus propices à assurer une valorisation de l’atelier de l’historien, et des premiers résultats de l’analyse des sources.

« Documenting the Urban Environmental Transition: Sources, Methods and Promotion of the Archives. The Case of the Lyon Urban Area »

This paper describes an archival prospecting experiment connected to the TRANSENVIR group research project, funded by the ANR. The initial objective was to better understand the role played by French cities in the advent, institutionalisation and local implementation of environmental policies, over a period of a few decades that we have decided to describe as the environmental transition’. Faced with a large volume of very diverse materials, and the research team’s inherently limited human resources, certain thematic choices had to be made and priority had to be given to the best methodological approaches for promoting this historians’ workshop and the initial findings of the research.

 

Zhao Lv, « Les confréries et l’intégration des immigrants à Avignon (XIVe-XVe siècles)

À la suite de l’arrivée de la Cour pontificale au début du xive siècle, Avignon accueille continûment des immigrants d’origines diverses, et la plupart de ses habitants sont de nouveaux arrivants à la fin du Moyen Âge. Les confréries fleurissent dans ce contexte et participent à l’intégration des immigrants. Elles diffusent un bilinguisme composé de provençal et de français qui permet la communication entre les citadins. En outre, elles participent à un apaisement des relations sociales et de pouvoir entre les groupes internes par l’exercice de la solidarité communautaire. En encourageant les sociabilités fondées sur celle-ci, elles conduisent de façons inégales à l’intégration des ceux qui y participent et à la ségrégation de ceux qui s’y refusent.

« The Confraternities and the Integration of Immigrants in Avignon (14th and 15th Centuries)

After the Papal Court moved to Avignon in the early 14th century, the city saw a steady flow of immigrants of various origins, and in the Late Middle Ages, most of its inhabitants were recent arrivals. In these circumstances, confraternities flourished and helped immigrants to integrate. These confraternities supported French/Provençal bilingualism, allowing the city’s residents to communicate with one another. In addition, by exercising a community-based solidarity, they helped pacify social relations and the balance of powers between the different groups that were their members. By encouraging sociability based on the community and solidarity, the confraternities simultaneously fostered the integration of people who participated in this community, and the segregation of those who refused.

 

Alvaro Solano Fernandez-Sordo, « Not Such an Unfriendly Land. Contacts and Reception of Foreigners in the Port Towns of Asturias in the Middle Ages »

Certain testimonies characterize Asturias until the 12th century as an unpleasant land due to the hostility of its inhabitants. But that was soon to change: the port town of Avilés would soon be founded, and in the next two centuries, a dense network of small new towns would cover all the Asturian territory. Among them, there would be several port towns that would reach a greater level of morphological, political and socio-economic development. The Asturian ports would become the starting and ending points of trade routes with the interior of the kingdom, points of contact of the region with other kingdoms and territories of Europe. This coast would be a place for contact and settlement of foreigners, who would become specialized immigrants in Asturias. This paper aims to rethink the mechanisms of attraction that a port and its economic activity could exert on foreigners. We believe that Asturian port towns constitute, between the 14th and 16th centuries, an excellent comparative laboratory.

« Une terre qui n’est pas si hostile ». Contacts et réception des étrangers dans les villes portuaires d’Asturies au Moyen-Âge »

Certains témoignages présentent les Asturies avant le xiie siècle comme une terre inhospitalière du fait de l’hostilité de ses habitants. De grands changements ont cependant lieu à partir de la fondation de la ville portuaire d’Avilés et au cours des deux siècles suivants, un dense réseau de villes neuves couvre le territoire des Asturies. Parmi elles, plusieurs connaissent un important développement urbain, politique et socio-économique. Les ports des Asturies deviennent les débouchés des voies commerciales vers le reste du royaume et l’ensemble des territoires européens. La côte se présente comme une zone attractive et d’échanges pour les immigrants en Asturies. Cet article souhaite revenir sur les mécanismes d’attraction des ports et de leurs activités auprès des étrangers, les ports d’Asturie représentant un excellent laboratoire entre les xive et xvie siècles.

 

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search