Compte-rendu: Paul Mercier, Dakar dans les années 1950, Paris, Éditions du CTHS, 2021

Paul Mercier, Dakar dans les années 1950, Paris, Éditions du CTHS, 2021, 336 p.

 

Compte-rendu réalisé par Héloïse Kiriakou

 

Dakar dans les années 1950 est un ouvrage original composé de deux parties distinctes. Il s’agit d’abord de découvrir la thèse complémentaire du doctorat d’État ès Lettres de Paul Mercier, inédite, soutenue en 1968 à la Sorbonne et qui s’intitule, Contribution à la sociologie des villes du Sénégal occidental à la fin de la période coloniale. Jean Copans, professeur émérite de sociologie à l’université Paris-Descartes, a souhaité rendre accessible ce document, 45 ans après la mort de Paul Mercier, car il s’agit de la première enquête sociologique menée dans la ville coloniale de Dakar et qu’elle contient des données précieuses sur la ville d’aujourd’hui et ses dynamiques sur les cinquante dernières années. Mais l’intérêt de cet ouvrage tient surtout à la place donnée à la postface de Jean Copans (p. 185 à 317) qui contextualise le travail de Paul Mercier en retraçant son parcours, sa place dans le paysage universitaire français des années 1960 et qui donne des pistes épistémologiques pour en saisir les apports et les limites.

Dans l’avant-propos, Jean-Luc Bonniol, professeur émérite en anthropologie à l’université d’Aix-Marseille et dans l’introduction, Jean Copans, posent d’emblée les enjeux de cette édition critique. Le travail de Paul Mercier semble en effet quelque peu daté tant au niveau de la méthode de recherche, loin d’une sociologie sensible et incarnée, que des références qu’il mobilise. Les questionnements urbains de l’auteur semblent assez limités comme si l’enjeu de ce travail dépassait le cadre de la ville. Mais pour Jean-Luc Bonniol, tout l’intérêt de l’ouvrage réside dans le fait que « l’auteur sait s’interroger sur ce qui fait ville, sur la citadinité qui la caractérise, inséparable de la ruralité (son faire-valoir !) » (p. 8) pour proposer comme le dit Jean Copans une « sociologie des classes sociales en construction en ville » (p. 15). Les données récoltées par Paul Mercier permettent ainsi de faire une histoire urbaine de la ville de Dakar dans les années 1950 et un bilan de son évolution.

Le programme de recherche très ambitieux sur Dakar et sur les villes du Sénégal, à l’origine de la thèse complémentaire, a été établi en 1953. Il n’a été qu’en partie réalisé mais les chapitres de la thèse reprennent l’organisation prévue initialement : l’urbanisation au Sénégal, avec un essai de typologie urbaine (p. 31 à 54) ; la parenté, les alliances et les rapports de voisinage (p. 55 à 88) ; les formes nouvelles de groupement, notamment les associations, les partis politiques et les syndicats (p. 89 à 124) ; les problèmes de stratification sociale (p. 125 à 144) enfin les relations ethniques et raciales avec une partie importante consacrée à la société européenne (p. 145 à 170). Les enquêtes ont été conduites principalement à Dakar, Thiès et Saint-Louis du Sénégal, mais l’essentiel des matériaux utilisés pour la thèse concernent la ville de Dakar. Les autres villes ont servi de comparaison, notamment parce que les dynamiques démographiques étaient interconnectées.

Le chapitre le plus abouti semble être celui sur la vie politique et les partis (p. 100). Paul Mercier y fait des observations intéressantes. Il remet en cause le postulat de départ selon lequel la politisation aurait été plus fréquente aux niveaux d’instruction les plus élevés. Hypothèse complètement infirmée par les enquêtes. En revanche, c’est le taux de participation syndicale qui progresse dans le même sens que le niveau d’instruction. À travers l’exemple de Dakar, Paul Mercier parvient à montrer comment se développe une vie politique radicalement nouvelle où s’entrechoquent la position dominante du groupe colonisateur et la situation d’aliénation de la population africaine. Paul Mercier explique que les syndicats, contrairement aux partis, offrent davantage de possibilités d’action et de revendication durant cette période de transition qui s’étend de 1946 et 1956. Il conclut ce chapitre en précisant que « cela doit être interprété non seulement par rapport aux caractères généraux du système colonial, mais aussi en fonction du rôle central que joue ici l’Administration coloniale dans le domaine du travail. Dans une ville telle que Dakar, un peu plus du tiers des salariés en dépendent directement » (p. 119).

