Histoire Urbaine n° 58 – « Ruines et Villes »

Le numéro 58 d’Histoire urbaine est arrivé !

(août 2020)

 

DOSSIER : « RUINES ET VILLES »

Vous y trouverez aussi deux varia.

 

 

Au sommaire :

Dossier Ruines et Villes

Laurence Gillot, Jean-Pierre Guilhembet, « Villes en ruine, ruines en ville dans l’Antiquité romaine et au-delà »

Charles Davoine, « Les ruines contre la ville. L’idéal urbain à l’épreuve des destructions dans le monde romain »

Eric Morvillez, « La conscience des ruines dans l’Antiquité tardive. Entre vécu et représentations »

Stéphanie Wyler, « Des villes et des ruines dans les Satyrica de Pétrone à Fellini »

Guillaume Auvray, « Quelques observations sur les ruines du péplum. Entre Histoire, symbole et stéréotype cinématographique »

Laurence Gillot, André Del, Olivier Bouet, « Ruines et humanités numériques. Reconstitution de l’histoire d’une ville-oasis. Le cas de Figuig (Maroc) »

 

Etudes

Albert Reixach Sala, « Social Mobility and Service to the Crown in Late Medieval Catalonia (c. 1350 – c. 1420) : An Approach centred on the Area of Girona »

Anne Varet-Vitu, Mathieu Marraud, Eric Mermet, « Spatalités sociales à Paris à la veille de la Révolution »

 

S’ABONNER A LA REVUE

 


 

RÉSUMÉS

 

Laurence Gillot, Jean-Pierre Guilhembet, « Villes en ruine, ruines en ville dans l’Antiquité romaine et au-delà »

Après avoir rappelé les grandes orientations des recherches récentes sur les ruines (pluridisciplinaires, comparatistes, patrimoniales) dans leur rapport à la ville, sont présentés les apports de chacune des contributions du dossier, de la matérialité archéologique aux représentations numériques, entre autres les relations d’antinomie, la construction de l’imaginaire de la ville, la résilience des formes urbaines.

« Cities in ruins, ruins in the city in Roman Antiquity and beyond »

After going through the broad lines of recent research on ruins and their relation to the city (multidisciplinary, comparative and heritage studies), this paper presents each of the contributions of this thematic issue, from archaeological materiality to digital representations, including the conflicts between ruins and city, the construction of the imaginary of the city, as well as the resilience of urban form.

 

Charles Davoine, « Les ruines contre la ville. L’idéal urbain à l’épreuve des destructions dans le monde romain »

Le monde romain n’a pas connu la fascination contemporaine pour les ruines. Loin de susciter un intérêt historique ou esthétique, elles sont considérées comme une menace pour les cités de l’empire. Pour les philosophes et les moralistes, les villes sont, comme les êtres, mortelles. Les documents épigraphiques et juridiques témoignent quant à eux d’une crainte que les édifices détruits n’introduisent laideur et désordre dans le paysage urbain. Les ruines remettent ainsi en question l’idéal d’une ville à la fois ornée et ordonnée, sur lequel se fonde la civilisation romaine. Les autorités tentent donc de préserver la parure et la dignité des cités en favorisant la restauration ou la transformation des bâtiments délabrés au cœur des villes.

« Ruins versus the city: The urban ideal confronted with destruction in the Roman world »

Our contemporary fascination with ruins was unknown to the Roman world. Instead of sparking historical or aesthetic interest, ruins were considered a threat to the cities of the Empire. For philosophers and moralists, cities were mortal, just like human beings. Extant epigraphic and legal documents demonstrate the fear that destroyed buildings would bring ugliness and disorder into the urban landscape. Ruins therefore challenged the ideal of a decorated and harmonious town, on which Roman civilisation was founded. The authorities thus tried to protect the ornamentation and dignity of cities by promoting the restoration or transformation of dilapidated buildings within the urban space. .

 

Eric Morvillez, « La conscience des ruines dans l’Antiquité tardive. Entre vécu et représentations »

L’Antiquité tardive a été confrontée à l’accumulation des ruines des édifices publics et privés, en raison des troubles politiques, économiques et religieux de la période, combinés aux accidents naturels. Il n’est pas facile de rendre compte de la perception qu’avaient les contemporains du phénomène. La réflexion portera sur trois approches différentes. La première s’attachera à la récupération d’édifices désaffectés pour les transformer en église et l’effet produit par ces « constructions mixtes » dans le paysage urbain. Le second cherchera à montrer le discours contradictoire entre préservation des édifices et récupération des matériaux, d’après les textes de lois aux IVe et Ve siècles. Enfin, on s’attachera à montrer comment s’opère la transformation d’anciennes habitations tombées en déshérence, avec deux dossiers : l’un à Ostie, dans le cas des Case a Giardino et l’autre à Mérida, avec les domus tardives réoccupées à l’époque wisigothique du quartier de la Morería.

