Compte-rendu: Judith Rainhorn, Blanc de plomb : histoire d’un poison légal

Judith Rainhorn, Blanc de plomb : histoire d’un poison légal, Paris, presses de Sciences Po, 2019, 370 p.

Compte-rendu réalisé par Gwenaëlle Le Goullon

Paru en 2019 aux Presses de Sciences Po, Blanc de plomb, histoire d’un poison légal est déjà une référence dans l’histoire des toxiques industriels et, plus largement, dans l’histoire des sociétés industrialisées.

Ce livre essentiel est issu du mémoire d’habilitation consacré à l’histoire sociale, politique et sanitaire de la céruse et du saturnisme professionnel au XIXe et au premier XXe siècle par Judith Rainhorn, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-1 et membre du Centre d’Histoire sociale des mondes contemporains. Il s’inscrit dans la continuité de nombreux travaux français développés depuis une vingtaine d’années, qui se situent au croisement entre l’histoire sociale, l’histoire environnementale et l’histoire de la santé au travail1. C’est aussi un ouvrage d’histoire urbaine, dans la mesure où la céruse était produite dans les villes et où la croissance spectaculaire de sa fabrication dès la fin du XVIIIe siècle répond d’abord aux besoins des villes en plein essor. Enfin, l’ouvrage est également parcouru de problématiques propres à l’histoire politique, nouvelle illustration de la pertinence de son association avec l’histoire environnementale2.

L’objet de cette enquête historiographique est la céruse, une poudre appelée aussi « blanc de plomb » car produit dérivé du plomb, fabriqué et utilisé depuis l’Antiquité, surtout comme produit cosmétique et pharmaceutique ainsi que comme pigment pour les peintures. À partir de la fin du XVIIIe, les deux premiers usages déclinent au profit du dernier, amené « à connaître un développement considérable au cours du siècle suivant » (p. 22), qu’il s’agisse de la peinture d’art ou de la peinture en bâtiment (pour le second-œuvre puis pour les parements). Sa dangerosité est également bien connue, même si le saturnisme ne devient véritablement une « entité morbide autonome » qu’au milieu du XIXe siècle (p. 45). Elle est liée à l’absorption de plomb pendant la fabrication et lors des divers usages du produit, qu’il soit manipulé par des professionnels ou par des particuliers. Judith Rainhorn se consacre ici avant tout aux risques sanitaires dans le monde du travail, en traitant plus particulièrement le cas des cérusiers, qui fabriquent le blanc poison, et les peintres en bâtiment, qui l’utilisent largement comme pigment de peinture. L’oxydation du plomb est au cœur de la fabrication de la céruse depuis le XVIIIe siècle et l’essentiel des innovations techniques mises au point au cours du XIXe siècle visent à perfectionner et à accélérer ce processus. Or cette opération, quelle que soit la méthode, se révèle catastrophique pour le cérusier, qui se retrouve « plongé dans une atmosphère chargée de poussière de carbonate de plomb, qu’il respire et qu’il avale sans cesse, le poison pénétrant peu à peu dans tout son organisme » (p. 44)3, en particulier dans le système nerveux, les reins, le foie, le cœur et les organes reproductifs, et générant de nombreuses pathologies. À tel point que l’espérance de vie d’un cérusier ne dépasse guère une année s’il reste travailler dans une de ces céruseries justement qualifiées d’ « abattoirs » (p. 67). Quant aux peintres en bâtiment, ils sont également très exposés aux affections saturnines car ils mélangent huiles et pigments en poudre pour fabriquer leur peinture (p. 76).

Cette dangerosité expliquerait à elle seule le choix de cette substance, alors que de nombreux autres poisons industriels sont largement utilisés depuis la première Révolution Industrielle (mercure, arsenic, cuivre, phosphore, amiante, etc.) avec lesquels la comparaison serait d’une « lumineuse utilité » (p. 346). Mais d’autres éléments rendent particulièrement intéressante l’étude de ce toxique. La céruse est à la fois exemplaire et singulière du point de vue de la présence de ces toxiques dans nos sociétés industrialisées. Contrairement à beaucoup de substances nuisibles utilisées au cours des périodes précédentes, cette substance est omniprésente (p. 165) et affecte donc durablement tous les écosystèmes, en particulier les sociétés humaines (les ouvriers, riverains, usagers et leurs enfants), les sols et l’atmosphère. La céruse est aussi très représentative de l’ « accommodement » général (p .7), quoiqu’irrégulier et conflictuel, des sociétés contemporaines avec les risques environnementaux liés au développement industriel4. Néanmoins le « blanc poison » constitue une « modeste exception » (p. 56) parmi ces toxiques industriels, dans la mesure où sa nocivité pour les ouvriers a été précocement reconnue par les autorités et le saturnisme professionnel est la pathologie à partir de laquelle est créée la législation sur les poisons industriels et sur les maladies professionnelles (chapitres 6 et 7).

