Compte-rendu: Francesco Senatore, Una città, il regno : Istituzioni e società a Capua nel XV secolo

Francesco Senatore, Una città, il regno : istituzioni e società a Capua nel XV secolo, Rome, Istituto storico per il medioevo, 2018, (« Nuovi Studi Storici, 111 »), 2 vol., xiv-1147 p.

 

Compte-rendu réalisé par Matthieu Scherman

 

L’ouvrage de Francesco Senatore, professeur d’histoire médiévale à l’université Federico II de Naples, sur la ville de Capoue au XVe siècle est riche. Il est composé de 475 pages de texte et de 672 pages d’annexes qui seront une mine d’or pour les enseignants désireux de renouveler leurs brochures de cours. Située à environ 40 kilomètres au nord de Naples, troisième ville du royaume et peuplée de moins de 5 000 habitants à la fin du siècle, selon les standards européens en dehors de la péninsule italienne et des Flandres, comme le précise justement l’auteur, Capoue serait considérée comme une grande entité urbaine.

À l’image des anciennes thèse d’État françaises, l’auteur a voulu faire l’histoire totale d’un territoire : une étude de la cité, mais qui ne peut pas se départir, comme le démontre l’auteur, de l’analyse concomitante du royaume. Villes et règne sont liés d’une manière inextricable, d’autant plus en ce XVe siècle qui est une période importante pour la constitution des règnes et des diverses structures étatiques à travers l’Europe. C’est un État qui est défini dans la longue conclusion (p. 445) de la sorte : « Une efficace organisation centralisée, qui depuis trois siècles contrôlait militairement un territoire vaste et plutôt différencié d’un point de vue géographique [… et] productif, en exploitait systématiquement les ressources, en disciplinait les forces politiques et sociales. » Il reprend ainsi la typologie mise en place par Sandro Carocci et parle d’un État capable d’imprégner toutes les formes de la vie de la cité. Tous les pouvoirs de la ville découlent de cette monarchie méridionale qu’il présente comme une monarchie administrative.

Le travail est divisé en deux parties, dans une première partie sobrement intitulée « Capoue au XVe siècle », l’auteur étudie l’ensemble des aspects nécessaires pour comprendre « les mécanismes quotidiens de l’administration ». Pour cela, il a utilisé comme sources principales les statuts, les registres des conseils ou encore les correspondances, édités dans cette première partie. Tout cela a été fait pour mieux définir quel type de ville était Capoue et quel type d’État était le royaume de Naples, un royaume qui a connu plusieurs dynasties au cours du XVe siècle. Le livre se termine d’ailleurs par une analyse des tensions grandissantes avec les Aragonais, notamment sur le plan financier, avec des demandes fiscales trop importantes, et de la reddition de la ville sans aucun combat devant les armées du roi de France Charles VIII, le 18 février1495. L’auteur a mené une prosopographie des principaux Capouans présents dans les différents conseils de la ville et en rapport constant avec la couronne (p. 601-633). La seconde partie est dédiée à la transcription des Quaderni, c’est-à-dire une espèce de synthèse des décisions prises et des dépenses faites dont la responsabilité incombait au sindaco.

Dans l’analyse de la ville de Capoue, tous les éléments institutionnels sont traités. À l’image des structures étatiques du centre et du nord de la péninsule, l’auteur démontre la façon dont une ville faisant partie d’un ensemble plus large gère ses relations avec les forces extérieures. Francisco Senatore a retracé précisément comment s’est territorialisée la juridiction de Capoue sur un ensemble de terres ou de seigneuries. Des territoires qui étaient exemptés, privilégiés par le roi et qui de la sorte se trouvaient en dehors de la juridiction fiscale, comme les préposés aux chiens de chasse du roi qui avaient obtenu d’Alphonse le Magnanime l’immunité fiscale (p. 54-56).

La question fiscale est, bien évidemment, au centre des réflexions. S’insère, en effet, dans le thème, la difficile question de la détermination de l’assiette de l’imposition, et ce, quel que soit le type de taxes. Les rapports entre la ville-centre et les périphéries sont ainsi mis au jour. Cette question fiscale interroge aussi les relations avec la Couronne. L’auteur y insère une revue historiographique efficace des questionnements, comme par exemple sur la production des normes à l’intérieur des royaumes méridionaux. Le souverain napolitain demeure le producteur du droit. Il obtient son autorité de l’investiture papale et il ne prête pas serment de respecter les coutumes du règne. Le XVe siècle est une période de plus grande centralisation, notamment la seconde partie, ce qui conduit à une intervention plus importante du roi : toutes les décisions pouvaient être soumises à la Sommaria, la chambre des comptes, pour les questions financières et le Sacro Regio collegio pour les procès. La Sommaria restait compétente pour le contentieux fiscal au sens large, le conseil royal l’était pour les orphelins, les veuves et les pauvres. Il aurait été intéressant de plus pousser la réflexion sur cette dernière catégorie pour connaître les représentations de la pauvreté par l’institution judiciaire. Tout le processus technique de la fiscalité est clairement expliqué, permettant d’obtenir une vision précise sur la détermination de la taxation entre le centre/périphérie, les façons de ponctionner l’argent ou encore les réformes tentées pour les rendre plus équitables.

