Compte-rendu/lectures croisées: Pratiques manifestantes, mouvements sociaux et maintien de l’ordre en ville (par Sylvain Pattieu)

Pratiques manifestantes, mouvements sociaux et maintien de l’ordre en ville

Compte-rendu réalisé par Sylvain Pattieu

Ouvrages recensés :

Olivier Fillieule, Fabien Jobard, Politiques du désordre, La Police des manifestations en France, Paris, Seuil, 2020

Laurent Jeanpierre, In Girum, Les leçons politiques des ronds-points, Paris, La Découverte, 2019

Danielle Tartakowsky, On est là ! La manif en crise, Bordeaux, éditions du Détour, 2020

Principalement entre novembre 2018 et mars 2019, les manifestations des Gilets jaunes ont dessiné en France une nouvelle géographie manifestante. Á Paris, le traditionnel Bastille-Nation a été supplanté par des manifestations parfois violentes en des lieux habituellement préservés, dans les quartiers ouest de la capitale. Dans les villes petites et moyennes, l’occupation des ronds-points déplaçait le regard du centre vers les périphéries. Du point de vue du maintien de l’ordre, le mouvement a nécessité à la fois des dispositifs pour faire face aux manifestations du samedi et la fixation d’autres unités de police ou, plus souvent, de gendarmerie pour tenir compte de l’occupation des ronds-points, du point de vue de la surveillance, de la circulation puis des évacuations. Ce mouvement a cristallisé des évolutions du maintien de l’ordre, en germe depuis des années, allant vers des rapports de force plus brutaux entre manifestants et forces de police. Un tel changement de perspective est à l’origine des trois livres d’Olivier Fillieule et Fabien Jobard, de Laurent Jeanpierre et de Danielle Tartakowsky. Les deux premiers livres ont été écrits par des sociologues et des politistes, le troisième par une historienne, mais ils partent tous trois de cette question de l’irruption de l’inédit dans les pratiques manifestantes, de la sidération et des interrogations des chercheurs face à de nouvelles formes de mouvements sociaux et de nouvelles manières d’y répondre par les gouvernements. En filigrane, on peut lire, si on aborde ces trois livres à partir du point de vue de l’histoire urbaine, la façon dont les mutations récentes ou plus anciennes des pratiques manifestantes et des mouvements sociaux modifient le rapport au maintien de l’ordre en ville.

L’ouvrage de Laurent Jeanpierre est celui qui se focalise le plus sur l’événement Gilets jaunes. Il constitue un essai écrit quasiment à vif, publié la même année que le mouvement, dans la foulée pourrait-on dire puisqu’il s’agit bien de déplacements. Il revendique d’ailleurs une certaine « modestie scientifique » et reconnaît avoir été davantage « ébranlé » qu’en position « d’éclairer ». Le politiste réfléchit sur la relocalisation de la politique induite par le choix de l’occupation des ronds-points. Elle témoigne de la prégnance de cette forme d’aménagement urbain en France, puisqu’ils sont huit fois plus nombreux qu’en Allemagne et treize fois plus qu’aux États-Unis. Après les boulevards, les places, le rond-point devient ainsi le symbole d’un mouvement de protestation qui prend sa place dans une France des villes petites et moyennes plus que dans la capitale ou sa banlieue, historiquement pourtant lieux majeurs de la contestation sociale. L’occupation participe d’un nouveau répertoire d’action dans lequel l’occupation et la « zone à défendre » renforcent la dimension de sociabilité et la dimension très locale du mouvement social. Les cabanes présentes sur les ronds-points participent de la mise en valeur d’un nouvel espace politique tout autant que de rencontres multiples. Il décrit comment, dans une petite ville de la Meuse, « dans un univers où l’interconnaissance entre les habitants de la bourgade est ancienne, et forte, malgré les divergences de trajets de vie et les différences de plus en plus marquées de statuts, le mouvement est ainsi parvenu à reconstruire un ‘‘nous’’ populaire qui s’était effacé, en grande partie à cause de la désindustrialisation de la ville dans les années 1980 et 1990 » (Jeanpierre, p. 101). Le mouvement recrée alors une cohésion dans un environnement urbain où le tissu des organisations politiques locales était distendu. Il a également remis au centre du débat politique l’échelon municipal et la personne du maire. Dans ses débuts, les maires de petites communes avaient ainsi alerté les pouvoirs publics sur le mécontentement lié à la hausse du prix du fuel. Plusieurs d’entre eux portent un regard bienveillant sur les occupations des ronds-points et s’abstiennent de demander le recours à la force pour les évacuer. Mais c’est surtout lors du grand débat organisé par le président de la République que les maires sont mis en avant, médiateurs supposés entre la population et les dirigeants politiques nationaux. Enfin, le mouvement des Gilets jaunes a entraîné, de façon certes minoritaire, une réflexion sur les utopies communales lors d’événements comme les assemblées de Commercy en janvier 2019.

Les deux autres ouvrages intègrent le mouvement des Gilets jaunes comme un élément d’une réflexion plus globale, notamment d’un point de vue chronologique. Tous deux retracent le consensus manifestant qui s’est mis en place dans l’Après-68 et repose sur une pacification relative des manifestations, basée sur la négociation permanente avec les organisateurs, et sur une application souple de la loi qui tolère des illégalismes (notamment des manifestations non déclarées ou des parcours qui débordent), dans certaines limites. Le recours à la rue devient croissant dans les années 1980 au point d’aboutir à une certaine routinisation de l’action manifestante, ainsi qu’à une concentration dans certaines villes chefs-lieux des départements. Cet imaginaire de la « rue », largement mythifiée sur le modèle de la levée en masse, concerne principalement la gauche, mais aussi la droite, comme le rappelle Danielle Tartakowsky, depuis le 30 mai 1968 jusqu’à la « Manif pour tous » de 2013 en passant par les mobilisations de 1984 en soutien à l’école privée et les manifestations anti-pacs de 1999.

