Compte-rendu: Liliane Lopez-Rabatel, Virginie Mathé, Jean-Charles Moretti (dir.), Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

Liliane Lopez-Rabatel, Virginie Mathé, Jean-Charles Moretti (sous la direction de), Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine, Actes du colloque de Créteil, 10-11 juin 2016, Lyon, 2020

compte-rendu réalisé par Julie Bernini

Issu d’un colloque tenu à Créteil en 2016, cet ouvrage publié en 2020 se compose d’une introduction et de 18 articles répartis en quatre thèmes : « Des hommes et des villes », « Composantes et composition de l’espace urbain », « Nommer et classer les villes », « Des villes dans un empire ». Au cours de ces quatre chapitres, le lecteur passe d’études de cas pointues à des remarques générales sur le rapport des Grecs à la ville – aux villes – mais aussi sur notre propre rapport à leurs discours sur ces espaces urbains dont la réalité nous échappe parfois grandement.

Puisqu’il s’agit d’étudier les manières de « dire la ville », la majorité des contributions propose d’étudier les usages d’un mot ou d’une locution lexicale dans un ensemble de textes et privilégient les sources littéraires aux sources épigraphiques car les inscriptions évoquent davantage les édifices publics que la ville. En plus de donner accès à des textes dont certains sont peu connus – accès facilité par les traductions et par un index de sources – ces actes démontrent que l’étude des mots ne doit pas être réservée aux seuls linguistes, mais qu’historiens et archéologues ont tout intérêt à s’en emparer.

L’unité de l’ensemble est évidente. L’objectif – « interroger les façons de dire la ville pour en comprendre les enjeux » (p. 15) – est atteint sous une forme qui profitera aussi bien aux spécialistes qu’aux étudiants, que leurs recherches relèvent de l’histoire urbaine ou de l’histoire culturelle et littéraire du monde grec aux époques antique et byzantine. Les apports de ces actes sont nombreux. On retiendra ici ce qu’ils enseignent à leur lecteur sur les manières de lire les discours sur la ville.

La plupart des articles encouragent le lecteur à la plus grande prudence face à certains termes utilisés dans les descriptions des villes. En effet, ces termes révèlent souvent moins une caractéristique réelle de la ville décrite qu’un jugement moral d’un auteur ou d’une société. Ainsi, Thierry Grandjean (p. 31-44) montre que si l’opposition entre grandes et petites cités dans le Banquet des Sophistes d’Athénée était en partie fondée sur une réalité urbaine, elle était surtout révélatrice de valeurs politiques et morales. De la même manière, Valeria Tosti (p. 177-192) montre que la locution polis kata komas utilisée par Thucydide pour qualifier Sparte est pensée comme la description d’une réalité urbaine mais qu’elle sert à marquer la différence avec Athènes et qu’elle porte en elle un jugement de valeur. Les descriptions des villes des peuples non-grecs ne sont, sans surprise, pas exemptes de ce type de jugements. Stefania de Vido (p. 45-56) montre que la description de plusieurs cités (Babylone, Ecbatane) permet à Hérodote de mettre en relief la distance inéluctable entre monde grec et monde barbare. Toujours à propos d’Hérodote, l’article de Flavia Frisone et Mario Lombardo (p. 57-74) sur l’usage du terme polis par des auteurs grecs pour désigner les villes des Autres en Occident montre que l’historien ne qualifiait de polis qu’un établissement qui pouvait être relié à la Méditerranée orientale et donc soustrait à la barbarie de leur territoire.

Le lecteur retiendra que loin de répondre à la seule volonté de rendre compte d’une réalité urbaine, le choix des mots ou des locutions verbales utilisés pour décrire une ville dépendait du message idéologique véhiculé par l’auteur. Il en allait de même du choix des éléments décrits. L’analyse des discours aux villes de Dion de Pruse a par exemple mené Éric Guerber (p. 263-282) à montrer que l’orateur s’était attaché à faire l’éloge des monuments révélateurs des mœurs des peuples auxquels il s’adressait (le théâtre et l’hippodrome dans le discours aux Alexandrins, les murailles dans le discours aux Rhodiens). La lecture de ces actes démontre ainsi la nécessité de replacer les mots dans le contexte historique, politique et social dans lequel ils furent employés. Il apparaît également nécessaire de les insérer dans les traditions culturelles. Plusieurs auteurs insistent en effet à juste titre sur la transmission des représentations qui va de pair avec la transmission des mots. Pour bien comprendre les enjeux de l’utilisation d’un terme, il faut donc révéler la filiation dans laquelle s’inscrit l’auteur qui l’emploie. Cinzia Bearzot (p. 21-30.) met ainsi en évidence deux traditions susceptibles d’avoir influencé l’usage du philopolis dans l’œuvre de Pollux au IIe s. p.C., l’une liée à Thucydide, l’autre à Anaximène. Sylvie Rougier-Blanc (p. 99-112.) montre que la manière dont Thucydide évoquait l’espace domestique au sein des villes était tributaire des représentations des maisons et des palais en contexte poétique, épique et tragique. Le problème de l’origine d’une représentation est également abordé dans les réflexions de Dominique-Marie Cabaret et Anca Dan (p. 133-160) sur l’usage de l’analogie théâtrale pour désigner Jérusalem dans l’œuvre de Flavius Josèphe et dans la lettre d’Aristée à Philocrate. Ils proposent de résoudre l’apparent paradoxe de la comparaison avec un édifice grec pour décrire le centre du judaïsme par l’existence de la diaspora juive à Alexandrie, un des centres de la fabrique de cette analogie théâtrale aux IIe et Ier s. a.C. Cette analogie, marquée par l’emploi de l’adjectif theatrodeis, est par ailleurs au cœur de l’article de Cécile Durvye et de Jean-Charles Moretti (p. 113-132). Ils expliquent l’utilisation de ce terme pour qualifier une ville non par des similitudes entre la vie urbaine et le spectacle théâtral, mais bien par des similitudes formelles entre le site et un édifice théâtral. L’adjectif pouvait être utilisé pour qualifier une ville dont les accès étaient limités, les circulations peu nombreuses et qui avait l’aspect d’une masse construite. En définitive, l’usage de cet adjectif renseigne autant sur la perception de la ville que sur celle de l’édifice théâtral.