Cette étude tente d’expliquer l’inexplicable : comment a-t-il été possible de s’accommoder de l’usage généralisé d’un produit hautement toxique « en toute connaissance de cause » (p. 6) ? comment a-t-on accepté de créer et de diffuser un « poison légal » ? Pour répondre à ces questions, Judith Rainhorn a mobilisé une masse considérable de sources, consultées à Londres, Bruxelles, Roubaix, Lille, Paris, Genève, Marseille et Boston. Cette diversité montre bien « l’ampleur du périmètre social, politique, économique et scientifique de l’intoxication » (p. 6). Ces documents permettent à l’autrice d’administrer la preuve des faits dans une histoire très concrète des techniques et des conditions de travail, notamment grâce aux archives des fabriques de céruse et aux rapports dressés par les inspecteurs du travail (p. 359-360). Mais l’historienne étudie aussi les discours des divers acteurs impliqués dans « la carrière de poison légal » de la céruse (p. 41), tels qu’ils apparaissent dans des imprimés (Bulletin de la Société d’encouragement à l’industrie nationale, Bulletin de l’Académie de médecine, L’ouvrier peintre, etc.). L’analyse de ces discours est particulièrement délicate, lorsqu’il s’agit de décrypter les « grammaires de l’opacité » (p. 119) utilisées à dessein par les industriels, certains médecins et les pouvoirs publics pour défendre le poison légal, soit en complexifiant excessivement le tableau clinique, soit en confinant volontairement les informations et les controverses dans des cercles restreints. Judith Rainhorn mobilise alors la sociologie et l’anthropologie pour rendre compte de ces stratégies et de ces divers « régimes de perceptibilité »5. Son quatrième chapitre est ainsi consacré à « approfondir l’enquête sur le mode agnotologique » (p. 120) afin de reconstituer les caractéristiques et les implications historiques du « confinement » de la céruse, escamotée de la scène publique entre 1853 et 19006. De même, dans le chapitre suivant, Judith Rainhorn montre que l’ampleur et la gravité de l’épidémie ne suffisent pas à expliquer le succès de la mobilisation autour de la « cause », mobilisation qui aboutit à la loi de prohibition de la céruse en 1909. S’inspirant de la sociologie des mobilisations, elle met à jour le rôle primordial du « travail politique qui consiste à rendre visibles et inacceptables aux yeux des acteurs et de l’opinion publique les effets néfastes de matériaux, de procédés industriels ou de technologies qui ne se donnent pas spontanément à voir comme nuisibles pour la santé (et dont les industriels responsables et incriminés s’emploient à accréditer le caractère inoffensif) » (p. 182)7.

Néanmoins l’approche de l’autrice reste diachronique. La démonstration suit un fil chronologique, de la fin du XVIIIe siècle aux années 1930. Certes Judith Rainhorn concède que l’histoire de la céruse ne s’arrête malheureusement pas avec la seconde guerre mondiale, puisqu’elle consacre l’épilogue de son grand livre à la présence continue de ce poison « à bas bruit » dans nos villes à la fin du XXe siècle et même au début du XXIe siècle (p. 323). Mais elle démontre aussi que l’usage de la céruse décline rapidement après les années 1930 et ne constitue plus alors un risque majeur pour la santé au travail. Le récit n’est pas pour autant linéaire. Il ne s’agit pas de tracer un parcours inéluctable des premiers ouvrages alertant sur les dangers de la céruse (p. 48) aux conventions internationales interdisant l’usage de la céruse pour les travaux intérieurs (1921) et réglementant la réparation des maladies professionnelles (1925), ratifiées laborieusement par une partie seulement des États membres de l’OIT au cours des années suivantes (p. 321-322). Partant du constat que les périodes de forte exposition des dangers de la céruse dans la sphère publique alternent avec des décennies d’occultation du problème (en particulier la période 1853-1900 présentée dans le quatrième chapitre), Judith Rainhorn se concentre sur « les épisodes paroxystiques de définition et de publicisation des problèmes, qui sont autant de crises où se nouent les conflits, s’élaborent les répertoires argumentatifs, se révèlent les impasses » (p. 13). Il s’agit surtout du « moment singulier » (p. 83) des années 1848-1853, où la céruse se retrouve « au bord du gouffre » du fait de l’arrivée d’un produit concurrent et de multiples critiques à son encontre, et du « moment 1900 », au cours duquel « la question cérusière et saturnine » revient avec fracas dans le débat public et qui aboutit à la loi du 20 juillet 1909, qui interdit l’usage de la céruse et des composés de plomb dans la peinture en bâtiment (p. 180-181). Ces éruptions tranchent avec l’immobilité des arguments formulés par les savants et industriels. Ce « frappant bégaiement des discours » (p. 84), qui montre bien la « surprenante non-cumulativité » des savoirs et des découvertes médicales au fil du temps, conforte le choix d’une approche non-linéaire. La conséquence en est le croisement de la temporalité courte des crises, le temps long des discours et le temps moyen des contextes politiques, économiques, sociaux et techniques.

