Compte-rendu : Noizet, Hélène, Anne-Sophie Clémençon. Faire ville. Entre planifié et impensé, la fabrique ordinaire des formes urbaines

Noizet, Hélène, Anne-Sophie Clémençon. Faire ville. Entre planifié et impensé, la fabrique ordinaire des formes urbaines, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2020

Compte-rendu réalisé par Sandrine Robert

Dans un ouvrage dense (350 pages), Hélène Noizet et Anne-Sophie Clémençon nous proposent une réflexion en trois parties, destinée à éclairer les mécanismes de fabrique de la ville européenne. La tradition morphologique urbaine nous avait habitué aux monographies ou aux synthèses d’ « architecture urbaine »  périodisées mais il s’agit ici d’un livre très différent. En effet, il n’est pas construit sur l’étude d’un objet particulier (la ville planifiée, le lotissement, une ville en particulier, etc.) mais sur les processus qui permettent à l’urbain de se construire, se transmettre et se développer dans le temps. Ainsi, l’approche diachronique qui court de la Protohistoire à l’actuel, loin de servir à établir la validité d’un objet1, est utilisée pour détecter les mécanismes communs à plusieurs périodes. À ces comparaisons transchronologiques, les autrices ajoutent une approche comparative entre les lieux. L’ouvrage est ainsi émaillé de 112 illustrations qui reflètent la place donnée aux planimétries mais aussi à la troisième dimension (le bâti), à travers les nombreuses photographies. Les exemples concernent principalement les villes de Paris et Lyon, lieux privilégiés des recherches des deux autrices, mais elles n’hésitent pas à mobilier d’autres travaux comme ceux de M. Roncayolo sur Marseille, ou de M. R. G. Conzen sur les villes anglaises. De nombreuses cartes ont été produites ou retravaillées par le biais d’un système d’information géographique (SIG), homogénéisant les représentations et favorisant la comparaison entre les exemples.

Dans la première partie, l’examen de l’état de l’art sur la morphologie urbaine conduit les autrices à réfléchir à la manière de dépasser la disparité théorique et méthodologique d’une littérature produite au sein de disciplines multiples (histoire, histoire de l’art et archéologie, géographie, architecture) et à différentes échelles de la ville (plan, lotissement, quartie, etc.). Elles décrivent alors de manière détaillée les propositions théoriques qui vont sous-tendre l’ouvrage et qui sont clairement rappelées à chaque entrée de chapitres et en synthèse.

Alors que la littérature a surtout écrit une histoire urbaine par les planifications, les autrices choisissent, dans la continuité des travaux de l’école de typo-mophologie, de laisser une large part à l’habitat ordinaire. Elles proposent de ne pas opposer « le projet » renvoyant à des logiques d’acteurs situées dans le temps et le « processus » qui, comme « enchainement de projets. » (p. 290), est fondamentalement diachronique. En ce sens, le choix d’observer les villes dans la longue durée est particulièrement judicieux puisqu’il permet de déceler les mécanismes transpériodiques et transculturels.

Cette approche par processus plus que par objet ou état est rendue possible par le choix que font les autrices de s’affranchir du mot « ville » avec ses nombreuses acceptions pour se concentrer sur l’« urbain » défini, à la suite de Jacques Levy comme « un mode de gestion de la distance fondé sur la coprésence, induisant la densité et la diversité » (p. 290). Cette définition et l’utilisation des SIG leur permettent de passer d’une analyse morphologique qualitative portant généralement sur un type de plan ou de bâti privilégiés à une analyse quantitative (portant sur la densité, le rapport entre la taille des parcelles et le bâti, etc.). La recherche peut alors unifiée quelle que soit la période concernée.

Si la matérialité de la ville et le social font chacun l’objet d’une partie spécifique, c’est bien l’interaction entre acteurs et formes qui est au cœur de l’ouvrage. Ainsi, dans la partie 2, lorsqu’elles décrivent les dynamiques d’extension de l’urbain par la reconstruction, l’exploitation des réserves foncières ou l’extension sur le rural, les autrices précisent les modalités de re-appropriation que cela signifie. Elles en profitent pour préciser un certain nombre d’objets familiers aux morphologues mais curieusement assez peu définis : la grille, le damier, le lotissement (dont elles proposent une typologie en 6 classes). Elles montrent que les formes géométriques sont être elles-mêmes le résultat d’une régularisation progressive dans la longue durée et c’est une constante du livre que de situer le temps comme un acteur à part entière de la dynamique urbaine.

