Compte-rendu: Olivier Chadoin, Sociologie de l’architecture et des architectes, Marseille, Éditions Parenthèses, collection Eupalinos, 2021.

Olivier Chadoin, Sociologie de l’architecture et des architectes, Marseille, Éditions Parenthèses, collection Eupalinos, 2021, 216 p.

Compte-rendu réalisé par Sylvain Schoonbaert.

 

Pourquoi s’intéresser ici à cet ouvrage qui constitue la version publiée de l’habilitation à diriger des recherches d’Olivier Chadoin, professeur de sociologie à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux ? Sans doute parce que ce travail se fonde avant tout sur une histoire récente de la sociologie qui a durablement pénétré les écoles d’architecture par le biais de celle de la ville, de la vie quotidienne et de l’habitat (p. 25).

Comme aime à le rappeler l’auteur citant Maurice Halbwachs en introduction, « ce n’est point par accident qu’il existe un lien entre la mémoire collective et les pierres ». Tout en s’appuyant sur ce qu’Émile Durkeim et Marcel Mauss proposaient d’appeler « morphologie sociale » et « morphologie spatiale », il donne deux objectifs à son projet : qu’entend-on tout d’abord par sociologie de l’architecture ? Comment ensuite ne pas la réduire à la sociologie d’une profession libérale (p. 11) ? Pour la clarté du propos, Olivier Chadoin organise son récit selon trois axes d’analyse que je simplifie beaucoup : la réception de la production architecturale tout d’abord, les valeurs et les normes de la profession d’architecte ensuite, la production architecturale vue comme le résultat d’un ensemble de pratiques collectives négociées, enfin (p. 14-15). Il s’ensuit huit chapitres certes inégaux de quinze à trente pages chacun mais qui tiennent cependant remarquablement les promesses de départ, entrecoupés de quelques encadrés thématiques qui illustrent concrètement le propos général. On peut regretter que l’ouvrage ne comporte pas une bibliographie au moins sélective des ouvrages cités, mais l’auteur m’a confié qu’il avait refusé une telle sélection problématique.

L’enseignement des sciences humaines et sociales dans les écoles d’architecture depuis les réformes de la fin des années 1960 illustre bien le passage de « l’architecte artiste » à « l’architecte intellectuel ». Mais l’ambition, tant de ces sociologues que de ces architectes-sociologues pionniers, a abouti à un échec si l’on considère que la sociologie tout comme l’histoire, ndlr sont devenues des disciplines appliquées à l’architecture, pour ne pas dire des disciplines « servantes » regroupées dans le champ des sciences humaines et sociales (SHS) par la Direction de l’architecture et du patrimoine (Dapa) du ministère de la Culture. Parmi les vingt écoles nationales supérieures d’architecture françaises, le nombre de « véritables » sociologues est très inégal, sans compter les profils interdisciplinaires, autoproclamés ou pas, et la diversité de leur enseignement ou de leur production scientifique. Ce sont ainsi trois grandes représentations du travail sociologique qui cohabitent : celle d’une science autonome, celle d’une technologie sociale et celle d’une philosophie sociale (p. 45).

D’histoire il en est encore question si l’on plaque un regard sociologique sur l’histoire de l’art structuraliste tel qu’ont pu la développer Manuel Castells, Erwin Panofsky, Michel Foucault, Gilles Deleuze. On ne peut douter que si ces références ne sont plus guère citées aujourd’hui dans les écoles d’architecture (p. 57), elles n’en ont pas moins contribué à l’élaboration d’une sociologie de l’art et de l’histoire de la société qui marque encore l’enseignement dans ces écoles. Néanmoins, le projet d’une histoire architecturale fondée sur une analyse typo-morphologique se heurte à la « starification » du monde des architectes et des grands projets, qu’Henri Raymond dénonce les années 1980. Le glissement est alors sensible d’une sociologie à une anthropologie de l’architecture puis de l’espace. Mais les nuances en sont ténues : « Au final, il reste difficile d’identifier le développement d’une sociologie de l’architecture unifiée et bien identifiée comme le sont d’autres domaines, comme la sociologie de l’art ou du travail… » (p. 67).

