Compte-rendu: Ludolf Pelizaeus (dir.), Les villes des Habsbourg du XVe au XIXe siècle, Reims, ÉPURE, 2021

Ludolf Pelizaeus (sous la direction de), Les villes des Habsbourg du XVe au XIXe siècle. Communication, art et pouvoir dans les réseaux urbains, Reims, ÉPURE, 2021

Compte-rendu réalisé par Eric Hassler

Deuxième opus de la collection « Studia Habsburgica », ce volume entend aborder par le prisme urbain la monarchie des Habsbourg dans l’entièreté de son histoire et dans sa plus vaste extension – hispanique comme centre-européenne. L’initiative est en soi très stimulante dans la mesure où elle permet de modifier l’angle d’approche de cet agglomérat complexe et à géométrie variable de couronnes d’importances diverses qui composent le patrimoine de l’Archimaison.

Ce beau volume propose donc une collection de treize articles plurilingues (en français, anglais, allemand et espagnol), assortis d’un cahier d’illustrations, qui se répartissent en trois parties. La première, titrée « Économie et communication » oscille entre approches économique et culturelle et rassemble cinq articles. Le premier étudie l’élaboration du réseau de communication tissé dans la première moitié du XVIe siècle. dans la monarchie hispanique et montre l’importance de la dimension économique, et non seulement politique et logistique. D. Alonso Garcia apporte ainsi de nouveaux éclairages sur la chronologie et les motivations du choix de Madrid comme siège de la cour espagnole. La perspective économique est également adoptée par l’article suivant (M. Limberger) centré sur Anvers et son inscription dans des réseaux économiques élargis qui s’avèrent structurant pour la monarchie au XVIe siècle. C. Roche reprend quant à elle le dossier des relations entre Vienne et l’Orient pour la même période afin de montrer comment les empereurs ont usé de la maîtrise des langues orientales pour renforcer la position géopolitique, culturelle et confessionnelle de la ville de résidence impériale tant dans le monde germanique que méditerranéen. La quatrième communication (M. C. Torales) transporte le lecteur aux antipodes de la monarchie en proposant une analyse de l’inscription de Mexico dans la monarchie à travers de l’étude de l’armada de Barlovento et des intérêts financiers et stratégiques qu’elle a suscités entre les XVIe et XVIIe siècles. Enfin, le dernier article de cette première partie se concentre sur le rôle de la presse locale germanophone (ici la Laibacher Zeitung) comme relai du joséphisme dans le duché de Carniole, et en conséquence d’outil d’intégration des terres alpines méridionales à la monarchie.

La deuxième partie s’attèle à la question des arts et des représentations et ambitionne d’identifier une éventuelle typicité habsbourgeoise susceptible de subsumer les particularismes nationaux ou locaux pour produire des « villes habsbourgeoises » (Habsburgerstädte). La problématique des leviers et du degré de l’intégration impériale, fréquemment sous-jacente dans les études sur la monarchie, est ici abordée du point de vue urbain. M.V. Engelberg saisit cette question par l’étude des cas de Fribourg-en-Brisgau, Prague et Linz et propose une réflexion nuancée et contextualisée qui met en exergue le rôle des pouvoirs locaux et des acteurs aristocratiques dans l’élaboration d’une image propre, mais teintée de cette « Habsburgness » (p. 15) jusqu’à ce que l’affirmation plus nette d’une centralité viennoise ne conduise au milieu du XVIIIe siècle à un processus de standardisation du paysage urbain (baroquisation des résidences urbaines, construction de bâtiments administratifs, utilisation du « jaune thérésien »). C. Horel, en analysant notamment les bâtiments culturels (monuments, musées ou maisons associatives), saisit pareillement la ville comme un baromètre du poids des groupes nationaux dans la ville. Elle montre ainsi comment s’élabore un paysage urbain commun aux différentes métropoles de la monarchie, qui use des échelles de pouvoir, entre patriotisme dynastique, affirmations nationales et particularismes locaux. Entre les deux, S. Lang étudie la complexité d’une déclinaison du monument votif réputé typique de la monarchie autrichienne, la colonne mariale, qui articule dimensions dynastique et confessionnel, dans un paysage urbain qu’elle contribue à façonner.