Cet ouvrage amène également à s’interroger sur la possibilité de distinguer ce qui relevait d’une vision idéologique ou d’une perception individuelle dans la description d’une ville. Plusieurs discours d’Aelius Aristide servent de cadre à cette enquête. Matteo di Franco (p. 283-290) analyse le discours En l’honneur de Rome prononcé par Aelius Aristide à Rome en 144 et souligne la difficulté à connaître les impressions réelles d’Aristide. Jean-Luc Vix (p. 291-304) révèle la manière dont le sophiste, aussi « citoyen de Smyrne amoureux de sa cité et de sa culture », joue avec les topoi de la description urbaine et propose une géographie personnelle de la ville dans ses cinq discours smyrniotes.

Ces actes inciteront leur lecteur à être attentif non seulement aux poids des représentations dans le choix des mots, mais aussi aux enjeux politiques des noms, propres ou communs, utilisés pour désigner une ville. Le problème est abordé dans le contexte de la Macédoine : dans l’article de Franca Landucci (p. 193-200) qui examine le vocabulaire employé dans la tradition littéraire sur les fondations urbaines des rois macédoniens, et dans celui de Julien Demaille (p. 201-220) qui étudie la manière de désigner et de nommer Dion et Philippes de l’époque hellénistique à l’époque byzantine dans les sources littéraires, épigraphiques et numismatiques. La question est également posée pour l’époque byzantine. À travers l’analyse des occurrences du terme kastro, Catherine Saliou (p. 221-242) aborde la question de l’évolution du fait civique et urbain au début de la période byzantine. Dans les sources littéraires du Moyen Euphrate et de la steppe syrienne, entre le IVe et le VIe s. p.C., désigner une agglomération par le terme kastro permettait d’en reconnaître le caractère urbain bien qu’elle soit située hors du territoire d’une cité. Le terme est également analysé par Brendan Osswald (p. 243-260) dans son étude de la façon de nommer les villes épirotes dans les discours politiques.

Enfin, cet ouvrage invitera son lecteur à s’interroger sur la part accordée aux monuments dans la définition de la ville. Dans son analyse de la manière de nommer les lieux dans les villes hellénistiques, Gabrièle Larguinat-Turbatte (p. 161-174) a montré que, dans quelques inscriptions des cités d’Ionie et de Carie, des noms de lieux étaient utilisés pour localiser des quartiers ou des activités. Les éléments nommés étaient donc ceux que les citoyens percevaient comme des points de repère dans la ville (sanctuaires, places, tours et portes), sans qu’ils en soient les composantes essentielles à sa définition. Le problème de la définition monumentale de la ville est également abordé par Olivier Gengler (p. 305-324) qui met en perspective la célèbre description de Panopée par Pausanias avec les autres descriptions de villes contenues dans l’œuvre de l’auteur (Sparte en particulier, mais aussi Lédon en Phocide, Messène, Mantinée ou Mégalopolis). La tentative de mettre en évidence les monuments essentiels à une ville est rendue difficile par le peu d’intérêt de Pausanias pour cette question. Stéphanie Maillot (p. 77-98) propose de considérer l’habitat privé comme élément essentiel de la définition d’une ville, plus que la parure monumentale. Sa contribution permet de revaloriser la place de l’habitat collectif et locatif (les synoikia, les immeubles) dans notre conception des villes grecques.

Le lecteur s’interrogera sans doute sur l’usage du singulier dans le titre (« la ville ») alors que la lecture des contributions le confortera dans l’idée de la diversité des villes et de la manière de les dire. On y verra l’exigence de considérer le fait urbain comme un objet d’étude ayant une unité pour les époques considérées. De ces études sur le rapport des Grecs à la ville, on comprend en effet que dans chaque région et à chaque époque, la ville ne fut jamais pour eux qu’un simple espace différencié des autres par une morphologie particulière. Une ville n’avait pas de sens en elle-même, elle n’avait que celui qui lui donnaient ceux qui la fréquentaient. La définition de la ville était chargée de représentations que les historiens doivent s’attacher à révéler pour penser l’histoire des sociétés qui ont construit, habité et pensé ces espaces et que ces villes ont contribué à former en retour.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search