« The awareness of ruins in Late Antiquity, between lived and depicted »

Late Antiquity was confronted with the accumulation of ruins of public and private buildings, due to the political, economic and religious troubles of the period, combined with natural disasters. It is not easy to account for the perception that contemporaries had of this phenomenon. We will consider three different approaches. The first will focus on the recovery of disused buildings to transform them into churches and the effect produced by these “mixed constructions” in the urban landscape. The second will seek to show the contradictory discourse between the preservation of buildings and the recovery of materials, according to the texts of law in the fourth and fifth centuries. Finally, we will show how the transformation of old houses that had fallen into dilapidation was carried out, with two case studies: one in Ostia, for the Case a Giardino, and the other in Merida, with the late domus reoccupied in the Visigoth era of the Morería district.

 

Stéphanie Wyler, « Des villes et des ruines dans les Satyrica, de Pétrone à Fellini »

Prenant le contre-pied de l’imaginaire des péplums, Fellini Satyricon (1969) propose une vision très personnelle que le réalisateur italien porte sur l’Antiquité, qu’il appréhende comme une ruine du passé. Le film met en image plusieurs dispositifs exprimant cette idée, à différentes échelles, dont celle de la ville. On s’intéresse à ces constructions et ces déconstructions, avec une attention particulière portée aux ruines antiques dont Fellini a pu s’inspirer : les vestiges découverts dans les années 1960, tout comme le roman source, le Satiricon de Pétrone, à la fois une œuvre en ruine et qui met en scène la vision d’une société urbaine en ruine.

« Cities and ruins in the Satyrica, from Petronius to Fellini »

Opposed to the imaginative world of the Epic, Fellini Satyricon (1969) displays the Italian director’s very personal conception of Ancient Rome, which he considered definitively to be a ruin of the past. This film reveals various kinds of settings expressing this idea, on different scales, including the urban scenery. This paper deals with these constructions and deconstructions, with a specific focus on the ruins that might have inspired Fellini: the remains brought to light in the 1960s, as well as the novel of Petronius, the Satiricon: it was the starting point of his work, but also a ruined work that sets out a view of a ruined urban society.

 

Guillaume Auvray, « Quelques observations sur les ruines du péplum. Entre Histoire, symbole et stéréotype cinématographique »

Connu pour être le genre de la démesure visuelle, le péplum n’a pour autant pas écarté les ruines de son imagerie : représentant le symbole des derniers vestiges des civilisations, les ruines exposent une certaine vision de l’Antiquité au cinéma. Du péplum mythologique au péplum historique et jusque dans les films post-apocalyptiques, les décors de ruines s’inscrivent dans diverses traditions artistiques et traitent aussi bien de problématiques historiques que de questions plus contemporaines. Par leur matérialité, leur place et leur fonction dans le récit, les ruines sont révélatrices de conditions de production et de réception variées, le motif demeurant toujours réinvesti par les enjeux propres à chaque réalisation. L’article s’appuie sur quelques exemples pris dans les différentes phases de l’histoire du péplum.

« The ruins of the ‘sword-and-sandal’ film, between history and a symbol of filmmaking »

Sword-and-sandal films are well known for their grandiose representation of the ancient world. In this setting, ruins are often used to symbolise the end of the ancient world. These ruin settings are used by filmmakers to deal with historical or contemporary topics. Result of different artistic traditions, those ruin settings, from mythological or historical epic to post-apocalyptic movie, are used by filmmakers to deal with historical or contemporary topics. By their materiality, their place and their function in the narrative, the ruins reveal varied conditions of production and reception, the motif remaining reinvested by the stakes specific to each production. The article is based on a few examples taken from the different phases of the history of the peplum.