Le chapitre 4 constitue un des points forts de l’ouvrage car il propose un modèle transchronologique d’explication de la dynamique urbaine, reposant sur des décalages et ré-articulations constantes dus à l’asynchronie entre voies, parcellaire et bâti. Ce modèle s’inscrit dans la lignée des travaux des archéogéographes2 qui ont montré que la permanence des formes anciennes n’est pas le résultat d’une inertie des productions initiales mais au contraire, le résultat de transformations incessantes qui s’opèrent à l’articulation entre trois niveaux possédant des temporalités différentes : les flux, les tracés et les modelés. Etudiés pour les réseaux viaires ou en morphologie rurale, cette interaction est remarquablement illustrée ici, pour le milieu urbain et les autrices montrent comment cette asynchronie ou « interdépendance décalée » favorise la réutilisation des formes (p. 157) tout en ayant un « effet stabilisateur » sur le long terme (p. 162). Cette polytemporalité et les décalages entre forme et fonction deviennent une des sources de la diversité qui est au cœur de la définition de ce qu’est l’urbain.

Alors que traditionnellement la littérature de morphologie urbaine tend à découper l’analyse des voies, du parcellaire et du bâti dans des parties séparées, ici ce sont donc les interactions entre les différents niveaux qui sont discutées. Les autrices utilisent les concepts de la transformission (« il n’y a maintien apparent de structures morphologiques que par changement permanent de leur social » p. 307) et de la résilience pour montrer que le réinvestissement des formes par de nouveaux usages, fonctions ou représentations sont au cœur de leur transmission dans le temps.

Les faits sociaux qui sous-tendent la résilience ou la transformation des formes sont plus particulièrement discutés dans la partie 3 à travers la question des pratiques et représentations. L’étude morphologique apparait comme un moyen « d’analyser la modalité spatiale de l’accord social » (p. 193) et les autrices choisissent d’attirer l’attention sur deux thématiques qui leur paraissent importantes.

La première concerne les différentes densités du parcellaire et du bâti qui ouvrent à des réappropriations même si les usages et représentations qui les ont créées ont changé (des espaces monastiques aux bâtiments d’administrations publiques ou campus universitaires, par exemple). L’ouvrage dépasse alors largement l’espace de la ville historique pour s’intéresser aussi aux faubourg et zones pavillonnaires et la description du processus dynamique qui se noue à l’articulation entre voie, parcelle, bâti permet par exemple de mieux comprendre la rupture qu’a constitué l’urbanisme du Mouvement Moderne qui dissocia volontairement les trois niveaux. Les représentations idéelles semblent donc être à l’origine des ruptures les plus importantes.

La deuxième thématique choisie est celle de la gestion foncière identifiée comme une des pratiques d’acteurs qui a le plus d’incidence sur la morphologie urbaine notamment à travers le rapport au temps et au changement entretenu par les multiples acteurs (du détenteur premier au sous-occupant). Plus la chaîne de détention foncière est longue, plus les formes héritées sont réactualisées car il est plus difficile d’acquérir l’accord d’un grand nombre d’acteurs. Si l’articulation entre présent et passé domine dans les premières parties de l’ouvrage, est exploré ici la question du rapport au futur et de ce qui permet d’inscrire virtuellement le projet dans le temps (ex. Jaïpur p. 274-275). Ce chapitre traite aussi un élément déterminant dans la réappropriation ou non des espaces : la transformation de la valeur foncière ou immobilière, directement liée au contexte économique, politique et social.

