Compte-rendu: Ch. Davoine, M. L’Héritier, A. Péron d’Harcourt (ed.), Sarta tecta. De l’entretien à la conservation des édifices. Antiquité, Moyen-Âge, début de la période romaine

Charles Davoine, Maxime L’Héritier, Ambre Péron d’Harcourt (ed.), Sarta tecta. De l’entretien à la conservation des édifices. Antiquité, Moyen-Âge, début de la période romaine, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2019, 168 p.

 

Compte-rendu réalisé par Virginie Mathé

 

Issu d’une journée d’études qui s’est tenue à Saint-Denis en 2014, cet ouvrage porte sur un domaine qui n’est certes pas absent des études architecturales, mais qui a fait l’objet de peu d’analyses spécifiques jusqu’à présent : le devenir des édifices après leur construction, c’est-à-dire leur entretien régulier, leur restauration, et partant les conditions dans lesquelles ils sont transmis aux générations suivantes. Charles Davoine, Maxime L’Héritier et Ambre Péron d’Harcourt ont réuni huit communications, préfacées par Catherine Saliou, auxquelles ils ont ajouté une introduction présentant l’état de l’art et les articles, une conclusion synthétisant les principaux résultats de ces recherches et un glossaire de termes architecturaux et juridiques (table des matières disponible sur https://presses-universitaires.univ-amu.fr/sarta-tecta).

Le recueil s’inscrit dans la démarche pluridisciplinaire caractéristique de l’histoire de la construction. Historiens, historiens de l’art ou archéologues, les contributeurs s’appuient sur des sources diverses qu’ils examinent, pour la plupart d’entre eux, conjointement : textes législatifs et juridiques, traités techniques, comptabilités, contrats, dédicaces, traces archéologiques et, dans une moindre mesure, iconographie. La richesse de l’ouvrage tient à la variété des cas abordés. Le lecteur passe de sites grecs (Délos, Delphes) et italiens (Naples, Pompéi) à des villes françaises (Paris, Reims, Rouen, Troyes, Auxerre), du vie s. av. J.-C. au xviiie s. ap. J.-C., d’édifices pris dans leur ensemble (bâtiments publics et sacrés, maisons) à leurs composantes (maçonnerie, menuiserie, couverture, vitrail). La juxtaposition de ces terrains appelle une lecture comparatiste. L’article de R. Carvais (« Entretenir les bâtiments. Une préoccupation juridique essentielle chez les architectes sous l’Ancien Régime ») fait ainsi écho à celui de Ch. Davoine (« Entretenir, refaire, restaurer. Distinctions conceptuelles et catégories pratiques dans le droit romain »). Au-delà de ces liens tissés explicitement ou non au sein du livre, celui-ci invite à une comparaison entre périodes anciennes et monde actuel. H. Dessales (« Les constructions en tuf jaune dans la Campanie romaine. Usages et modalités d’entretien »), R. Chossenot (« ‘Laver, restaurer, entrenir, remettre à point…’ L’entretien des vitraux, un souci permanent ? »), S. Aumard (« L’entretien des couvertures médiévales. Quelles approches archéologiques ? ») mettent en parallèle les pratiques antiques et médiévales avec les manières d’entretenir ou, comme le montrent de façon saisissante deux photographies napolitaines p. 55, de ne pas entretenir le bâti aujourd’hui. Centré sur le monde occidental, cet ouvrage donne aussi envie au lecteur d’en apprendre plus sur l’entretien et la conservation des édifices dans d’autres sphères culturelles.

Si les articles sont répartis en trois sections (« Concepts, droit, vocabulaire », « L’entretien en pratique. Aspects techniques et prévision des dégradations », « De la pratique à l’idéologie. Entretien et restauration d’ensembles architecturaux »), les thématiques de celles-ci apparaissent en réalité toutes dans la majorité des contributions : il s’agit de définir l’entretien, d’en comprendre les aspects techniques et de s’interroger sur ses enjeux aux yeux des contemporains.