 

Laurence Gillot, André Del, Olivier Bouet, « Ruines et humanités numériques. Reconstitution de l’histoire d’une ville-oasis. Le cas de Figuig (Maroc) »

Les relevés métriques, la photogrammétrie et les reconstitutions hypothétiques ont accompagné les travaux de recherche archéologiques dès leur début. Plus récemment, les photographies numériques, l’augmentation exponentielle des capacités de calcul et les méthodes de modélisation permises par le recours à l’archivage numérique ont ouvert la voie à de nouvelles formes d’usage et d’interprétation dans le champ de l’histoire urbaine. À partir des travaux menés dans l’oasis de Figuig au Maroc, l’article présente un cas où l’usage des outils numériques (SIG, photographies effectuées par un drone, photogrammétrie numérique) a enrichi la lecture des sources historiques, architecturales et archéologiques initiales, et permis de déployer une analyse multiscalaire, diachronique et patrimoniale, visant à rendre compte des dynamiques du peuplement et du développement de ce site urbain.

« Ruines, digital humanities and reconstitution of the history of an oasis city: The case of Figuig (Marocco) »

Metric surveys, photogrammetry and hypothetical reconstructions have accompanied the archaeological research since its very beginning. More recently, digital photographs, the exponential increase in computing capabilities, and modelling methods imposed by digital archiving have paved the way for new forms of use and interpretation in the field of urban history. Based on the work carried out in the oasis of Figuig, in Morocco, this paper presents a case where the use of digital tools (GIS, photographs made by drones and digital photogrammetry) has renewed the reading of historical, architectural and archaeological sources, and deployed a multi-scalar, diachronic and heritage-based analysis to account for the dynamics of the settlement and development of this urban site.

 

Albert Reixach Sala, « Social Mobility and Service to the Crown in Late Medieval Catalonia (c.1350-c.1420) : An Approach centred on the Area of Girona »

This essay deals with service to the Crown as a factor for purposive social advancement in late medieval Catalonia. Given the absence of a consolidated scholarly body of literature about the members of the households of the royal family and other bureaucratic areas of the royal administration, it offers a prosopographical approach based on urban centres of the area of Girona in the period between 1350 and 1420. Using this methodology, it analyses the common elements in relation to the social backgrounds, interactions with local administrations, careers and experiences of upward mobility of these groups of people.

« Mobilité sociale et service à la Couronne de Catalogne du Bas Moyen-Âge (v 1350-v 1420) »: une approche fondée sur la région de Gérone »

Cet article analyse le service dans l’entourage du roi et dans l’administration royale comme facteurs d’ascension sociale dans la Catalogne du bas Moyen Âge. Étant donnée l’absence d’une tradition historiographique solide sur les membres de la cour royale et d’autres instances bureaucratiques de la couronne, on offre une approche prosopographique fondée sur les centres urbains de la région de Gérone entre 1350 et 1420. Cette méthodologie permet d’étudier les éléments communs dans l’arrière-plan social, les interactions avec les administrations locales, les carrières, ainsi que les expériences d’ascension sociale de ces groupes.

 

Anne Varet-Vitu, Mathieu Marraud, Eric Mermet, « Spatialités sociales à Paris à la veille de la Révolution. Les apports d’un système d’information géographique »

La spatialisation des groupes sociaux est réputée difficile dans les villes d’Ancien Régime. Or, par la mise en place d’un SIG et la mobilisation de plusieurs méthodes et d’opérateurs spatiaux, 22 000 adresses parisiennes pour l’année 1789 ont pu être relevées dans les sources et spatialisées sur la ville à la veille de la Révolution. Le géocodage offre ainsi une vision globale de la localisation d’une grande fraction des habitants et en dévoile les répartitions à partir d’analyses socio-démographiques. Grâce à divers traitements et cartes thématiques, de nombreuses représentations des implantations sociales et des structures globales de la ville sont révélées, questionnant d’autant les cultures et pratiques de l’espace alors en usage. Tandis que chaque profession et activité sont détaillées par zones de densité, c’est aussi une exploration des proximités et des éloignements entre elles qui devient possible, nécessitant d’analyser le sens que ces relations spatiales pouvaient avoir sous la période.

« Social spatialities in Paris just before the Revolution, the Contributions of a Geographic Information System »

Spatialisation of social groups is considered difficult in cities of the Ancien Régime. However, through the implementation of a GIS and the mobilisation of several methods and spatial operators, 22,000 Parisian addresses for the year 1789 have been identified in sources and spatialised in the city. Geocoding thus offers an overview of the location of a large portion of the inhabitants and reveals their distribution based on socio-demographic analyses. Thanks to various kinds of processing and thematic maps, many representations of the city’s social settlements and overall structures are revealed, bringing into question the cultures and practices of space. While each profession and activity is detailed by density zones, it is also possible to explore the proximities and distances between them, requiring an analysis of the meaning that these spatial relationships could have.

 

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search