Évitant un « manichéisme déplacé », Judith Rainhorn montre que cette histoire n’oppose pas frontalement des groupes sociaux monolithiques. Les ouvriers exposés à la céruse s’inscrivent dans des mondes sociaux hétérogènes et ne sont donc pas unanimes dans la dénonciation du blanc poison (p. 16, p. 232), tout comme les pouvoirs publics, les hygiénistes et les industriels assument des positions diverses face à la céruse (p. 87-92). Tous ces acteurs, soumis à des exigences et à des aspirations contradictoires, s’affrontent avec virulence mais sont aussi associés dans la négociation des cadres réglementaires et législatifs qui encadrent les usages professionnels de la céruse.

La difficulté du sujet et l’exigence intellectuelle de Judith Rainhorn n’empêchent pas la clarté du propos, efficace et percutant. L’enseignante sait rythmer son récit, l’illustrer, le résumer, le remettre en perspective. Son positionnement lui permet également de rendre passionnante la lecture d’un ouvrage pourtant très académique. En effet, sans rien perdre de sa rigueur historiographique, Judith Rainhorn assume néanmoins une certaine « colère » (p. 5), inspirée par sa conception de l’histoire, considérée comme partie prenante de « l’édification collective d’un outil politique destiné à affronter les guerres sociales et environnementales contemporaines » (p. 17). Son sens de la formule permet autant de synthétiser un raisonnement complexe qu’à montrer sans fard la réalité d’un ordre économique et social qui a généré et accepté une terrifiante épidémie saturnine sans ciller. En témoigne le processus par lequel, des années 1820 aux années 1860, « les institutions de l’hygiène publique apprennent à tolérer l’absence de conformité des usines », règles qu’elles ont elles-mêmes édictées (p. 77). Processus de « désinhibition industrialiste » qui aboutit à la proposition faite par un médecin spécialiste du saturnisme de limiter la fabrication de la céruse aux ateliers des prisons (p. 78).

L’intérêt pour cette fortifiante leçon d’histoire dépasse le cercle des chercheurs, en raison de l’écho qu’elle trouve dans notre actualité, marquée par de nombreuses controverses autour des multiples toxiques qui empoisonnent nos vies et notre environnement malgré les alertes, qu’il s’agisse des pesticides, des perturbateurs endocriniens ou des nanoparticules. Le même répertoire argumentatif et les mêmes ressorts d’invisibilisation des dangers se retrouvent mobilisés. Mais ce que nous montre ce livre c’est que les conflits connaissent aussi des résurgences, car les poisons sont et restent des poisons.

1Parmi de nombreux ouvrages, voir Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle, France (1789-1914), Paris, Éditions de l’EHESS, 2010 et Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel 2001.

2Vincent Lemire et Stéphane Frioux (sous la direction de), « Pour une histoire politique de l’environnement », Vingtième siècle, n° 113, janvier-mars 2012.

3Citation extraite livre de Gustave-Antoine Richelot, De la substitution du blanc de zinc au blanc de plomb dans l’industrie et les arts, Paris, Typographie Félix Malteste et cie, 1852, p. 5-6.

4François Jarrige et Thomas Le Roux, La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Seuil, 2017.

5Michelle Murphy, Sick Building Syndrome and The Problem of Uncertainty : Environmental Politics, technoscience, And Women Workers, Durham, Duke University Press, 2006.

6Robert Proctor et Londa Schiebinger, Agnotology : The Making and Unmaking of Ignorance, Standford, Standford University Press, 2008 ; Naomi Oreskes et Erik M. Conway, Les marchands de doute. Ou comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme et le réchauffement climatique, Paris, Le Pommier, 2011.

7Didier Fassin et Patrice Bourdelais (sous la direction de), Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, 2005.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2021, 3 septembre). Compte-rendu: Judith Rainhorn, Blanc de plomb : histoire d’un poison légal. Histoire Urbaine. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4t1

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search