Compte-rendu: Isabelle Duhau, Guénola Groud (dir.), Cimetières et patrimoine funéraire. Étude, protection valorisation

Isabelle Duhau, Guénola Groud (dir.), Cimetières et patrimoine funéraire. Étude, protection valorisation, Paris, Ministère de la Culture, direction générale des Patrimoines, 2020, 365 p. Documents et méthodes, ISSN 1150-1383 ;12). ISBN : 978-2-11-162044-5

Compte-rendu réalisé par Dominique Hervier

Ouvrage numérique gratuit télé-déchargeable sur le portail du ministère de la Culture https://www.culture.gouv.fr/ et sur la plateforme d’archive ouverte pluridisciplinaire HAL

https://www.hal.archives-ouvertes.fr/

Voici un livre qui honore la série des ouvrages à visée normative de l’Inventaire général, en s’inscrivant dans la collection « Documents et méthodes », (téléchargeable gratuitement depuis 2007). Les contributeurs – 26 au total sans compter les photographes – , conservateurs chevronnés ou en début de carrière, responsables des services des Monuments historiques, de l’Institut national de recherche archéologique préventive, de l’inventaire général du patrimoine dans les régions, paysagistes et universitaires livrent sous la direction de deux conservatrices du Patrimoine, Isabelle Duhau, de l’inventaire général du patrimoine culturel au ministère de la culture, et Guénola Groud, de la cellule patrimoine des cimetières de la Ville de Paris, un guide d’une utilité certaine pour une société urbanisée qui tend de plus en plus à ignorer ses morts.

La riche matière de cette somme est organisée en cinq parties ; la première aborde le cadre historique et juridique en rappelant l’essentiel de l’histoire des cimetières et des règles qui régissent leur fonctionnement (51 p). Vient ensuite une présentation des sources et de la bibliographie nécessaire pour l’étude du patrimoine funéraire (37 p). Ces deux parties forment le socle de la troisième, la plus conséquente, celle de l’observation et de l’analyse in situ (126 p). Les deux dernières parties traitent l’une de la protection (40 p), l’autre de la valorisation (41 p). S’y ajoute un vocabulaire illustré, une bibliographie et trois annexes dont une précieuse liste des lois et décrets qui régissent la gestion des cimetières et du patrimoine funéraire.

Il faut d’emblée souligner que l’idée de cet ouvrage, élargie aux enjeux de la protection et de la valorisation, est née d’un besoin, exprimé au cours d’un stage de l’Institut national du Patrimoine, à la fois par les chercheurs de l’Inventaire qui doivent inventorier le patrimoine funéraire lorsqu’ils arpentent le territoire, mais aussi par ceux qui peuvent envisager sa protection dans le cadre des services des Monuments historiques. Plusieurs intervenants de cette rencontre, conscients des nombreuses difficultés d’ordre méthodologique et juridiques, voire sémantiques, rencontrées par leurs collègues, ont conçu un ouvrage avant tout pratique : rien mieux que le terme revendiqué de manuel ne caractérise en effet ce volume. À la fois clair et précis, offrant des clefs pour aller plus loin si nécessaire, admirablement illustré, il comble l’amateur comme le professionnel.

Régis Bertrand dans le premier chapitre aborde les caractéristiques de l’inhumation sous l’Ancien Régime : localisation des sépultures dans l’église pour le clergé et les nobles, dans des cimetières attenants aux lieux de culte pour la population ; multiplication en ville des espaces d’inhumation attachés à chaque paroisse pour lesquels les évêques s’efforcent d’obtenir la clôture. Au tout début du XIXe siècle, les préoccupations hygiénistes (décret de Chaptal de 1804) instaurent une servitude de voisinage interdisant de construire à moins de100 mètres des nouveaux cimetières ; un lieu d’inhumation particulier pour chaque culte est prévu ; la multiplication des demandes de concessions entraîne l’instauration de trois classes (perpétuelles, trentenaires et temporaires). Sont ensuite évoquées les lois républicaines de la décennie 1880 qui instituent la réglementation des cimetières, toujours en usage pour la plupart ; les sites cinéraires en fort développement depuis deux décennies ; les carrés confessionnels relevant des cultes protestant, orthodoxe, judaïque, musulman ; les cimetières et carrés militaires. La législation sur les restes humains présentée par Alice Denolle est d’une utilité certaine pour les gestionnaires.

