Séminaire ANR Experts – mardi 6 avril 2021 – 16h-19h – Le voisinage

Le mardi 6 avril 2021 se tiendra par zoom une séance de séminaire de l’ANR Experts sur le thème du « voisinage »

 

PROGRAMME

16h-17h30 : Ulrike Krampl

professeure d’histoire moderne à l’université de Tours (CeTHiS). https://cethis.hypotheses.org/chercheurs/membres-titulaires/ulrike-krampl .

« Voisinages et cohabitations urbains au XVIIIe siècle »

Alliant promiscuité spatiale, croissance démographique et mobilité qui s’intensifie, la ville du XVIIIe siècle continue de s’agencer autour d’espaces de proximité aux périmètres, usages et temporalités hétérogènes. Entre la paroisse, le quartier de police, celui assigné aux milices bourgeoises, le voisinage y joue un rôle stratégique. Au-delà de la simple coprésence d’individus dans un même espace (logement/immeuble/ensemble de rues), le voisinage apparaît comme une instance sociale et de jugement capable de porter des mobilisations collectives. De nature informelle, mouvant dans sa composition et son périmètre, le voisinage peut ainsi être appréhendé comme une catégorie d’action à la fois habituelle et (ré)instituée à l’occasion d’événements sociaux singuliers.

 

17h30 – 19h : Thibault Bechini

ancien élève de l’ENS de Lyon et agrégé d’histoire, est docteur en histoire contemporaine de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est actuellement ATER à l’Université Paul Valéry Montpellier 3 et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Sa thèse, intitulée « Des villes migrantes : Marseille, Buenos Aires. Construire et habiter les périphéries urbaines au temps des migrations italiennes (1860-1914) » portait sur la contribution des migrants italiens à l’urbanisation de deux grands ports d’immigration et se fondait principalement sur les archives de la justice civile.

« Les pratiques de construction au prisme de l’expertise judiciaire : les cas de Marseille et de Buenos Aires dans la seconde moitié du XIXe siècle »

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Marseille et Buenos Aires connaissent une expansion urbaine sans précédent, liée à l’afflux migratoire dont ces deux ports sont le réceptacle. Le lotissement des quartiers périphériques de la cité phocéenne et de la capitale argentine, conséquence du morcellement d’anciens domaines ruraux, met en évidence la contribution des migrants italiens aux transformations urbaines entre les années 1860 et la Première Guerre mondiale. Les mutations qui affectent alors les secteurs marseillais et porteño de la construction peuvent être saisies au travers des litiges portés à la connaissance des tribunaux civils, compétents pour régler un grand nombre de questions qui ont trait à la propriété immobilière. Le plus souvent, les magistrats rendent leur décision sur la base d’une expertise judiciaire.

L’expertise judiciaire est une procédure récurrente en matière de construction. L’intérêt porté par les experts à la matérialité du bâti permet d’observer, sur la moyenne durée, les basculements techniques qui affectent la construction. Les indications données dans les rapports sur la composition des mortiers et la qualité des enduits révèlent des mises en œuvre différenciées des matériaux de construction entre le début et la fin de la période considérée, au fur et à mesure que le ciment Portland tend à être substitué aux liants précédemment utilisés, à base de poudre de brique, de chaux ou de plâtre. Ces documents signalent également la plus ou moins grande acceptabilité sociale des pratiques constructives en fonction de leur situation dans le temps et dans l’espace ; à ce titre, la perspective comparative permet de saisir le caractère contingent des appréciations portées dans les rapports d’expert.

Les observations des experts mettent en lumière le soubassement économique des pratiques constructives et les écarts par rapport aux normes produites par les municipalités, qui aspirent à être des instances de régulation de la construction. Si les usages locaux peuvent fournir aux experts un point de comparaison pour fixer la valeur des travaux exécutés par un entrepreneur, c’est néanmoins sur les accords particuliers passés entre propriétaire et professionnel de la construction que l’expertise se fonde prioritairement. De fait, l’expertise souligne que tout chantier fonctionne comme une unité autonome dont la valeur, intrinsèquement liée à une configuration technico-économique toujours singulière et souvent négociée, peut être appréciée à l’aune des solutions réitératives mises en œuvre dans le voisinage – solutions qui n’ont rien d’immuable et qui sont elles-mêmes soumises aux mutations qui affectent le secteur local de la construction à court et moyen terme.

 

Le séminaire se déroulera via zoom à partir du lien suivant : https://umontreal.zoom.us/j/91196108048?pwd=cWRORlRCVE5GYlNpUHBvMVdlSjcxUT09

Pour les personnes, en dehors de ceux appartenant à l’équipe du projet,  désirant se connecter au séminaire en raison de leur intérêt pour le sujet traité, il serait nécessaire de vous annoncer par un mail préalable à rcarvais@noos.fr .

 

 

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search