Compte-rendu: Laurent Coudroy de Lille, Olivier Ratouis (dir.), Les mots des urbanistes (2019)

Laurent Coudroy de Lille, Olivier Ratouis (dir.), Les mots des urbanistes. Entre parlers techniques et langue commune, Paris, L’Harmattan, 2019, 284 p.

Compte-rendu réalisé par Cédric Feriel

Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement du programme international des « Mots de la ville » (CNRS/Unesco) mené entre 1995 et 2009 par Jean-Charles Depaule et Christian Topalov et dont le livre référence a été co-dirigé par Laurent Coudroy de Lille1. Mais il ne s’agit ni d’une redite ni d’un addendum qui viendrait compléter, près d’une décennie plus tard, un copieux volume qui s’est imposé comme une référence. Les mots des urbanistes emprunte au programme international son intuition initiale : les mots ne font pas que décrire le monde urbain, ils contribuent à le constituer. La fécondité de cette démarche n’est plus à démontrer et continue à faire des émules. Plusieurs ouvrages ont paru récemment dans cette même filiation2.

La spécificité du présent volume est de déplacer la focale sur le terrain du vocabulaire professionnel de l’urbain. Alors que L’Aventure des mots de la ville s’organisait autour d’une typologie et d’une histoire matérielle saisies sur la longue durée (les catégories de villes ; leurs divisions ; les types d’habitat et les voies et espaces découverts), Laurent Coudroy de Lille (École d’urbanisme de Paris) et Olivier Ratouis (Université Paris-Ouest) engagent une réflexion sur l’essor d’un langage spécialisé, celui des urbanistes, qui suit l’essor de la discipline au tournant du XXe siècle.

Les mots des urbanistes met donc en lumière un phénomène historique encore relativement récent mais d’une ampleur réelle. Depuis plus d’un siècle, la compréhension de la ville est de plus en plus marquée par le développement d’un langage spécialisé issu de la professionnalisation de l’urbanisme, grande pourvoyeuse de sigles (HBM, HLM, ZUP, ZAC, ZAD) et d’expressions (cité-jardin, ville nouvelle, renouvellement urbain) qui ont fini par entrer dans la langue commune. L’enquête explore justement cette frontière, à la fois réelle et toujours poreuse, entre le « sociolecte » ou le « jargon » des spécialistes et ses usages courants. Le processus est complexe. Le vocabulaire des urbanistes puise bien souvent dans la langue parlée, mais en transforme le sens pour constituer un « second langage » (p. 11), professionnel, qui, en fin de compte, se trouve lui-même transformé par les usages que les médias, les politiques et – plus largement – la société en fait.

Le volume « a une dimension d’ébauche » (p. 13) et ne vise donc nullement à l’exhaustivité d’un dictionnaire. Il réunit dix interventions réparties en trois terrains exploratoires pour démontrer les potentialités du sujet. S’il n’est pas possible ici de rendre compte de chacune d’entre elles, des exemples choisis pourront illustrer le propos.

La première partie évalue un champ de l’action publique et privée (l’habitat collectif – grande préoccupation des réformateurs à partir de la fin du XIXe siècle) et la manière dont il a constitué un formidable laboratoire d’innovation lexicale. L’article de Claire Carriou sur les HBM est particulièrement éclairant à ce sujet. Il rend compte de la manière dont ce sigle au succès surprenant traduit en fait une histoire plurielle et contradictoire. Retenons les deux principales dynamiques : de la fin du XIXe siècle à l’Entre-deux-Guerres, l’ « habitation à bon marché » devient une réalité juridique « aux contours sans cesse élargis » (p. 40) par la volonté conjointe des institutions en charge du secteur et des politiques. En cherchant à se distinguer du seul logement ouvrier, elle finit par couvrir une réalité diverse, tant par les formes construites (immeubles, maisons individuelles) que par les bénéficiaires visés. Mais une seconde dynamique, celle des usages de la langue courante, conduit paradoxalement, sur la même période, à associer le sigle à la seule typologie des immeubles et des catégories les plus populaires, dans un processus de stigmatisation qui conduira à déformer complètement la mémoire d’une réalité bien plus complexe. Cette sorte de « double vie » des mots des urbanistes se lit aussi dans les contributions de Lydia Coudroy de Lille sur les grands ensembles polonais et de Christine Lelévrier sur la promotion de la « résidentialisation » depuis le début des années 2000 en France.