L’auteur démontre comment, sous le règne de Ferrante d’Aragon, l’utilisation des capitoli, écrits en langue vernaculaire à la fin du XVe, plutôt que celle du diplôme, pour régler les relations entre la royauté et la cité est le signe de la place centrale du pouvoir royal dans la gestion des cités. Les capitoli sont plus fréquents et réglementent minutieusement une grande quantité d’aspects de la vie politique, économique et financière des entités territoriales. Il a d’ailleurs été difficile de répertorier les statuts de Capoue en raison de la constance du travail réglementaire et de la particularité du système documentaire du Règne. Un roi qui est d’ailleurs sollicité pour les sujets les plus triviaux par les habitants de la ville et du territoire de Capoue comme il est démontré dans la dernière partie sur les façons de faire appel à la décision royale par les habitants de la ville. Les délibérations et autres sources issues des conseils sont extrêmement bien analysés et font participer le lecteur à la prise de décision au sein d’un gouvernement urbain. L’auteur essaie de comprendre le fonctionnement institutionnel en analysant le « langage politique » que les sources permettent d’approcher.

Le personnel administratif est l’objet d’une grande attention. L’auteur opère une distinction entre les offices royaux et ceux de la ville, de l’Universitas. S’instaure d’ailleurs une collaboration et une juxtaposition entre les deux entités ce qui permet d’analyser les relations entre pouvoir central et pouvoir local. En effet, les acteurs locaux fournissent des hommes aux différentes administrations représentant la couronne. Est ainsi présentée une oligarchie politique plutôt hétérogène ; les charges étaient occupées par différents groupes sociaux. Mais, entre le XIVe et le XVIe siècles quelques familles ont réussi à dominer l’Universitas de Capoue. Ces familles, demeurant dans le centre, ont réussi à accaparer la relation de tout le territoire avec le roi, monopolisant la médiation avec le pouvoir central, malgré tous les degrés administratifs élaborés pour construire un dialogue entre les territoires et les entités centrales. L’hégémonie politique est couplée à la puissance économique qui permet une mainmise des fonctions administratives. Comme un grand nombre de centres urbains de la péninsule italienne, les enchères pour obtenir le recouvrement des taxes, notamment indirectes, étaient souvent cédées aux créanciers de l’Universitas, créant ainsi une dépendance forte à l’égard de l’oligarchie urbaine. C’est l’occasion pour l’auteur de délivrer un très beau passage sur l’implication des élites urbaines dans ces enchères publiques. Mais, est aussi démontrée la façon dont des citoyens moins en vue pouvaient aussi y participer en les prenant en groupe. On entre ainsi de manière précise dans les arcanes de l’administration financière d’une entité souveraine.

Parmi les officiels provinciaux de la Couronne, on trouve le mastro portolano de Capoue et de son district. En 1453 un diplôme d’Alphonse le Magnanime assigne à l’officier le rôle, parmi d’autres missions, de récupérer les biens domaniaux illégalement usurpés. L’office est né durant l’époque des Souabes au XIIIe. Ses titulaires devaient contrôler et gérer la fiscalité des ports du royaume et les mêmes fonctions lui sont assignées sous les Aragon. Le capitaine et sa cour sont aussi scrutés avec attention. Le capitaine peut être considéré comme le représentant local de la Couronne et le « supérieur » de tous les officiers dotés d’une juridiction royale. Les parcours de ces capitaines qui exercent les mêmes fonctions d’une ville à l’autre du royaume sont présentés avec soin. Un aspect important de l’étude se trouve dans l’exercice permanent de la comparaison avec les autres réalités urbaines du royaume et au-delà.

Bien que l’auteur la définisse de classique, son étude n’en est pas moins ancrée dans les questionnements et les renouvellements actuels sur les formes prises par les pouvoirs, la scripturalité, la conservation et le classement d’un système documentaire ou encore sur la fabrique des normes et du droit. L’auteur a opéré un vrai travail d’archéologie documentaire pour retrouver les différentes archives concernant Capoue et il en ressort un ouvrage dense et précis sur le fonctionnement d’une cité du Royaume de Naples.

 

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search