Compte-rendu: Elsa Devienne, La ruée vers le sable. Une histoire environnementale des plages de Los Angeles au XXe siècle, Paris, Editions de la Sorbonne, 2020

Elsa Devienne, La ruée vers le sable. Une histoire environnementale des plages de Los Angeles au XXe siècle, Paris, Editions de la Sorbonne, 2020, 288 p.

 

Compte-rendu réalisé par Stéphane Frioux

 

Paru juste avant le « grand confinement » du printemps 2020, l’ouvrage d’Elsa Devienne, tiré d’une thèse de doctorat d’histoire, nous transporte dans un des symboles de la croissance urbaine du XXe siècle, l’agglomération de Los Angeles. Mais il s’agit d’histoire urbaine à la marge de la ville monstre, ou plutôt à l’interface entre celle-ci et l’Océan Pacifique puisque c’est du littoral dont il est avant tout question. Un littoral abordé au carrefour de plusieurs historiographies : histoire urbaine, histoire environnementale, histoire culturelle sont conjuguées avec talent par l’autrice.

Derrière la carte postale ou la représentation diffusée par les productions audiovisuelles, ces paysages sont un objet formidable pour l’historienne, car soumis à des phénomènes de crise écologique, de tensions socio-raciales, d’innovations socioculturelles, examinés au fil d’un plan chronologique qui s’arrête à l’orée des années 1970. Comment, en un demi-siècle, des espaces autrefois marginaux et délaissés deviennent un paysage emblématique de la prospérité américaine et du mode de vie californien ? Telle est la problématique abordée à l’aide de sources variées, qui vont des rapports techniques d’ingénieurs et des documents de planification urbaine aux articles de presse, en passant par des témoignages oraux. L’ouvrage vise à montrer combien l’environnement balnéaire est artificiel et a profondément évolué au cours du dernier siècle. En ce qui concerne les acteurs sociaux, Elsa Devienne met en avant la continuité des combats menés sur les rivages et la manière dont la deuxième génération de défenseurs du littoral se nourrit de l’héritage laissé par la première (plus liée au conservationnisme des élites blanches).

Le début du récit a pour cadre le début du XXe siècle, quand Los Angeles, dont le développement se fait d’abord en tournant le dos au littoral, renverse la dynamique d’urbanisation à travers une « ruée vers l’ouest » initiée par l’activisme de plusieurs hommes d’affaires qui établissent des stations balnéaires, relayés ensuite par les agents immobiliers qui attirent les classes moyennes et aisées blanches dans une période de forte croissance (930 000 habitants dans le comté de Los Angeles en 1920 et 2,2 millions en 1930). Hollywood contribue à construire une représentation positive des plages, et la Westside angeline s’impose comme un centre démographique, économique et culturel majeur de la métropole avant la Deuxième Guerre mondiale qui renforce la croissance de la métropole californienne. Mais à mesure que la pression s’intensifie sur les plages, bondées à la fin des années 1930, la ségrégation socio-raciale s’intensifie, avec seulement deux plages offertes à la population afro-américaine. À cela s’ajoutent la pollution (liée à l’exploitation pétrolière ou aux eaux d’égouts) et l’érosion provoquée par l’arrêt de certains courants qui approvisionnaient les plages en sable, bloqués par les brise-lames construits pour abriter les bateaux de plaisance de Santa Monica. C’est durant cet Entre-deux-Guerres que les savoirs techniques et scientifiques des ingénieurs sont valorisés, et que des associations d’aménagement des plages se créent.

Progressivement, les solutions prônées font émerger la Californie du Sud comme nouveau foyer d’idées et de propositions de l’aménagement et de la gestion du littoral. L’acquisition de plusieurs dizaines de kilomètres de littoraux va permettre une gestion plus efficace, assortie d’un élargissement grâce à la recharge en sable venu des dunes de la zone sableuse d’Hyperion. Cette histoire environnementale des plages montre clairement leur caractère mouvant et construit. S’y ajoute l’histoire sociale, par laquelle Elsa Devienne retrace les tensions suscitées par un modèle aseptisé (« modèle Mickey »/Disneyland) conçu pour les classes moyennes blanches, qui vise à extirper les activités jugées peu fréquentables – baraques foraines, bars fréquentés par les homosexuels, puis regroupements de jeunes venus profiter des plages pendant leur Spring break. C’est une géographie morale de la plage qui se constitue peu à peu et qui sous-tend l’exploitation économique de la côte. Enfin, la dimension culturelle de la recherche consiste dans l’identification des nouvelles normes corporelles qui s’inventent du côté de Santa Monica et Venice Beach, avec la valorisation de corps jeunes, bronzés, musclés, de la figure des surfeurs ou des bodybuilders. Le récit se termine par les révoltes envers les processus de rénovation urbaine dans les années1960-1970, et le cas d’Ocean Park, où les logements jugés insalubres et habités par une population moderne devaient laisser la place à des tours d’appartements haut de gamme, est mis en parallèle avec les phénomènes déjà étudiés pour les villes états-uniennes.

Ainsi, l’ouvrage n’est pas une simple monographie et le recours à des jeux d’échelles, du micro – telle plage, telle marina – jusqu’au macro (les influences et circulations d’expériences entre côte est et côte ouest des Etats-Unis, les modèles repoussoirs tel Coney Island), est un choix judicieux. En refermant le livre, le lecteur, s’il a déjà fréquenté les plages de Los Angeles, ou s’il envisage de les visiter un jour, ne regardera certainement pas ce paysage hybride et chargé d’histoire(s) de la même façon que s’il n’avait pas eu cette contribution significative à l’histoire environnementale entre les mains !

 


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search