La seconde partie explore le domaine de la voirie (d’usage nécessairement quotidien en ville) et son rapport au langage courant. Ici, l’ouvrage s’éloigne peut-être un peu de la méthode annoncée en introduction en ayant soit une démarche plus « archéologique » de l’origine des mots de la voirie (l’article très précis et documenté de Sylvain Schoonbaert ainsi que celui de François Leimdorfer) ou bien une analyse des aléas de la catégorisation des noms de voies à Paris (Monique Sassier). Pour autant, le triple panorama démontre la manière dont le vocabulaire a priori purement technique de l’espace public relève d’une histoire complexe à la croisée entre héritages militaires, usages pratiques et choix sociaux.

Enfin, la dernière partie s’intéresse plus particulièrement à la manière dont le monde des urbanistes forge des catégories d’action – ou tente de le faire – dans des contextes historiques précis. La contribution de Filippo de Pieri sur l’essor et les usages de la formule « centro storico » en Italie entre 1955 et 1970 est de ce point de vue remarquable. Partant du constat de l’usage massif de cette expression dans la langue courante depuis cette période, l’auteur entreprend de restituer une formidable réorganisation du champ intellectuel des urbanistes dans les décennies d’Après-Guerre : « Dans la culture urbanistique italienne, l’émergence de la question des centres historiques est […] liée à un projet culturel qui se propose de renforcer la prise de l’urbanisme face aux transformations accélérées et aux pressions spéculatives qui affectent le territoire [italien] » (p. 171). Loin de sa neutralité descriptive apparente, l’expression joue d’un champ d’ambiguïtés entre modernisation et préservation. Elle constitue un levier pour tenter de construire un « consensus social autour des politiques de conservation » (p. 172). Cette lecture fine des enjeux propres à une période se retrouve dans l’article d’Olivier Ratouis sur le vocabulaire urbanistique des Trente Glorieuses en France et celui de Chiara Barattucci sur les inventions lexicales des urbanistes italiens après 1960.

Cette troisième partie se clôt sur l’enquête serrée d’Eric Verdeil et Elisabeth Longuenesse concernant les processus complexes et parfois surprenant de traductions et de circulations des termes « urbanisme » et « town planning» en contexte colonial et postcolonial au Liban, en Égypte et en Syrie. Elle déjoue l’idée d’une internationalisation uniforme de la discipline urbanistique. Ce changement d’échelle illustre tout l’intérêt de l’ouvrage, rappelé dans la conclusion signée par Laurent Coudroy de Lille et Olivier Ratouis : enquêter sur les mots des urbanistes et les processus de création de néologismes, c’est explorer la manière dont le langage et sa maîtrise ont constitué un terrain privilégié de légitimation d’une discipline nouvelle et une quête de reconnaissance de sa scientificité. Mais c’est aussi rendre compte d’un certain artifice de ce positionnement qui tend à occulter les ancrages nationaux, les contextes sociaux et historiques. Car le véritable objet de l’ouvrage est bien la discipline urbanistique elle-même à travers le XXe siècle. De ce point de vue, ce livre n’est pas sans se rapprocher, par des méthodes certes très différentes et avec une ambition affichée plus modeste, du travail de dévoilement entrepris par Françoise Choay dans sa célèbre anthologie3. L’originalité est ici de se situer sur le terrain du vocabulaire spécialisé, plutôt que de la théorie, pour déconstruire les postures. Les mots des urbanistes constitue ainsi une entrée stimulante vers un champ d’étude aux réelles potentialités et qui mériterait d’être prolongé par des initiatives futures.

1Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule, Brigitte Marin (dir.), L’aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont, 2010, 1489 p.

2Liliane Lopez-Rabatel, Virginie Mathé, Jean-Charles Moretti (dir.), Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine, Actes du colloque de Créteil, 10-11 juin 2016, Lyon, 2020 ; Isabelle Chesnau (dir.), La ville mot à mot, Marseille, Parenthèses, 2021.

3Françoise Choay, L’urbanisme, utopies et réalités, Paris, Seuil, 1965.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search