Histoire Urbaine n° 57 – « Sports sur la ville »

Le numéro 57 d’Histoire urbaine est arrivé !

(avril 2020)

 

DOSSIER : « SPORTS SUR LA VILLE »

Vous y trouverez aussi deux varia.

 

 

Au sommaire :

Dossier Sports sur la ville

Julien Sorez, « Le sport, l’histoire et la ville. La fin d’un espace scientifique segmenté ? »

Antoine Le Bas, « Ce que Paris doit au sport. Essai de topographie parisienne des équipements »

Matthew Taylor, Sylvain Ville, « Un marché pugilistique franco-anglais. Histoire transnationale de l’organisation des spectacles de box à Londres et à Paris (1880-1920) »

Michaël Delépine, Willie Lewis, « Des villes et leurs stades olympiques. Regards croisés sur Colombes (1924) et Los Angeles (1932) »

Nuno Domingos, « L’urbanisation coloniale et la citoyenneté sportive. Le processus de ‘sportivisation’ à Lourenço Marques, Mozambique »

Eric Passavant, Julien Sorez, « Le ballon de la discorde. Sociohistoire du football dans l’espace public urbain »

 

Etudes

Vincent Puech, « La demeure urbain aristocratique à Byzance (IVe-XVe siècles) »

Matthieu Magne, « Architecture thermale et patrimoine princier en Bohême. Le Herrenhaus de Teplitz à la fin du XVIIIe siècle »

 

S’ABONNER A LA REVUE

 


 

RÉSUMÉS

 

Antoine Le Bas, « Ce que Paris doit au sport. Essai de topographie parisienne des équipements »

À l’image de la place du sport dans la ville, la topographie des équipements parisiens reflète l’évolution de ses pratiques comme celle des mutations urbaines. Trois siècles d’histoire montrent qu’une certaine proximité favorise une pratique régulière, sauf si un sport requiert de l’espace ou des conditions techniques spécifiques. À la Belle Époque, des pratiques sociales contrastées engendrent une ségrégation spatiale dont l’Exposition universelle est le cadre. De la fin du xixe siècle à celle du siècle suivant, le sport suit les phases d’une cité en mutation, tantôt associé au monde des affaires, tantôt lié à l’essor de l’urbanisme hygiénique, tantôt repoussé aux marges d’une ville toujours plus dense. Il apparaît, enfin, réintégré au cœur de la cité par les restructurations des années 1970-2000. À la diversité actuelle des pratiques – passive ou active, individuelle ou collective – répond celle des lieux du sport partagée entre proximité et marginalisation, parallèlement à la distanciation qu’autorise la diffusion du spectacle sportif sur tous les écrans.

« What Paris owes to sports : A topographic essay about Parisian sports facilities« 

Reflecting the place of sports in the city, the topography of Parisian sports facilities tracks the changes in sports practices and in the city itself. Three centuries of history have shown that a certain degree of proximity encourages regular practice of a sport unless it requires space or special technical conditions. During the Belle Époque, contrasting social practices created spatial segregation for which the World’s Fair provided the framework. From the late 19th century to the late 20th century, sports followed the phases of a city undergoing mutations, sometimes connected with the business world, sometimes linked to the development of hygienic town planning, sometimes pushed to the outskirts of an ever-denser city. Lastly, it was reincorporated into the heart of the city during the restructuring of the 1970s-2000s. The current diversity of sporting practices – participatory or spectator sports, and individual or team sports – corresponds to sports venues that are either centrally located or on the outskirts, in parallel with the distances made possible by the broadcasting of sports matches on screens.

 

Matthew Taylor, Sylvain Ville, « Un marché pugilistique franco-anglais. Histoire transnationale de l’organisation des spectacles de boxe à Londres et à Paris (1880-1920) »

Entre 1900 et 1920, Londres et Paris sont les principales villes du circuit européen de boxe professionnelle. Engagées autour d’un spectacle de masse (la boxe attire de très nombreux spectateurs), ces deux capitales multiplient les relations et les échanges. Cet article s’efforce d’analyser comment ces villes, par-delà leur rivalité, forment une capitale bicéphale du marché européen des spectacles pugilistiques. Dans un premier temps, il montre que la boxe, bien que née en Angleterre, est immédiatement transnationale. Puis il étudie comment cette pratique anglaise, en s’implantant à Paris, fait l’objet d’appropriations variées et crée son propre mode d’organisation. Il apparaît alors que la concurrence n’est pas la seule modalité de relation entre ces capitales. Leurs rapports se structurent aussi autour d’échanges, d’emprunts, de collaborations et d’ententes diverses : progressivement, l’une ne peut être envisagée sans l’autre, et les deux représentent le cœur du marché européen.