C’est ici qu’intervient l’analyse de la réception et des usages qui fonde une bonne part du travail de la sociologie de l’architecture. En effet, la part culturelle, esthétique, l’analyse du goût en architecture sont marginales dans ce travail : la sociologie de la ville, des professions et de l’habitat y domine. On peut cependant douter que la culture architecturale constitue une exception dans tous les domaines de l’élitisme. Cantonnée au patrimoine ancien et populaire, elle se heurte aux efforts de tous les gouvernements depuis la création du ministère de la Culture pour valoriser l’architecture contemporaine aussi bien comme culture esthétique que comme culture de l’environnement quotidien. Exposer l’architecture est donc un phénomène récent même si la glose est ancienne de savoir si c’est une œuvre d’art : « La maison doit plaire à tout le monde. C’est ce qui la distingue de l’œuvre d’art qui n’est obligée de plaire à personne », aime à rappeler l’auteur citant Adolf Loos (p. 84). Un renouvellement de la sociologie de la réception de l’architecture s’opère depuis les années 1990. Constatant l’irréductibilité des horizons d’attente entre lectures populaire et savante [pour ne pas dire profane et sacrée, ndlr], Olivier Chadoin en vient timidement cependant, à opposer l’architecture à la construction (p. 93). Mais, en mettant en avant les cadres de réalisation des enquêtes portant sur la réception de l’architecture, il pointe la nécessité de bâtir une nouvelle approche empirique de cette question en privilégiant l’interrogation des « situations de réception » et avec elles, celle des « publics » et des « médiations » (p.98). Il s’agit dès lors de questionner la sociologie de la culture en s’appuyant sur les particularités de l’architecture.

Partant du pilier vitruvien de l’usage, il est agréable de voir le quatrième chapitre de cet ouvrage emprunter largement aux apports des historiens en matière d’analyse de l’espace habité. L’originalité de celui des sociologues de l’architecture semble bien cependant revenir à Henri Raymond, Philippe Boudon ou encore Monique Eleb qui sont devenus des classiques de l’enseignement dans les écoles d’architecture. Je ne m’y attarderai pas, les ayant moi-même subis. Ces études pionnières ont le mérite d’avoir infusé à leur suite dans les écoles d’architecture un champ spécifique de recherche dont les historiens et les historiens de l’art ne se soucient guère plus et dont les élèves architectes peuvent s’emparer avec un bonheur évident. Où quand Jean-Pierre Frey, architecte-sociologue, s’intéresse à la symbolique de l’habitat ouvrier patronal au Creusot (p. 113) : voilà l’occasion de se saisir des savoirs et des méthodes propres à l’architecte pour créer des recherches originales. Restent absents les remarquables travaux de Jean-Louis Cohen.

Cette dernière remarque est d’autant plus pertinente si l’on interroge la dimension symbolique – et donc politique – de l’architecture dans la ville néolibérale, objet du sixième chapitre. En remontant à la critique radicale et occidentale du modernisme architectural des années 1960-1970, et notamment de Robert Venturi à Charles Jencks qui forge l’expression « d’architecture post-moderne », on voit s’effacer, ou plutôt se transmuer, le symbolisme architectural classique sous des formes des plus kitchs aux plus marchandes, ancrées dans la « starchitecture ». Le modèle de la ville globale n’est pas loin qui repose sur trois piliers : « patrimoine urbain, offre touristique et industries créatives » (p. 129), avec leurs constructions iconiques idoines. Le port industriel de Bordeaux devient un lieu festif et touristique, Garonne-plage à Toulouse, Nantes et son île, Marseille et son Muceum, Bilbao et son Guggenheim, Saint-Étienne « cité du design »… La nuit, autrefois repoussoir, s’empare de cette nouvelle économie urbaine récréative qui fonctionne « h24 » au profit d’un marketing dont la critique est bien connue. Ce retour de « l’architecte artiste » mérite donc d’être questionné.

Les années 1990 sont à la fois celles d’une remise en cause du modèle libéral d’exercice du métier d’architecte et celles d’une nouvelle génération de sociologues qui décryptent les mécanismes à l’œuvre dans la division du travail du secteur de la construction. Et l’auteur en fait partie, rappelons le titre éloquent de sa thèse : Être architecte : les vertus de l’indétermination : de la sociologie d’une profession à la sociologie du travail professionnel (2006)1, publiée en 2007 et rééditée en 2013. Il faut encore revenir aux années 1960 pour voir éclater le modèle professionnel par trop idéal de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts et les pages qu’Olivier Chadoin consacre, tant à l’enseignement qu’à la professionnalisation et la féminisation du métier (p. 144-153), sont tout à fait savoureuses et introduisent bien la réflexion autocritique pédagogique – exercice obligé – d’une habilitation à diriger des recherches.

