Compte-rendu: Esther Tello Hernández, Pro defensione regni: Corona, Iglesia y fiscalidad durante el reinado de Pedro IV de Aragón (1349-1387)

Esther Tello Hernández, Pro defensione regni: Corona, Iglesia y fiscalidad durante el reinado de Pedro IV de Aragón (1349-1387), Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Madrid, 2020, 645 p.

Compte-rendu réalisé par Julia Conesa Soriano

L’ouvrage d’Esther Tello est issu du remaniement d’une thèse doctorale soutenue en 2017 à l’université de Saragosse. Il aborde la question des prélèvements fiscaux grevant les ecclésiastiques dans la Couronne d’Aragon sous le règne de Pierre IV d’Aragon, dit le Cérémonieux. Derrière un cadre chronologique qui pourrait sembler restreint, le sujet embrasse une réalité beaucoup plus large que ce que son titre peut laisser supposer. Il apporte un éclairage novateur sur les structures de l’Église tardo-médiévale, a fortiori dans le cadre de la Couronne d’Aragon où manquent encore les études sur le monde ecclésiastique à toutes les échelles. S’ajoutant aux foisonnants travaux sur la fiscalité médiévale ibérique (voir les recherches de Manuel Sánchez Martínez, Pere Verdés Pijuan ou du groupe Arca communis), il décale le prisme vers un champ d’ordinaire négligé : celui des impôts ecclésiastiques et leur impact dans la politique royale.

L’introduction (p. 37-90) replace l’ouvrage dans son cadre chronologique et historiographique, grâce à un état de l’art actualisé qui ne se contente pas de la Couronne d’Aragon mais met cette recherche en perspective avec tout l’espace européen tardo-médiéval. L’ouvrage se structure ensuite autour de deux grandes parties : la première porte sur les contributions ordinaires de l’Église à la fiscalité ; la seconde aborde les contributions extraordinaires. Les annexes, composées principalement de tableaux servant à préciser le propos (p. 529-571), sont suivies d’un index onomastique (p. 573-583) et d’une bibliographie très complète et internationale (p. 585-639).

La première partie revient sur les modes ordinaires de contribution des ecclésiastiques à la fiscalité de la Couronne d’Aragon. Esther Tello commence par préciser la chronologie de ces perceptions fiscales et présente leurs acteurs : les prélèvements sont effectués sous l’autorité des collecteurs (généralement des évêques nommés par le pape) qui mandatent, pour gérer les opérations, des sous-collecteurs (le plus souvent des chanoines de leur diocèse). Ce sont ces sous-collecteurs qui doivent ensuite présenter des comptes au maître rational (mestre racional), lequel les enregistre dans les caisses royales. D’autres administrateurs, y compris des laïcs (messagers, scribes, etc.), interviennent par ailleurs dans le processus.

Ces dîmes, perçues presque sans interruption au long de la période étudiée par cet ouvrage, se transforment en une entrée financière habituelle pour la monarchie. Esther Tello se livre à un bilan de ces revenus, décennie par décennie, et évalue les apports des différentes provinces ecclésiastiques de la Couronne d’Aragon, celle de Tarragone arrivant en tête de liste. La différence d’un diocèse à l’autre dépend ainsi du nombre et de la valeur des bénéfices de chaque diocèse. Les résistances à ces prélèvements fiscaux augmentent cela dit au long de la période étudiée par l’ouvrage, un certain nombre de clercs tentant d’y échapper en prétendant n’être pas assez bien dotés pour pouvoir contribuer à l’impôt.

Ces revenus sont principalement destinés à financer la guerre de Sardaigne mais également d’autres opérations militaires et diverses affaires. En outre, ces rentes fiscales sont fréquemment octroyées à des particuliers, notamment à de grands financiers en remboursement d’un crédit accordé au roi. Esther Tello met en lumière la place prépondérante de ces individus en retraçant le parcours et le profil sociologique de plusieurs d’entre eux. Certaines dîmes sont aussi transférées à des agents du roi, à des membres de la cour ou à des ecclésiastiques. Si les sommes concernées sont difficiles à quantifier en raison de l’état des sources, Esther Tello montre qu’elles constituent assurément des revenus importants pour la couronne.

La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse aux ponctions fiscales extraordinaires opérées sur les ecclésiastiques. Sont grevés dans ce cadre les vassaux des seigneuries ecclésiastiques voire, parfois, les religieux eux-mêmes. Ces prélèvement extraordinaires prennent plusieurs formes, principalement les demandes de subsides émanant des Cortes ou du roi et la taxation des religieux pour participer aux frais des cérémonies comme les mariages ou couronnements de la famille royale, cela dans un contexte d’érosion progressive de l’exemption fiscale ecclésiastique dans la Couronne d’Aragon au bas Moyen Âge.

Le premier motif de ces prélèvements fiscaux est la demande de subsides pour financer la guerre. Ces dernières sont si fréquentes que les commissions des Cortes pour octroyer ces subsides finissent par devenir permanentes. La contribution fiscale des ecclésiastiques se structure ainsi à partir de la décennie 1360 jusqu’à devenir récurrente. Esther Tello souligne le rôle croissant des officiers royaux dans ce processus durant le dernier tiers du XIVe siècle ainsi que le nombre grandissant d’abus. L’un dans l’autre, Pierre IV accentue de façon croissante son interventionnisme dans les rentes ecclésiastiques au long de son règne.

À ce titre, le dernier chapitre est consacré à une situation bien spécifique : l’appropriation des revenus ecclésiastiques par le souverain durant le Grand Schisme d’Occident. Dans ce contexte troublé, Pierre IV choisit de rester neutre et ne reconnaît aucun des papes en concurrence. Il s’approprie alors les perceptions fiscales que les ecclésiastiques de ses territoires auraient dû payer au Saint Siège : rentes sur les sièges vacants, droits perçus sur les procurations et visites pastorales, etc. Ces revenus sont utilisés pour pourvoir aux frais de la famille royale mais surtout pour mater les révoltes de Sardaigne et pour financer les expéditions d’Athènes et du duché de Néopatrie, qui passent brièvement sous contrôle aragonais dans la décennie 1380. Comme pour les prélèvements fiscaux ordinaires, abordés dans la première partie de l’ouvrage, ces rentes sont fréquemment octroyées à des financiers et négociants, souvent en compensation de prêts qu’ils avaient accordés à la monarchie, et constituent des rentrées non négligeables dans les caisses royales.

Servi par un style élégant et une structure claire, ponctué de conclusions intermédiaires à la fin de chaque chapitre, l’ouvrage ouvre au long de ses réflexions des perspectives pour prolonger cette recherche, par exemple sur la trajectoire des acteurs du prélèvement et leurs liens avec le roi et la cour, sur la répartition des subsides au sein des Cortes ou encore sur la participation fiscale des ordres militaires. Il s’avère d’un intérêt indéniable pour la compréhension des structures politiques, économiques et fiscales de la Couronne d’Aragon du XIVe siècle mais aussi du fonctionnement de la fiscalité ecclésiastique du bas Moyen Âge dans son ensemble.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search