compte-rendu: M. Flonneau, M. Huré et A. Passalacqua (dir.), Métropoles Mobiles, défis institutionnels et politiques de la mobilité dans les métropoles françaises, PUR, 2021

Mathieu Flonneau, Maxime Huré et Arnaud Passalacqua (dir.), Métropoles Mobiles, défis institutionnels et politiques de la mobilité dans les métropoles françaises, PUR, 2021

Compte-rendu réalisé par Tristan Loubes

Issu du travail et des rencontres de l’association Passé Présent Mobilités (P2M), consacrée à l’étude des mobilités en sciences sociales et en particulier en histoire, cet ouvrage collectif propose de se pencher sur un aspect particulier de la question en France1. Plus précisément, le livre se place dans la continuité d’un autre ouvrage produit par les membres de l’association2 et qui proposait une approche historique des politiques de mobilité. Ce nouveau travail propose une exploration des interactions entre ces questions et un échelon récent des structures politiques et administratives urbaines, les métropoles. Niveau supérieur des groupements intercommunaux, les métropoles apparaissent en France entre 2011 (Nice Côte d’Azur) et 2018, jusqu’à couvrir la majeure partie du territoire urbanisé et à administrer un peu moins de 10 millions d’habitants répartis dans presque un millier de communes. Poursuivant son analyse des interactions entre politique et mobilités, l’association P2M propose donc de se pencher sur la façon dont elles se déploient et sont gérées au sein des métropoles, en faisant appel autant à l’histoire, qu’à la géographie, à l’urbanisme et aux sciences politiques.

L’introduction de l’ouvrage propose des réflexions préliminaires et des questionnements généraux formant un cadre plus ou moins rigide pour les contributions qui suivent. Celles-ci correspondent à des réflexions autour de l’influence politique des acteurs des métropoles sur les mobilités et inversement sur la façon dont les mobilités et les enjeux qui les définissent peuvent influencer la et les politiques correspondant à ce nouvel échelon de gouvernement. Les questions de mobilité sont-elles au principe de la mise en place et de l’existence des métropoles ? Les mobilités, et leur traitement, servent-elles la légitimation politique des acteurs et des structures métropolitains ? Quel a été, et quel est, l’effet de l’implémentation de l’échelon métropolitain au sein des institutions et structures déjà existantes (en particulier des municipalités et des intercommunalités) dans la gestion des mobilités urbaines ? Enfin, comment comprendre le traitement, ou plutôt peut-être l’absence de prise en compte, des périphéries métropolitaines, dans la gestion des mobilités par les métropoles ?

Le reste de l’ouvrage est organisé en deux grandes parties thématiques, permettant une première classification des interventions qui le compose. La première partie est destinée à la question de la construction politique des mobilités au sein des métropoles, quand la seconde regroupe les travaux s’intéressant à la place des périphéries des métropoles dans les politiques de mobilité de ces dernières. Chacune de ces grandes parties, outre de courtes introductions, comprend cinq interventions. Celles de la première partie sont concentrées sur les cas de trois métropoles parmi les plus peuplées de France : celles de Marseille, Lyon et Paris, tout en étant parfaitement indépendantes les unes des autres. La première, proposée par Aurélien Delpirou, propose une comparaison de la place prise par les transports dans la politique des trois agglomérations, permettant notamment une mise en contexte. Antoine Courmont, dans la seconde contribution, produit une analyse des visions impensées des mobilités au sein de la métropole, contenues dans les applications de propositions d’itinéraires privés et publiques. La troisième contribution, par Antoine Lévêque, se penche sur le cas des experts et de l’expertise au sein des politiques de transports et de déplacement de l’agglomération lyonnaise, et leur rôle, parfois involontaire, dans le confinement de ces dernières à des questions techniques éludant les enjeux sociaux. La quatrième intervention, par Christophe Parnet correspond à une analyse sociologique des pratiques des acteurs politiques de la métropole d’Aix et en particulier à leur emploi des terminologies et pratiques scientifiques pour soutenir leur propos au sein du débat public. La cinquième intervention, composée collectivement par Maxime Huré, Arnaud Passalacqua et Grégoire Robida, revient sur le projet du Grand Paris Express, lancé au moment de la formation de la métropole en 2015, et sur les différents projets politiques dont il a été investi par les décideurs politiques successifs.

La seconde partie de l’ouvrage, regroupant plusieurs études de cas, entend être l’occasion de se pencher de façon concrète sur les enjeux de la mobilité dans les espaces périphériques des métropoles. Centrée sur les pratiques mobilitaires des habitants des zones périurbaines de Paris, Hélène Nessi explore des voies de développement de l’emploi des transports en commun dans ces espaces où les déplacements sont très largement dépendant de l’automobile. Dans la seconde contribution de cette partie, les auteurs et autrices (Marie-Clotilde Meillerand, Jean-Pierre Nicolas, Vincent Wawryziak et Natacha Gondran) s’appuient sur le cas du Trièves, un territoire au sud de la métropole de Grenoble, pour étudier les frictions entre politiques métropolitaines et réalités des périphéries. Sébastien Gardon propose une analyse analogue, en prenant pour cas d’étude la commune de Saint-Christo-en-Jarez, au sud-est de la région lyonnaise, mais dans une dimension plus historique. La quatrième contribution, de Martin Claux et Florie Colin, remet en perspective l’idée selon laquelle les mobilités automobiles seraient en déclin ou décriées, y compris dans les territoires périphériques, en se penchant sur le cas du pays de Brest. Enfin, Nathalie Roseau déploie une analyse de l’effet des infrastructures aéroportuaires sur les paysages et les pratiques de mobilités des périphéries métropolitaine, à travers le cas particulier de l’Aéroport du Grand Paris.

Livre collectif thématique composé autour de contributions issues de multiples disciplines, cet ouvrage s’apparente à une collection de travaux et à une amorce de champ de recherche sur un objet jusqu’à présent peu étudié en histoire. Les connaissances foisonnantes qui y sont mobilisées sont cependant assez éloignées de la discipline historique, qui sert plus d’appui à des analyses issues d’autres pratiques et méthodologies universitaires. Ce traitement s’explique par la jeunesse même du cas des métropoles. Pour cette raison, la lecture en est rendue plus complexe pour les non-spécialistes en sciences politiques ou urbanisme que peuvent être les historiennes et les historiens. Il n’en demeure pas moins que les questions soulevées et les connaissances apportées sont stimulantes et nourrissantes pour tout travail d’histoire urbaine, même s’il ne se penche pas sur les questions soulevées par la gestion des métropoles.

1 Le blog de l’association : https://ap2m.hypotheses.org.

2 Mathieu Flonneau, Léonard Laborie et Arnaud Passalacqua (dir.), Les transports de la démocratie, approche historique des enjeux politiques de la mobilité, PUR, 2014.


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search