Compte-rendu: Marie-Christine Fourny, Romain Lajarge (sous la direction de), Les sans mots de l’habitabilité et de la territorialité

Marie-Christine Fourny, Romain Lajarge (sous la direction de), Les sans mots de l’habitabilité et de la territorialité, Grenoble, éditions Université Grenoble Alpes, collection autour des mots, 2019, 376 p.

Compte-rendu réalisé par Sylvain Schoonbaert

Ce curieux ouvrage réunit cent mots choisis et commentés par quarante-deux auteurs, architectes, urbanistes, géographes, sociologues, anthropologues… sous la direction de Marie-Christine Fourny, professeur en géographie et aménagement à l’Université Grenoble Alpes (UMR Pacte) et de Romain Lajarge, professeur en sciences humaines et sociales à l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble (LabEX AE&CC).

Le jeu de mot du titre de cet ouvrage s’applique à dire comment, ou plutôt combien, les crises des politiques d’habitat et d’urbanisme contemporaines ne doivent pas rester sans explications, c’est-à-dire « sans mots », comme le précise la brève introduction (p. 9), qui n’explique pas du tout pourquoi cette crise urbanistique s’accompagne aussi d’une crise terminologique : cent maux, en somme. Cent mots ont été sélectionnés et trente-et-un rejetés – qui pourraient faire l’objet d’un second volume (note 1, p. 13-14) –, mais on reste sur sa faim quant à la méthode qui a conduit à les sélectionner.

La pandémie des suffixes en « ité » a sans doute déjà causé des ravages dont on ne mesure pas encore vraiment les conséquences ; à tel point que les deux maîtres-mots de cet abécédaire, « habitabilité » et « territorialité », qui correspondent aux marottes respectives de ces deux directeurs, en attirent quatre autres soulignés par un bandeau de couleur rouge1 : « civilités », « entre-lieux », « mouvement » et « périurbain ». À partir de ces six « notices pères et mères », nous explique-t-on p. 10, on comprendra comment lire les quatre-vingt-quatorze autres de ce dictionnaire qui n’en est pas un mais un peu quand même… Il manque cruellement, en réalité, ne serait-ce qu’un graphe qui aurait permis de mieux saisir l’arborescence des choix lexicaux opérés, mais aussi des prolégomènes dignes de ce nom. Ce ne sont pas, en effet, les quatre pages que la sociolinguiste, Claudine Moïse, consacre (p. 19-22) aux aspects ludiques et créatifs de l’aventure de cet ouvrage qui suffisent à en légitimer la pertinence scientifique.

La bibliographie générale de l’ouvrage s’appuie essentiellement sur des dictionnaires, certains indispensables, d’autres moins, dont on notera l’absence remarquable – et sans doute volontaire – de L’Aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, publié sous la direction de Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin aux éditions Robert Laffont en 2010, et dont la démarche scientifique, bien plus littéraire et historique que langagière, est sans doute à l’opposé de la présente. Plus proche encore du sujet, l’absence encore plus regrettable des Mots des urbanistes. Entre parlers techniques et langue commune, publié sous la direction de Laurent Coudroy de Lille et d’Olivier Ratouis en 2019 chez L’Harmattan. Cette référence aurait pu au moins permettre de justifier certains choix méthodologiques.

La bibliographie générale de l’ouvrage est toutefois complétée de deux autres très fournies et « spécifiques », consacrées aux deux maîtres-mots de cette recherche soutenue par l’Agence nationale de la recherche dont on ignore au passage les dates auxquelles elle a été lancée et terminée, mais dont il a sans doute fallu publier les résultats en urgence. Ce défaut d’historicité est patent tout au long de l’ouvrage.

Les auteurs n’ignorent pas cependant que leur entreprise néologistismique [ndlr] entre dans une démonstration de l’immédiateté qui peut certes piquer la curiosité de certains lecteurs mais qui risque au contraire d’en agacer fortement d’autres ; mais ils assument cette démonstration dans l’espoir d’ouvrir le débat sur ce que pourraient être « des politiques territorialisées de l’habitabilité et/ou des pratiques d’habiter territorialisantes » (p. 17).

Prenons donc cet ouvrage pour ce qu’il est et plutôt que d’en lire les articles les uns après les autres, essayons de trouver du plaisir à fureter – le feu Antoine Furetière n’y figurant pas2, tout comme le célèbre Émile Littré3 – dans cet abécédaire assumé dont l’ambition affichée en quatrième de couverture n’est ni plus ni moins que d’offrir aux acteurs de l’aménagement, les mots dont ils « auront » besoin pour penser l’action de demain : deux mondes séparés donc, dans le temps et dans l’espace ?

Les notices sont conçues de façon rigoureuse : elles proposent soit de redéfinir des mots existants, soit de donner une définition datée des néologismes. Un court paragraphe en gras synthétise ensuite le propos, qu’un développement en deux à trois pages approfondit enfin, à l’appui des références bibliographiques puis à des renvois à d’autres notices. Les textes développés fournissent la matière la plus intéressante et la plus pertinente de cet ouvrage : il n’y en a pas d’inintéressants ou d’inégaux mais on n’y apprend pas grand-chose au bout du compte.

Tout professionnel de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire sensible aux métaphores gustative ou culinaire, savourera particulièrement l’article « nougat » (p. 226), dont les véritables morphologues apprécieront par ailleurs le degré d’indéfinition ; ce dernier renvoie inévitablement aux articles « géo millefeuille » (p. 122) et « œuf-au-plat » (p. 232) qui interrogent de façon obsessionnelle la question centrale – si l’on peut dire –, du périurbain.

Cet euphémisme est constant et apparaît explicitement à de multiples reprises aux articles « ère périurbaire » (p. 99), « extraterritorialisme » (p. 108), « malbeauté » (p. 182), « métropolinisation » (p. 190), « métropoule » (p. 194), « paraurbanisation » (p. 242) ou encore « « péripathétique » (p. 247)… Il transpire aussi dans tous les autres articles.

La folie verte et la ruée vers la nature constituent sans doute un autre thème transversal et omniprésent dans l’ouvrage. On le retrouve surtout aux articles « agrinature » (p. 27), « intextérieur » (p. 161), « ludopaysage » (p. 177), « naturbanisation » (p. 218), « renaturalisation » (p. 268), « ville-nature » (p. 337)…

Et tout y passe, des mobilités au tourisme, aux trajectoires résidentielles et aux représentations des territoires, tout comme à leur consommation de masse… Un abécédaire de caricatures plus que d’urbanisme, au bout du compte.

1 Je ne m’explique pas pourquoi, contrairement à cette affirmation, le terme « clusterbile » (p. 64), demeure présenté avec ce bandeau rouge : sans doute une erreur de relecture avant le bon-à-tirer.

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2021, 3 septembre). Compte-rendu: Marie-Christine Fourny, Romain Lajarge (sous la direction de), Les sans mots de l’habitabilité et de la territorialité. Histoire Urbaine. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4t0

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search