Compte-rendu: Prim Joëlle, Aventinus mons. Limites, fonctions urbaines et représentations politiques d’une colline dans la Rome antique, Rome, Collection de l’École française de Rome, 2021

Prim Joëlle, Aventinus mons. Limites, fonctions urbaines et représentations politiques d’une colline dans la Rome antique, Rome, Collection de l’École française de Rome, 2021, 589 p.

 

Compte-rendu réalisé par Romain Millot

 

Souvent présenté comme plébéien et marginal, l’Aventin apparaît dans l’histoire urbaine et politique de Rome comme un espace marqué par une forte dimension idéologique. Joëlle Prim propose, dans cet ouvrage tiré de sa thèse de doctorat (soutenue en 2012 à Paris 8), de confronter cette image aux apports récents de l’historiographie et de l’archéologie, renouvelant ainsi, plus d’un siècle après la monographie d’Alfred Merlin, l’étude de cette colline présentée ici comme un espace « acteur ». L’autrice prend le parti d’écrire une histoire discontinue de l’Aventin, qui vise à mettre en valeur son identité propre et ses articulations avec le reste de l’Vrbs. De manière symptomatique, les bornes chronologiques choisies (IIe s. a.C.-49 p.C.) – c’est-à-dire de la structuration de la mémoire de Rome jusqu’à l’intégration de l’Aventin dans le pomerium par Claude – ne figurent pas dans le titre de l’ouvrage : c’est qu’elles ne sont jamais absolues et ne limitent pas de manière immuable une étude qui se présente comme une succession de dossiers thématiques au sein desquels la microanalyse conduit à des réflexions historiographiques sur le temps long.

Le premier de ces dossiers, « L’Aventin comme espace urbain. Définir territorialement un quartier de Rome », interroge l’existence de l’Aventin au miroir du concept moderne de « quartier », à partir de la définition des limites virtuelles (l’Aventin tel qu’il apparaît dans les constructions érudites et la toponymie), mais également concrètes (sa situation hors pomerium et les circonscriptions socio-religieuses et administratives qui le composent) de la colline. L’espace désigné sous le nom d’« Aventin » évolue ainsi au cours des siècles : le Mons Murcus, éminence orientale de la colline, n’est ainsi englobé dans l’Aventin que progressivement, entre la fin de la République et le début du Principat, lorsque la toponymie de la colline s’uniformisa. Tenter de définir les limites concrètes de l’Aventin permet ensuite à l’autrice d’exposer de manière détaillée les débats et apports des recherches récentes sur plusieurs formes de limites politiques, religieuses et/ou sociales de l’Vrbs. Il en va ainsi du pomerium, dont l’Aventin est exclu, de la muraille, qui à l’époque républicaine, n’enserre que la partie occidentale de la colline, et enfin des deux espaces qui l’englobent entièrement, l’ager romanus et la zone dite « des mille pas ». L’étude éclaire notamment la dimension politique et idéologique de la recomposition des circonscriptions urbaines à l’époque augustéenne, ainsi que le montre par exemple la réforme qui entraîne la disparition des anciens et turbulents pagi et fait des montes le cadre unique commun à l’ensemble de la communauté civique. Le pagus aventinensis disparaît ainsi, et la colline prend le statut de mons. L’inclusion de l’Aventin dans la « Rome aux sept collines », concept en cours de développement à l’époque d’Auguste, permettait d’effacer sa marginalité. Cette position originellement marginale de l’Aventin conduit l’autrice à considérer la raison de son maintien hors du pomerium jusqu’en 49 p.C. : s’agissait-il de maintenir une zone libre d’interdits, destinée à servir de place forte au sud de la Ville ? Si les causes de cette exclusion sont certainement multiples, elles sont d’autant plus difficiles à déterminer qu’elles donnent lieu, dès l’Antiquité, à de très nombreux débats, ravivés de manière circonstancielle et diachronique. En effet, l’opposition d’un Rémus de l’Aventin et d’un Romulus du Palatin, ainsi que le souvenir des sécessions plébéiennes, chargé de connotations politiques à la fin de la République, s’atténuèrent sous Auguste, mais furent réactivées sous Claude, ce qui rappelle bien que la pacification de l’Aventin, tout comme son intégration territoriale, n’étaient pas encore acquises.