L’effort de définition passe par une étude des termes anciens. J. Vanden Broeck-Parent (« L’entretien des monuments à Délos à l’époque hellénistique d’après le vocabulaire des inscriptions ») consacre ses pages à cette question spécifique, mais ce souci des mots se retrouve dans tout le recueil. Le vocabulaire antique et médiéval de l’entretien, de la réparation, de la restauration et de la conservation n’était pas pauvre, mais il paraît imprécis, ce qui suggère que ces actions ne renvoyaient pas à des concepts familiers. Plusieurs auteurs notent à juste titre que cette imprécision pourrait résulter d’un effet de sources, celles-ci étant rarement rédigées par des hommes de l’art. On peut se demander si l’écart avec la situation actuelle est aussi marqué que ce qui est suggéré dans l’introduction. Certes, pour les cercles de spécialistes disposant d’un langage normalisé, « entretien et restauration sont […] deux actions qui, poursuivant un but commun [la conservation de l’édifice], se distinguent à l’heure actuelle clairement par leur périodicité et leur ampleur » (p. 7) ; mais dans les usages communs, cette distinction, issue du débat entre partisans de l’entretien du patrimoine et partisans de sa restauration/restitution, ne paraît pas stricte. Comme le prouve le recueil, il y a plus à gagner à penser en terme de continuum que d’opposition entre entretien et restauration. Ni l’ampleur ni la nature des travaux ne paraissent avoir été des critères discriminants dans les cas analysés par les contributeurs. Leur caractère régulier ou extraordinaire importe davantage. En réalité, la distinction apparaît dans les sources anciennes surtout quand il s’agit concrètement de savoir qui est responsable et qui paie. C’est particulièrement nécessaire pour des édifices privés quand l’usager n’est pas le propriétaire, mais aussi pour des bâtiments publics et religieux dont le financement est partagé entre diverses institutions ou avec des particuliers.

Les auteurs s’attachent aussi à documenter les aspects techniques de l’entretien et de la restauration, comme A. Perrier (« L’entretien et la restauration des monuments à Delphes dans l’Antiquité ») qui rappelle comment les tambours de colonnes sont réparés au moyen de pièces rapportées ou comment on renforce des murs de soutènement par des contreforts. Le recueil offre par là une initiation aux gestes des verriers, des couvreurs, des maçons, des tailleurs de pierre. Il met ainsi en lumière les savoirs et les savoir-faire de ces hommes. Déterminer les risques qui pèsent sur les édifices constitue un premier enjeu : l’action du temps qui passe (uetustas), les intempéries (tempestates), les événements exceptionnels comme les catastrophes naturelles et les actes de malveillance, l’exposition et l’implantation de l’édifice sur le terrain, les qualités intrinsèques des matériaux sont des facteurs identifiés dès l’antiquité. Cette conscience des risques a conduit les bâtisseurs à mettre en œuvre divers moyens pour y faire face : « entretenir, c’est prévoir » (p. 133). Au-delà de la constitution de stocks, par exemple de tuiles, pour effectuer de futures réparations, ces mesures touchent aux techniques de construction. Elles concernent le gros œuvre : ainsi, à Delphes, le renforcement des fondations de plusieurs édifices apparaît comme une réponse aux risques que les tremblements de terre et le ruissellement des eaux font peser sur le site. Elles ont trait aussi aux finitions : l’importance des enduits pour la pérennité de l’édifice est rappelée au sujet des cas campaniens. Anticiper l’entretien peut aussi avoir des répercussions sur la forme même des édifices : dans l’architecture gothique, les coursières, les chéneaux à balustrade, les lucarnes, les outeaux et les châtières permettent l’accès aux toitures et l’éclairage des combles, facilitant la vérification et la réparation des couvertures. Ainsi, le livre met en avant une volonté de lutter contre l’usure et d’inscrire l’édifice dans un temps long. La notion d’« obsolescence programmée » est convoquée à plusieurs reprises dans l’ouvrage, certes avec précautions, pour désigner la durabilité limitée des matériaux et des édifices et la conscience qu’en avaient les bâtisseurs. Toute séduisante soit-elle, l’expression ne paraît finalement pas adéquate à la lecture de l’ouvrage : les constructeurs antiques et médiévaux, s’ils anticipent les dégradations, ne les programment pas. En ces temps anciens (seulement ?), l’économie de la construction n’obéit pas aux exigences d’un renouvellement constant des biens pour soutenir artificiellement la production. Au contraire, savoirs et savoir-faire relatifs à l’entretien des bâtiments se constituent et se transmettent. Plusieurs contributeurs en font l’histoire et insistent sur le caractère fondamental de l’expérience : confrontés directement au terrain, architectes et artisans sont à même de saisir la multiplicité des facteurs de dégradation d’un édifice, de trouver des solutions pour y parer, voire de participer à une élaboration nuancée du droit en la matière comme le fit Antoine Desgodets au xviiie s. Qu’il soit nécessaire d’enquêter comme le font les auteurs de ce recueil pour retrouver les pratiques anciennes de conservation souligne l’oubli d’une partie de ces connaissances au cours du xxe siècle. L’ouvrage conduit aussi à s’interroger sur l’intérêt de savoirs systématiquement et strictement chiffrés à propos de la durée de vie des matériaux et de la périodicité de l’entretien : comme le montre le cas des toitures (p. 79), les hommes de l’art ont du mal à s’accorder sur les estimations, ce qui révèle que la quantification n’arrive pas à rendre compte de la diversité des situations.