« A French-English pugilistic market. A transnational history of boxing spectacles in London and Paris (1880-1920) »

Between 1900 and 1920, London and Paris were the main cities on the European professional boxing circuit. Engaged around a mass spectacle (boxing attracted many spectators), these two capitals multiplied relations and exchanges. This article attempts to analyse how these cities, beyond their rivalry, formed a bice-phalic’ capital for the European market for pugilistic shows. It shows firstly that boxing, while born in England, immediately became transnational. Then, the article studies how this English activity, by setting up in Paris, was subject to various appropriations and created its own mode of organisation. It then appeared that competition was not the only modality of relations between these capitals. Their relationships were also structured around exchanges, loans, collaborations and agreements: gradually, one could not be envisaged without the other, and the two represented the heart of the European market.

 

Michaël Delépine, Willie Lewis, « Des villes et leurs stades olypiques? Regards croisés sur Colombes (1924) et Los Angeles (1932) »

Stades olympiques situés dans les périphéries de Paris et Los Angeles, les enceintes réalisées pour les Jeux de 1924 et 1932 sont encore exploitées de nos jours et s’apprêtent à recevoir les futures épreuves de 2024 et 2028. Nées dans un temps de développement des villes, des pratiques et des spectacles sportifs, elles entretiennent depuis l’entre-deux-guerres un rapport complexe avec leurs espaces urbains. Parfois propriétés municipales, elles sont autant un point de repère pour la ville, une possibilité de valorisation d’un territoire qu’une source de bouleversements majeurs en raison de l’afflux de foules sportives à intervalles réguliers. Dans une logique de regards croisés, cet article se veut comme un coup de projecteur sur la relation entre la ville et un haut lieu du sport international.

« Cities and their Olypic stadiums: A comparative perspective of Colombes (1924) and Los Angeles (1932)

Olympic stadiums located on the outskirts of Paris and Los Angeles, built for the 1924 and 1932 Olympic Games, respectively, are still being operated today and will host events in the 2024 and 2028 Games. Creating during a period of urban development and expanding sports practices and spectacles, these stadiums have, since the Interwar period, had a complex relationship with their urban surroundings. Sometimes actually belonging to the municipality, they are simultaneously landmarks for their respective cities, a potential means for developing an area and a source of major disruptions due to the frequent flux of sporting event spectators. In a comparative perspective, this paper endeavours to shed light on the relationship between a city and a major international sports venue.

 

Nuno Domingos, « L’urbanisation coloniale et la citoyenneté sportive. Le processus de ‘sportivisation’ à Lourenço Marques, Mozambique »

En observant le cas du développement du sport moderne à Lourenço Marques, nom donné à la capitale du Mozambique sous l’empire colonial portugais, cet article cherche à mettre en lumière le lien qui existe entre l’acquisition des compétences sociales apportées par la consommation culturelle du sport en tant que spectacle moderne, ici le football, et le développement du processus d’intégration urbaine. Dans le cas de Lourenço Marques, cette relation a lieu dans un contexte particulier, celui d’une ségrégation sociale extrême à une époque où le sport est un moyen pratique et symbolique de renforcement de cette inégalité. Cependant, les changements dans le domaine sportif ainsi que l’encadrement politique et économique qui existait lors de la dernière phase de l’administration portugaise, ont montré à quel point le football a, en tant que langage socialement partagé, produit des formes particulières de citoyenneté en contexte urbain.

« Colonial town planning and sports citizenship: The process of sportisation in Lourenço Marques, Mozmabique »

As a case study of the development of modern sports in Lourenço Marques (the name given to the capital of Mozambique under the Portuguese colonial empire), this paper endeavours to cast light on the ties between the acquisition of social skills through cultural consumption of sports as a modern spectacle (in this case, football), and the development of the urban integration process. In the case of Lourenço Marques, this relationship occurred in specific circumstances of extreme social segregation at a time when sports was a practical and symbolic way of strengthening this inequality. However, changes in sports, along with the political and economic structure during the final phase of Portuguese administration, show how football, as a common social language, produced specific forms of citizenship in an urban setting.

