Compte-rendu: Panos Mantziaras et Paola Vigano (dir.), Distances et formes de résilience. Racines modernes de la ville contemporaine, Genève, MetisPresses, 2019

Panos Mantziaras et Paola Vigano (dir.), Distances et formes de résilience. Racines modernes de la ville contemporaine, Genève, MetisPresses, 2019, 294 p.

 

Compte-rendu réalisé par Stéphane Frioux

 

Cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire, mais plutôt écrit par et pour des architectes ou historiens de l’architecture, est issu d’un colloque tenu à l’occasion des 90 ans de la déclaration de la Sarraz (1928) reproduite en annexe à la suite des 14 contributions de l’ouvrage. Les directeurs n’en sont pas à leur première collaboration1. L’objectif était de réinterroger l’urbanisme de projection vers le futur, en explorant, avec un regard rétrospectif, les connexions entre la « Ville moderne » et la « Ville contemporaine »2. L’ouvrage est bilingue français/anglais, et regroupe des chapitres qui peuvent se lire indépendamment les uns des autres. Disons-le d’emblée, on regrettera un certain hermétisme, lequel ne semble pas être explicable uniquement par les défis linguistiques d’un colloque international. Quelques contributions ne sont pas aisées à comprendre pour un lecteur pourtant qualifié en histoire urbaine mais peu familier de certaines approches en architecture, ou des écrits de Bernardo Secchi et de ses théories sur la Modern City et la Contemporary City.

Après l’introduction des deux directeurs d’ouvrage, Eric Mumford revient sur l’histoire du congrès fondateur de La Sarraz (qui réunit 24 architectes de huit pays) et sur les principaux points de la déclaration en les mettant en contexte. Matthew Skjonsberg, dans un chapitre qui mêle les époques de Frederick Law Olmsted aux années 2010, en passant par Frank Lloyd Wright et Patrick Geddes, écrit sur les façons de concevoir l’articulation entre rural et urbain et l’intérêt « des systèmes de parcs ». Quatre autres contributions plutôt théoriques, d’Andrei Feraru, Maarten Gheysen, Eric Alonso et Marcel Smets, s’interrogent sur l’urbanisme contemporain (Gheysen critiquant le modèle de la ville compacte, célébré pour certaines vertus – lutter contre l’artificialisation des sols – mais coupable d’exclusions et d’inégalités dans ses infrastructures de mobilité).

La deuxième partie du volume est consacrée à des études de cas, dans lesquelles le substrat empirique varie selon les auteurs qui l’utilisent plus ou moins abondamment. Regrettons que le format réduit de l’ouvrage ne permette pas d’exploiter suffisamment le matériau iconographique diversifié fourni par les contributeurs. Le lecteur français notera une étude sur Meriadeck et Les Aubiers, deux « quartiers modernistes » du Bordeaux d’Après-Guerre. On apprendra également de la contribution sur la ville nouvelle de Milton Keynes : dernière réalisation du programme britannique des New Towns, on peut l’interpréter selon Malaury Forget comme une hybridation des modèles urbain de la ville moderne et de la Garden city, ce qui en fait une exception au sein de ces villes nouvelles. Deux chapitres prennent la Belgique pour terrain, respectivement sur la Bruxelles moderne et sur l’essai de Victor Bourgeois et André de Cooman, Charleroi, terre d’urbanisme, publié en 1946 et analysé au prisme des théories d’André Gorz. De l’époque du mouvement moderne et de ses terrains d’application dans l’Après-Guerre, on arrive en fin d’ouvrage sur les conséquences actuelles, avec la question de la rénovation des cités de la Bulgarie post-communiste (Florian Faurisson), l’héritage de Chandigarh, compromis entre la tradition des CIAM et celle des cités-jardins et l’urbanisation rapide de la Chine contemporaine, occasion manquée de redéfinition des théories de l’urbanisme : la plus spectaculaire croissance urbaine de l’ère récente n’a pas engendré de révolution dans la façon de concevoir la ville. Certes, la question de la liberté de pensée et d’action des architectes et urbanistes est posée pour expliquer le manque de critique envers le planning for growth de l’État et des secteurs économiques, mais l’auteur souligne qu’on peut repérer, à une échelle plus réduite que les grands quartiers d’immeubles construits à partir des années 1990, une certaine tendance à l’expérimentation, influencée par les réseaux transnationaux et remarquée dans le milieu des spécialistes comme à la Biennale d’architecture de Venise.

Après avoir fureté dans les contributions et réfléchi à travers elle, le lecteur pourra en retenir, au-delà de la grande effervescence des années d’Avant-Guerre que l’ouvrage a remis en lumière, la complexité de la fabrique urbaine, entre théories, contraintes politiques, économiques ou environnementales et circulation transnationale des hommes et des idées. La ville contemporaine n’a pas fini de nous livrer ses secrets…

1 Panos Mantziaras, Paola Vigano (dir.), Le sol des villes, Genève, MétisPresses, 2016.

2 On notera ces deux références citées en bibliographie de l’ouvrage : Bernardo Secchi, La ville du vingtième siècle, Paris, Editions Recherches, 2009 et Première leçon d’urbanisme, Marseille, Parenthèses, 2011.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search