Compte-rendu: Soulas Nicolas, Révolutionner les cultures politiques : l’exemple de la vallée du Rhône, 1750-1820 (2020)

Soulas Nicolas, Révolutionner les cultures politiques : l’exemple de la vallée du Rhône, 1750-1820, Avignon, Éditions Universitaires d’Avignon, 2020, 552 p.

Compte-rendu réalisé par Antoine Ropion.

Depuis la fin des années 1970, le champ des études de la Révolution française connaît une multiplication des investigations conduites « par le bas » : au prisme du local et du quotidien, la lumière s’est peu à peu faite sur l’hétérogénéité d’un processus trop longtemps réduit au surgissement de l’uniforme. L’exhumation de récits singuliers a ouvert la voie à une meilleure compréhension des modes de politisation pluriels des individus. L’étude des répertoires d’action et de contestation des communautés rurales et urbaines a en outre démontré la nécessité de décloisonner la temporalité révolutionnaire afin de pleinement saisir les subtilités des dynamiques de rupture qui l’habitent. Du national au local et de l’événement au temps long : c’est avec la volonté d’affirmer le haut potentiel de ces jeux d’échelles que Nicolas Soulas avait, en 2017, mené à bien sa thèse de doctorat : Pouvoir, conflits et recompositions sociopolitiques, L’exemple du couloir rhodanien, 1750-1820. Le présent ouvrage propose la publication presque exhaustive de ce travail pionnier.

Pour saisir comment le flux puis le reflux révolutionnaires ont amendé la culture politique des méridionaux (comprise comme l’ensemble des « pratiques collectives ou individuelles ancrées dans des systèmes de représentations et de valeurs politiques, perçues et conçues comme telles par leurs acteurs », p. 22), Nicolas Soulas adopte une méthode simple mais ambitieuse : mesurer les évolutions du recrutement, de l’action et de la remise en cause des édiles locaux grâce à l’analyse prosopographique du personnel politique de 27 communautés urbaines et rurales réparties sur 260 km le long du Rhône (soit près de 5 000 individus, de Vienne au nord à Arles au sud). Puis, à partir de l’examen de la composition socio-politique des municipalités, des comités de surveillance et des justices de paix – examen complété par l’étude des registres de délibérations municipales et départementales (près de 800 au total) – explorer la variété des mutations fermentées dans les arènes locales sous les effets de l’élargissement de la sphère publique ou de la recomposition des réseaux antagonistes au rythme des insurrections et des épurations. On ne s’étonnera pas du caractère composite du territoire couvert par l’historien : Nicolas Soulas a fait le choix de se constituer un terrain d’enquête incitant à la confrontation de situations très diverses. Entre la grande cité d’Avignon et le village de Tain-l’Hermitage, entre les communes à échevinage et celles bénéficiant du système consulaire, entre le Dauphiné et le Comtat indépendant, le Rhône est à envisager comme un simple fil rouge et non comme un facteur de cohésion.

Les résultats de cette vaste enquête sont restitués en deux temps qui, pour résumer, en présentent successivement les volets « quantitatif » et « qualitatif ». La première partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse de la démographie édilitaire. Elle se divise en cinq chapitres traitant chacun d’une période (Ancien Régime ; début de la Révolution ; Terreur et Thermidor ; Directoire ; Empire et Restauration), précédés d’un prologue consacré à la crise fédéraliste de 1793. La catégorisation des édiles y repose sur l’examen de trois critères principaux : l’ancienneté de la fréquentation de la maison commune, l’appartenance à une famille édilitaire et la profession ou la qualité sociale. L’auteur confirme par ce moyen de précédentes études concernant la dynamique de la Révolution municipale : à une phase d’ouverture des mairies aux artisans et boutiquiers sous la Convention et le second Directoire, succède une phase de fermeture sous l’effet du syncrétisme des élites promu par l’Empire et la Restauration ; fermeture qui surpasse par sa rigueur celle que la réforme Laverdy avait favorisé sous l’Ancien Régime. À ces trois critères, Nicolas Soulas en ajoute cependant un quatrième : l’appartenance à tel « parti » ou telle « faction » qui devient rapidement le véritable pivot de l’analyse. Attaché à déconstruire « l’image d’un midi turbulent et violent » (p. 150) qui se forge dès 1791, Nicolas Soulas propose une reconstitution des recompositions que connaissent les querelles intestines des villes et villages et établit une généalogie des troubles qui, au gré des diverses crises nationales, entraînent la constitution de nouvelles frontières politiques. Il démontre ainsi le caractère décisif qu’eut la guerre civile comtadine dans la polarisation du débat autour de la constitution civile du clergé, et donc dans l’émergence conjointe de patriotes « exclusifs » et de partis de réaction dans les villes de la basse Vallée du Rhône, alors que la partie septentrionale ignore dans une certaine mesure les violences. En fondant chaque ressentiment dans un ressentiment préexistant à l’échelle locale, l’ouvrage révèle les racines profondes de crises trop souvent interprétées comme l’expression d’une émulation ou d’un rejet des événements parisiens.

La seconde partie de l’ouvrage, quant à elle, entreprend de décrypter l’évolution des formes de conflictualités en étudiant tant les pratiques que les causes, la constitution des partis aussi bien que leur éclatement. Divisé en quatre chapitres traitant respectivement des tumultes électoraux, des conflits de légitimité, du recyclage des anciens motifs de mobilisation et des mutations des formes de violence, ce second temps de la réflexion est placé sans équivoque sous le signe de l’affrontement. Conduite selon une méthode inspirée de la micro-histoire, la partie est explicitement bâtie à l’imitation des travaux de Jean Nicolas dont elle partage les concepts, la narration, et hélas certains défauts. Nous ne ferons pas ici le résumé de toutes les formes de continuité en matière de conflit dénichées par l’auteur, ni de la kyrielle de récits fouillés qu’il fait de la situation de chacune (ou presque) des villes-test du panel. Soulignons simplement que si les passes d’armes peuvent être révélatrices du contenu d’une culture politique, celle-ci ne saurait être réduite à ce que les moments d’épreuve laissent entrevoir. On pourra ainsi regretter l’absence d’analyse des discours prononcés et de la terminologie adoptée par les acteurs politiques municipaux : la question de la justification est pourtant centrale dans la dynamique de nationalisation des conflits locaux sur laquelle Nicolas Soulas fonde sa thèse, sans vraiment la critiquer.

On pourrait aussi questionner l’organisation générale du livre, qui a le défaut de cloisonner les deux pans de l’enquête : le premier ne profite pas de la profondeur du second, et le second des moyens pour la synthèse offert par le premier. Les typologies dressées par l’auteur ne recoupent jamais l’ensemble les données récoltées et l’ouvrage manque peut-être d’une conclusion offrant au lecteur un tableau général assemblant toutes les échelles d’analyse déployées. Mais on ne saurait reprocher à une œuvre d’être trop foisonnante. En faisant le choix de l’open access et en rendant accessible 119 tableaux, graphiques et cartes (en sus de ceux qui jalonnent le texte), Nicolas Soulas livre au public une thèse qui, par sa richesse, ne saurait être ignorée des spécialistes de l’espace rhodanien.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search