Compte-rendu: Nicole Dyonet, Nicolas Delamare théoricien de la police, Paris, Classiques Garnier, coll. Histoire du droit, 2017

Nicole Dyonet, Nicolas Delamare théoricien de la police, Paris, Classiques Garnier, coll. Histoire du droit, 2017

Compte-rendu réalisé par Laurence Croq

Nicole Dyonet a fréquenté pendant de nombreuses années le commissaire au Châtelet parisien Nicolas Delamare (1639-1723), et son œuvre, le Traité de la police, avant de publier le résultat de ses recherches dans cet ouvrage qui comprend près de 500 pages. Ce livre est une importante contribution à une historiographie de la police en plein renouveau. Il comprend trois parties, la première présentant naturellement l’homme, sa vie privée et son œuvre, les deux autres interrogeant les modalités intellectuelles et pratiques de la fabrique du livre. La lecture en est facilitée par de multiples intertitres.

Nicolas Delamare est issu de la bourgeoisie de la banlieue parisienne. Il semble avoir un parcours atypique dans le monde des officiers moyens du tribunal royal du Châtelet, acquérant un office de procureur en 1668 avant de devenir commissaire cinq ans plus tard. Sa vie professionnelle est marquée à la fois par l’enracinement et la mobilité, une activité de policier généraliste et spécialisé. Pendant plus de 50 ans, il est le commissaire du quartier de la Cité. Il ajoute à cette compétence territoriale des responsabilités ratio materiae: la librairie, les protestants (mais il semble hasardeux de le considérer comme le seul commissaire chargé de recevoir les abjurations – cf le livre Alain Thillay sur Le faubourg Saint-Antoine). Enfin, le pouvoir royal lui confie des missions qui l’éloignent parfois de la capitale. Très tôt, dans les années 1680, Delamare ajoute à ces tâches de commande le projet de rédiger un Traité de police : « L’impulsion ne doit rien à une volonté officielle exprimée par la ville ou par le lieutenant général, ou même par le roi. » L’investissement personnel du commissaire, à la fois en temps et en moyens financiers, a été fondamental, même s’il a été soutenu dans son projet, en ayant par exemple accès à la Bibliothèque royale. Il est visible dans le fonds des archives de Delamare (dont Nicole Dyonet a patiemment reconstitué l’histoire). Le projet de Delamare aboutit à la publication en plusieurs tomes du Traité de police (1e tome en 1705, le dernier, rédigé par Leclerc du Brillet, en 1738). La réception de l’œuvre jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, dans les écrits privés (correspondances par exemple), mais aussi dans la presse (le Journal des Savants, les Mémoires de Trévoux) est bien documentée.

Nicole Dyonet poursuit son travail en démontant les mécanismes intellectuels à l’œuvre dans l’écriture du Traité. Elle cherche d’abord à reconstituer « l’ordre des lois », car le Traité s’intéresse moins aux pratiques de la police qu’à son essence. Delamare fait remonter l’histoire de la police à la Bible, aux Égyptiens, aux Grecs et aux Romains et met en perspective les textes de lois et les règlements, tout en effaçant la distinction entre les deux : tout devient loi, ce qui revient à rehausser la place des ordonnances de police dans la hiérarchie des normes. Les lois de la police doivent veiller au « bonheur de l’homme » qui « dépend de trois sortes de biens, les biens de l’âme, les biens du corps et ceux que l’on appelle de la fortune ». L’horizon n’est pas encore celui d’une police dont les missions sont pensées sur un mode laïcisé : la religion, qui est l’objet du premier chapitre, est le « premier et principal objet de la police », autrement dit les policiers sont des acteurs majeurs de l’encadrement des populations, avec les juges et les ecclésiastiques. Mais la dimension contraignante de l’action policière s’efface devant son ambition de « conduire l’homme à la plus parfaite félicité dont il puisse jouir en cette vie ». Le but ultime est « le bonheur des peuples », étroitement associé au « bien » et au « repos » de l’État. Delamare appuie aussi ses développements sur les devoirs de la police sur de forts juristes, tels Domat et de Pufendorf. Toutes ces considérations visent à imposer idéologiquement la police non plus comme un savoir pratique mais comme une science.

Nicole Dyonet achève son ouvrage avec une troisième partie qui comprend en fait deux études différentes. La première quitte l’échelle théorique pour évaluer l’inscription de l’œuvre de Delamare dans le territoire et les institutions de la capitale. Mme Dyonet s’intéresse désormais aux éléments du Traité qui concernent la police du Châtelet. L’idée qui prédomine est celle d’une action féconde de la police et du souverain pour façonner et embellir la capitale, ce qui justifie la production de plusieurs plans de Paris. L’auteur aurait pu davantage souligner que le Traité est pensé comme un livre-manifeste de la police du Châtelet qui, sous la houlette de la lieutenance générale de police créée en 1667, s’efforce de justifier et d’étendre son champ de compétence au détriment des institutions concurrentes : le parlement de Paris et la prévôté des marchands en particulier.

Dans un second chapitre (« La police par l’image »), Nicole Dyonet complète cette étude des mots par celle tout à fait novatrice des images, à peu près ignorées des historiens. L’iconographie du Traité de police est en effet très riche, réalisée par des graveurs proches de l’Académie des Inscriptions. Delamare a mobilisé ces derniers pour imaginer une incarnation de la police qui puisse soutenir la comparaison avec la figure classique de la justice. Le registre est à la fois historique et allégorique : le roi, en buste, dicte ainsi ses lois à une jeune femme assise à ses pieds « qui est l’incarnation de la police » (fig. 10). Ces représentations ont une forte dimension performative et donc de propagande, il s’agit de faire croire que la police et la justice sont des missions royales d’égale dignité.

Reste in fine une double interrogation sur le financement de l’ouvrage et la fortune de Delamare. L’auteur se veut autonome et a beau jeu de souligner son attitude désintéressée (« le soin du public m’apparut une obligation infiniment plus étroite de mon état que les affaires particulières et lucratives » (p. 207), opposant implicitement son sens du devoir d’état à l’éthique (ou au manque d’éthique) de ces collègues, selon un modèle qui perdurera au XVIIIe siècle (voir les travaux de Vincent Milliot et Justine Berlière). Nicole Dyonet prend au sérieux cette affirmation, soulignant par exemple que le commissaire « n’a pas encore reçu d’aide officielle pour son ouvrage en 1705, a financé lui-même ceux qu’il a employés à la confection des plans comme il le faisait alors, depuis près de vingt ans, pour ses copistes » (p. 296-297). L’autofinancement du projet est d’autant plus étonnant que Delamare a fait carrière dans la police dans une conjoncture difficile : c’est la période où les commissaires ne postulent plus à l’échevinage, où la valeur de leurs offices baisse à cause de la diminution de leurs tâches, comme le montrent les travaux de Steve Kaplan et Robert Descimon, qui, étonnamment, ne sont pas cités. Et pourtant Delamare ne semble pas s’être appauvri au service du roi, comme c’est le cas de tant d’autres serviteurs : parti avec un capital inférieur à 10 000 livres, il détient en 1714 un patrimoine mobilier et immobilier de plus de 70 000 livres, malgré les dépenses engagées pour la réalisation du Dictionnaire mais sans doute aussi grâce à la pension versée par le roi dès 1684, 1 000 lt, augmentée à 2 000 lt l’année suivante.

La non-résolution de cette question ne retire rien à l’intérêt majeur de l’ouvrage pour l’histoire de la police au temps de Louis XIV.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search