Compte-rendu: Ousseynou Faye, Dakar et ses cultures. Un siècle de changements d’une ville coloniale, Paris et Dakar

Ousseynou Faye, Dakar et ses cultures. Un siècle de changements d’une ville coloniale, Paris et Dakar, L’Harmattan, 2017

Compte-rendu réalisé par Martin Mourre

L’ouvrage d’Ousseynou Faye sur la ville de Dakar est un livre original, et plaisant à lire, sur le rapport entre la production d’un lieu et les imaginaires qui s’y déploient. L’auteur, professeur au département d’histoire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, restitue ici les transformations de la capitale de la Fédération de l’Afrique occidentale française – Dakar ravit ce titre à Saint-Louis en 1902 – durant près d’un siècle, de sa fondation en 1857 par Pinet-Laprade jusqu’à l’indépendance en 1960. Pour ce faire, Faye s’appuie sur une bibliographie importante de près de 30 pages, sur plusieurs séries d’archives disponibles au Archives Nationales du Sénégal (ANS) – il est dommage qu’il n’y ait pas un récapitulatif de ces sources en fin d’ouvrage –, sur des journaux ou des sources romanesques et, ce qui apparait comme extrêmement innovant, sur les photothèques de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN) et des ANS.

Dans cette étude, sans jamais perdre de vue les rapports de force entre administration, populations européennes et populations africaines – elles-mêmes issues de terroirs locaux ou bien provenant de la sous-région et émigrées à Dakar –, Faye montre le syncrétisme dans la production de codes culturels. Ainsi, ce livre « se veut un fragment d’histoire des idées […]. La référence aux idées et aux sentiments des habitants de cette ville pose la question de la reconstitution de leurs cultures » (p.15). En liant ces représentations et ces sentiments, l’auteur propose une définition anthropologique de la culture, manière de faire et de se représenter des patrimoines immobiliers et des repères urbains, visuels et auditifs. Ousseynou Faye entend appréhender l’histoire de la capitale du Sénégal – titre qu’elle ravit encore à Saint-Louis, cette fois en 1957 à la veille de l’indépendance – comme un « lieu de tension » (p.18). Avec cet ouvrage, Faye jette les bases d’une histoire des sensibilités urbaines en Afrique de l’Ouest francophone.

Organisé suivant un fil chronologique, le livre se décompose en trois parties, composées chacune de trois chapitres. Dans une première partie, « Village en recul, ville en chantier et cultures en présence (1857-1914) », l’auteur s’intéresse aux liens entre la mise en place d’une administration coloniale et les prémisses de la fondation d’une culture urbaine en Afrique occidentale. Si l’aménagement urbain constitue un des principaux domaines de compétence du savoir-faire colonial, et la ville de Dakar provient d’abord d’un héritage culturel des aménageurs européens, il s’agit de camper le décor et de présenter les différents protagonistes. Ces acteurs sont des « élus parlementaires et locaux, les autorités administratives et leurs subalternes, chargés des questions techniques, les auxiliaires de justice, les entrepreneurs de travaux de construction (immobilière) et les patrons de presse » (p. 27). Au tout début du XXe siècle, Dakar se présente comme une ville de « garnison et de fonctionnaires, à la recherche de logements » (p.46) et, parce que la production de la ville touche d’abord au foncier, cela a des conséquences pour les populations locales. Pour l’auteur, « la bataille de la paillotte » consistait en une ruse pour expulser des Lebu – il s’agit des occupants de l’espace de la presque-île du Cap-Vert avant l’arrivée des Français. Pour l’administration, l’imposition d’un dispositif réglementaire était destinée à la fois à l’élimination des paillottes et à leur remplacement par un habitat en dur. C’est ce déguerpissement des populations africaines qui entraine la formation des quartiers indigènes. Ces quartiers prennent de nouveaux noms. Et Ousseynou Faye de noter que « la seconde décennie du XXe siècle est un des moments de ce glissement sémantique » (p. 67).

