Compte-rendu: Lise Saussus, et alii, Travailler le cuivre à Douai au xiiie siècle

Lise Saussus, avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou, Travailler le cuivre à Douai au xiiie siècle : histoire et archéologie d’un atelier de proximité, Douai, Association Les Amis d’Arkeos et Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2019, 277 p. (Archaeologia Duacensis, 31 – Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVII), ISBN : 989-2-9567195-0-2.

compte-rendu réalisé par Caroline Bourlet

Issue de la thèse soutenue par Lise Saussus en 2017 sur La métallurgie du cuivre dans les villes des Flandres médiévales (xiiiexve siècles) : hommes, ateliers, techniques et produits. L’exemple de Douai, cette publication est une monographie de site consacrée à un atelier de travail du cuivre du xiiie siècle, situé à Douai, dans la rue Saint-Julien.

Cet atelier avait été soigneusement fouillé et documenté entre 1984 et 1987 sous la direction d’Etienne Louis et de Pierre Demolon mais les données de terrain concernant l’activité métallurgique n’avaient pas été étudiées à l’époque, faute de spécialiste de la métallurgie médiévale urbaine. Trente ans après la fin de la fouille et à la lumière des avancées récentes sur le travail les alliages à base de cuivre, Lise Saussus a repris et exploité cette documentation volumineuse, complexe et, faute de moyens, restée en partie inexploitée, afin de clarifier l’évolution du site et de l’atelier métallurgique, de localiser le mobilier trouvé et recensé, dans l’espace et dans le temps, et de l’associer quand c’était possible, à l’une ou l’autre phase de l’atelier. Elle a, par ailleurs, dépouillé systématiquement les archives de Douai à la recherche les artisans du métal, rassemblant 2 000 documents les concernant à travers toutes sortes de transactions, testaments, contrats de mariage et donations entre époux, comptes urbains et hospitaliers et registres des nouveaux bourgeois. Bien que cette documentation écrite soit surtout abondante entre 1375 et le milieu du XVe siècle et se résume à quelques actes seulement pour la période d’activité de l’atelier de la rue Saint-Julien, son apport se révèle essentiel pour faire le lien entre les hommes et le travail du cuivre. Elle a, enfin, porté grande attention aux sources iconographiques qui, sous réserve d’une analyse critique, « confèrent une réalité matérielle » aux observations sur le terrain (espaces de travail, outils, aménagements) et donnent à voir les gestes et postures des hommes au travail.

L’ouvrage est divisé en 13 chapitres charpentés et très clairs, abondamment illustrés et entrelaçant témoignages des archives et de l’archéologie recomposent peu à peu l’atelier et la production des métaux en alliage à base de cuivre dans l’espace urbain et dans leur dimension humaine et sociale. Les trois premiers chapitres plantent le décor. Il s’agit d’abord de peindre une société urbaine, celle de Douai, ville moyenne florissante au XIIIe siècle, renommée pour sa draperie et le commerce du grain, mais sans réputation quant à la métallurgie, qui abrite pourtant, dès le XIIIe siècle, trois ateliers de travail du cuivre reconnus lors de fouilles urbaines, celui de la rue Saint-Julien sur la rive gauche de la Scarpe et deux autres sur la rive droite réputée plus industrielle et commerçante. Il s’agit ensuite de décrire la métallurgie des alliages à base de cuivre, encore mal connue malgré des fouilles archéologiques récentes qui ont mis en lumière le caractère industriel de certains sites de production, dans la vallée de la Meuse où l’on produisait en masse de la vaisselle pour l’exportation (Dinant et Bouvignes) et à Paris où l’atelier de la Villeneuve du Temple à Paris pratiquait une production de masse de petits objets de parure. Mais ces exemples ne correspondent pas, à l’évidence, à l’image de la fouille de la rue Saint-Julien, ce qui permet de poser la question de l’existence d’un autre modèle de production. Le chapitre 2 constate d’à Douai, on ne trouve pas une très grande diversité d’appellations pouvant indiquer une spécialisation comme à Paris : 85% d’entre eux sont désignés sous le nom de « caudrelier » terme largement répandu en Flandre et dans le Hainaut, et les désignations alternatives apparaissent tardivement, fin 14e s et surtout dans la 2e moitié du 15e siècle. Par ailleurs, il n’y a pas, comme à Tournai au début du 14e s. ou à Valenciennes un peu plus tard, de dichotomie lexicale semblant renvoyer à des pratiques différentes et à des productions de qualité différente : le martelage et les objets utilitaires pour les « caudreliers » et la fonte d’objets et le prestige pour les « fondeurs de laiton ». Quant au nombre de chaudronniers actifs ensemble et à leur poids relatif par rapport aux autres métiers du métal, en 1420-1429, période où les documents sont les mieux conservés, les 13 chaudronniers représentent 19% des artisans du métal, et sont 3 fois moins nombreux que les artisans du fer (60%), mais plus que ceux des métaux précieux (13%) et de l’étain et du plomb (9%). Ce rapport est comparable à celui qu’on peut observer à Ypres et Bruxelles, Tournai ou Valenciennes, mais il est très éloigné de celui des villes spécialisées dans le travail du cuivre comme Namur en 1537 où, après l’arrivée massive de fondeurs et batteurs de Dinant, les artisans du cuivre représentent 62% des artisans du métal. Le chapitre 3, réduisant la focale, se penche sur le contexte social du quartier de l’atelier de la rue Saint-Julien, Douayeul, sur la rive gauche de la Scarpe, bordé à l’est par cette rivière, et traversé ou longé par les fossés de l’enceinte du XIe s. et par deux dérivations de la Scarpe (La Brayelle et le fossatum). Textes et fouilles archéologiques révèlent que, comme la rive droite de la ville, ce quartier est en pleine urbanisation entre le XIIe et le XIIIe siècle avec des parcelles en lanières, des maisons en pans de bois sur solins de pierre et des fonds de parcelles cultivés ou même dédiés à l’élevage, et qu’une activité industrielle s’y est implantée dès avant le XIIIe siècle : aux moulins sur la Scarpe et ses dérivations, s’ajoutent le travail du drap, l’activité brassicole, les plus anciennes étuves connues à Douai, celle de Papegais, s’installent à côté de l’atelier avant même l’abandon de ce dernier que l’on peut suivre dans la documentation jusqu’en 1470 (cf. la très instructive figure 15).