La dernière partie entend articuler réseaux urbains et gouvernement politique, en commençant par restituer la généalogie des revendications politiques des villes de Castille entre le XIIIe et le début du XVIe siècle (M. A. Gonzalez). Se succèdent ensuite quatre articles qui envisagent les périphéries de la monarchie : Hongrie, Sicile, Chili et Transylvanie. Le premier (B. Guitman) évalue le degré d’intégration à la monarchie de la ville de Bartfeld/Bardejov au prisme de la correspondance du conseil municipal à l’Époque moderne, la deuxième (J.M. Delgado) étudie à travers le cas de Carlentini, fondée par Charles Quint en 1551, les difficultés qu’éprouve le pouvoir monarchique à imposer une politique d’urbanisme à des sujets lointains qui rechignent à peupler la ville nouvelle. C. Hauser et G. Olmedo Espinoza transposent cette problématique au Chili un siècle plus tard. La ville de Talca, dont la fondation a pour objectif de faciliter l’intégration de la région à la monarchie, se solde par un échec jusqu’à ce qu’une nouvelle culture politique, avec l’avènement des Bourbons, ne permette de surmonter les blocages locaux. Zsofia Szirtes change enfin d’échelle en envisageant les villes de Transylvanie comme une puissance politique collective aux prises avec le pouvoir monarchique, à travers leur action à la diète provinciale.

Les grandes richesse et diversité de ce dossier permettent ainsi de mesurer la complexité du phénomène urbain dans la monarchie des Habsbourg. Est-il pour autant possible de lier ces textes au moyen de l’angle des « réseaux urbains » ? La proposition se révèle ambiguë du fait de l’absence d’une définition claire, voire d’une modélisation de ce que cette notion recouvre dans le cas habsbourgeois. L’introduction, dont on regrettera la brièveté (9 p.), ne l’explicite guère. Elle multiplie les mentions à des questions historiographiques majeures, telles que la centralité et les échelles de pouvoir, l’exercice proche/lointain du gouvernement monarchique, le degré de contrainte politique (avec la référence inévitable à l’absolutisme), la validité du prisme urbain dans l’analyse du « fonctionnement de l’État » et le rôle des acteurs politiques, la communication et les transferts culturels… sans pour autant réellement exploiter ces veines de la recherche et éclairer la façon dont le projet entend les réinvestir. Le propos tourne ainsi autour des réseaux urbains sans réellement les saisir, ni du reste faire état des difficultés épistémologiques que la notion pose et des façons dont l’histoire urbaine se l’est appropriée. C’était pourtant l’occasion de confronter des historiographies différentes et de sortir du débat sur la « modernité » de l’État (p. 12) pour proposer des alternatives plus nuancées à l’aune de la diversité des configurations évoquées dans les textes. On regrettera notamment l’absence de références sur la centralité, voire la capitalité, notions pourtant centrales dans l’historiographie de la monarchie des Habsbourg. Une si riche hétérogénéité imposait sans doute de densifier l’appareil conceptuel afin de proposer des clefs de compréhension transversales qui permettent de nourrir les interrogations initiales mais peut-être aussi de proposer un bilan conclusif qui mette plus clairement en exergue les apports du dossier, en particulier pour les lecteurs peu au fait des spécificités habsbourgeoises. Il est vrai que l’ambitus chronologique large, s’il est toujours stimulant, rend plus complexe la contextualisation des évolutions lourdes de la monarchie autrichienne qui peuvent biaiser les comparaisons implicites entre les textes. Il n’en demeure pas moins que ces treize contributions sont autant de fenêtres grandes ouvertes sur les villes de la monarchie des Habsbourg et de propositions stimulantes pour l’historien qui s’intéresse au phénomène urbain.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search