Compte-rendu: Anne-Laure Sol (dir.), Hervé Baley & Dominique Zimbacca architectes Pour une autre modernité

Anne-Laure Sol (dir.), Hervé Baley & Dominique Zimbacca architectes Pour une autre modernité, Lyon, Lieux Dits, Patrimoines d’Île-de-France, 2018, 212 p., 174 ill.

 

Compte-rendu réalisé par Sylvain Schoonbaert

 

Voici une belle monographie d’architectes et d’architecture, consacrée à un couple de maîtres d’œuvre jusque-là méconnus du grand public et absents de l’histoire « officielle » de l’architecture. Anne-Laure Sol, conservateur du patrimoine au Service de l’Inventaire de la Région Île-de-France, a dirigé cet ouvrage collectif largement illustré de documents d’archives et de superbes photographies de Laurent Kruszyk.

Jean-Louis Cohen rappelle dans la préface le contexte qui unit les deux architectes : un intérêt commun pour l’œuvre de Frank Lloyd Wright redécouvert en pleine réforme de l’École des beaux-arts et de l’École spéciale d’architecture du boulevard Raspail, après mai 1968. S’ils ont des personnalités bien distinctes, ce qui réunit les deux hommes est une production complexe, notamment de maisons individuelles privilégiant les relations intimes de l’habitant à son environnement : « Une sorte de Broadacre city clandestine étendue sur des parcelles secrètes de la grande banlieue parisienne et des régions françaises. »

L’ouvrage consacre tout d’abord une quarantaine de pages à quatre contributions qui croisent les regards, les parcours et les influences des deux architectes. Leurs réalisations sont ensuite distinctement analysées : dix d’Hervé Baley (1933-2010), dont six maisons individuelles de 1964 à 1972 ; onze de Dominique Zimbacca (1928-2011), dont huit maisons individuelles de 1969 à 2000. L’appareil critique qui s’en suit est tout à fait au niveau des exigences scientifiques de l’Inventaire.

Anne-Laure Sol justifie dans son introduction le choix du sous-titre de l’ouvrage : c’est bien la recherche d’une « autre modernité » qui réunit les deux architectes qui s’opposent avec virulence au mouvement moderne. Si Baley puise largement son inspiration dans l’œuvre du maître qu’il découvre aux États-Unis en 1963, Zimbacca s’en affranchit davantage en s’inspirant de la contre-culture américaine et de Bruce Goff en particulier. Leurs expérimentations s’inscrivent parfaitement dans le rêve de la maison individuelle qui devient l’aspiration d’une grande partie de la société dans le dernier quart du XXe siècle, en réaction à l’échec des grands ensembles : Le Corbusier en prend pour son grade (p. 14).

Les deux hommes restent amis mais travaillent peu ensemble, seulement de 1959, où ils créent l’Atelier d’Architecture et d’Aménagement, à 1962 où ils cessent leur collaboration professionnelle. Zimbacca se spécialise dans le mobilier, il crée un groupe communautaire marginal d’étudiants nommé Art et Habitation (1969-1973) et sa reconnaissance est tardive après 1980 où il réalise quinze maisons parisiennes après avoir été invité à créer le mobilier de la maison Auriol d’Edmond Lay dans les Pyrénées-Atlantiques. Baley continue pour sa part d’alimenter l’agence en projets de maisons individuelles pour des clients relativement modestes et devient directeur d’atelier à l’ESA en 1968 où il organise l’exposition notable « Frank Lloyd Wright, Dessins, 1887-1959», en 1977, et poursuit son enseignement jusqu’à son licenciement en 1990 où ferme l’atelier Sens et Espace.

Je ne m’attarderai pas sur la contribution de Caroline Maniaque consacrée aux pèlerinages architecturaux wrightiens des années 1950-1970 (p. 27-35), à l’entretien mené par Anne-Laure Sol avec Patrice Goudet dont la réflexion s’associe à celle des deux architectes dans les années 1970 (p. 37-45), ni même à l’article de Salomé Van Eynde qui approfondit l’enseignement d’Hervé Baley (p. 47-49). Ces trois contributions enrichissent chacune largement la réflexion sur la carrière et le parcours intellectuel respectifs de nos deux architectes.

Je m’étendrai en revanche un peu plus sur le corpus des réalisations de chaque maître d’œuvre présentées dans l’ouvrage.

On oscille chez Hervé Baley entre des plans ouverts orthogonaux ou hexagonaux centrés sur la cheminée ou l’escalier au cœur de l’espace domestique et de sa séparation bien marquée entre les espaces diurnes et nocturnes, ceux de service et ceux de réception. Chaque fois, les vues sur l’environnement immédiat sont conçues depuis l’intérieur tandis que les constructions se lovent encore dans leur environnement immédiat, quand il n’a pas été dénaturé à l’extérieur. L’emploi de matériaux bio-sourcés est privilégié (bois, terres cuites, pierres…) et une évidente attirance s’affirme pour les blocs de siporex dont la blancheur froide contraste, tant dehors que dedans, avec la chaleur des autres matériaux. Les couvertures, plates ou à pans inclinés, soulignent toujours un ancrage horizontal marqué du bâtiment sur le sol qui l’accueille. Dans la station-service d’Ermont (1967) et la clinique d’Arpajon (1969), les compositions circulaires rappellent beaucoup les réalisations d’Edmond Lay en Gironde (l’Institut régional des travailleurs sociaux de Talence en 1974 et la Caisse d’épargne de Mériadeck à Bordeaux en 1977). Le projet de la résidence Bellevue de Clamart (1967) n’est pas non plus sans rappeler les Pyramides d’Ivry-sur-Seine de Jean Renaudie (dès 1971).

Chez Dominique Zimbacca, de nombreux parallèles avec son confrère peuvent être établis mais, paradoxalement, l’influence de Wright y est plus présente qu’annoncée. Les meubles comme les charpentes se décomposent en petits éléments assemblés en géométries plus complexes et d’une organicité accentuée par l’omniprésence de toits rampants qui courent jusqu’au sol et dont les boiseries des sous-faces offrent une coque protectrice et rassurante. La maison Etienne, construite en surplomb du lac du Bourget à la fin de sa carrière (1993), est sans doute le manifeste le plus wrightien de sa production, tout comme le projet du hameau de Bellevue (1974) à l’esprit usonien évident. La dimension spirituelle et même ésotérique de cette architecture est encore plus visible dans le centre paroissial Jean-XXIII de Saint-Quentin (1969), le seul bâtiment public conçu par cet architecte. Contrairement à son confrère, Zimbacca ne s’est jamais rendu aux Etats-Unis. Il n’a jamais non plus été attiré par quelque expérience spirituelle comme Baley pour le soufisme. Et pourtant les réalisations de Zimbacca semblent bien les plus wrightiennes des deux maîtres d’œuvre.

Attirance théorique pour le premier, application pratique pour le second, la gageure d’un tel ouvrage était donc bien de réunir, sans les confondre, deux personnalités créatrices marginales de la seconde moitié du XXe siècle pour rétablir leur contribution respective à l’histoire de l’architecture : pari réussi, sans nul doute, si l’on sait lire non pas seulement entre les lignes, mais aussi entre les réalisations.

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search