Resté rural jusqu’alors, le site de la fouille proprement dit est divisé en quatre parcelles en lanières, avec quatre bâtiments à front de rue dans la seconde moitié du XIIe siècle. L’installation de l’activité métallurgique dans la deuxième moitié du XIIIe siècle s’accompagne d’un changement d’organisation du parcellaire, seul un bâtiment subsiste en front de rue, en revanche deux autres bâtiments sont construits en fond de parcelle et sont entourées de cours et, peut-être, de jardins. L’activité ayant cessé avant 1320, les étuves qui s’étaient d’abord installées le long de la dérivation de la Scarpe annexent une partie de l’espace occupé par l’atelier avant 1392 et trois bâtiments apparaissent en arrière, le plus proche de la maison étant affecté à l’eau (bains de vapeur et baignerie). Au démantèlement des étuves (vers 1470), ces maisons changent de propriétaire avant d’être arasées au début du XVIe siècle et redivisée en 7 parcelles, puis en partie regroupées à l’installation des Sœurs Grises puis, à la fin du XVIIIe siècle, transformées en aménagements industriels (chapitre 4).

L’analyse stratigraphique de l’espace occupé par l’atelier et l’examen des vestiges de murs révèlent 4 phases principales d’occupation avec alternance de remblais, de rehaussement, de construction ou de préparation des sols. La première phase, d’installation, investit, au sud-ouest, un bâtiment préexistant à front de rue qui possédait un four de grande dimension. La deuxième voit la construction d’un bâtiment en matériaux périssables (bois/torchis) en fonds de parcelle. La troisième correspond à l’arasement de ce bâtiment et à sa reconstruction en pierre ainsi qu’à des réaménagements. Un autre petit bâtiment qui lui semble relié a été ajouté soit au cours de cette phase, soit au cours de la précédente. De la quatrième phase, on n’a conservé que les niveaux de sol.