Cet édifice est remis en cause à partir des années 2000 par la conjugaison de plusieurs facteurs. Le premier est celui des émeutes urbaines, dont le paroxysme se situe en 2005 après la mort des deux adolescents Zyed et Bouna. La violence urbaine devient le nouvel étalon de l’action publique, avec une modification du paradigme du maintien de l’ordre tout comme de l’équipement des forces de l’ordre. Les unités dédiées historiquement à la gestion des foules, jugées insuffisamment mobiles, sont de plus en plus secondées par des forces mobiles plus habituées à la gestion de la délinquance. L’expérience fondatrice devient ainsi, pour les forces de police, davantage l’émeute urbaine en banlieue que la manifestation syndicale, comme c’était le cas pendant les années 1970 et 1980. Les compagnies spécialistes du maintien de l’ordre, compagnies républicaines de sécurité et gendarmes mobiles, soumis à une « atrophie progressive » du fait des réductions budgétaires, sont affectées à des « tâches statiques de protection », tandis que « le maintien de l’ordre dynamique, mobile », est confié à des unités de police urbaine qui n’ont pas de formation en ce domaine (Fillieule et Jobard, p. 229). Deuxième évolution, le changement d’échelle lié au mouvement altermondialiste, avec des « manifs-monde », selon l’expression de Danielle Tartakowsky, organisées dans des villes-mondes, elles aussi, le temps d’un événement planétaire. Les façons d’y réagir correspondent aux modalités de gestion du hooliganisme. Elles entraînent de nouvelles pratiques gouvernementales comme la « nasse », visant à empêcher les mouvements manifestants d’avoir lieu, ou les arrestations préventives. De telles méthodes ne font pas le détail entre manifestants décidés à en découdre et formes de protestation pacifiques et elles débouchent sur des remises en cause de la liberté de manifester. Enfin, la troisième évolution intervient à partir de 2003, quand le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin déclare que « ce n’est pas la rue qui gouverne ». Désormais, sauf exceptions, la manifestation n’est plus l’occasion de faire démonstration et nombre face à un gouvernement sommé de céder selon le nombre de manifestants (contre le plan Juppé en 1995 par exemple) mais « une occasion de mettre en scène le pouvoir face au désordre » (Fillieule et Jobard, p. 235).

Ces évolutions ont plusieurs conséquences : elles débouchent sur de nouvelles formes de gestion des manifestations, avec une judiciarisation des illégalismes, une volonté de placer des forces de l’ordre directement au contact des manifestants, une augmentation des violences et des blessures. Olivier Fillieule et Fabien Jobard évoquent une « politique néo-libérale du désordre » (p. 230) qui débouche sur la répression plutôt que sur la pacification. Il en découle une brutalisation du maintien de l’ordre symbolisée par le nombre important de blessés graves durant le mouvement des Gilets jaunes, une tendance décelable dès 2016 lors du mouvement contre la loi Travail. Dans ce contexte, une partie des manifestants privilégie des actions spectaculaires voire violentes plutôt qu’une routine manifestante qui semble inoffensive et ne permet plus de faire entendre des revendications. Elles limitent la capacité d’encadrement des organisations syndicales et associatives traditionnelles. Ce phénomène est renforcé quand un mouvement comme les Gilets jaunes conduit de nombreuses personnes à manifester pour la première fois. La faible expérience manifestante conjuguée à une défiance très forte envers toute forme de représentation rend très difficile tout encadrement que ce soit. Enfin, ces évolutions entraînent des « modes renouvelés d’appropriation de l’espace public » (Danielle Tartakowsky, p. 254) : occupation des places sur la durée (mouvement Nuit Debout), déplacement vers les quartiers plus aisés avec les Gilets Jaunes, violences contre le matériel urbain avec le sentiment que seule la casse assure une visibilité.

Si ces changements coexistent avec des modalités anciennes de manifestation encore en vigueur, ils contribuent à mettre en question les formes d’inscription des mouvements sociaux dans l’espace urbain qui s’étaient imposés depuis un demi-siècle. Aucun de ces auteurs ne s’aventure, bien sûr, à oser prédire ce qu’il pourrait advenir de ces évolutions, mais ils proposent une mise en perspective et une réflexion très stimulantes sur des phénomènes encore en cours. Ils proposent des pistes très riches. Laurent Jeanpierre voit dans « les idéaux du municipalisme, de la commune et de la commune des communes » (p. 185), s’ils restent encore marginaux, les éléments d’un enthousiasme nouveau pour la politique à l’échelon local. Olivier Fillieule et Fabien Jobard craignent que la France contrairement à d’autres pays européens engagés dans une désescalade des tensions, n’envisage que deux voies possibles. L’une répressive, dans laquelle la manifestation reste tolérée mais où la tolérance au désordre et à la contestation est abaissée, au prix du déploiement d’un arsenal répressif. L’autre engagerait des politiques préventives d’empêchement des manifestations par une extension des capacités d’interdiction et d’assignation de l’État, en augmentant les pouvoirs contraventionnels de la police. Danielle Tartakowsky, enfin, envisage l’émergence d’un troisième cycle de contestations liées à la mondialisation libérale. Toutefois elle considère qu’il n’est en rien stabilisé et emprunte à la fois aux innovations de la révolution numérique et à des formes anciennes relevant de l’économie morale de l’émeute. Elle pose alors la question de la segmentation des mobilisations actuelles et se demande si elles affaiblissent le collectif ou ouvrent au contraire de nouvelles lignes de front.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search