Ces méthodes sociologiques ne sont cependant pas suffisantes et l’auteur en a conscience lorsqu’il replace au cœur des pratiques et des interactions « l’identité hétéronome » de l’architecte soumis à des contraintes interne et externe telles qu’elles « métamorphosent une profession libérale » (p. 157-158). Intégrant les apports récents des travaux de ses collègues et notamment Florent Champy et Véronique Biau, Olivier Chadoin n’ignore pas que ces derniers font toujours l’impasse sur une sociologie de la culture architecturale au profit de la sociologie du travail et des organisations. Changements de trajectoires professionnelles d’abord, nouveaux enjeux de projets liés en particulier aux exigences de participation citoyenne et de durabilité ensuite, nouveaux métiers de l’architecture qui menacent le cœur de compétences de la profession, enfin (p. 164-165). Qu’en conclure ? Sans doute, pour faire court, que l’analyse de la « compétence communicationnelle » de l’architecte invite à le concevoir comme le propre producteur de son professionnalisme.

Si le titre d’architecte est bien un capital symbolique, il ne constitue pas un modèle professionnel en ce sens « qu’il faut saisir l’état de cette profession à partir de ce qu’elle fait et non plus de ce qu’elle devrait être » (p. 177). La notion d’interprofessionnalité intervient ici de façon tout à fait judicieuse pour saisir les relations de la commande architecturale aux marchés de l’économie du bâtiment. Les architectes s’adaptent là encore aux fluctuations des demandes et des besoins, voire des désirs d’architecture de leur maître d’ouvrage. Une spécialisation s’opère ainsi dans les agences en fonction des programmes des concours et de leur prestige, au grand dam des maîtres d’œuvre qui font toujours figurer en premier leur titre noble sur leur carte de visite, quelles que soient leurs autres qualifications (p. 196). L’interdépendance professionnelle n’empêche pas de maintenir le prestige de la profession.

Après de si longs développements, on reste assez pantois devant la conclusion si brève mais brillante de cet ouvrage dont on peut regretter qu’il n’aborde pas cependant plus en profondeur trois points qui auraient pu participer davantage à cette réflexion.

Premier point : les « nouveaux » métiers publics des architectes, cantonnés sans doute (p. 149, notes 32 et 33), à une surreprésentation féminine dans les services d’urbanisme et de conseil architectural. On les appelle parfois « architectes déculottés », tout comme ceux qui ont viré dans les sciences humaines et sociales. Or, c’est oublier leur importance historique dans des fonctions publiques auquel un séminaire de recherche intitulé « Les architectes et la fonction publique XIXe-XXIe siècles » a eu lieu à Bordeaux en 2013 et dont l’auteur qui faisait d’ailleurs partie du comité scientifique a fourni une contribution dont on attend la publication aux Presses universitaires de Rennes2.

Deuxième point : la montée en puissance du niveau d’exigence de la règlementation sur les marchés publics de maîtrise d’œuvre (dite loi MOP de 19853), dont on sait combien ils constituent le graal pour toute agence privée d’architecture, aurait pu servir à expliquer notamment l’interprofessionnalisation développée dans le huitième chapitre.

Troisième et dernier point : la loi sur la liberté de la création, l’architecture et le patrimoine (dite loi LCAP, 20164), a considérablement remis à l’ordre du jour la première loi en la matière de 19775 dont il est question brièvement mais qui consacra la figure de « l’architecte artiste ».

Mais ce sont des questions bien formelles, administratives et juridiques que l’auteur n’ignore sans doute pas : le mérite principal de cet ouvrage est de saisir à quel point l’entrée des sociologues dans le milieu de l’architecture n’est pas concevable sans envisager aussi comment des générations d’architectes se sont emparées à leur tour de la sociologie. Et, tout architecte que je sois – mais pas que –, je ne saurais qu’en conseiller la lecture car il constitue en effet un excellent manuel en la matière.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search