Les chapitre 6 à 9, s’appuyant sur l’examen d’une sélection de 5 000 artefacts rattachables à la métallurgie, reconstituent minutieusement le travail des alliages à base de cuivre dans l’atelier, sa production et les techniques utilisées (chapitre 6). La mise en forme d’objets par fonderie y était minoritaire et produisait des objets de petites dimensions et notamment des tiges de quelques dizaines de grammes qui pourraient être des éléments de rivets coulés ou des ébauches de fonderie destinées à être tréfilées. La forme des moules comme celle des empreintes démarquent, contrairement à de ce qu’on trouve à Paris, une production limitée par la chaîne opératoire ou le travail était difficilement divisible et devait être accompli par une main d’œuvre qualifiée. Les quelques moules témoignant de la production de moyenne fonderie indiquent qu’il pourrait s’agir de petits chaudrons ou de grosses aiguières de 18 à 25 cm de diamètre. C’est aussi dans ce même four qu’on fondait le métal destiné à produire les ébauches, plaques de métal fines destinées à être mises en forme par martelage. Plus que la fonderie, au quotidien, c’est le travail de la tôle au marteau qui était pratiqué comme en témoigne l’abondance des déchets produits au moment du martelage : chutes de découpe, rivets de réparation (en cours de fabrication, ratés ou non utilisés), et objets en cours de recyclage découpés. Opération d’une grande technicité, le travail au marteau alterne périodes de travail au marteau pour amincir des ébauches sorties de fonderie, mettre en forme la tôle et produire de la vaisselle, mais qui la durcissent et la rendent cassante, et recuissons qui lui redonnent ses qualités plastiques (chapitre 7). Les objets en alliages à base de cuivre sont fragiles et les rapiéçages d’objets trouvés en fouille fréquents. Les vestiges matériels, particulièrement nombreux sur le site attestent de la maîtrise des techniques et de l’intensité de cette activité dans l’atelier, et les pages dédiées à la fabrication des rivets sont un bijou de précision et illustrent fort bien les qualités pédagogiques déployées par Lise Saussus pour entrainer le lecteur à sa suite dans les spécificités des savoir-faire des hommes du métal (chapitre 8).

L’analyse des alliages, menée en collaboration avec Nicolas Thomas (chapitre 9) révèle que les alliages martelés à Douai et une partie des alliages fondus sur place sont de bonne qualité c’est-à-dire pauvres de plomb, métal impropre au martelage et que, contrairement à une idée largement répandue selon laquelle au Moyen Âge seul le laiton (cuivre-zinc) était martelé, ce sont essentiellement des bronzes (cuivre-étain) ou des bronzes au laiton (relativement pauvres en zinc) qui y sont mis en forme par martelage. Le court chapitre 10, dû à Benjamin Jagou, signale un travail du fer régulier à la forge, alimenté exclusivement au charbon de terre, soit pour la production d’éléments destinés à renforcer ou compléter les récipients produits et réparés, soit pour la fabrication d’outils. Le chapitre 11, dû à Marisa Pirson, conforte la datation de l’atelier au XIIIe siècle par l’étude de la céramique et ajoute un complément d’information sur le standing de vie des occupants qui font usage de céramiques locales de qualité, très décorée, démarquant une aisance relative et une volonté d’ostentation.

Reprenant la plume, pour les deux derniers chapitres, Lise Saussus tente d’abord, avec prudence en raison des lacunes de la documentation, une restitution de l’organisation spatiale de l’atelier et de son évolution : d’abord installée à front de rue, dans une maison préexistante qui abritait le seul four reconnu et le travail de fonderie, et dans la cour proche qui concentre la majorité des déchets liés au martelage des tôles et où, malgré l’absence d’indices, auraient pu exister des structures légères abritant la production, l’activité se déplace, au cours des phases stratigraphiques 2 et 3 de l’atelier, vers les bâtiments nouvellement construits en fond de parcelle. La répartition spatiale des déchets permet aussi d’évaluer la surface minimum de l’atelier à 725 m² mais sans pouvoir délimiter clairement les réels espaces de travail, qui devaient être dans les bâtiments et les zones d’épandage de déchets à l’extérieur. Dans le dernier chapitre, l’auteure ouvre son propos en replaçant l’atelier dans son environnement urbain et économique : les activités de cet atelier (et probablement, de la plupart des ateliers douaisiens) le démarquent complètement des ateliers tournés vers la production de masse et fait apparaître un autre modèle, celui d’un atelier de proximité, tourné vers une clientèle locale et en réponse à une demande diversifiée toute aussi diverse (vaisselle neuve, de réparation, voire de vaisselle de seconde main racheté, restauré et revendu par les chaudronniers) qui apparaît dans les contrats et dans les comptes. Ce modèle de l’atelier de proximité, reposant sur une clientèle locale est probablement fort répandu ailleurs et doit faire partie des hypothèses de tout historien se penchant sur les activités de production en milieu urbain et c’est l’un des grands mérites de cette publication d’en avoir mis au jour l’existence et les modes de fonctionnement.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search