 

Eric Passavant, Julien Sorez, « Le ballon de la discorde. Sociohistoire du football dans l’espace public urbain »

En s’appuyant principalement sur des archives produites par le mouvement sportif, les historiens du football ont négligé les pratiques autonomes qui se développent en dehors des clubs. Grâce au dépouillement d’archives de l’administration publique, cet article éclaire cette pratique dont l’analyse intéresse les usages légitimes de l’espace urbain et révèle des enjeux sociaux différents de ceux du sport établi : à côté d’un sport officiel dominé par les hommes, le football autonome est marqué par une présence beaucoup plus forte des femmes, qui interviennent avec autorité dans la socialisation sportive des jeunes gens.

« The football of discord: A social history of football in urban public spaces »

By relying mainly on archives produced by the sports movement, football historians have neglected autonomous practices that develop outside of clubs. Thanks to the analysis of archives from the public administration, this article sheds light on practices whose analysis relates to the legitimate uses of urban space and reveals social issues different from those of established sport: alongside an official sport dominated by men, autonomous football is marked by a much higher proportional presence of women, who play a role of authority in the sports socialisation of young people.

 

Vincent Puech, « La demeure urbaine artistocratique à Byzance (IVe-XVe siècles) »

Les synthèses récentes sur la maison urbaine byzantine sont rares : elles nécessitent en effet de recourir à des sources très variées sur la longue durée. Cet article esquisse une telle étude de la maison aristocratique, à partir de quelques exemples significatifs : ils révèlent qu’au fur et à mesure que l’on descend la chronologie, on monte dans la hiérarchie sociale des élites, ce qui témoigne d’un accès de plus en plus restreint à la demeure de luxe. Du point de vue des caractères formels de la demeure, on note néanmoins des permanences. Le terme de triclinos s’est maintenu pour désigner les salles de réception, vouées à l’ostentation du maître de maison, comme le montre la conservation d’absides. De même se maintiennent cour centrale et portiques, au même titre que jardins et raffinements aquatiques. Enfin, mosaïques et statues conservent des décors inspirés par l’Antiquité païenne, nullement contradictoires avec le développement des chapelles chrétiennes.

« The urban artistocratic residence in Byzantium (4th to 15th Centuries) »

Recent syntheses about urban Byzantine houses are rare, as they must use very diverse sources documenting a long period. This paper outlines such a study of the aristocratic house, based on a few significant examples: they show that the more we progress in the chronology, the more we ascend the social hierarchy of elites, a fact which reveals a more restricted access to the luxury house. Concerning a house’s formal characters, however, we note continuities. The term triclinos refers to reception halls designed for the ostentation of the house’s master, as shown showed by the continued use of apses. Such a continuity also concerns the central courtyards and porticoes, as gardens and aquatic refinements. Finally, mosaics and statues maintain decoration inspired by pagan Antiquity, not at all contradicted by the development of Christian chapels.

 

Matthieu Magne, « Architecture thermale et patrimoine princier en Bohême. Le Herrenhaus de Teplitz à la fin du XVIIIe siècle »

Teplitz était une ville thermale renommée à la frontière de la Bohême et de la Saxe à la fin du xviiie siècle. C’était aussi la seigneurie des Clary-Aldringen, une famille élevée au rang princier en 1767. Cette étude a pour objet de mettre en lumière les enjeux de l’action aristocratique durant le renouveau des cités médicales et hôtelières d’Europe centrale. Jean de Clary (1753-1826) aménagea sa « maison de bain » afin d’offrir un logement de qualité aux baigneurs nobles marqués par les bouleversements révolutionnaires. Les archives seigneuriales et familiales permettent d’interroger l’ambivalence néo-classique entre le caractère de magnificence du patrimoine princier et le développement des standards européens de l’architecture des villes de villégiature. La conception du Herrenhaus, puis ses usages sociaux et médicaux éclairent la recomposition de l’économie politique de la ville entre 1792 et l’apogée des thermes romantiques au xixe siècle.

« Thermal architecture and princely heritage in Bohemia: The Herrenhaus in Teplitz at the end of the 18th Century »

Teplitz was a well-known spa town at the border between North Bohemia and Saxony. It was also part of the seigniorial estates of the Clary-Aldringen, a noble family that had been promoted to Princely House in 1767. This study aims at highlighting the issues of princely action during the growth of medical and touristic spa towns in Central Europe. Johann von Clary (1753-1826) built a spa and hotel establishment in the 1790s: the Herrenhaus. He was then able to offer princely accommodation to the nobility often marked by the upheavals of the revolutionary decade. The seigniorial and family archives allow us to examine the neo-classical ambivalence between the magnificence of the princely heritage and the development of European standards of thermal architecture. The design of the Herrenhaus and its social and medical uses shed light on urban renewal between 1793 and the heyday of romantic baths in the 19th century.

 

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search