La deuxième partie s’articule autour d’une question fondamentale : « L’Aventin, colline de la plèbe ? Entre imaginaire politique et realia socio-urbaines ». Pour y répondre, l’autrice questionne d’abord la genèse de la construction historiographique de l’image plébéienne de la colline. Celle-ci pose des difficultés liées, en premier lieu, à la définition même de ce que pouvait être la plèbe aux origines puis à la fin de la République. L’historiographie récente, efficacement mobilisée ici, a bien montré que la plèbe est une entité non figée, soumise à des recompositions permanentes : son apparente continuité sur le temps long est donc le fruit d’une construction idéologique qui trouva à se structurer autour de l’Aventin. À la fin de la République, l’image de l’Aventin plébéien fut ainsi forgée sur le souvenir reconstitué des expériences politiques libératrices de la plèbe que furent ses sécessions de 494 et 449 a.C. Ce discours contribuant à légitimer les actions politiques conduites dans le cadre des conflits opposant populares et optimates, il fit l’objet de variations et d’appropriations concurrentes, jusqu’à ce que les sources d’époque augustéenne transforment l’Aventin en lieu d’une mémoire unitaire et consensuelle. Si l’image plébéienne de l’Aventin est une construction politique, idéologique et mémorielle, il n’est donc pas étonnant que les realia socio-urbaines de la colline ne révèlent pas un peuplement uniquement plébéien. L’étude fine des sources littéraires, archéologiques et épigraphiques disponibles sur l’habitat et le peuplement de l’Aventin permet alors de déceler une diversité de l’habitat – coexistent, sur la colline, des modes d’habiter collectifs plébéiens et de riches demeures aristocratiques – ainsi qu’une mixité sociale. L’Aventin put ainsi accueillir des individus appartenant aux ordres professionnels, de riches représentants de l’ordre équestre, mais aussi d’importantes familles aristocratiques patriciennes, comme celle des Sulpicii Galbae, dont l’emprise sur la colline fut motivée par des raisons plus pragmatiques (la proximité avec les lieux d’échanges) qu’idéologiques.

La troisième partie, « Étude sur les sanctuaires de l’Aventin : Restitution topographique et analyses de quelques fonctions sociopolitiques des lieux de culte de l’Aventin », propose tout d’abord une liste des sites religieux identifiables sur les deux éminences de l’Aventin. L’autrice discute, pour chaque édifice, les hypothèses de localisation et démontre que le développement des sanctuaires se fit dans la partie nord-ouest de la colline, qui surplombait la vallée du Grand Cirque, puis au niveau de la partie occidentale de l’Aventin, proche du Tibre. Plutôt qu’une organisation déterminée seulement par la morphologie de la colline, le développement de la topographie religieuse de l’Aventin se fit ainsi au contact des axes de communication et des lieux de commerce et d’approvisionnement de la cité. Espace en partie aux marges de l’Vrbs, l’Aventin fut en outre un lieu d’intégration pour des populations placées elles aussi « en marge » du corps civique. Certains sanctuaires de la colline furent par exemple étroitement associés à l’émancipation religieuse des femmes et à l’accès des esclaves à la liberté, au tournant du IIIe et du IIe siècle a.C. Si ces transformations restent dans les cadres définis par la res publica, elles confirment cependant le rôle « d’espace de médiation entre l’Vrbs et ce qui s’étend au-delà » (p. 468) que jouait l’Aventin dans la Rome républicaine.

Joëlle Prim propose ainsi une étude à la croisée des histoires urbaine et politique, qui synthétise de manière claire et efficace des strates historiographiques complexes. Si ce souci de remonter systématiquement aux origines du savoir, associé à la dimension thématique de la réflexion, peut parfois diluer (brièvement) le propos, une telle mise à jour des savoirs sur l’Aventin, agrémentée de plusieurs planches cartographiques, semblait nécessaire pour redonner à la colline sa juste place dans l’histoire de l’Vrbs. Sans être exclusivement la « colline de la plèbe », l’Aventin s’impose bien comme un espace possédant une identité territoriale, idéologique, toponymique et topographique spécifique voire unique, ce qui fait de lui un véritable quartier de Rome.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search