Si les autrices se défendent d’avoir écrit un manuel (plutôt un essai), elles livrent dans cet ouvrage un certain nombre de règles d’analyse morphologique, de définitions, de positions théoriques, de concepts qui structurent l’analyse de morphologie urbaine et permettent d’y intégrer un collectif plus large d’objets ce qu’avaient tenté les typo-morphologues sans véritablement aboutir à la rédaction d’un ouvrage synthétique. Ce livre permet de ressaisir la morphologie urbaine avec les outils quantitatifs de la Nouvelle géographie tout en faisant le lien avec l’approche qualitative de la géographie culturelle. Il permet de refonder l’histoire urbaine à partir d’une approche par processus plutôt que par objets ou états, qui jusqu’à aujourd’hui avait surtout valorisé l’étude des planifications au détriment de la ville ordinaire, constituant pourtant un élément moteur de la dynamique urbaine. L’ouvrage a le mérite enfin d’articuler plusieurs approches traditionnellement séparées : l’analyse des voies et du parcellaire des morphologues, celle du bâti et des réglementations des architectes, l’étude des usages, des projets ou des représentations de l’histoire sociale ou de la géographie culturelle, etc.

On peut suggérer cependant d’approfondir le lien avec la géographie spatiale. En effet, les auteurs se réfèrent constamment à l’analyse systémique mais sans en utiliser véritablement le vocabulaire, ni les concepts. Plusieurs « tendances autoentretenues » (p. 172 et 277) pourraient être ainsi identifiées et décrites comme des boucles de rétroaction, par exemple : la structure héritée conditionne les activités qui, elles-mêmes renforcent la structure (p. 242), la quantité et la qualité du bâti sur les îlots voisins d’une parcelle tendent à en augmenter ou à en diminuer la valeur foncière et inversement (p. 277) et la rétroaction la plus importante qui sous-tend tout l’ouvrage : les formes urbaines sont fabriquées par les pratiques sociales qui inversement influence le fonctionnement social (p. 287). Les illustrer par des schémas permettrait aussi de bien les identifier3. De même, un rapport plus explicite pourrait être travaillé avec la théorie de l’auto-organisation (comment les interactions micro à l’échelle d’acteurs multiples permettent la production d’un système stable à l’échelle macro)4. Si la théorie est citée, c’est souvent un autre vocabulaire qui est utilisé pour décrire des concepts comme l’émergence, la bifurcation, etc.

Enfin, le concept de résilience gagnerait à être discuté tant ses acceptions sont multiples en particulier dans le domaine de la résilience urbaine. L’idée de « résilience différentielle du trio voies-parcelles-bâtis » (p. 163) pourrait se nourrir de celle de la « panarchie », développée dans la résilience écologique anglo-saxone et articulé récemment au modèle flux-tracé-modelé de l’archéogéographie5. Le niveau étendu et lent du flux pourrait ainsi être représenté par les voies, le niveau peu étendu et très rapide du modelé par le bâti et le niveau intermédiaire et rapide des tracés par celui du parcellaire. Les notions de « flèches de mémoire » et de « révolte » permettraient de décrire plusieurs des interactions transchronologiques décrites dans l’ouvrage. Une application du champ de la résilience écologique serait aussi un moyen de discuter plus avant la dimension du vivant dans la ville et de celle du rôle de la gestion de l’information dans les variations de densité urbaine6.

Ces pistes de réflexion n’enlèvent rien cependant à la qualité de l’ouvrage qui s’avère un jalon important dans la construction d’une approche transdisciplinaire et transchronologique de la morphologie urbaine au carrefour entre histoire, archéologie, architecture et géographie sociale.

1 Comme la ville planifiée par exemple chez Pierre Lavedan. Histoire de l’urbanisme: Antiquité. Moyen Âge. H. Laurens, 1966.

2 L’ouvrage s’inscrit dans le projet d’un traité initié avec Gérard Chouquer, Traité d’archéogéographie, La crise des récits géohistoriques. Paris, Errance, 2008.

3 A l’instar des schémas résumant les interactions flux/parcellaire/bâti/activités dans la thèse de Léa Hermenault par exemple : « La ville en mouvements  : circulations, échanges commerciaux et matérialité de la ville : pour une articulation systémique des facteurs d’évolution du tissu urbain parisien entre le XVè et le XIXè siècle. » Thèse, Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, 2017. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01656824/document.

4 Pumain, Denise, Lena Sanders, et Thérèse Saint-Julien. Villes et auto-organisation. Paris: Économica, 1989.

5 Robert, Sandrine. La résilience. Persistance et changement dans les formes du paysage. ISTE Editions. Londres, 2021.

6 Van der Leeuw Sander E.. « Are Cities Resilient? » Journal. https://www.openscience.fr. OpenScience, 21 juin 2018. https://www.openscience.fr/Are-cities-resilient.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.