Dans une seconde partie, « Éclatement de la ville et dynamismes culturels (1914-1946) », Faye aborde les manières par lesquelles l’espace urbain va être investi de représentations et de pratiques. C’est d’abord le quartier de la Médina, crée en 1914, qui fait l’objet de son attention. La Médina marque l’entrée dans une nouvelle dynamique coloniale caractérisée par l’augmentation des populations africaines. La multiplication et la coexistence de différents statuts sociaux sont ceux de différents référents identitaires, « construits, revendiqués ou attribués », et signifiant « l’ambiguïté du rapport à la ville » (p. 44) en train d’advenir. Si l’année 1914 est celle de l’entrée en guerre en Europe, et de l’enrôlement de milliers de tirailleurs en Afrique, elle est aussi, à Dakar, celle d’une grande épidémie de peste. Pour les autorités, il s’agit de mettre en place de nouveaux plans d’urbanisme, des politiques de modernisation, de sécurisation et, finalement, de contrôle des populations. Pour ce faire, l’administration coloniale multiplia les porte-paroles parmi les populations colonisées, « en fonction des deux critères que sont l’appartenance à la même communauté ethnique ou territoriale et le statut professionnel » (p.142). La période qui suit la guerre voit éclore, par différentes modalités, de nouvelles cultures urbaines, liées d’abord à l’habitat. Faye s’intéresse à ces transformations dans l’Entre-deux-Guerres, en décrivant d’abord l’arrivée de matériaux de Côte-d’Ivoire, du bois notamment. Puis l’auteur nous emmène dans l’intérieur de ces habitations. Ainsi, dans les années 1930, on note l’apparition de salle de séjour, les canaris contenant de l’eau sont remplacés par des fauteuils et des canapés (p.173). De manière fine, l’auteur montre comment ces transformations progressives de l’espace intérieur vont de pair avec différents comportements, sexuels, vestimentaires ou encore culinaires. Ainsi en est-il de ce qui est devenu le plat national sénégalais, le thiep bu djen ou riz au poisson. Préparé d’abord par les élites saint-louisiennes, ce plat va finir par symboliser la cuisine urbaine, qui se confronte aux menus soudanais, le fufu et le mafe, ou à la baguette de pain, emprunt « emblématique » (p. 182) aux milieux européens, et plus spécifiquement français.

Dans une troisième partie, « Chantiers urbains et changements culturels de l’après-guerre (1946-1960) », Faye poursuit son exploration des différentes tensions urbaines. Ainsi, les années d’Après-Guerre sont celles d’intenses transformations politiques. Cela a des conséquences sur l’ordre urbain où les populations s’accroissent sensiblement passant de 93 716 à 308 500 (populations africaines et européennes) entre 1938 et 1951. Le pouvoir colonial va prêter une attention accrue au marché de l’immobilier notamment en tentant de réguler les rentes locatives (p. 243). Ousseynou Faye, en s’intéressant aux fêtes urbaines, propose alors une histoire des figures africaines qui occupent l’espace public et imprègnent les imaginaires. Certaines de ces fêtes, celles appelées fanal, sont l’objet de récupération politique, notamment par la SFIO de Lamine Guèye et le BDS de Senghor. En conséquence, les militants s’habillent en rouge, pour les premiers, ou en vert pour les seconds. C’est ici un prétexte pour l’auteur que de décrire ces différents tissus, et différentes modes vestimentaires, qui envahissent Dakar dans les années 1950, et qui traduisent des processus de sémantisation culturelle. Culture et politique apparaissent ainsi imbriquées, véhiculées par la radio, qui connait un véritable essor dans les foyers africains après la Seconde Guerre mondiale et le cinéma, dont le nombre de salles passent de 8 en 1945 à 19 en 1960. Enfin, si les cultures urbaines ressortent de l’espace public, elles s’exécutent aussi dans les maisonnées. L’auteur montre comment le divan devient un objet de convoitises ou comment l’expression wolof amnaa lal, amnaa armoor (littéralement : « j’ai un lit, j’ai une armoire ») était devenue la litote révélatrice de l’affirmation continue d’une identité mobilière (p. 276).

C’est donc un livre riches de matériel de recherche et foisonnant de pistes d’interprétation que nous propose Ousseynou Faye. Dans ces trois parties, l’auteur articule successivement les plans d’occupation de l’espace, les enjeux d’habiter la ville, enfin les tensions qui ressortent de la subversion de l’espace dakarois. Ce travail s’arrête en 1960 et l’on pourrait s’interroger sur les bornes chronologiques choisies par l’auteur, assez classiques, pour cette histoire des représentations et des sensibilités. Deux brèves pistes de recherches peuvent être ici suggérées, celles de suivre, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, des trajectoires de décideurs européens de cette planification urbaine, entre métropole et colonies mais aussi à travers l’Empire. De plus, il pourrait être intéressant de poursuivre ce travail après les années 1960. Dans un sens, c’est d’ailleurs ce qu’a entrepris Ousseynou Faye dans deux ouvrages postérieurs à Dakar et ses cultures, où il s’est intéressé à la circulation des tirailleurs dans l’Empire dans l’Entre-deux-Guerres puis à la figure du bandit dans l’espace sénégamabien, au XXe et XXIe siècle1.

1Les tirailleurs sénégalais entre le Rhin et la Méditerranée (1908-1939), Paris, Harmattan, 2018 et Les bandits de la Sénégambie, XIXe-XXIe siècle, Paris, Harmattan, 2021.

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2021, 3 septembre). Compte-rendu: Ousseynou Faye, Dakar et ses cultures. Un siècle de changements d’une ville coloniale, Paris et Dakar. Histoire Urbaine. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4sz

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search