Le recueil traite aussi des enjeux de l’entretien et de la restauration aux yeux des contemporains. Ces pratiques ont tout d’abord pour but de permettre de continuer à user du bien. Les études sur le droit latin et moderne mettent en lumière la distinction entre le maintien en l’état de l’immeuble, qui entraîne des dépenses nécessaires, et son agrandissement ou son embellissement, qui entraînent des dépenses utiles. Dans le premier cas, la valeur du bien est préservée ; dans le second, elle est augmentée. Au-delà de ces considérations, les visées mercantiles des propriétaires sont très peu mises en avant dans l’ouvrage qui porte surtout sur des édifices publics et religieux échappant au marché de l’immobilier. C’est essentiellement sous l’angle du coût et du financement des travaux qu’est abordée la dimension économique de l’entretien et de la restauration. Ces pratiques attestent ensuite une certaine reconnaissance de la valeur esthétique des constructions anciennes. Dès le xive s. au moins, les peintres-verriers ont par exemple restauré les vitraux en cherchant à conserver une cohérence stylistique. Les contributions mettent enfin en avant la portée symbolique ou idéologique de la restauration. Dans un contexte religieux, il s’agit de préserver la mémoire de l’ancienneté du lieu de culte, son antiquité vénérable. Les implications politiques sont aussi à examiner. S. Zanella (« Le chantier de reconstruction de la casa dei Mosaici geometrici à Pompéi. La préservation ‘idéologique’ d’une maison à plan canonique ? ») révèle que les choix opérés pour la reconstruction de cet édifice à la veille de l’éruption de 79 ap. J.-C. conjuguent innovation, dans les techniques mises en œuvre et dans l’aménagement d’un grand péristyle central, et conservatisme, dans la perpétuation d’un plan canonique « parfait », alors passé de mode, dans la partie orientale de l’édifice. Ce mélange étonnant s’expliquerait par la situation de la maison : au contact du forum, elle devait constituer un repère dans la topographie urbaine, dans le paysage mental des Pompéiens. Bien qu’aucun texte relatif à ce chantier n’ait été conservé, ce cas suggère l’importance des discours tenus à son propos. Les éditeurs le soulignent : « la distinction entre entretien et restauration ne serait pas, notamment dans l’antiquité, théorique, mais d’abord une différence dans le discours ». Le poids des mots l’emporterait sur la réalité des travaux. Si une telle approche paraît féconde, elle se heurte à deux difficultés : comment accéder à ces discours d’une part, comment prendre en compte la pluralité des discours d’autre part ?

Finalement, les actes de cette journée dionysienne invitent, avec une (trop ?) grande prudence, à reconsidérer l’idée, portée par Fr. Choay, selon laquelle il n’y aurait pas de véritable conscience patrimoniale aux époques antique et médiévale. La notion d’authenticité n’était certes pas au cœur du souci de conservation comme elle l’est aujourd’hui et le concept de « monument historique » tel qu’il est défini au xixe s. paraît bien anachronique. Toutefois, la volonté d’entretenir et de restaurer des édifices non seulement pour leur fonction, mais aussi pour les valeurs esthétiques et idéologiques qu’ils représentaient révèle une réelle considération de l’architecture du passé et de la nécessité de la conserver et de la transmettre. En attirant l’attention du lecteur sur les moyens techniques et financiers mis en œuvre aux époques anciennes pour atteindre cet objectif et sur les significations prêtées à ces pratiques, ce recueil contribue à enrichir la définition du patrimoine.

 

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search