Dans la postface intitulée, « La difficile archéologie sociologique du Dakar des années 1950 », Jean Copans propose une analyse critique très pertinente du travail de Paul Mercier. Il pose tout d’abord le cadre personnel, professionnel et disciplinaire qui a abouti à la rédaction de la thèse secondaire de doctorat d’État (p. 195 à 220) avant d’en venir aux enquêtes et à la méthodologie suivie par Paul Mercier et son équipe pour élaborer ce projet de recherche (p. 221 à 254) et de finir sur la temporalité entre le moment des enquêtes et celui de la soutenance de la thèse en 1968 (p. 255 à 286) qui permet d’expliquer, selon lui, pourquoi ce travail n’a pas été publié à l’époque.

Au moment où Paul Mercier effectue ses premiers terrains de recherche à Dakar en 1946, le champ des études urbaines n’en est qu’à ses débuts en France et il est quasiment inexistant concernant le continent africain. Avec Georges Balandier, Paul Mercier fait figure de pionnier dans ce domaine lorsqu’il dirige le premier ouvrage collectif sur la ville de Dakar en 1954 intitulé, L’agglomération dakaroise1. Plusieurs études suivront, menées par des chercheurs sénégalais et français au cours de la décennie 1968. Cet intérêt pour les études urbaines coïncide en France avec le développement des études africaines à l’EPHE, puis à la Sorbonne où Paul Mercier exerce en tant qu’enseignant et se consacre à plusieurs synthèses comme Les Tâches de la sociologie, publiée en 1951. Il s’ensuit un détachement progressif du terrain sénégalais et de l’actualité de la recherche sur les villes en Afrique : comme Jean Copans le précise p. 212-213, plusieurs références importantes n’apparaissent pas dans la thèse complémentaire en 1968 comme s’il n’avait pas actualisé sa bibliographie depuis son terrain dakarois de 1954.

Pour autant, l’effort de réflexion méthodologique de Paul Mercier justifie la publication posthume de sa thèse complémentaire. Depuis son travail sur l’agglomération dakaroise, il montre la nécessité d’élaborer de nouvelles techniques d’enquêtes adaptées aux nouvelles différenciations sociales. Il préconise notamment l’usage d’une enquête préliminaire par questionnaire, ce qu’il n’a pu faire que partiellement pour son travail sur Dakar. Comme l’écrit Jean Copans p. 264, « la ville, qu’elle soit de taille modeste ou importante, ancienne ou en cours de fondation, occidentale ou coloniale, ne peut pas être l’objet d’une approche disciplinaire unique d’autant que, pour Mercier, il ne semble pas possible de confondre les démarches de la sociologie avec celles de l’ethnologie ou encore de l’anthropologie sociale et culturelle ».

L’intérêt de la postface réside enfin dans l’actualisation de la problématique de la thèse. Présentée par Paul Mercier comme un travail de sociologie urbaine, la thèse est en réalité pour Jean Copans davantage un travail qui cherche « à décrire et à expliquer la nature des catégories et des dynamiques sociales de la modernité sociétale africaine en gestation, et non les logiques sociologiques et ethnologiques de la disposition spatiale et résidentielle, des formes différentielles des sociabilités publiques et privées » (p. 293). En faisant de cette thèse une sociologie des classes sociales en ville, Jean Copans ouvre ainsi de nouvelles perspectives pour comprendre ce travail pionnier.

1 De son côté, Georges Balandier a publié à cette époque, Sociologie des Brazzavilles noires (1955).


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search