Le constat du petit nombre de monographies existantes sur les cimetières contemporains – rien sur le cimetière de Sète !- alors que les ouvrages de Philippe Ariès et de Michel Vovelle ont été de véritables éveilleurs de sensibilité pour une génération de chercheurs, a conduit à consacrer la deuxième partie aux sources écrites et iconographiques indispensables pour établir l’histoire des cimetières et des tombeaux (archives communales, départementales, de la conservation du cimetière, des diocèses et des consistoires, catalogues, fonds des architectes etc…). Moins attendue mais très féconde, l’évocation des archives des marbriers (Véronique Belle), des catalogues de fondeurs (Marie-José et Dominique Perchet) est complétée par un reportage sur les métiers à l’œuvre au Père Lachaise (Miriam Simon) ainsi que par un développement sur les écueils à éviter pour dater les tombes (Guenola Groud).

Au cœur de toute entreprise de restauration et de valorisation du patrimoine funéraire se situe « l’observation et l’analyse » (Isabelle Duhau, Isabelle Barbedor, Guenola Groud, Emmanuel Luis). Ce troisième chapitre dispense tout d’abord des conseils méthodologiques pour procéder à une approche par cercles concentriques : le cimetière dans son territoire, son plan, ses accès, ses composantes paysagères, puis les tombeaux, chapelles, tombes, enclos spécifiques. Bien conduite, cette observation permet de rattacher le cimetière à une typologie, locale ou régionale selon l’amplitude de l’étude. Nourris par des exemples issus de tout le territoire français, le propos guide ensuite le regard vers la diversité des matériaux (granito, lave de Volvic, céramique vernissée, grès, marbre, béton), l’analyse fine l’oriente sur les épitaphes, les signatures, les couronnes, les jardinières, les grilles – en fonte, fer forgé, zinc, bronze (Marie-José et Dominique Perchet), le vitrail – dalle de verre, verre imprimé, photographique (Laurence de Finance). À cette plongée dans la richesse et la diversité du patrimoine funéraire, répond une injonction salutaire à opérer des regroupements typologiques et à rattacher à des familles l’ensemble comme l’unité. Un vocabulaire méthodique (p. 315-349), garant d’un dossier clair et efficace, pointe même les faux-amis et joint la définition à l’image dans la grande tradition du vocabulaire de l’architecture de Jean-Marie Pérouse de Montclos.

Si le nombre encore restreint de protections des Monuments historiques – qui parfois s’enchevêtrent – inscription ou classement au titre des MH, sites, abords (Philippe Cieren, I.Duhau, Virginie Stelmach)- confirme le peu d’appétence des services pour le patrimoine funéraire, le cahier des charges d’entretien, outil de gestion partagé entre le propriétaire (public ou privé) et l’administration semble une voie à développer (Sandrine Larramendy). Plusieurs cas de mise en valeur et de restauration de cimetières témoignent des réussites et des difficultés à éviter (Cimetières charentais, cimetières de Marville et de l’Est à Metz, cimetière protestant de Nîmes). La place grandissante du végétal dans le cimetière contemporain, soutenue par certains CAUE, fournit des pistes intéressantes aux communes qui souhaiteraient inclure le cimetière dans leurs trames vertes et bleues. Certaines ont opté – sans y être astreintes- pour le « zéro pesticide », et 19 cimetières urbains ont déjà obtenu le label national « Ecojardin ».

Souhaitons que cette somme, tout à la fois bien documentée et sensible, encourage et facilite le travail des sociétés locales qui s’intéressent à ce patrimoine communal en grand péril. Les préconisations, illustrées d’exemples issus de toute la France, devraient encourager les collectivités locales et les gestionnaires du patrimoine à y puiser la volonté de mettre en valeur ces lieux de la mémoire collective.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search